1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Par Mary Lean

12/08/2021
Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

 

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. 

Agnes Hofmeyr
Agnes Hofmeyr
Stanley Kinga young man (Mau Mau days?)
Stanley Kinga en tant que
jeune homme

Vingt-six ans plus tôt, pendant le soulèvement des Mau Mau contre la domination coloniale britannique, le père d'Agnes, Gray Leakey, avait été enterré vivant sur le mont Kenya en tant que sacrifice humain. À l'époque, Stanley était l'un des chefs des Mau Mau : « Nous pensions qu'il était temps que les Européens s'en aillent ». Plus tard, il acquit la conviction que la violence n'était pas la solution. 

Agnes et Stanley s'étaient rencontrés à Caux en 1960, et avaient appris à se connaître en tant que collègues, travaillant pour mettre fin au racisme, à l'oppression et à la corruption en Afrique. Stanley a joué un rôle clé dans la présentation du film du RAM Freedom (Liberté) au Kenya, où un million de personnes l'ont vu à l'approche de l'indépendance en 1963. Dans son travail consistant à acheter des terres aux Européens et à les redistribuer aux Kenyans, il était connu pour son incorruptibilité. 

Mais jusqu'à ce dîner de 1981, Agnès n'avait aucune idée de l'implication de Stanley dans la mort de son père.  

« Tout à coup, je me suis dit que je devais lui dire que je faisais partie du comité qui avait décidé que son père devait être enterré vivant », a déclaré Stanley plus tard. Gray Leakey avait été choisi parce qu'il était connu pour être un homme bon. « Notre prophétesse nous avait dit que si nous tuions le meilleur Européen, la guerre se terminerait. »

« Je n'en croyais pas mes oreilles », écrit Agnès dans ses mémoires, Au-delà de la violence. « Je lui ai demandé de répéter ce qu'il avait dit. Finalement, j'ai déclaré: « Dieu merci, nous avons tous deux appris le secret du pardon ».

Dieu merci, nous avons tous deux appris le secret du pardon.

Stanley Kinga (left) meeting Jomo Kenyatta (centre)
Stanley Kinga (à gauche) rencontre Jomo Kenyatta (au centre), qui deviendra plus tard président du Kenya (1964 - 1978).

 

Agnes avait reçu la nouvelle dévastatrice de la mort de son père en octobre 1954, alors qu'elle et son mari Bremer, un Sud-Africain, travaillaient avec le RAM aux États-Unis. Elle était submergée par le chagrin et la rage.

Finalement, à la suggestion de Bremer, elle se tourna vers sa pratique régulière de prière et d'écoute silencieuse. Le résultat fut une pensée quasi impossible : rejeter la haine et l'amertume et « se battre plus fort que jamais pour amener un changement du cœur chez les Noirs comme chez les Blancs ».  

...se battre plus fort que jamais pour amener un changement du cœur chez les Noirs comme chez les Blancs.

Stanley Kinga
Stanley Kinga

 

Quelques mois auparavant, les Hofmeyrs étaient au Kenya et, avec le père d'Agnès, ils avaient visité un camp de détention pour les leaders Mau Mau capturés. Certains des prisonniers, qui avaient changé d'attitude pendant leur internement, leur ont raconté les injustices et la discrimination qui les avaient poussés à rejoindre les Mau Mau. 

« J'ai été très secouée par tout ce que j'ai entendu », écrit Agnès, « mais intérieurement, je me suis protégée de tout sentiment de culpabilité, me disant que c'était les autres Blancs, et non moi, qui avaient fait ces choses ». Aujourd'hui, alors qu'elle s'efforce d'accepter la mort de son père, elle se surprend à repenser son approche.

 

Hofmeyrs Sandile Makwelo photo IOfC
Agnes Hofmeyr, Sandile Makwelo, Bremer Hofmeyr

 

En 1955, les Hofmeyr sont de retour au Kenya, avec un important groupe international du RAM. Malgré l'interdiction des réunions, les autorités autorisent un rassemblement de masse au nord de Nairobi. Lorsque Agnès est présentée comme la fille de son père, la foule est surprise.

« Je m'excuse pour l'arrogance et l'égoïsme de tant de Blancs qui ont contribué à créer l'amertume et la haine dans les cœurs », écrit-elle. Elle parle aussi de sa détermination à œuvrer pour le changement. De nombreuses personnes sont venues ensuite exprimer leur chagrin et leur soutien. « Toutes les traces d'amertume qui subsistaient dans mon cœur ont été effacées. »

Toutes les traces d'amertume qui subsistaient dans mon cœur ont été effacées.

 

Phil Abrams, Stanley Kinga, Agnes Hofmeyr Caux 1981
Phil Abrams, Stanley Kinga, Agnes Hofmeyr à Caux, 1981

 

Stanley a réservé une autre surprise à Agnès lors d'un dîner en 1981. Le Kenya venait de tenir des élections générales, et il avait fait partie du comité chargé de choisir les candidats pour représenter le parti au pouvoir, le KANU. Il avait fait pression pour la nomination du seul homme blanc à être élu - le cousin d'Agnès, Philip Leakey. 

Lorsque la nouvelle de leur rencontre s'est répandue, Agnès et Stanley ont été invités à parler côte à côte lors d'une réunion plénière. Stanley accepte, mais Agnès s'inquiète de la réaction de sa belle-sœur, qui assiste également à la conférence. 

À son grand soulagement, sa belle-sœur dit à Agnès d'aller de l'avant. « C'est ce que le monde a besoin de connaître », dit-elle, « la réponse à la haine et à l'amertume ».

 

____________________________________________________________________________________

 

Regardez le film Conte africain, en partie raconté par Bremer Hofmeyr (1956) : Camp de prisonniers Mau Mau (4"00), Bremer Hofmeyr présentant un groupe qui voyage avec lui (20"45)

 

 

____________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits »  qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • African Tale, MRA/Positive Production, 1956
  • Beyond Violence, Agnes Hofmeyr, Jomo Kenyatta Foundation, Grovenor Books, 1990
  • Photo top: Pieter Horn
  • Toutes les autres photos: Initiatives et Changement
  • Relecture: Jean Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...