1966: Buth Diu – Non pas qui a raison mais ce qui est juste

Par Peter Everington

07/06/2021
Buth Diu (photo Arthur Strong)

 

En 1966, un politicien soudanais de haut rang, Buth Diu, présente au siège londonien de Réarmement moral (RAM, aujourd'hui Initiatives et Changement) des lances et un bouclier en cuir d'hippopotame, en témoignage de son désir de mettre fin aux guerres tribales et régionales dans son pays. «  Nous pouvons utiliser nos lances sur les poissons plutôt que les uns sur les autres », déclare-t-il.

 

Buth Diu, Karthoum 1960s, photo: Peter Everington
Khartoum dans les années 1960

 

Les intentions de Buth Diu n'ont pas toujours été aussi pacifiques. Il a grandi dans la région de Nuer, dans ce qui est aujourd'hui le Sud-Soudan, et a commencé à travailler comme employé de maison pour un commissaire de district britannique dans les années précédant l'indépendance. Sans avoir été scolarisé, il a appris seul à lire, écrire et taper à la machine. Il a obtenu le poste très prisé d'interprète, a fondé un parti politique et a été élu au parlement de Khartoum.

En 1956, le Soudan a obtenu son indépendance en se libérant de ses dirigeants britanniques et égyptiens. Les Sud-Soudanais (qui ont finalement obtenu un État séparé en 2011) n'apprécient pas la domination des Nord-Soudanais arabes. À leur tour, les Nord-Soudanais avaient un dicton : «  avoir un Nuer comme voisin c'est avoir un incendie comme voisin ». Les discours enflammés de Buth Diu au parlement témoignent de cette appréhension.

 

Buth Diu on the left with African delegation in Caux 1958 (photo Arthur Strong)
Buth Diu (à gauche) avec une délégation africaine à Caux, 1958

 

C'est à Caux, en 1958, que naît l'engagement de Buth Diu pour la réconciliation. Alors ministre des Travaux publics, il fait partie d'une délégation d'hommes politiques envoyée à Caux par le Premier ministre. Le premier matin, Buth Diu est stupéfait de voir son voisin de chambre, un Anglais, lui nettoyer ses chaussures. Plus tard, il a déclaré : « J'ai senti que le RAM devait être une révolution ».

Il s' engage à œuvrer pour la réconciliation.

Buth Diu son photo Peter Everington
Le fils de Buth Diu, Paul,
devant leur maison à
Khartoum, années 1960

Il est fasciné par le film Freedom (voir 1955) et s'entretient avec les Africains qui l'ont écrit. Lors d'une réunion plénière, il s'excuse pour sa haine des Nord-Soudanais et pour son attitude dominatrice envers ses rivaux politiques du Sud. Il s' engage à œuvrer pour la réconciliation. De retour chez lui, une joie toute neuve imprègne sa vie de famille et il donne à son fils nouveau-né le nom d'un des Soudanais du Nord  présents à Caux avec lui.

Les années suivantes à Khartoum furent difficiles. Un gouvernement militaire avait balayé le parlement, et la guerre civile s'était intensifiée dans le Sud, un revers dévastateur pour tout le pays. Buth Diu réunit des Soudanais-e-s du Nord et du Sud dans sa maison, où il leur avait souvent montré Freedom ou d'autres films du RAM. 

Lorsque la démocratie est rétablie pour quelques années, Buth Diu devient ministre des ressources animales. En 1966, il obtient l'approbation du cabinet pour que Harambee Africa, une revue musicale créée par de jeunes Africains inspirés par le RAM, donne deux semaines de spectacles au Soudan en tant qu'invités du gouvernement.  

 

Buth Diu Harambee
Présentation de Harambee Africa à Khartoum

 

Au fil des ans, une relation étroite se développe entre lui et le Dr Mohammed El Murtada qui travaillait au ministère du Travail et qui appliquait la formule du RAM « non pas qui a raison mais ce qui est juste » aux conflits industriels.

Murtada
Mohammed El Murtada
 
Buth Diu with the spears and the shield.
Buth Diu des lances et
un bouclier en cuir

À l'époque, Buth Diu construisait une nouvelle maison. C'est là, dans la maison encore en chantier que lui et Murtada se sont assis à une table et ont noté quelques idées sur la façon dont la guerre Nord-Sud pourrait être résolue. Le lendemain, ils les ont apportées au ministère de l'Intérieur. L'année suivante, certaines de leurs idées ont refait surface dans l'accord de paix de 1972, qui a mis fin à dix ans de combats intensifs.

Quelques années après la mort de Buth Diu en 1975, Mohammed El Murtada est devenu directeur du ministère du Travail. Lorsqu'il assistait à la conférence annuelle de l'Organisation internationale du travail à Genève, il se rendait souvent à Caux. En 1983, il écrit : « J'ai appris de l'exemple de Buth Diu que la résolution des problèmes ne dépend pas principalement des aspects techniques et des approches formelles. Les solutions de base viennent lorsqu'on cherche à guérir les faiblesses de la nature humaine - orgueil, peur, haine et suspicion. Celles-ci peuvent être remplacées par le pardon, l'amour et des objectifs communs pour le bien-être d'une nation, à mesure que les individus trouvent le courage d'obéir à la direction de Dieu. »

Dans les années qui ont suivi, l'histoire du Soudan a été turbulente. Caux a continué à recevoir des groupes travaillant à la réconciliation, tant du Nord que du Sud, avant et depuis son indépendance.

J'ai appris de l'exemple de Buth Diu que la résolution des problèmes ne dépend pas principalement des aspects techniques et des approches formelles.

Mohammed El Murtada

_______________________________________________________________________________

 

A propos de l'auteur

Après un profond changement personnel lors de sa rencontre avec le Réarmement moral pendant ses études, Peter Everington passe à l'arabe pour sa dernière année à Cambridge. Il a 23 ans lorsqu'il se rend pour la première fois au Soudan, où il enseigne l'anglais pendant huit ans au sein du ministère soudanais de l'éducation. En plus de vingt visites de retour depuis, il continue à soutenir les artisan-e-s de la paix du Nord et du Sud. Peter a reçu la plus haute décoration du Soudan pour services rendus à l'éducation.

En lire plus sur l'expérience de Peter au Soudan

 

_________________________________________________________________________________

 

Regardez le film de nos archives sur le spectacle musical "Harambee Africa"

 

 

________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo en haut: (de gauche à droite) le Marquis of Graham, Buth Diu, Ahmed el Mahdi and Rajmohan Gandhi à Khartoum en 1966, photo: Peter Everington
  • Photos Khartoum, fils Buth Diu: Peter Everington
  • Photo Harambee Africa: Jürg Kobler
  • Photo Buth Diu à Caux lances et bouclier: Arthur Strong
  • Photo Murtada: Initiatives et Changement
Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ramez Salame credit: Inner Change

1968: Ramez Salame – ‘I gave away my gun’

Ramez Salamé was a 21-year-old law student from Beirut, Lebanon, when he took part in a leadership training course for young people in Caux – a precursor of the scores of similar programmes which have...

Teame Mebrahtu photo: John Bond

1967: Teame Mebrahtu – ‘It’s immaterial where I live’

Teame Mebrahtu came to Caux in 1967, five years after his homeland of Eritrea was annexed by Ethiopia. The liberation struggle – which was to continue for three decades – was gaining momentum. Resentm...

Robert Carmichael and Indian

1965: Robert Carmichael - Une industrie qui met l'homme au premier plan

C'est en 1965, à Rome qu'a été signé le premier accord librement négocié entre les pays industrialisés et les pays en développement sur le prix d'une matière première, en l'occurrence le jute. Cet acc...

Walking Buffalo portrait

1962: Chief Walking Buffalo – Respecter et protéger la Terre Mère

En 1962, un documentaire sur un voyage remarquable de 62 000 miles est présenté en première à Caux. Deux ans auparavant, le chef Walking Buffalo de la nation Nakoda (Stoney) et le chef David Crowchild...

Daw Nyein Tha (from Joyful revolutionary) square

1964: Daw Nyein Tha – « Quand je montre mon voisin du doigt »

On ne savait jamais qui on pouvait rencontrer dans les cuisines du centre de conférences à Caux dans les années 1960. L'équipe qui préparait les plats pour les invités asiatiques était sous la responb...

Muriel Smith

1963: Muriel Smith – Une voix pour la guérison raciale

Près du bar à café du Caux Palace se trouve un piano à queue, cadeau de la mezzo-soprano américaine Muriel Smith. Elle était un visage familier des conférences de Caux dans les années 1960, faisant ré...

Patrick Colquhoun

1961 - Patrick Colquhoun: Cette semaine qui a changé ma vie

« Les articles sur le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qu'un ami m'avait envoyés au cours des trois années précédentes finissaient invariablement à la poubelle, » raconte Patri...

Marcel Grandy and Archbishop Makarios

1960 - Cyprus: « L'espoir ne meurt jamais »

Rares sont les problèmes dans le monde qui n'ont pas trouvé un écho dans les conférences et les rencontres organisées à Caux depuis 1946. En 1960, Chypre a obtenu son indépendance, après plusieurs ann...

Lennart Segerstrale

1959 – Lennart Segerstråle: « L'art doit représenter un danger pour le mal »

En 1959, une vaste fresque est dévoilée sur le mur de la salle à manger du Caux Palace. Son créateur, l'artiste finlandais Lennart Segerstråle, a choisi l'image universelle de l'eau pour représenter s...

Caux school 4

1958 - Angela Elliott: À l'école à Caux

Angela Cook (plus tard Elliott) est arrivée à Caux en 1958, à l'âge de quatre ans. Elle y a passé les cinq années suivantes, tandis que ses parents travaillaient avec le MRA en Allemagne, en Asie et a...

Jessie Bond 1945

1957 - Jessie Bond: «J'ai vu sa grandeur»

Jessie Bond avait du mal à gérer ses quatre enfants et les fréquents accès de colère de son mari et elle envisageait sérieusement de le quitter lorsqu'ils sont allés passer l'été en Suisse, à Caux. Un...

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...