1998 : Ningali Cullen - Un voyage de guérison

Par John Bond

13/10/2021
Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

 

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004
Ningali Cullen lors de l'inauguration
d'un mémorial national
pour les générations volées, 2004
Ningali Cullen with a photo of her mother, credit Andrew Campbell
Ningali avec une photo de sa mère
(crédit : Andrew Campbell)

Lorsque Ningali Cullen arrive à Caux en 1998, elle apporte des nouvelles d'un mouvement populaire croissant en Australie visant à reconnaître la vérité sur l'histoire de leur pays.

Ningali a été retirée de sa famille à l'âge de quatre ans dans le cadre des polititiques gouvernementales visant à assimiler les Aborigènes à la communauté blanche australienne. « J'ai été élevée dans le cadre d'une mission », a-t-elle déclaré. « J'ai suivi une formation d'infirmière et j'ai fait tout ce qui était accepté par une société qui voulait que nous soyons différents de ce que nous étions à la naissance - des Aborigènes. Pendant des années, je ne savais pas à quoi j'appartenais ».

À l'âge de 28 ans, elle retrouve sa mère. Mais peu après, celle-ci, traitée avec une hostilité raciale dans une ville de campagne australienne, s'égare dans le désert et on ne la reverra jamais. Pour Ningali, le traumatisme a recommencé.

Des dizaines de milliers d'enfants aborigènes ont été retirés de leurs familles, certains aussi récemment que dans les années 1970. La plupart des Australiens blancs considéraient cette politique comme bien intentionnée et inoffensive. Puis, en 1997, une enquête sur les politiques de retrait a révélé des résultats tragiques.

 

Sorry Day Committee 2004, Ningali Cullen in white with pink jacket
Le comité du Sorry Day en 2004 avec Ningali Cullen en blanc avec une veste rose et John Bond debout derrière elle, légèrement à droite.

 

« Entendre les histoires de 500 Aborigènes m'a transformé », a déclaré le président de l'enquête, Sir Ronald Wilson, « et si cela peut me changer, cela peut changer l'Australie ». Il a appelé à l'instauration d'un Sorry Day, pour présenter des excuses à la communauté aborigène. Le gouvernement a rejeté cette proposition.

Cependant, comme l'a dit Ningali à Caux, « Douze mois après la publication du rapport, un jour de pardon national a été organisé en Australie. Et je suis heureuse de dire qu'il s'agissait d'une initiative populaire ». Le refus du gouvernement de présenter des excuses a poussé un million d'Australiens à agir, et des centaines de manifestations communautaires ont rassemblé des Australiens aborigènes et blancs dans la tristesse, les excuses et l'engagement de construire une nouvelle relation.

Si cela peut me changer, cela peut changer l'Australie.

Kevin Rudd and Opposition leader Brendan Nelson with Aboriginal elder Matilda House before the unanimous parliamentary apology
Kevin Rudd (à gauche) et le chef de l'opposition Brendan Nelson (à droite) avec l'aînée aborigène Matilda House avant les excuses parlementaires unanimes.
les excuses parlementaires unanimes, 2008 (crédit : Koori Mail)

 

« La journée nationale des excuses (Sorry Day) a été la dernière étape de ma guérison, car elle a permis de reconnaître la douleur » a déclaré Ningali. « Elle nous a donné la permission de faire notre deuil ensemble. Parler, écouter, partager - c'est ma vision de l'Australie ».

Elle nous a donné la permission de faire notre deuil ensemble. Parler, écouter, partager - c'est ma vision de l'Australie.

À son retour de Caux, Ningali rencontre des représentants des générations volées de toute l'Australie et leur demande de saisir l'occasion de guérir les blessures causées par les politiques de séparation. Beaucoup sont d'accord avec elle, et bientôt, les Stolen Generations (Générations Volées) invitent le peuple australien à rejoindre un Journey of Healing (Voyage de Guérison) et à prendre en charge le travail de guérison que le gouvernement ignore.

Hundreds of newspaper carried stories on Sorry Day
Des centaines de journaux ont publié des articles sur le Sorry Day.
In 2000 a quarter of a million people walked across the Sydney Harbour Bridge in support of a national apology
En 2000, un quart de million de personnes ont marché
sur le pont du port de Sydney pour soutenir l'initiative
des excuses nationales (crédit : Newspix).

Au cours des dix années suivantes, des milliers de personnes ont œuvré à la guérison par une multitude de moyens pratiques. En 1999, Ningali a été élue à la présidence du Journey of Healing et a dirigé avec franchise une campagne qui, en mobilisant des personnes de tout l'éventail politique, a même gagné le respect de nombreux députés du gouvernement.

Chaque année, les leaders des Générations Volées viennent à Caux, partagent leur combat et acquièrent de nouvelles idées.

En 2007, le gouvernement australien a été battu aux élections nationales et le nouveau Premier ministre, Kevin Rudd, a annoncé qu'il allait présenter des excuses. « L'opposition se joindra-t-elle à moi ? » a-t-il demandé. Après un débat animé, le parti - qui s'était opposé pendant 11 ans à la présentation d'excuses - a changé de politique.

Ces excuses parlementaires unanimes ont été un événement profondément émouvant pour l'Australie, suivi par des millions de personnes dans tout le pays. Elles ont permis de consacrer plusieurs milliards de dollars à la transformation de la condition sociale des Aborigènes d'Australie.

Lorsque Kevin Rudd s'est rendu à Caux en 2012, il a évoqué le travail de base communautaire (Sorry Day et Voyage de Guérison) comme une préparation essentielle au changement, à un moment où les obstacles politiques semblaient insurmontables. Cette base était nécessaire pour que le projet se propage dans l'ensemble de la communauté. Le mérite de ce travail revient en grande partie à Ningali Cullen.

 

Cette histoire est racontée plus en détail dans "Sorry and Beyond : Healing the Stolen Generations" de Brian Butler et John Bond, publié cette année par l'Institute for Aboriginal and Torres Strait Islander Studies, Canberra, avec un avant-propos de Kevin Rudd. Il est également disponible dans le monde entier sous forme de livre électronique.

 

________________________________________________________________________________________________________________

 

Regardez le discours de Kevin Rudd à Caux en 2013 : Les excuses australiennes : Le processus de guérison

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________

 

Voir plus :


Lire la suite :

 

_______________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo en haut: Ningali Cullen with renowned Aboriginal footballer Michael Long: John Bond
  • Photo en haut à gauche (Ningali Cullen en train de parler): photographe inconnu
  • Photo Sorry Day Committee 2004: photographe inconnu
  • Vidéo Kevin Rudd on the Australian Apology: The Process of Healing: Initiatives et Changement
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 Years of Stories: Meet the team!

When we launched the 75 Years of Stories series in February 2021 about 75 years of encounters at the Initiatives of Change conference centre in Caux, we had no idea what an adventure we had embarked o...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives of Change Switzerland – Opening Caux’s doors to a new chapter

As our series of 75 stories for 75 years of the Initiatives of Change conference centre in Caux draws to an end, the President of Initiatives of Change Switzerland, Christine Beerli, and its two Co-Di...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Struck by a virus

In 2020, the Caux Forum went online in response to the pandemic. Its organizers found that this made Caux accessible to people all over the world who could not have taken part in normal circumstances....

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – ‘We must save the children’

During World War II, the Caux Palace (later the Initiatives of Change conference centre in Switerland) provided a refuge for Jews fleeing the Shoah. Over the years, some of them – or their descendants...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – ‘Climate change should be top top top priority’

When Tunisian economics graduate Wael Boubaker joined the Caux Peace and Leadership Programme (CPLP) in 2018, he expected a conference which would look good on his CV, and some beautiful scenery. Inst...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – A home for the world

Tanaka Mhunduru from Zimbabwe is one of the organizers of the Caux Peace and Leadership Programme (CPLP), a one-month programme for young people from around the world. He first took part in 2017....

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – ‘It made me feel I counted’

The Winter Gathering of 2016 was a special experience for Diana Damsa – not just because she experienced Caux in winter, but also because, for the first time in eight years, she had no responsibilitie...

Philippe and Liseth Lasserre

2015: Lisbeth Lasserre – ‘The richness in art’

Lisbeth Lasserre came from Winterthur, where her grandparents, Hedy and Arthur Hahnloser, had built up a private collection of art at their home, Villa Flora. Amongst their artist friends were Bonnard...

Catherine Guisan

2014: Catherine Guisan – Europe’s Unfinished Business

Catherine Guisan is Visiting Associate Professor at the University of Minnesota, USA. She has written two books on the ethical foundations of European integration. In 2014 she spoke at Caux’s first se...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restoring a healthy planet

2013 saw the first full-length Caux Dialogues on Land and Security (CDLS). These events, which took place at the Caux Conference and Seminar Centre, focus on the links between sustainable land managem...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Going out on a limb

When Merel Rumping from the Netherlands first visited Caux in 2012, she had a goal in mind – ‘to explore how I could contribute to a more just world through my professional activities’....

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...