2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

25/11/2021
Lucette Schneider

 

 

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de conférences de Caux. Eliane Stallybrass, qui a été responsable des opérations à Caux de 2008 à 2012, la connaissait bien :

Ann Hartnell, une Canadienne qui a passé de nombreux étés à diriger des équipes de cuisine à Caux, a décrit Lucette Schneider comme étant presque invisible, tant elle était efficace et discrète dans la cuisine des légumes.

Lucette n'était pas grande et marchait d'une manière qui montrait qu'elle avait des problèmes de dos. Mais ce dont on se souvient le plus, c'est de son sourire chaleureux.

Elle était presque invisible, tant elle était efficace et discrète. Mais ce dont on se souvient le plus, c'est de son sourire chaleureux.

Lucette Schneider
Lucette (à droite) et son équipe préparent des légumes pour les cuisines de Caux.

 

« Service » doit avoir été son second prénom. Elle et son mari possédaient une épicerie et magasin où l'on vendait aussi du fromage. (Elle s'offusquait de la façon dont les gens, à Caux au buffet du petit-déjeuner, se coupaient des tranches de fromage sans croûte, laissant les morceaux durs pour les derniers venus. Elle m'a montré qu'il fallait couper sa tranche jusqu'à la croûte y compris, pour que tout le monde ait la même portion de fromage et de croûte).

Alors que je travaillais à l'attribution des chambres pour les hôtes arrivant, notre équipe a décidé de proposer à Lucette de loger dans une chambre sur le devant avec vue sur le lac, car elle travaillait presque toute la journée dans la salle des légumes sans soleil et sans vue. Elle était totalement opposée à cette idée : «  Vous devez laisser ces chambres aux nouveaux arrivants. Je sais comment est la vue. Je peux en profiter le reste de l'année ».

 

Caux vegetable kitchen
L'équipe des légumes prépare des pommes pour un plat

 

Lorsque Lucette a pris sa retraite, elle a décidé de se charger de la préparation des légumes, en mémoire de son mari. Il avait travaillé à l'Economat pendant de nombreux étés. Lucette arrivait sur son lieu de travail tôt le matin, trouvait la liste des légumes nécessaires ce jour-là et les pesait pour que son équipe puisse se mette au travail en arrivant.

Son équipe était hétéroclite : ceux qui venaient étaient tous des participant-e-s à la conférence, mais surtout ceux qui avaient réussi à se lever tôt ! Il s'agissait principalement de dames âgées ayant une grande expérience mais aussi d'hommes n'ayant jamais tenu un éplucheur de pommes de terre. Lucette se souvient avoir montré à un Africain à l'allure distinguée comment éplucher des oignons. Il s'est avéré qu'il était chirurgien et avait travaillé en Bosnie pendant la guerre qui sévissait là-bas.

Lucette Schneider
Lucette Schneider
Grigory Pomerants
Grigory Pomerants

Un autre volontaire était le philosophe russe Grigory Pomerants. Lucette a dû lui apprendre tout ce qui concerne l'épluchage et la manière de couper les légumes. En contrepartie, elle est allée écouter sa présentation, dont elle n'a compris que très peu de choses malgré la traduction. Elle trouvait que c'était un échange équitable!

Lucette avait le don de se faire des amis, bien qu'elle n'ait jamais réussi à apprendre l'anglais. Un jour, elle a avoué à mon mari, Andrew, qu'elle avait des problèmes avec un jeune homme qui participait à la conférence, Jorge. Elle n'aimait pas sa façon de s'habiller et était particulièrement gênée par sa coupe de cheveux à la mohicane. Il n'était pas Iroquois et elle trouvait donc que ce n'était pas correct. Lorsqu'elle était arrivée à Caux la première fois, les hommes portaient tous la cravate.

Mais elle n'était pas satisfaite d'avoir ces réactions et décida de chercher le positif chez Jorge. Elle avait remarqué qu'il avait un beau sourire. Elle demande alors à Andrew de leur fixer un rendez-vous, car ils ne parlent pas la même langue. Lucette arrive avec une barre de chocolat et Jorge lui explique pourquoi il est venu à Caux. A la fin du repas, ils se sont embrassés, Jorge ayant les larmes aux yeux.

 

Vegetable kitchen in Caux
Jeunes et moins jeunes travaillent ensemble

 

J'ai rencontré Lucette quand j'étais enfant. Elle connaissait mes parents et nous a emmenés, ma sœur et moi, à Caux dans sa camionnette dans les années 1950 - probablement ma première visite. Des années plus tard, nous nous sommes croisées à la cafétéria et nous nous sommes liées d'une véritable amitié.

Nous sommes restées amies jusqu'à sa mort en 2018, à l'âge de 99 ans. Elle et Robert nous ont généreusement permis - et à beaucoup d'autres aussi - de passer des vacances dans leur petit chalet du Jura, où tout le monde dormait dans la même pièce et se lavait à l'évier de la cuisine, en utilisant l'eau chauffée sur le poêle à bois.

Un jour, Robert m'a dit : « Pour moi, il n'y a pas de sacrifices dans la vie. Seulement des choix. » Leurs choix faisaient partie de cette magie qui a rendu Caux possible.

Pour moi, il n'y a pas de sacrifices dans la vie. Seulement des choix.

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photos: Initiatives et Changement
  • Photo du haut (provenant des archives) : Des dames allemandes nettoyant des légumes dans les cuisines de Caux.
  • Relecture: Jean Fiaux
Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Cigdem Song of Asia square

1969: Çigdem Bilginer – « Je n'étais plus le centre de l'univers. »

C’est déçue après avoir pris part aux émeutes étudiantes contre l'establishment et les Américains et manifesté son mécontentement que l’étudiante turque et militante, Çigdem Bilginer est arrivée à Cau...

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à t...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...