1957 - Jessie Bond: «J'ai vu sa grandeur»

Par John Bond

19/04/2021
Jessie Bond 1945

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, mon père a servi dans des endroits difficiles - derrière les lignes ennemies en Birmanie, puis au milieu des conflits violents au Waziristan, ce qui était alors la frontière entre l'Inde et l'Afghanistan. C'était des expériences très dures pour un jeune homme sensible qui venait de sortir de l'université et il en a payé le prix. Son tempérament explosif, au cours des années qui ont suivi, était probablement un symptôme de ce que nous appelons aujourd'hui le syndrome de stress post-traumatique.

Jessie Bond 1945
Jessie Bond en 1945
Reg Bond 1969
Reg Bond en 1969

Ma mère a trouvé cette situation difficile à supporter. Médecin de formation, elle avait été enrôlée dans l'armée et envoyée en Inde. Elle y a rencontré mon père et ils se sont mariés à la fin de la guerre. En 1957, luttant pour faire face à quatre enfants à élever et aux fréquents accès de colère de son mari, elle envisageait sérieusement de le quitter. Cette année-là, ils se sont rendus à Caux.

Une conférence battait son plein, et ils ont vécu toute cette expérience, même si ma mère était toujours aux prises avec son désespoir. Un matin, elle était dans leur chambre, prenant le temps de se recueillir. Mon père était sur le balcon, regardant le lac Léman. Ils pouvaient entendre un participant musulman faire ses prières dans une pièce voisine. Peut-être que cela leur rappelait les moments heureux de leurs fiançailles et de leur mariage dans ce qui est maintenant le Pakistan.

Je l'ai vu dans toute sa grandeur, et j'ai su que je ne le quitterais jamais.

Quoi qu'il en soit, lorsque mon père est revenu dans la pièce, ma mère m'a dit qu'elle le voyait soudainement sous un jour nouveau. Alors qu'elle avait été préoccupée par ses défauts, maintenant - comme elle l'a décrit: « Je l'ai vu dans toute sa grandeur, et j'ai su que je ne le quitterais jamais ».

 

Bond family with German and British friends, Berlin 1961
La famille avec des ami-e-s allemand-e-s et anglais--e-s à Berlin en 1961

 

Elle a appris à ne pas laisser ses explosions la déprimer. Et il y en eu moins, car mon père avait découvert une nouvelle paix du cœur. Le résultat fut une plus grande harmonie dans notre foyer. Cela m'a beaucoup impressionné, à l'âge de sept ans.

Au cours des années suivantes, mon père, toujours officier dans l'armée, a eu sa part de missions stressantes et dangereuses. Mais il les a affrontées différemment. Sa foi chrétienne était réelle pour lui, et son amour pour ma mère, et réciproquement le sien pour lui, était inébranlable. Cela a probablement été un facteur considérable dans ma décision, en tant que jeune homme, de me consacrer au travail du Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement). Je savais de première main que les blessures de l'esprit pouvaient être guéries.

 

Reg and Jessie Bond 1984 in the Orkney Islands
Jessie et Reg Bond en 1984

Je doute que j'aurais pu y faire face si je n'avais pas vu mes parents s'en sortir

Dans mon travail, j'ai pris part à de nombreuses initiatives qui ont contribué à réconcilier des communautés en conflit et à faire progresser la justice sociale. Rien de tout cela n'a été facile. J'ai dû faire face à des revers et à des défis de toutes sortes, parfois à des événements traumatisants.

Je doute que j'aurais pu y faire face si je n'avais pas vu mes parents s'en sortir. Pendant leur vie de couple, ils ont travaillé dans dix pays sur quatre continents. Ils ont affronté les difficultés, le danger et la maladie, mais n'ont jamais perdu leur joie de vivre, ni leur esprit d'appréciation qui leur a permis de nouer des amitiés chaleureuses par-delà les différences culturelles.

Caux a joué un rôle dans tout cela, et j'en serai toujours reconnaissant.

 

John Bond

John Bond est le secrétaire d'Initiatives et Changement International. Il vit à Oxford, en Angleterre, et a travaillé avec Initiatives et Changement dans plus de 30 pays. Pendant cinq ans, il a coordonné le Forum de Caux pour la sécurité humaine. Auparavant, il était le secrétaire du comité australien du National Sorry Day, qui a mobilisé un million d'Australien-en-s dans des initiatives visant à surmonter le préjudice causé aux Australien-en-s aborigènes par des politiques passées cruelles et malavisées. Pour cela, il a été décoré de la médaille de l'Ordre d'Australie. Il est également écrivain. Son livre le plus récent, une biographie du professeur Jerzy Zubrzycki, connu comme "le père du multiculturalisme australien", a été publié en anglais et en polonais. Son prochain livre, Sorry and Beyond, coécrit avec le leader aborigène Brian Butler, raconte l'histoire de la campagne Sorry Day et sera publié le mois prochain.

 

___________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photos: John Bond
  • Relecture: Claire Martin-Fiaux

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ramez Salame credit: Inner Change

1968: Ramez Salame – ‘I gave away my gun’

Ramez Salamé was a 21-year-old law student from Beirut, Lebanon, when he took part in a leadership training course for young people in Caux – a precursor of the scores of similar programmes which have...

Teame Mebrahtu photo: John Bond

1967: Teame Mebrahtu – ‘It’s immaterial where I live’

Teame Mebrahtu came to Caux in 1967, five years after his homeland of Eritrea was annexed by Ethiopia. The liberation struggle – which was to continue for three decades – was gaining momentum. Resentm...

Buth Diu (photo Arthur Strong)

1966: Buth Diu – Non pas qui a raison mais ce qui est juste

En 1966, un politicien soudanais de haut rang, Buth Diu, présente au siège londonien de Réarmement moral (RAM, aujourd'hui Initiatives et Changement) des lances et un bouclier en cuir d'hippopotame, e...

Robert Carmichael and Indian

1965: Robert Carmichael - Une industrie qui met l'homme au premier plan

C'est en 1965, à Rome qu'a été signé le premier accord librement négocié entre les pays industrialisés et les pays en développement sur le prix d'une matière première, en l'occurrence le jute. Cet acc...

Muriel Smith

1963: Muriel Smith – Une voix pour la guérison raciale

Près du bar à café du Caux Palace se trouve un piano à queue, cadeau de la mezzo-soprano américaine Muriel Smith. Elle était un visage familier des conférences de Caux dans les années 1960, faisant ré...

Walking Buffalo portrait

1962: Chief Walking Buffalo – Respecter et protéger la Terre Mère

En 1962, un documentaire sur un voyage remarquable de 62 000 miles est présenté en première à Caux. Deux ans auparavant, le chef Walking Buffalo de la nation Nakoda (Stoney) et le chef David Crowchild...

Daw Nyein Tha (from Joyful revolutionary) square

1964: Daw Nyein Tha – « Quand je montre mon voisin du doigt »

On ne savait jamais qui on pouvait rencontrer dans les cuisines du centre de conférences à Caux dans les années 1960. L'équipe qui préparait les plats pour les invités asiatiques était sous la responb...

Patrick Colquhoun

1961 - Patrick Colquhoun: Cette semaine qui a changé ma vie

« Les articles sur le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qu'un ami m'avait envoyés au cours des trois années précédentes finissaient invariablement à la poubelle, » raconte Patri...

Marcel Grandy and Archbishop Makarios

1960 - Cyprus: « L'espoir ne meurt jamais »

Rares sont les problèmes dans le monde qui n'ont pas trouvé un écho dans les conférences et les rencontres organisées à Caux depuis 1946. En 1960, Chypre a obtenu son indépendance, après plusieurs ann...

Lennart Segerstrale

1959 – Lennart Segerstråle: « L'art doit représenter un danger pour le mal »

En 1959, une vaste fresque est dévoilée sur le mur de la salle à manger du Caux Palace. Son créateur, l'artiste finlandais Lennart Segerstråle, a choisi l'image universelle de l'eau pour représenter s...

Caux school 4

1958 - Angela Elliott: À l'école à Caux

Angela Cook (plus tard Elliott) est arrivée à Caux en 1958, à l'âge de quatre ans. Elle y a passé les cinq années suivantes, tandis que ses parents travaillaient avec le MRA en Allemagne, en Asie et a...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...