1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

Par Mary Lean

13/04/2021
Freedom scene square

 

En juillet 1955, après avoir passé une semaine ä Caux pour la Conférence, la délégation africaine est prête à poursuivre son chemin. Ils disent à leurs hôtes :  « Nous avons apprécié Caux. Maintenant, merci de faire le nécessaire pour que nous puissions voir d'autres choses en Europe? »

Le lendemain matin, le 28 juillet, le fondateur d'Initiatives et Changement (connu sous le nom de Réarmement Moral à l'époque), Frank Buchman, réunit le groupe. Ils viennent de plusieurs pays, la plupart luttant pour leur indépendance, et il y a parmi eux des hommes et femmes politiques, des dirigeant-e-s syndicaux, des hommes et femmes d'affaires et des étudiant-e-s. « J'ai passé une grande partie de la nuit dernière à penser à l'Afrique », leur dit Buchman. « L'Afrique n'est pas destinée à être déchirée entre l'Est et l'Ouest, mais à apporter une réponse à l'Est comme à l'Ouest. Je pense que cette réponse pourrait prendre la forme d'une pièce de théâtre. Pensez-vous que vous pourriez en écrire une ?»

L'Afrique n'est pas destinée à être déchirée

«Nous étions 30 Africain-e-s à nous retrouver après le déjeuner », se souvient Ifoghale Amata, un jeune diplômé nigérian. «Rapidement, nous avons commencé à nous disputer sur ce qui devait figurer dans la pièce. Puis quelqu'un a demandé un temps de silence ». 

Freedom John Ifoghale Amata portrait
Ifoghale Amata
Freedom Manasse Moerane
Manasseh Moerane

Lorsqu'ils ont mis leurs idées en commun, ils ont découvert qu'ils avaient le squelette d'une intrigue. Manasseh Moerane, un leader des enseignants sud-africains, Abay-Ifaa Karbo du Kenya et Amata se sont portés volontaires pour écrire chacun un acte. Le lendemain matin, ils lisent leurs brouillons au reste du groupe et à cinq heures, ils annoncent à Buchman qu'ils ont achevé d'écrire la pièce. 

Une semaine plus tard, le 5 août, le groupe présentela pièce au théâtre de Caux, Amata et Moerane jouant deux des rôles principaux, ceux des chefs de deux factions politiques dans une nation africaine sur le point d'accéder à l'indépendance.

La pièce montre un changement de cœur qui amène l'unité entre des personnes divisées par leur idéologie, leur personnalité et l'esprit tribal. Cela désarme les préjugés de l'arrogant gouverneur colonial et facilite le chemin du pays vers la liberté.

Nous avons été catapultés dans l'histoire.

Buchman a rapidement annoncé que la pièce, qu'ils ont intitulée Liberté, serait présentée à Londres la semaine suivante. « Nous avons été catapultés dans l'histoire », a déclaré Moerane. « En quelques mois, Liberté a été vu par 30 000 Européen-ne-s à Londres, Paris, Bonn, Berne, Genève, Helsinki, Copenhague, Stockholm, Oslo et Milan. La demande était si forte que nous avons décidé d'en faire un film ».

 

Freedom scene with Jardine (right)
Scène du film avec Lionel Jardine (à droite)

 

Freedom filming
L'équipe de tournage

Le tournage a eu lieu au Nigeria en 1956. Plus de 2 000 personnes ont contribué au financement. Certains acteurs et membres de l'équipe ont abandonné leur travail pour y participer bénévolement. Les acteurs et actrices venaient de toute l'Afrique, à l'exception d'un administrateur colonial britannique à la retraite, Lionel Jardine, qui jouait le rôle du gouverneur.

Les cameramen étaient tous deux scandinaves: Rikhard Tegström, qui avait travaillé pour Disney, venait de Suède, et Aimo Jäderholm, qui était sous contrat avec Suomi Filmi, la plus grande société de cinéma finlandaise, était finlandais. Une scène consistait en une course de canoës, avec 10 000 figurants.

« Une grande partie du tournage a dû se faire de nuit à cause de la chaleur et du bruit », écrit Loël Ferreira, assistant du réalisateur. « Les films étaient conservés dans la chambre froide d'une boucherie pour éviter qu'ils ne se dilatent sous l'effet de la chaleur et étaient amenés par avion à Londres pour y être traités ». 

On pense que Liberté a été le premier long métrage écrit et interprété par des Africain-e-s et filmé en Afrique. Il a été doublé dans de nombreuses langues et diffusé dans le monde entier. Rien qu'au Kenya, un million de personnes l'ont vu à l'approche de l'indépendance en 1963.

 

Freedom team cropped in Kiruna
Les acteurs, actrices et la compagnie de Liberté à Kiruna, en Suède, portant des vêtements
de l'armée qui leur ont été donnés pour lutter contre le froid.

Après les excuses... quoi ?

Partout où il a été vu, il a eu un impact sur la vie des gens, avec des conséquences durables. Robert Webb, un jeune journaliste de Jackson, dans le Mississippi, l'a vu lors d'une conférence en 1957. Il a écrit plus tard que le film avait enfoncé « un pieu dans mon cœur raciste ».

Après le film, il s'est excusé auprès de « la première personne noire que j'ai vue", qui se trouvait être africaine. « Je n'oublierai jamais sa réponse : Après les excuses... quoi ?' J'ai essayé de répondre à cette question depuis lors. »

Webb a poursuivi une brillante carrière au sein du Cincinatti Enquirer. Lorsqu'il est décédé en 2018, sa notice nécrologique parlait de sa « vision du journalisme comme d'une force pouvant aider à guérir les blessures les plus profondes et à construire des ponts par-dessus les divisions les plus amères. »

Découvrez la brochure du film en français.

________________________________________________________________________

 

Regardez le film ici.

 

Regardez un reportage sur la première de Liberté à Los Angeles en 1961.

 

 

________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Film Liberté: Initiatives et Changement & For a New World Archives
  • Film sur la première à Los Angeles: Initiatives et Changement & For a New World Archives
  • Photos: Initiatives et Changement & For a New World Archives
  • Relecture: Claire Martin-Fiaux

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...