1958 - Angela Elliott: À l'école à Caux

24/04/2021
Caux school 4

 

Les années 1950 et 1960 ont été une période d'expansion pour le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement), avec des équipes de personnes travaillant dans le monde entier pour la réconciliation et la paix au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Des pièces de théâtre et des spectacles musicaux ont fait le tour du monde et des centres de conférence ont été créés en Amérique latine, en Inde, au Japon et dans plusieurs pays d'Afrique (voir Notre histoire).

Parmi les personnes travaillant à plein temps pour le Réarmement moral (RAM) se trouvaient des couples avec de jeunes enfants. Une école a été ouverte à Caux pour permettre aux parents de voyager lorsque cela était nécessaire - parfois sur d'autres continents - et pour offrir aux enfants une stabilité et une éducation. À une époque où les voyages en avion étaient chers et rares, de nombreux enfants ne voyaient pas leurs parents pendant des mois, voire des années.

C'était un grand sacrifice pour les parents comme pour les enfants. Si certains enfants ont gardé de bons souvenirs de leur passage à l'école de Caux, pour d'autres, ce fut une période très difficile.

Mary Lean et Elisabeth Peters écrivent :

 

Caux school 1
Enfants et institutrices de l'école à Caux, 1962: Marion (assise au centre), Angela (derrière Marion à droite)

 

Angela Cook (plus tard Elliott) est arrivée à Caux en 1958, à l'âge de quatre ans. Elle y a passé les cinq années suivantes, tandis que ses parents travaillaient avec le MRA en Allemagne, en Asie et aux Etats-Unis. Elle fait partie des quelques 40 enfants qui ont vécu à Caux à différents moments entre 1955 et 1965, et qui ont fréquenté une petite école dans un chalet situé à la montagne, à proximité du centre de conférence.

Pour Angela, cette séparation a été facilitée par les  « soins tout à fait satisfaisants » prodigués par la jeune Anglaise qui s'occupait d'elle, Jill Dunn (plus tard Loughman). Pour d'autres, cette séparation était presque insupportable.

Cours de chant
Caux school 2
L'école à Caux, 1962
 

Qu'est-ce qui pourrait inciter une mère ou un père à laisser un jeune enfant pendant une période aussi longue ?

Une partie de la réponse réside dans l'urgence de la tâche qu'ils voyaient devant eux. La plupart des parents pouvaient se souvenir de deux guerres mondiales, et la crainte d'une troisième était réelle.

La mère d'Angela lui a dit des années plus tard qu'elle avait cru que leur travail pouvait contribuer à éviter une autre guerre : une motivation puissante pour quelqu'un qui avait grandi dans l'Allemagne d'Hitler.

La mère d'Angela lui a dit des années plus tard qu'elle avait cru que leur travail pouvait contribuer à éviter une autre guerre.

Les travaux de John Bowlby sur les dangers psychologiques de la séparation des jeunes enfants d'avec leur mère commençaient tout juste à être connus à cette époque, et il est peu probable que les parents - ou les enseignants ou ceux qui prenaient soin des enfants, tous volontaires - en aient eu connaissance.  Les parents pensaient qu'ils laissaient leurs enfants dans un endroit sûr, où ils recevraient une bonne éducation et que c'était eux qui faisait un sacrifice, pas les enfants.

 

Caux school 5 Picknick Outing
Sortie de pique-nique, 1957

 

Et la plupart des souvenirs d'Angela sont ensoleillés : la cueillette de narcisses sauvages au printemps, les randonnées et les pique-niques en été, s'endormir au son des cloches de vaches, descendre en luge une route de montagne sinueuse près de l'école, survoler à ski un paysage étincelant de blancheur. A cette période, les conférences se tenaient toute l'année, et les interactions avec des personnes du monde entier ont ouvert aux enfants de larges horizons.

Enfant, je n'ai jamais remis en question le rythme de ces journées. Ce n'est que plus tard que j'ai commencé à comprendre le coût de nos longues séparations, pour moi et mes parents.

« Enfant, je n'ai jamais remis en question le rythme de ces journées », dit Angela. « Je ne connaissais rien à quoi les comparer. Ce n'est que plus tard que j'ai commencé à comprendre le coût de nos longues séparations, pour moi et mes parents ».

 

Caux school 5 Skiing
Cours de ski, 1956

 

Caux school 5 Marion
Marion sur la luge

D'autres enfants ont eu moins de chance. L'absence de leurs parents, les changements fréquents parmi ceux qui prenaient soin d'eux  et les exigences de la vie dans un centre de conférence très fréquenté ont jeté une ombre sur leur enfance et leur vie d'adulte. Les frontières entre la maison et l'école étaient floues, et ils n'avaient pas la possibilité de rentrer chez eux vers quelqu'un pour qui ils auraient compté plus que quiconque. 

Lorsque Marion Porteous (née Manson) a visité Caux en 2006 avec son mari et ses filles adultes, elle a écrit dans le livre d'or : « Malgré ce merveilleux travail de réconciliation, les enfants ont souffert. Peut-être notre histoire sera-t-elle entendue un jour ».

En 2009, Caux Books a répondu à cette demande en publiant Stories of the Caux School 1955-65, dans lequel des enfants, des membre du personnel et  des éducateurs partagent les souvenirs, à la fois joyeux et douloureux,  de ces années passées à Caux.

 

En savoir plus sur l'école à Caux.

 

_____________________________________________________________

 

 

 

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

Photos: Stories of the Caux School 1955-65, Caux Books, 2009

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim and Marie Chaftari - ‘I am not a victim’

The Caux summer of 1988 at the Initiatives of Change conference centre began with a Mediterranean Dialogue, attended by people from all over the region, followed by a 10-day ‘youth training session’. ...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- "Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la "Mère Teresa de la Corée du Sud". Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en 19...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...

Renée Pan photo David Channer

1985: Renée Pan – Dropping the burden of revenge

Renée Pan, a Cambodian refugee living in the US, came to Caux in 1985 on a mission – to learn how to forgive....

Amie Zysset in Caux

1984 : Amie Zysset - La grande aventure

Amie Zysset était le cœur et l'âme des conférences internationales sur la famille qui ont eu lieu à Caux de 1978 jusque dans les années 80. Elle est décédée - à l'âge de 60 ans seulement - après de lo...

Folker and Monica Mittag wedding

1983: Folker et Monica Mittag – Trouvés dans la traduction

Le mariage de Folker et Monica Mittag en avril 1983 est le résultat d'une rencontre à Caux « qui a changé nos vies pour toujours ». Folker était un homme d'affaires allemand, Monica une interprète su...

Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)

1982 : Paul Tournier - La médecine de la personne

L'un de mes souvenirs les plus marquants de plus de 50 ans de conférences de Caux remonte à 1982 : assis dans une cabine de traduction, avec vue sur le Grand Hall, j'ai interprété du français vers l'a...

Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. ...