1962: Chief Walking Buffalo – Respecter et protéger la Terre Mère

Par Andrew Stallybrass

19/05/2021
Walking Buffalo portrait

 

En 1962, un documentaire sur un voyage remarquable de 62 000 miles est présenté en première à Caux. Deux ans auparavant, le chef Walking Buffalo de la nation Nakoda (Stoney) et le chef David Crowchild de la nation Tsuut'ina (Sarcee) avaient emmené une délégation de huit membres issus des Premières Nations du Canada (peuples autochtones) dans une tournée en Europe, en Asie, en Afrique et dans le Pacifique, y compris à Caux. On estime que 100 millions de personnes ont pu les voir et les entendre à travers la presse, la radio et la télévision.

Les liens de Walking Buffalo avec le Réarmement moral (plus tard Initiatives et Changement) remontent à près de 30 ans auparavant. En juin 1934, lors d'une cérémonie à Banff, lui et d'autres leaders de la nation Nakoda avaient fait de Frank Buchman, le fondateur du Réarmement moral, un frère de sang, le nommant A-Wo-Zan-Zan-Tonga (Grande Lumière dans les Ténèbres). Pour les deux hommes, ce fut le début d'une amitié durable qui a conduit à la participation d'autochtones du monde entier au travail de Frank Buchman et aux conférences de Caux.

 

Walking Buffalo blood brother Frank Buchman 1934
Entouré de membres de la Nation Stoney Nakoda, le chef Walking Buffalo fait de Frank Buchman un
frère de sang lors d'une conférence internationale en 1934

 

Au fil des ans, les frères de sang sont restés en contact et se sont retrouvés en 1958 lors d'une conférence mondiale du RAM. Là, Walking Buffalo a l'occasion d'y rencontrer des gens du monde entier qui avaient trouvé un nouveau but dans leur vie. Au bout de trois semaines, il décide de renoncer à l'amertume, à l'orgueilet à la peur afin de soutenir Buchman dans son travail. « J'ai eu de bonnes raisons de haïr, mais maintenant je sais que je peux même pardonner à ceux qui m'ont fait du mal », a-t-il déclaré. « Je me sens comme un homme nouveau ».

Maintenant je sais que je peux même pardonner à ceux qui m'ont fait du mal. Je me sens comme un homme nouveau

Walking Buffalo considérait que son rôle était d'aider les gens et les dirigeants, indigènes et non indigènes, à respecter et à protéger la Terre Mère pour le bien des générations futures. Avec passion, humour et au moyen de récits, il partageait ses connaissances et sa compréhension des valeurs traditionnelles de son peuple.

 

Walking Buffalo in Caux with Frank Buchman
Walking Buffalo et Frank Buchman à Caux

 

En 1959 et 1960, le voyage conduit la délégation dans 18 pays. En Europe, le chef Walking Buffalo visite 13 pays en 11 semaines, rencontrant le chancelier Adenauer en Allemagne et les dirigeants des communautés grecque et turque à Chypre. En Scandinavie, il est accueilli par le peuple Sami, à 100 miles au nord du cercle polaire.

En Nouvelle-Zélande, le groupe canadien est l'invité d'honneur de la Confédération des chefs maoris. En Australie, ils sont accueillis par le premier ministre par intérim et par le gouverneur de l'Australie occidentale. Leurs discussions et leurs célébrations avec la communauté aborigène durent trois jours. « Ils nous ont montré la futilité de l'amertume et de la haine, et comment travailler avec les Blancs pour un pays dirigé par Dieu », déclare un participant aborigène. Ils visitent également  l'Afrique du Sud, le Zimbabwe, alors connu sous le nom de Rhodésie du Sud, la Fédération d'Afrique centrale, l'Ouganda et le Kenya.

Ils nous ont montré la futilité de l'amertume et de la haine.

 

Walking Buffalo and friends with PQ Vundla and family
Walking Buffalo et des amis chez Philip Qipa Vundla et sa famille en Afrique du Sud

 

En 1961 - l'année de ses 90 ans - Walking Buffalo prend part à des rencontres au Brésil, au Japon et aux États-Unis. De retour chez lui au Canada, il partage ses réflexions avec ses petits-enfants. « Beaucoup de gens n'ont pas l'occasion de sentir de la vraie terre sous leurs pieds, ne voient pas de plantes pousser, sauf dans des pots de fleurs, ou ne s'éloignent pas assez des lampadaires pour apprécier l'enchantement d'un ciel nocturne constellé d'étoiles », leur a-t-il dit. « Lorsque les gens vivent loin des scènes naturelles créées par le Grand Esprit, il leur est facile d'oublier ses lois ».

Walking Buffalo est mort en 1967. En 1976, son fils, Bill McLean, a accompagné la troupe de la revue Song of Asia du RAM dans plusieurs régions du Québec. Il est venu à Caux en 2001, avec trois chefs Nakoda. L'arrière-petite-fille de Walking Buffalo, Alana, a été stagiaire à Caux en 2004 et a depuis animé des ateliers sur le renforcement de la confiance dans la réserve où elle vit. L'histoire continue...

 

Walking Buffalo's son Bill McLean delegation in Berne 2001
Bill McLean, le fils de Walking Buffalo (à droite), et des chefs Nakoda visitent l'ambassade canadienne à Berne, Suisse en 2001

 

_____________________________________________________________________________________

 

Regardez le film en couleur, réalisé en 1962, du voyage autour du monde du chef Walking Buffalo (photographe : Robert Fleming, narrateur : Edward Devlin).

 

 

_____________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim and Marie Chaftari - ‘I am not a victim’

The Caux summer of 1988 at the Initiatives of Change conference centre began with a Mediterranean Dialogue, attended by people from all over the region, followed by a 10-day ‘youth training session’. ...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...

Renée Pan photo David Channer

1985: Renée Pan – Dropping the burden of revenge

Renée Pan, a Cambodian refugee living in the US, came to Caux in 1985 on a mission – to learn how to forgive....

Amie Zysset in Caux

1984 : Amie Zysset - La grande aventure

Amie Zysset était le cœur et l'âme des conférences internationales sur la famille qui ont eu lieu à Caux de 1978 jusque dans les années 80. Elle est décédée - à l'âge de 60 ans seulement - après de lo...

Folker and Monica Mittag wedding

1983: Folker et Monica Mittag – Trouvés dans la traduction

Le mariage de Folker et Monica Mittag en avril 1983 est le résultat d'une rencontre à Caux « qui a changé nos vies pour toujours ». Folker était un homme d'affaires allemand, Monica une interprète su...

Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)

1982 : Paul Tournier - La médecine de la personne

L'un de mes souvenirs les plus marquants de plus de 50 ans de conférences de Caux remonte à 1982 : assis dans une cabine de traduction, avec vue sur le Grand Hall, j'ai interprété du français vers l'a...

Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. ...