1952 - Elsbeth et Adam McLean: Un mariage à Caux

18/03/2021
Maclean wedding Caux 1958 square

 

Lorsqu'Elsbeth Spoerry travaillait à remettre en état un Caux Palace passablement abîmé pour y accueillir les premières conférences en 1946, elle était loin de se douter que, six ans plus tard, elle s'y marierait avec plus de 1000 invités qui participaient à la conférence.

Elsbeth épousa Adam McLean le 9 août 1952. Adam, un fier Écossais, portait son kilt, et les huit demoiselles d'honneur d'Elsbeth, originaires de différents pays, arboraient leurs costumes nationaux. Quatre ministres du culte, appartenant à trois confessions différentes officiaient : « Nous étions solidement mariés! », écrit Adam dans son autobiographie.

Le mariage était également inhabituel pour d'autres raisons. Elsbeth avait grandi à Zurich, dans un milieu privilégié, en tant que membre de l'une des grandes familles industrielles de Suisse. Le père d'Adam était mineur à Musselborough, près d'Edimbourg. Adam avait quitté l'école à 14 ans, poursuivant son éducation dans des cours du soir. Elsbeth avait fréquenté les universités de Zurich, Genève et Fribourg, et  obtenu un diplôme de docteur en droit.

 

McLean wedding with pageboy

 

Ils ont tous deux rencontré Initiatives et Changement (alors connu sous le nom de Réarmement Moral ) dans les années 1930 : Elsbeth par l'intermédiaire d'Hélène Mottu, qui, avec son mari Philippe, a ensuite été l'une des personnes à l'origine de  l'achat du Caux Palace, et Adam grâce à son patron dans le garage où il travaillait comme mécanicien. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Elsbeth travaille dans l'une des usines de son père et suit une formation d'ambulancière.

Le déclenchement de la guerre surprend Adam en Amérique du Nord, où il participait à une campagne du Réarmement Moral. Il reste aux États-Unis, où il s'efforce de remonter le moral des troupes et d'améliorer les relations industrielles, notamment dans l'industrie aéronautique. Lorsque les États-Unis entrent en guerre, il est appelé et combat en Italie, où il est blessé et décoré pour son héroïsme. Après la guerre, il reste en Italie pendant 14 ans, travaillant avec le Réarmement Moral à une époque où les conflits entre le fascisme et le communisme étaient féroces. Il fait la connaissance d' Elsbeth, qui parlait quatre langues, lorsqu'elle servait d'interprète aux délégations qu'il amenait à Caux.

Voici ce qu'Adam écrit au sujet de sa première visite à Caux, au volant d'une grosse voiture américaine :« Les tuiles brillantes des toits et des tourelles étincelaient au soleil. Grâce à la puissance sous le capot de la Buick américaine, je n'avais eu aucune difficulté à gravir la route très raide et sinueuse, mais j'ai découvert que c'était un test pour les conducteurs de petites voitures de l'immédiat après-guerre que d'arriver au sommet sans faire bouillir ou éclater les radiateurs. Je ne pense pas que l'on aurait pu rêver d'un endroit plus parfait pour se retirer de l'agitation de la vie et réfléchir tranquillement »*.

Ils avaient dû descendre au village le plus proche à dos d'âne et avaient réussi à y trouver un ami quii possédait une petite voiture.

Leurs fiançailles ont eu lieu par correspondance : Adam était en Italie et Elsbeth aux Etats-Unis. Lorsqu'elle accepte, un dirigeant syndical communiste organise une fête pour Adam, et le beau-père ex-fasciste du dirigeant syndical, pour ne pas être en reste, invite Adam à dîner chez lui. Au cours de la soirée, Adam se rend compte que la colline qu'il aperçoit de la fenêtre de son hôte lui est familière. Il s'était battu sur cette colline sous le feu des snipers pendant la guerre. « Savez-vous d'où le sniper tirait ?» lui demande son hôte. « De cette chaise sur laquelle tu as posé ton pied !»

 

McLean wedding group

 

Tous ceux qui étaient à Caux en 1952 pour les conférences d'été ont participé aux célébrations du mariage, mais certains sont venus spécialement. Parmi eux, un professeur et homme politique socialiste italien, Umberto Calosso, et sa femme.

« Ils sont arrivés à Caux visiblement fatigués par leur voyage, écrit Adam, car ils n'avaient  reçu l'invitation que le jour précédent, alors qu'ils étaient en vacances dans les montagnes du Piémont. Ils avaient dû descendre au village le plus proche à dos d'âne et avaient réussi à y trouver un ami quii possédait une petite voiture. Le camarade Umberto avait joyeusement invité son ami à notre mariage et, en conduisant toute la nuit, ils étaient arrivés à temps pour le service et les festivités, pour notre plus grande joie. »

Adam et Elsbeth ont partagé leur vie pendant 46 ans, jusqu'à la mort d'Elsbeth en 1999. Adam est décédé en 2008. Leur couple est l'une des nombreuses unions  forgées et consacreés à Caux au cours des 75 dernières années.

 

__________________________________________________________________________________

 

Arthur McLean portrait as soldier

Adam McLean était un conteur né. C'est d'abord pour ses petits-enfants qu'il a écrit le récit de ses aventures de jeune homme qui l'ont conduit des rives du Firth of Forth à Hollywood, des usines de construction de Boeing, à l'armée américaine et finalement à l'Europe. Découvrez un extrait de son autobiographie ici :

Alors qu'il s'efforçait de reprendre conscience, McLean entendait les brancardiers discuter pour savoir s'il était possible de le transporter jusqu'aux sentiers de montagne malgré les bombardements.

« Prenez Scotty et retournez-y », insiste son camarade Rocky.

« On ne peut pas traverser ce terrain découvert jusqu'à la montagne. ».

“« Ramassez-le maintenant. »  Ils hésitaient encore lorsqu'Adam entend le bruit de la culasse du fusil de Rocky.

« Ramassez Scotty, ou vous ne ramasserez plus jamais personne. »

Ils l'ont donc ramené... et c'est ainsi que McLean est arrivé à Rome, où il a passé la majeure partie des vingt années suivantes, nouant des amitiés avec des personnes de tous horizons.

 

Pour en savoir plus sur les aventures d'Adam, lisez son livre Whatever next

 

 

__________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • * Whatever Next (Linden Hall, 1992)
  • Photo en haut: Initiatives et Changement
  • Photo Adam & mariage: McLean
  • Relecture: Claire Martin-Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...

Saidie Patterson

1954 - Saidie Patterson: « Enterrer la hache de guerre ou enterrer les morts »

Lorsque Saidie Patterson, une syndicaliste d'Irlande du Nord, prend la parole à Caux en 1954, elle tient à souligner que le Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) n'avait pas affaibl...

Mohamed Masmouti

1953 – Mohamed Masmoudi: « Arrête de maudire les Français. »

En 1953, Mohamed Masmoudi, un jeune nationaliste tunisien qui mène une existence semi-clandestine, vient à Caux. C'est d'ailleurs plus ou moins clandestinement qu'il avait passé la frontière suisse. À...

Maurice Mercier 1951

1951 - Maurice Mercier: « Pas un cri de haine »

Jean-Jacques Odier n'est pas très impressionné lorsqu'il rencontre pour la première fois Maurice Mercier, l'homme à l'origine des grandes délégations industrielles françaises qui visitent Caux en 1951...

Yukaki Shoma young

1950 - Yukika Sohma: « Le Japon peut renaître »

Le drapeau japonais flottait devant le centre de conférences lorsque 64 Japonais-e-s sont arrivé-e-s à Caux en 1950. Ce fut un moment émouvant : au Japon, toujours sous occupation américaine, il était...

Max Bladeck

1949 - Max Bladeck: Au-delà de la lutte des classes

C'est dans les années vingt, alors qu'il était encore mineur, que Max Bladeck rejoint les rangs du parti communiste allemand. Sa visite au centre de conférence à Caux en 1949 changera sa vision du mon...

Paul Misraki

1948 - Paul Misraki: Bande-son pour une nouvelle Allemagne

L'Allemagne était en ruines. L'Europe était en ruines. Des millions de personnes avaient été tuées, des millions d'autres blessées et déplacées. Sans compter les ruines morales, à l'origine d'un profo...

Peter Petersen

1947 - Peter Petersen: « Toutes nos défenses se sont effondrées. »

«A cette époque, même un chien aurait refusé un morceau de pain de la main d'un Allemand», se souvient Peter Petersen, l'un des 150 Allemands que les Alliés ont autorisés à venir à Caux en 1947. Ils o...

Trudi Trüssel

1946 - Trudi Trüssel: « On ne peut pas construire un monde nouveau avec une seule classe sociale »

« Au plus profond de moi-même, je blâmais les riches et je les tenais pour responsables du malheur de tant de gens. Je ne pouvais accepter que quelques-uns puissent avoir tout ce qu'ils voulaient san...

Yara Zgheib

75 ans, 75 récits

« Mon histoire n'est pas spéciale, ni seulement la mienne. Elle appartient à ce centre de conférence qui a 75 ans et possède des centaines de milliers de trajets en train, de promenades, de discussion...