1958 - Angela Elliott: À l'école à Caux

24/04/2021
Caux school 4

 

Les années 1950 et 1960 ont été une période d'expansion pour le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement), avec des équipes de personnes travaillant dans le monde entier pour la réconciliation et la paix au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Des pièces de théâtre et des spectacles musicaux ont fait le tour du monde et des centres de conférence ont été créés en Amérique latine, en Inde, au Japon et dans plusieurs pays d'Afrique (voir Notre histoire).

Parmi les personnes travaillant à plein temps pour le Réarmement moral (RAM) se trouvaient des couples avec de jeunes enfants. Une école a été ouverte à Caux pour permettre aux parents de voyager lorsque cela était nécessaire - parfois sur d'autres continents - et pour offrir aux enfants une stabilité et une éducation. À une époque où les voyages en avion étaient chers et rares, de nombreux enfants ne voyaient pas leurs parents pendant des mois, voire des années.

C'était un grand sacrifice pour les parents comme pour les enfants. Si certains enfants ont gardé de bons souvenirs de leur passage à l'école de Caux, pour d'autres, ce fut une période très difficile.

Mary Lean et Elisabeth Peters écrivent :

 

Caux school 1
Enfants et institutrices de l'école à Caux, 1962: Marion (assise au centre), Angela (derrière Marion à droite)

 

Angela Cook (plus tard Elliott) est arrivée à Caux en 1958, à l'âge de quatre ans. Elle y a passé les cinq années suivantes, tandis que ses parents travaillaient avec le MRA en Allemagne, en Asie et aux Etats-Unis. Elle fait partie des quelques 40 enfants qui ont vécu à Caux à différents moments entre 1955 et 1965, et qui ont fréquenté une petite école dans un chalet situé à la montagne, à proximité du centre de conférence.

Pour Angela, cette séparation a été facilitée par les  « soins tout à fait satisfaisants » prodigués par la jeune Anglaise qui s'occupait d'elle, Jill Dunn (plus tard Loughman). Pour d'autres, cette séparation était presque insupportable.

Cours de chant
Caux school 2
L'école à Caux, 1962
 

Qu'est-ce qui pourrait inciter une mère ou un père à laisser un jeune enfant pendant une période aussi longue ?

Une partie de la réponse réside dans l'urgence de la tâche qu'ils voyaient devant eux. La plupart des parents pouvaient se souvenir de deux guerres mondiales, et la crainte d'une troisième était réelle.

La mère d'Angela lui a dit des années plus tard qu'elle avait cru que leur travail pouvait contribuer à éviter une autre guerre : une motivation puissante pour quelqu'un qui avait grandi dans l'Allemagne d'Hitler.

La mère d'Angela lui a dit des années plus tard qu'elle avait cru que leur travail pouvait contribuer à éviter une autre guerre.

Les travaux de John Bowlby sur les dangers psychologiques de la séparation des jeunes enfants d'avec leur mère commençaient tout juste à être connus à cette époque, et il est peu probable que les parents - ou les enseignants ou ceux qui prenaient soin des enfants, tous volontaires - en aient eu connaissance.  Les parents pensaient qu'ils laissaient leurs enfants dans un endroit sûr, où ils recevraient une bonne éducation et que c'était eux qui faisait un sacrifice, pas les enfants.

 

Caux school 5 Picknick Outing
Sortie de pique-nique, 1957

 

Et la plupart des souvenirs d'Angela sont ensoleillés : la cueillette de narcisses sauvages au printemps, les randonnées et les pique-niques en été, s'endormir au son des cloches de vaches, descendre en luge une route de montagne sinueuse près de l'école, survoler à ski un paysage étincelant de blancheur. A cette période, les conférences se tenaient toute l'année, et les interactions avec des personnes du monde entier ont ouvert aux enfants de larges horizons.

Enfant, je n'ai jamais remis en question le rythme de ces journées. Ce n'est que plus tard que j'ai commencé à comprendre le coût de nos longues séparations, pour moi et mes parents.

« Enfant, je n'ai jamais remis en question le rythme de ces journées », dit Angela. « Je ne connaissais rien à quoi les comparer. Ce n'est que plus tard que j'ai commencé à comprendre le coût de nos longues séparations, pour moi et mes parents ».

 

Caux school 5 Skiing
Cours de ski, 1956

 

Caux school 5 Marion
Marion sur la luge

D'autres enfants ont eu moins de chance. L'absence de leurs parents, les changements fréquents parmi ceux qui prenaient soin d'eux  et les exigences de la vie dans un centre de conférence très fréquenté ont jeté une ombre sur leur enfance et leur vie d'adulte. Les frontières entre la maison et l'école étaient floues, et ils n'avaient pas la possibilité de rentrer chez eux vers quelqu'un pour qui ils auraient compté plus que quiconque. 

Lorsque Marion Porteous (née Manson) a visité Caux en 2006 avec son mari et ses filles adultes, elle a écrit dans le livre d'or : « Malgré ce merveilleux travail de réconciliation, les enfants ont souffert. Peut-être notre histoire sera-t-elle entendue un jour ».

En 2009, Caux Books a répondu à cette demande en publiant Stories of the Caux School 1955-65, dans lequel des enfants, des membre du personnel et  des éducateurs partagent les souvenirs, à la fois joyeux et douloureux,  de ces années passées à Caux.

 

En savoir plus sur l'école à Caux.

 

_____________________________________________________________

 

 

 

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

Photos: Stories of the Caux School 1955-65, Caux Books, 2009

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ramez Salame credit: Inner Change

1968: Ramez Salame – ‘I gave away my gun’

Ramez Salamé was a 21-year-old law student from Beirut, Lebanon, when he took part in a leadership training course for young people in Caux – a precursor of the scores of similar programmes which have...

Teame Mebrahtu photo: John Bond

1967: Teame Mebrahtu – ‘It’s immaterial where I live’

Teame Mebrahtu came to Caux in 1967, five years after his homeland of Eritrea was annexed by Ethiopia. The liberation struggle – which was to continue for three decades – was gaining momentum. Resentm...

Buth Diu (photo Arthur Strong)

1966: Buth Diu – Non pas qui a raison mais ce qui est juste

En 1966, un politicien soudanais de haut rang, Buth Diu, présente au siège londonien de Réarmement moral (RAM, aujourd'hui Initiatives et Changement) des lances et un bouclier en cuir d'hippopotame, e...

Robert Carmichael and Indian

1965: Robert Carmichael - Une industrie qui met l'homme au premier plan

C'est en 1965, à Rome qu'a été signé le premier accord librement négocié entre les pays industrialisés et les pays en développement sur le prix d'une matière première, en l'occurrence le jute. Cet acc...

Muriel Smith

1963: Muriel Smith – Une voix pour la guérison raciale

Près du bar à café du Caux Palace se trouve un piano à queue, cadeau de la mezzo-soprano américaine Muriel Smith. Elle était un visage familier des conférences de Caux dans les années 1960, faisant ré...

Walking Buffalo portrait

1962: Chief Walking Buffalo – Respecter et protéger la Terre Mère

En 1962, un documentaire sur un voyage remarquable de 62 000 miles est présenté en première à Caux. Deux ans auparavant, le chef Walking Buffalo de la nation Nakoda (Stoney) et le chef David Crowchild...

Daw Nyein Tha (from Joyful revolutionary) square

1964: Daw Nyein Tha – « Quand je montre mon voisin du doigt »

On ne savait jamais qui on pouvait rencontrer dans les cuisines du centre de conférences à Caux dans les années 1960. L'équipe qui préparait les plats pour les invités asiatiques était sous la responb...

Patrick Colquhoun

1961 - Patrick Colquhoun: Cette semaine qui a changé ma vie

« Les articles sur le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qu'un ami m'avait envoyés au cours des trois années précédentes finissaient invariablement à la poubelle, » raconte Patri...

Marcel Grandy and Archbishop Makarios

1960 - Cyprus: « L'espoir ne meurt jamais »

Rares sont les problèmes dans le monde qui n'ont pas trouvé un écho dans les conférences et les rencontres organisées à Caux depuis 1946. En 1960, Chypre a obtenu son indépendance, après plusieurs ann...

Lennart Segerstrale

1959 – Lennart Segerstråle: « L'art doit représenter un danger pour le mal »

En 1959, une vaste fresque est dévoilée sur le mur de la salle à manger du Caux Palace. Son créateur, l'artiste finlandais Lennart Segerstråle, a choisi l'image universelle de l'eau pour représenter s...

Jessie Bond 1945

1957 - Jessie Bond: «J'ai vu sa grandeur»

Jessie Bond avait du mal à gérer ses quatre enfants et les fréquents accès de colère de son mari et elle envisageait sérieusement de le quitter lorsqu'ils sont allés passer l'été en Suisse, à Caux. Un...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...