1966: Buth Diu – Non pas qui a raison mais ce qui est juste

Par Peter Everington

07/06/2021
Buth Diu (photo Arthur Strong)

 

En 1966, un politicien soudanais de haut rang, Buth Diu, présente au siège londonien de Réarmement moral (RAM, aujourd'hui Initiatives et Changement) des lances et un bouclier en cuir d'hippopotame, en témoignage de son désir de mettre fin aux guerres tribales et régionales dans son pays. «  Nous pouvons utiliser nos lances sur les poissons plutôt que les uns sur les autres », déclare-t-il.

 

Buth Diu, Karthoum 1960s, photo: Peter Everington
Khartoum dans les années 1960

 

Les intentions de Buth Diu n'ont pas toujours été aussi pacifiques. Il a grandi dans la région de Nuer, dans ce qui est aujourd'hui le Sud-Soudan, et a commencé à travailler comme employé de maison pour un commissaire de district britannique dans les années précédant l'indépendance. Sans avoir été scolarisé, il a appris seul à lire, écrire et taper à la machine. Il a obtenu le poste très prisé d'interprète, a fondé un parti politique et a été élu au parlement de Khartoum.

En 1956, le Soudan a obtenu son indépendance en se libérant de ses dirigeants britanniques et égyptiens. Les Sud-Soudanais (qui ont finalement obtenu un État séparé en 2011) n'apprécient pas la domination des Nord-Soudanais arabes. À leur tour, les Nord-Soudanais avaient un dicton : «  avoir un Nuer comme voisin c'est avoir un incendie comme voisin ». Les discours enflammés de Buth Diu au parlement témoignent de cette appréhension.

 

Buth Diu on the left with African delegation in Caux 1958 (photo Arthur Strong)
Buth Diu (à gauche) avec une délégation africaine à Caux, 1958

 

C'est à Caux, en 1958, que naît l'engagement de Buth Diu pour la réconciliation. Alors ministre des Travaux publics, il fait partie d'une délégation d'hommes politiques envoyée à Caux par le Premier ministre. Le premier matin, Buth Diu est stupéfait de voir son voisin de chambre, un Anglais, lui nettoyer ses chaussures. Plus tard, il a déclaré : « J'ai senti que le RAM devait être une révolution ».

Il s' engage à œuvrer pour la réconciliation.

Buth Diu son photo Peter Everington
Le fils de Buth Diu, Paul,
devant leur maison à
Khartoum, années 1960

Il est fasciné par le film Freedom (voir 1955) et s'entretient avec les Africains qui l'ont écrit. Lors d'une réunion plénière, il s'excuse pour sa haine des Nord-Soudanais et pour son attitude dominatrice envers ses rivaux politiques du Sud. Il s' engage à œuvrer pour la réconciliation. De retour chez lui, une joie toute neuve imprègne sa vie de famille et il donne à son fils nouveau-né le nom d'un des Soudanais du Nord  présents à Caux avec lui.

Les années suivantes à Khartoum furent difficiles. Un gouvernement militaire avait balayé le parlement, et la guerre civile s'était intensifiée dans le Sud, un revers dévastateur pour tout le pays. Buth Diu réunit des Soudanais-e-s du Nord et du Sud dans sa maison, où il leur avait souvent montré Freedom ou d'autres films du RAM. 

Lorsque la démocratie est rétablie pour quelques années, Buth Diu devient ministre des ressources animales. En 1966, il obtient l'approbation du cabinet pour que Harambee Africa, une revue musicale créée par de jeunes Africains inspirés par le RAM, donne deux semaines de spectacles au Soudan en tant qu'invités du gouvernement.  

 

Buth Diu Harambee
Présentation de Harambee Africa à Khartoum

 

Au fil des ans, une relation étroite se développe entre lui et le Dr Mohammed El Murtada qui travaillait au ministère du Travail et qui appliquait la formule du RAM « non pas qui a raison mais ce qui est juste » aux conflits industriels.

Murtada
Mohammed El Murtada
 
Buth Diu with the spears and the shield.
Buth Diu des lances et
un bouclier en cuir

À l'époque, Buth Diu construisait une nouvelle maison. C'est là, dans la maison encore en chantier que lui et Murtada se sont assis à une table et ont noté quelques idées sur la façon dont la guerre Nord-Sud pourrait être résolue. Le lendemain, ils les ont apportées au ministère de l'Intérieur. L'année suivante, certaines de leurs idées ont refait surface dans l'accord de paix de 1972, qui a mis fin à dix ans de combats intensifs.

Quelques années après la mort de Buth Diu en 1975, Mohammed El Murtada est devenu directeur du ministère du Travail. Lorsqu'il assistait à la conférence annuelle de l'Organisation internationale du travail à Genève, il se rendait souvent à Caux. En 1983, il écrit : « J'ai appris de l'exemple de Buth Diu que la résolution des problèmes ne dépend pas principalement des aspects techniques et des approches formelles. Les solutions de base viennent lorsqu'on cherche à guérir les faiblesses de la nature humaine - orgueil, peur, haine et suspicion. Celles-ci peuvent être remplacées par le pardon, l'amour et des objectifs communs pour le bien-être d'une nation, à mesure que les individus trouvent le courage d'obéir à la direction de Dieu. »

Dans les années qui ont suivi, l'histoire du Soudan a été turbulente. Caux a continué à recevoir des groupes travaillant à la réconciliation, tant du Nord que du Sud, avant et depuis son indépendance.

J'ai appris de l'exemple de Buth Diu que la résolution des problèmes ne dépend pas principalement des aspects techniques et des approches formelles.

Mohammed El Murtada

_______________________________________________________________________________

 

A propos de l'auteur

Après un profond changement personnel lors de sa rencontre avec le Réarmement moral pendant ses études, Peter Everington passe à l'arabe pour sa dernière année à Cambridge. Il a 23 ans lorsqu'il se rend pour la première fois au Soudan, où il enseigne l'anglais pendant huit ans au sein du ministère soudanais de l'éducation. En plus de vingt visites de retour depuis, il continue à soutenir les artisan-e-s de la paix du Nord et du Sud. Peter a reçu la plus haute décoration du Soudan pour services rendus à l'éducation.

En lire plus sur l'expérience de Peter au Soudan

 

_________________________________________________________________________________

 

Regardez le film de nos archives sur le spectacle musical "Harambee Africa"

 

 

________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo en haut: (de gauche à droite) le Marquis of Graham, Buth Diu, Ahmed el Mahdi and Rajmohan Gandhi à Khartoum en 1966, photo: Peter Everington
  • Photos Khartoum, fils Buth Diu: Peter Everington
  • Photo Harambee Africa: Jürg Kobler
  • Photo Buth Diu à Caux lances et bouclier: Arthur Strong
  • Photo Murtada: Initiatives et Changement
Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim and Marie Chaftari - ‘I am not a victim’

The Caux summer of 1988 at the Initiatives of Change conference centre began with a Mediterranean Dialogue, attended by people from all over the region, followed by a 10-day ‘youth training session’. ...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- "Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la "Mère Teresa de la Corée du Sud". Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en 19...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...

Renée Pan photo David Channer

1985: Renée Pan – Dropping the burden of revenge

Renée Pan, a Cambodian refugee living in the US, came to Caux in 1985 on a mission – to learn how to forgive....

Amie Zysset in Caux

1984 : Amie Zysset - La grande aventure

Amie Zysset était le cœur et l'âme des conférences internationales sur la famille qui ont eu lieu à Caux de 1978 jusque dans les années 80. Elle est décédée - à l'âge de 60 ans seulement - après de lo...

Folker and Monica Mittag wedding

1983: Folker et Monica Mittag – Trouvés dans la traduction

Le mariage de Folker et Monica Mittag en avril 1983 est le résultat d'une rencontre à Caux « qui a changé nos vies pour toujours ». Folker était un homme d'affaires allemand, Monica une interprète su...

Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)

1982 : Paul Tournier - La médecine de la personne

L'un de mes souvenirs les plus marquants de plus de 50 ans de conférences de Caux remonte à 1982 : assis dans une cabine de traduction, avec vue sur le Grand Hall, j'ai interprété du français vers l'a...

Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. ...