1959 – Lennart Segerstråle: « L'art doit représenter un danger pour le mal »

Par Mary Lean

04/05/2021
Lennart Segerstrale

 

Lennart Segerstrale

En 1959, une vaste fresque - Au fil de la vie - est dévoilée sur le mur de la salle à manger du Caux Palace. Son créateur, l'artiste finlandais Lennart Segerstråle, a choisi l'image universelle de l'eau pour représenter sa vision de Caux : un lieu où les gens viennent à la source pour étancher leur soif intérieure, puis apportent l'eau de la vie à un monde assoiffé. Au centre, un personnage sombre se penche pour voir son reflet dans le puits et se relève, transformé, rayonnant de vie.

Alors âgé de 68 ans, Lennart Segerstråle était le peintre animalier le plus célèbre de Finlande, connu pour ses fresques et ses peintures murales monumentales. La Galerie nationale finlandaise, qui possède 105 de ses œuvres, décrit la « juxtaposition du bien et du mal » comme un thème central. « Les œuvres de Segerstråle traitent de nombreuses questions morales de l'après-guerre, comme les problèmes des pays en développement, les conflits raciaux et les questions environnementales », peut-on lire sur son site web. Segerstråle lui-même affirmait que « l'art du futur doit représenter un danger pour le mal ».

 

Lennart Segerstrale fresco dining-room making of 1959
La création de la fresque en 1959

 

Juste avant la Seconde Guerre mondiale, Segerstråle avait pris part à une conférence du Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) à Aulanko, en Finlande. Cette rencontre avait permis de réconcilier des personnes amèrement divisées par la guerre civile finlandaise, 20 ans auparavant. Et cette réconciliation avait contribué à la réunification du pays avant l'invasion de la Russie soviétique, survenue plus tard cette même année. Segerstråle a déclaré qu'il avait peint la fresque à Caux en remerciement de ce que le Réarmement Moral avait fait pour la Finlande.

Parmi les œuvres les plus connues de Segerstråle figurent les fresques de la Banque de Finlande à Helsinki et celles de l'église principale de Varkaus. Cette dernière, d'une superficie de 242 mètres carrés, est considérée comme la plus grande fresque de Scandinavie.

Si le travail sur une fresque est interrompu ne serait-ce que quelques heures, toute la section doit être refaite - mais il était prêt à prendre ce risque.

Un ami du Réarmement Moral, Paul Gundersen, a rendu visite à Segerstrale pendant qu'il y travaillait : « Le peintre utilisait un échafaudage posé sur des rails de chemin de fer pour se déplacer d'avant en arrière le long du mur. Il venait d'interrompre son travail et parlait à une femme, qui était venue lui demander une aide personnelle. Si le travail sur une fresque est interrompu ne serait-ce que quelques heures, toute la section doit être refaite - mais il était prêt à prendre ce risque. »

 

Lennart Segerstrale fresco dining-room
Lennart Segerstråle (à droite) avec Molle-Cecilie Major et Peter Lotar à Caux en 1970

 

En 1970, Segerstråle a fait partie d'un groupe d'artistes représentant de nombreuses disciplines et réunis à Caux. La conférence a donné lieu à un livre, New Life for Art, auquel Segerstråle a contribué par un article. « Le fait le plus fondamental en matière d'art est que l'homme et l'art sont une seule et même personne », a-t-il déclaré. Des facteurs personnels tels que la peur des critiques ou une « ambition dévoyée » peuvent miner la créativité : « Je peux avoir de nombreux ennemis intérieurs qui abîment mon travail ».

Le fait le plus fondamental en matière d'art est que l'homme et l'art sont une seule et même personne.

Pour illustrer cela, il a donné l'exemple d'un travail où il collaborait avec une assistante sur une fresque d'église. « Un jour que nous faisions des essais de couleurs pour la prochaine surface et que nous en avions fait chacun quelques-uns et les avions comparés, j'ai tout de suite vu que les couleurs de ma collègue étaient meilleures que les miennes, mais j'ai décidé que nous devions continuer avec mon choix. Ma collègue a acquiescé en silence. Mais il n'y avait plus de joie dans tout cela. Le travail d'équipe n'était pas fluide. Le résultat s'est visiblement aggravé ».  Le troisième jour, il a finalement avoué sa jalousie à sa collègue, s'est excusé et a demandé à leur maçon horrifié de refaire le mur pour qu'ils puissent recommencer. 

 

Lennart Segerstråle (centre) in front of the fresco
Lennart Segerstråle (centre) devant la fresque

 

En tant que chrétien, Segerstale considérait son art, quel que soit le thème, comme une expression de sa relation avec Dieu. Il était généreux dans son soutien au Réarmement Moral, offrant les honoraires d'une de ses commandes - près de la moitié du revenu d'une année - pour le doublage du film Freedom en swahili. Gundersen maintient que sa loyauté envers le Réarmement Moral, à une époque controversée, lui a coûté une récompense présidentielle.

« On peut comprendre que certains proches de Lennart aient eu l'impression que son engagement chrétien occupait trop de son temps », écrit Gundersen. « Lennart m'a dit un jour que ces critiques ne saisissaient pas ce qui était la source la plus profonde de son inspiration ».

Cette source est également le centre de sa fresque à Caux.

 

Au fil des ans, des artistes de toutes disciplines ont été inspirés par le concept de Lennart Segerstråle d' "art dangereux pour le mal". Nombre d'entre eux et elles se préparent à célébrer cette année les 75 ans de rencontres de Caux. Une série d'événements artistiques sera lancée avec un événement en ligne le 29 mai. Restez connecté-e-s et surveillez cet espace pour une variété de performances, de présentations artistiques et d'ateliers tout au long de l'année !

 

L'art reflète l'esprit du temps. Il fait partie du présent, mais il est aussi tourné vers l'avenir et contribue à le façonner. Il rend compte du destin de l'humanité.

Lennart Segerstråle

________________________________________________________________________

 

Lennart segerstrale fresco dining-room Lifted up

A gauche :

Au centre de la fresque, un personnage se regarde dans le miroir du puits de la vie et se voit rempli de ténèbres. Un changement s'opère dans son cœur et il se lève, rayonnant de lumière, les yeux ouverts sur un monde nouveau et une vie nouvelle. Derrière lui, cinq personnages transportent l'eau vive vers les cinq continents.

 

 

Lennart segerstrale fresco dining-room Helping

A droite :

Les antilopes au premier plan et les personnages portant des bols représentent les millions de personnes qui aspirent à atteindre le puits. Au premier plan, un Africain offre son bol d'eau à un homme blanc malade : un symbole de l'Afrique apportant la guérison à un monde occidental qui a perdu son chemin.

 

 

Lennart segerstrale fresco dining-room Lifted up

A gauche :

Des personnes de races et de continents différents affluent vers l'eau, tendant leurs mains en signe de réconciliation. Les enfants tiennent une palme représentant la paix.

 

 

 

Lennart segerstrale fresco dining-room Family

A droite :

Les quatre serpents dans le coin inférieur droit représentent les ennemis intérieurs qui empoisonnent le cœur des gens. La mère et le père protègent leurs enfants en brandissant une lance pour les attaquer. Ils prennent ainsi position dans la bataille entre le bien et le mal, la vérité  et  le mensonge.

 

 

Découvrez la déscription complète des différentes scènes de la fresque.

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Incorrigibly Independent, Paul Gundersen, Caux Books, 1999
  • New Life for Art, Victor Sparre Grosvenor Books, 1971
  • Portrait teaser Jan Franzon
  • Photo 1970 à Caux avec des amis: Lars Rengfelt
  • Photo en haut, portrait, L.S. en train de peindre, devant la fresque: Initiatives of Change
  • Photos 4 scènes: Cindy Bühler
  • Relecture: Claire Martin-Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Patrick Colquhoun

1961 - Patrick Colquhoun: Cette semaine qui a changé ma vie

« Les articles sur le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qu'un ami m'avait envoyés au cours des trois années précédentes finissaient invariablement à la poubelle, » raconte Patri...

Marcel Grandy and Archbishop Makarios

1960 - Cyprus: 'Hope never dies'

There are few problems in the world that have not found some echo in the conferences and encounters in Caux since 1946. In 1960 Cyprus gained its independence, after several years of sometimes violent...

Caux school 4

1958 - Angela Elliott: A l'école à Caux

Angela Cook (plus tard Elliott) est arrivée à Caux en 1958, à l'âge de quatre ans. Elle y a passé les cinq années suivantes, tandis que ses parents travaillaient avec le MRA en Allemagne, en Asie et a...

Jessie Bond 1945

1957 - Jessie Bond: «J'ai vu sa grandeur»

Jessie Bond avait du mal à gérer ses quatre enfants et les fréquents accès de colère de son mari et elle envisageait sérieusement de le quitter lorsqu'ils sont allés passer l'été en Suisse, à Caux. Un...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...

Saidie Patterson

1954 - Saidie Patterson: « Enterrer la hache de guerre ou enterrer les morts »

Lorsque Saidie Patterson, une syndicaliste d'Irlande du Nord, prend la parole à Caux en 1954, elle tient à souligner que le Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) n'avait pas affaibl...

Mohamed Masmouti

1953 – Mohamed Masmoudi: « Arrête de maudire les Français. »

En 1953, Mohamed Masmoudi, un jeune nationaliste tunisien qui mène une existence semi-clandestine, vient à Caux. C'est d'ailleurs plus ou moins clandestinement qu'il avait passé la frontière suisse. À...

Maurice Mercier 1951

1951 - Maurice Mercier: « Pas un cri de haine »

Jean-Jacques Odier n'est pas très impressionné lorsqu'il rencontre pour la première fois Maurice Mercier, l'homme à l'origine des grandes délégations industrielles françaises qui visitent Caux en 1951...

Maclean wedding Caux 1958 square

1952 - Elsbeth et Adam McLean: Un mariage à Caux

Lorsqu'Elsbeth Spoerry travaillait à remettre en état un Caux Palace passablement abîmé pour y accueillir les premières conférences en 1946, elle était loin de se douter que, six ans plus tard, elle s...

Yukaki Shoma young

1950 - Yukika Sohma: « Le Japon peut renaître »

Le drapeau japonais flottait devant le centre de conférences lorsque 64 Japonais-e-s sont arrivé-e-s à Caux en 1950. Ce fut un moment émouvant : au Japon, toujours sous occupation américaine, il était...

Max Bladeck

1949 - Max Bladeck: Au-delà de la lutte des classes

C'est dans les années vingt, alors qu'il était encore mineur, que Max Bladeck rejoint les rangs du parti communiste allemand. Sa visite au centre de conférence à Caux en 1949 changera sa vision du mon...

Paul Misraki

1948 - Paul Misraki: Bande-son pour une nouvelle Allemagne

L'Allemagne était en ruines. L'Europe était en ruines. Des millions de personnes avaient été tuées, des millions d'autres blessées et déplacées. Sans compter les ruines morales, à l'origine d'un profo...

Peter Petersen

1947 - Peter Petersen: « Toutes nos défenses se sont effondrées. »

«A cette époque, même un chien aurait refusé un morceau de pain de la main d'un Allemand», se souvient Peter Petersen, l'un des 150 Allemands que les Alliés ont autorisés à venir à Caux en 1947. Ils o...