2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Par Michael Smith

01/12/2021
Merel Rumping

 

Merel Rumping

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à travers mes activités professionnelles ».

Merel avait obtenu son master en relations internationales, avec une spécialisation en éthique des affaires. Elle s'intéressait donc particulièrement aux forums annuels de Caux sur la confiance et l'intégrité dans l'économie mondiale, auxquels elle a participé pendant cinq ans. Une conversation avec un homme d'affaires colombien l'a mise sur la voie d'une réponse à sa question.

À l'âge de 20 ans, elle s'était portée volontaire pendant trois mois dans un orphelinat colombien de Medellin, où elle avait travaillé avec des enfants des rues et d'anciens enfants soldats, souvent toxicomanes. Trois ans plus tard, en 2006, elle est retournée en Colombie pendant six mois pour travailler avec une agence de microfinancement, Women's World Banking. Elle y a vu le potentiel de l'entrepreneuriat social. 

Ce qui a le plus frappé Merel lors de ses visites en Colombie, c'est le nombre impressionnant de personnes qui avaient perdu un ou plusieurs membres à cause des mines anti-personnelles.

Ce qui a le plus frappé Merel lors de ses visites en Colombie, c'est le nombre impressionnant de personnes qui avaient perdu un ou plusieurs membres à cause des mines anti-personnelles qui avaient été cachées à maints endroits au cours des plus de cinq décennies de guerre civile qu'avait enduré ce pays. Dans un des villages qu'elle a visités, ces mines avaient fait 300 victimes.

L'homme d'affaires colombien rencontré à Caux lui a présenté un Néerlandais qui travaillait pour un atelier orthopédique en Asie. Au cours de ses conversations avec lui, elle a commencé à imaginer comment fournir des soins prothétiques à des prix abordables aux personnes amputées et à faible revenu.

 

Keren Merel Rumping
Keren (6 ans), de Colombie, fait du patin à roulettes et court avec sa prothèse : « Grâce à ma prothèse, je peux marcher dans les montagnes, ce que j'aime le plus. Et je peux faire du patin à roulettes, du vélo, des exercices, de la marche et de la danse ».

 

Des étudiants de l'université technique de Delft l'ont accompagnée en Colombie pour identifier les défis à relever. L'un d'eux était les distances : « Les centres orthopédiques se trouvent principalement dans les villes, ce qui oblige les gens à parcourir de longues distances sans même savoir exactement où aller », écrit-elle. « Et au niveau des produits, nous avons remarqué que de nombreuses personnes avaient effectivement une prothèse chez elles, mais qu'elles l'avaient reléguée sous leur lit parce qu'elle leur faisait trop mal ; certains prothésistes colombiens n'ont jamais reçu de formation professionnelle sur la fabrication de membres prothétiques ».

De nombreuses personnes avaient une prothèse mais l'avaient mise sous leur lit parce qu'elle leur faisait trop mal.

Merel Rumping in clinic in Tunja with Nina, Durch clinical engineer working on 3D printer and 90 year-old client
Merel (à droite) et un client de 90 ans à Tunja
Merel Rumping Profort
Merel (centre) chez Profort à Tunja

Elle a réalisé que ce qu'il fallait, c'était des cliniques locales et une méthode de fabrication de prothèses sur place, adaptée aux besoins de chaque amputé. Sans cela, il faut parfois jusqu'à deux ans pour qu'une personne amputée reçoive une prothèse, ce qui entraîne une perte de revenu pour elle et sa famille.

Avec l'aide de l'université de Strathclyde, l'équipe de Merel a créé en 2016 une unité de production de manchons « Majicast » : un réservoir tubulaire rempli de matériau de moulage, dans lequel le patient, debout, insère le membre amputé. Cela crée ainsi une forme qui permet de produire pour la prothèse une emboîture, sur mesure et confortable, presque immédiatement.

Le financement de Google Impact Challenge Funding a permis à l'équipe de prendre un bon départ. Ils ont fait la démonstration de 'Majicast' dans plusieurs régions de Colombie. En 2019, l'université de Strathclyde, qui détient le brevet, a continué à travailler sur le « Majicast », tandis que Merel s'est concentrée sur la création de cliniques de soins orthopédiques par le biais de sa propre entreprise sociale, appelée Carewithinreach (en français: Soins à portée de main).

Son premier centre orthopédique a ouvert dans la petite ville de Tunja en 2021, avec l'aide d'un investisseur, recherchant de fortes retombées sociales et écologiques, tout en étant financièrement  viable, Buxeros Capital.

La pandémie de Covid et les troubles en Colombie ont retardé les choses. Pourtant, à la fin du mois de novembre 2021, le centre avait eu un impact positif sur la vie de 220 patients.

Merel est actuellement en pourparlers avec un autre investisseur pour les deuxième et troisième cliniques. Son objectif est de créer cinq ou six centres de soins de proximité dans le pays.

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Regardez la vidéo sur Keren, 6 ans, et sa vie avec sa prothèse.

 

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de confére...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...

Iman Ajmal Masroor

2008 : Apprendre à être un artisan de paix - « Une révélation pour le monde »

L'année 2008 a vu le lancement d'un cours inhabituel sur l'approche de l'Islam en matière de rétablissement de la paix, conçu par l'imam Ajmal Masroor du Royaume-Uni. Le coordinateur du cours, Peter R...