1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

Par Mary Lean

13/04/2021
Freedom scene square

 

En juillet 1955, après avoir passé une semaine ä Caux pour la Conférence, la délégation africaine est prête à poursuivre son chemin. Ils disent à leurs hôtes :  « Nous avons apprécié Caux. Maintenant, merci de faire le nécessaire pour que nous puissions voir d'autres choses en Europe? »

Le lendemain matin, le 28 juillet, le fondateur d'Initiatives et Changement (connu sous le nom de Réarmement Moral à l'époque), Frank Buchman, réunit le groupe. Ils viennent de plusieurs pays, la plupart luttant pour leur indépendance, et il y a parmi eux des hommes et femmes politiques, des dirigeant-e-s syndicaux, des hommes et femmes d'affaires et des étudiant-e-s. « J'ai passé une grande partie de la nuit dernière à penser à l'Afrique », leur dit Buchman. « L'Afrique n'est pas destinée à être déchirée entre l'Est et l'Ouest, mais à apporter une réponse à l'Est comme à l'Ouest. Je pense que cette réponse pourrait prendre la forme d'une pièce de théâtre. Pensez-vous que vous pourriez en écrire une ?»

L'Afrique n'est pas destinée à être déchirée

«Nous étions 30 Africain-e-s à nous retrouver après le déjeuner », se souvient Ifoghale Amata, un jeune diplômé nigérian. «Rapidement, nous avons commencé à nous disputer sur ce qui devait figurer dans la pièce. Puis quelqu'un a demandé un temps de silence ». 

Freedom John Ifoghale Amata portrait
Ifoghale Amata
Freedom Manasse Moerane
Manasseh Moerane

Lorsqu'ils ont mis leurs idées en commun, ils ont découvert qu'ils avaient le squelette d'une intrigue. Manasseh Moerane, un leader des enseignants sud-africains, Abay-Ifaa Karbo du Kenya et Amata se sont portés volontaires pour écrire chacun un acte. Le lendemain matin, ils lisent leurs brouillons au reste du groupe et à cinq heures, ils annoncent à Buchman qu'ils ont achevé d'écrire la pièce. 

Une semaine plus tard, le 5 août, le groupe présentela pièce au théâtre de Caux, Amata et Moerane jouant deux des rôles principaux, ceux des chefs de deux factions politiques dans une nation africaine sur le point d'accéder à l'indépendance.

La pièce montre un changement de cœur qui amène l'unité entre des personnes divisées par leur idéologie, leur personnalité et l'esprit tribal. Cela désarme les préjugés de l'arrogant gouverneur colonial et facilite le chemin du pays vers la liberté.

Nous avons été catapultés dans l'histoire.

Buchman a rapidement annoncé que la pièce, qu'ils ont intitulée Liberté, serait présentée à Londres la semaine suivante. « Nous avons été catapultés dans l'histoire », a déclaré Moerane. « En quelques mois, Liberté a été vu par 30 000 Européen-ne-s à Londres, Paris, Bonn, Berne, Genève, Helsinki, Copenhague, Stockholm, Oslo et Milan. La demande était si forte que nous avons décidé d'en faire un film ».

 

Freedom scene with Jardine (right)
Scène du film avec Lionel Jardine (à droite)

 

Freedom filming
L'équipe de tournage

Le tournage a eu lieu au Nigeria en 1956. Plus de 2 000 personnes ont contribué au financement. Certains acteurs et membres de l'équipe ont abandonné leur travail pour y participer bénévolement. Les acteurs et actrices venaient de toute l'Afrique, à l'exception d'un administrateur colonial britannique à la retraite, Lionel Jardine, qui jouait le rôle du gouverneur.

Les cameramen étaient tous deux scandinaves: Rikhard Tegström, qui avait travaillé pour Disney, venait de Suède, et Aimo Jäderholm, qui était sous contrat avec Suomi Filmi, la plus grande société de cinéma finlandaise, était finlandais. Une scène consistait en une course de canoës, avec 10 000 figurants.

« Une grande partie du tournage a dû se faire de nuit à cause de la chaleur et du bruit », écrit Loël Ferreira, assistant du réalisateur. « Les films étaient conservés dans la chambre froide d'une boucherie pour éviter qu'ils ne se dilatent sous l'effet de la chaleur et étaient amenés par avion à Londres pour y être traités ». 

On pense que Liberté a été le premier long métrage écrit et interprété par des Africain-e-s et filmé en Afrique. Il a été doublé dans de nombreuses langues et diffusé dans le monde entier. Rien qu'au Kenya, un million de personnes l'ont vu à l'approche de l'indépendance en 1963.

 

Freedom team cropped in Kiruna
Les acteurs, actrices et la compagnie de Liberté à Kiruna, en Suède, portant des vêtements
de l'armée qui leur ont été donnés pour lutter contre le froid.

Après les excuses... quoi ?

Partout où il a été vu, il a eu un impact sur la vie des gens, avec des conséquences durables. Robert Webb, un jeune journaliste de Jackson, dans le Mississippi, l'a vu lors d'une conférence en 1957. Il a écrit plus tard que le film avait enfoncé « un pieu dans mon cœur raciste ».

Après le film, il s'est excusé auprès de « la première personne noire que j'ai vue", qui se trouvait être africaine. « Je n'oublierai jamais sa réponse : Après les excuses... quoi ?' J'ai essayé de répondre à cette question depuis lors. »

Webb a poursuivi une brillante carrière au sein du Cincinatti Enquirer. Lorsqu'il est décédé en 2018, sa notice nécrologique parlait de sa « vision du journalisme comme d'une force pouvant aider à guérir les blessures les plus profondes et à construire des ponts par-dessus les divisions les plus amères. »

Découvrez la brochure du film en français.

________________________________________________________________________

 

Regardez le film ici.

 

Regardez un reportage sur la première de Liberté à Los Angeles en 1961.

 

 

________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Film Liberté: Initiatives et Changement & For a New World Archives
  • Film sur la première à Los Angeles: Initiatives et Changement & For a New World Archives
  • Photos: Initiatives et Changement & For a New World Archives
  • Relecture: Claire Martin-Fiaux

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Patrick Colquhoun

1961 - Patrick Colquhoun: Cette semaine qui a changé ma vie

« Les articles sur le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qu'un ami m'avait envoyés au cours des trois années précédentes finissaient invariablement à la poubelle, » raconte Patri...

Marcel Grandy and Archbishop Makarios

1960 - Cyprus: 'Hope never dies'

There are few problems in the world that have not found some echo in the conferences and encounters in Caux since 1946. In 1960 Cyprus gained its independence, after several years of sometimes violent...

Lennart Segerstrale

1959 – Lennart Segerstråle: « L'art doit représenter un danger pour le mal »

En 1959, une vaste fresque est dévoilée sur le mur de la salle à manger du Caux Palace. Son créateur, l'artiste finlandais Lennart Segerstråle, a choisi l'image universelle de l'eau pour représenter s...

Caux school 4

1958 - Angela Elliott: A l'école à Caux

Angela Cook (plus tard Elliott) est arrivée à Caux en 1958, à l'âge de quatre ans. Elle y a passé les cinq années suivantes, tandis que ses parents travaillaient avec le MRA en Allemagne, en Asie et a...

Jessie Bond 1945

1957 - Jessie Bond: «J'ai vu sa grandeur»

Jessie Bond avait du mal à gérer ses quatre enfants et les fréquents accès de colère de son mari et elle envisageait sérieusement de le quitter lorsqu'ils sont allés passer l'été en Suisse, à Caux. Un...

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...

Saidie Patterson

1954 - Saidie Patterson: « Enterrer la hache de guerre ou enterrer les morts »

Lorsque Saidie Patterson, une syndicaliste d'Irlande du Nord, prend la parole à Caux en 1954, elle tient à souligner que le Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) n'avait pas affaibl...

Mohamed Masmouti

1953 – Mohamed Masmoudi: « Arrête de maudire les Français. »

En 1953, Mohamed Masmoudi, un jeune nationaliste tunisien qui mène une existence semi-clandestine, vient à Caux. C'est d'ailleurs plus ou moins clandestinement qu'il avait passé la frontière suisse. À...

Maurice Mercier 1951

1951 - Maurice Mercier: « Pas un cri de haine »

Jean-Jacques Odier n'est pas très impressionné lorsqu'il rencontre pour la première fois Maurice Mercier, l'homme à l'origine des grandes délégations industrielles françaises qui visitent Caux en 1951...

Maclean wedding Caux 1958 square

1952 - Elsbeth et Adam McLean: Un mariage à Caux

Lorsqu'Elsbeth Spoerry travaillait à remettre en état un Caux Palace passablement abîmé pour y accueillir les premières conférences en 1946, elle était loin de se douter que, six ans plus tard, elle s...

Yukaki Shoma young

1950 - Yukika Sohma: « Le Japon peut renaître »

Le drapeau japonais flottait devant le centre de conférences lorsque 64 Japonais-e-s sont arrivé-e-s à Caux en 1950. Ce fut un moment émouvant : au Japon, toujours sous occupation américaine, il était...

Max Bladeck

1949 - Max Bladeck: Au-delà de la lutte des classes

C'est dans les années vingt, alors qu'il était encore mineur, que Max Bladeck rejoint les rangs du parti communiste allemand. Sa visite au centre de conférence à Caux en 1949 changera sa vision du mon...

Paul Misraki

1948 - Paul Misraki: Bande-son pour une nouvelle Allemagne

L'Allemagne était en ruines. L'Europe était en ruines. Des millions de personnes avaient été tuées, des millions d'autres blessées et déplacées. Sans compter les ruines morales, à l'origine d'un profo...

Peter Petersen

1947 - Peter Petersen: « Toutes nos défenses se sont effondrées. »

«A cette époque, même un chien aurait refusé un morceau de pain de la main d'un Allemand», se souvient Peter Petersen, l'un des 150 Allemands que les Alliés ont autorisés à venir à Caux en 1947. Ils o...