1950 - Yukika Sohma: « Le Japon peut renaître »

Par Mary Lean

06/02/2021
Yukaki Shoma young

 

Yukaki Shoma young

Le drapeau japonais flottait devant le centre de conférences lorsque 64 Japonais-e-s sont arrivé-e-s à Caux en 1950, accueillis par un chœur chantant en japonais. Ce fut un moment émouvant : au Japon, toujours sous occupation américaine, il était interdit d'arborer le drapeau national.

La délégation comprenait sept gouverneurs de préfectures, un certain nombre de membres de la Diète et les maires de quatre villes, dont Hiroshima et Nagasaki. L'une des dix femmes de la délégation était Yukika Sohma.

Yukika était la fille de Yukio Ozaki, vénéré comme le père de la démocratie parlementaire japonaise. Il avait siégé à la Diète pendant 63 ans, et avait été emprisonné pendant la Seconde Guerre mondiale pour son opposition à la guerre. Pour Yukika, les années qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale ont été vécues « dans une impression d'étouffement », car des lois avaient été adoptées pour écraser la pensée libérale. Les idées d'Initiatives & Changement (anciennement connues comme Réarmement Moral), qu'elle a rencontré à cette époque, étaient « comme une brise fraîche soufflant d'en haut alors que nous avions l'impression d'être enfermés dans d'étroites murailles ».

Yukika servait d'interprète pour la délégation, qui s'est rendue en Italie, en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Partout où ils sont passés, le maire d'Hiroshima, Shinzo Hamai, a offert aux dignitaires un cadeau de sa ville : une petite croix en bois, faite à partir du cœur d'un ancien camphrier, planté lors de la fondation de la ville en 1588. L'extérieur de l'arbre avait été détruit par l'explosion atomique, mais son cœur avait survécu.

Japanes in Caux 1950
Mayors of Hiroshima and Nagasaki in Caux

Lors du cinquième anniversaire du largage de la bombe sur Hiroshima, la délégation se trouvait en Californie. Ils furent invités à s'exprimer sur la chaîne de radio CBS. Yukika a décrit leur séjour au centre de conférences à Caux comme « des réunions apportant des réponses et des résultats qui n'ont besoin que d'être multipliés pour construire un remède efficace aux problèmes mondiaux ». Dans une « famille de nations où les différences de race, de classe et de points de vue sont dépassées... nous avons vu et vécu la réconciliation des cœurs.... Avec ce nouvel esprit, le Japon peut renaître. »

Shinzo Hamai a également pris la parole dans la même émission, décrivant le « cauchemar » qui s'est produit dans sa ville. Il a cité des paroles qu'il avait entendues à Caux, « La paix, c'est quand les gens deviennent différents » et a déclaré : « Pour ma part, j'ai l'intention d'inaugurer  cet effort en commençant à Hiroshima. Le seul rêve et le seul espoir qui reste à nos citoyens survivants est de faire de cette ville restaurée un modèle de paix ».

Nous avons vu et vécu la réconciliation des cœurs.... Avec ce nouvel esprit, le Japon peut renaître.

L'inscription qui devait figurer sur le  monument d'Hiroshima était alors en discussion, avec de féroces partisans de l'idée qu'elle devait condamner les États-Unis. De retour chez lui, Hamai s'est fait le champion d'une autre formulation, qui a finalement remporté la victoire : « Que toutes les âmes ici reposent en paix, car nous ne répéterons pas le mal ».

Yukika Sohma a consacré le reste de sa vie à encourager le Japon à reconstruire ses relations avec ses voisins. En 1978, elle a appelé tous les Japonais-e- à donner un yen pour aider les réfugiés en Asie du Sud-Est. En trois mois, elle avait récolté 120 millions de yens. L'organisation qu'elle a fondée est ensuite devenue l'Association for Aid and Relief, qui fournit une aide humanitaire et soutient le déminage. Elle en est restée présidente jusqu'à sa mort en 2008.

Découvrez également l'article écrit par Yukika Shoma en anglais: 'Apology is a key to the future'

 

__________________________________________________________________________________

 

Regardez la vidéo du voyage de la délégation japonaise en 1950.

 

 

Découvrez cette vidéo de ABC Australia avec le journaliste Chris Mayor sur son entretien avec les maires d'Hiroshima et de Nagasaki dans le cadre de leur visite à Caux 1950. Vous pouvez également lire un article sur Chris Mayor et son entretien en 1950 ici.

 

 

__________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

Featured Story
Off
Event Categories
75th anniversary 75 stories

sur le même thème

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...