1985 : Renée Pan - Abandonner le fardeau de la vengeance

Par Mary Lean

03/09/2021
Renée Pan photo David Channer

 

Renée Pan photo David Channer

Renée Pan, une réfugiée cambodgienne vivant aux Etats-Unis, est venue à Caux en 1985 avec une mission : apprendre à pardonner.

Renée avait fui le Cambodge avec ses deux jeunes enfants en 1975, cinq jours avant que les Khmers rouges ne prennent le contrôle du pays. Son mari, qui était vice-premier ministre, est resté sur place. Elle ne l'a jamais revu. Elle n'a pu que supposer qu'il faisait partie des quelque deux millions de Cambodgiens tués par les Khmers rouges entre 1975 et 1979.

Aux États-Unis, Renée étudie les statistiques et l'informatique et trouve du travail. Elle s'associe également aux exilés cambodgiens qui œuvrent pour la libération de leur pays, mais elle est découragée par les querelles qui les opposent. Ses efforts pour promouvoir l'unité ne semblent créer que davantage de méfiance.

« Mon énergie ne se régénérait pas », se souvient-elle. « Mon cerveau était vide et mon cœur était engourdi et insensible. Je me mettais très facilement en colère, je détestais les gens méchants, j'étais malheureuse, égoïste et je faisais des choses stupides ».

C'est en 1985, à Minneapolis-St Paul, que Renée a l' occasion de voir  « Pour l'amour de demain », un film sur le travail de réconciliation d'Irène Laure après qu'elle ait perdu sa haine des Allemands à Caux en 1947. Renée décide de se rendre à Caux cet été-là pour la rencontrer.

 

Renée Pan in Caux photo: Rob Lancaster
Renée dans la cuisine à Caux

 

A Caux elle se plonge dans la vie du centre, mais se débat avec le défi que cela représente pour sa vie. « Chaque nuit, je luttais avec moi-même », dit-elle. Finalement, elle rencontre Irène Laure (alors âgée de 87 ans) et lui demande comment pardonner. Irène lui répond que la clé c'est de prendre le temps de réfléchir en silence, seule.

Je voulais tellement aider les autres que je n'avais jamais pensé à me libérer moi-même. 

« Je voulais tellement aider les autres que je n'avais jamais pensé à me libérer moi-même », se souvient Renée. « Et c'est la première fois, grâce à ces moments de silence, que les enseignements de Bouddha sont devenus réels pour moi. J'ai réalisé que mon esprit était consumé par les « trois feux du monde » - l'avidité, la colère et la folie. » Elle décide de prendre du temps dans le calme chaque jour, comme « un aliment indispensable pour nourrir mon esprit ».

 

Renée Pan in Caux with group photo David Channer
Renée Pan (quatrième à droite) avec une délégation cambodgienne et Sa Sainteté le Patriarche Suprême Tep Vong à Caux.

 

Elle parle depuis la tribune de Caux de sa décision de pardonner aux Khmers rouges. « On aurait pu entendre une épingle tomber », se souvient Catherine. « Pardonner aux Khmers rouges était une décision naturellement controversée à l'époque ».

La première chose qu'elle fait à son retour aux États-Unis est de s'excuser auprès de ses amis pour les avoir dénigrés. Elle présente des excuses personnelles et publiques à un dirigeant du mouvement de libération cambodgien qui les accepte. « J'ai ressenti un tel soulagement », dit-elle.

Renée Pan photo David Channer

En 1988, Renée et ses amis de Minneapolis-St Paul fondent le Cambodian Children's Education Fund (CCEF). Gerry Kozberg, un administrateur scolaire de Saint Paul, l'aide à concevoir un programme novateur visant à créer des centres informatiques dans les villages cambodgiens. Pour Gerry, d'origine juive russe, c'était une façon de contribuer à la reconstruction de la société après l'expérience du génocide d'un autre peuple, mais semblable à l'Holocauste.

Le Vietnam a occupé le Cambodge en 1979 et chassé les Khmers rouges. Les combats se poursuivant, le CCEF se concentre sur la formation des enseignants dans les camps de réfugiés à la frontière thaïlandaise et cambodgienne.

Avec beaucoup de courage, Renée va parler parler à 40 enseignants dans le camp réservé aux réfugiés khmers rouges, donnant suite à sa décision prise à Caux de pardonner et de demander pardon. « J'étais calme et paisible. Je savais que j'avais surmonté ma haine à ce moment-là ». Plus tard, l'un des officiers lui demande : « Le monde pourra-t-il jamais nous pardonner ? ». 

En 1991, l'accord de Paris a mis fin à l'occupation du Cambodge par le Vietnam. Renée est retournée dans son pays pour le reconstruire, travaillant avec l'opération de maintien de la paix des Nations unies à l'approche des élections démocratiques de 1993 - et promouvant la réconciliation avec l'aide de collègues inspirés par les idées de Caux. L'un de leurs outils était une traduction en khmer du film « Pour l'amour de demain ». Elle a ensuite contribué à la création du Centre national de calcul du Cambodge. Cependant, les conditions politiques ont rendu impossible la poursuite du programme du CCEF.

J'étais calme et paisible. Je savais que j'avais surmonté ma haine à ce moment-là. 

En 1994, Renée et d'autres Cambodgiens inspirés par les idées d'Initiatives et Changement ont invité David Channer (réalisateur de Pour l'amour de demain) et son fils Alan à réaliser des films pour favoriser la guérison des blessures et un renouveau des coeurs au Cambodge. Plus de 1 000 copies de deux films, The Serene Smile et The Serene Life, pour lesquels Renée a servi de consultante, ont été distribuées dans tout le pays.

En 1998, Renée est devenue une nonne bouddhiste, prenant le nom monastique d'Ajahn Bodhipālā. Elle est maintenant membre du monastère bouddhiste d'Amaravati au Royaume-Uni.

 

Renée Pan with group reconciliation photo: David Channer
Renée Pan (troisième à partir de la droite) lors d'un moment de prière pour la paix et la réconciliation au Cambodge en 1995, avec, entre autres, Peter Schier (représentant de la Fondation Konrad Adenauer au Cambodge), Son Excellence le professeur Son Soubert (vice-président de l'Assemblée nationale), Son Excellence Sar Kheng (ministre de l'Intérieur) et le patriarche suprême Samdech Vénérable Maha Ghosananda.

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Regardez le film Pour l'amour de demain qui a changé la vie de Renée.

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Vidéo : Pour l'amour de demain, Initiatives et Changement 
  • Photo en haut: Pan family
  • Photo Renée cuisine CAux: Robert Lancaster
  • Toutes autres photos: David Channer
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 Years of Stories: Meet the team!

When we launched the 75 Years of Stories series in February 2021 about 75 years of encounters at the Initiatives of Change conference centre in Caux, we had no idea what an adventure we had embarked o...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives of Change Switzerland – Opening Caux’s doors to a new chapter

As our series of 75 stories for 75 years of the Initiatives of Change conference centre in Caux draws to an end, the President of Initiatives of Change Switzerland, Christine Beerli, and its two Co-Di...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Struck by a virus

In 2020, the Caux Forum went online in response to the pandemic. Its organizers found that this made Caux accessible to people all over the world who could not have taken part in normal circumstances....

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – ‘We must save the children’

During World War II, the Caux Palace (later the Initiatives of Change conference centre in Switerland) provided a refuge for Jews fleeing the Shoah. Over the years, some of them – or their descendants...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – ‘Climate change should be top top top priority’

When Tunisian economics graduate Wael Boubaker joined the Caux Peace and Leadership Programme (CPLP) in 2018, he expected a conference which would look good on his CV, and some beautiful scenery. Inst...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – A home for the world

Tanaka Mhunduru from Zimbabwe is one of the organizers of the Caux Peace and Leadership Programme (CPLP), a one-month programme for young people from around the world. He first took part in 2017....

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – ‘It made me feel I counted’

The Winter Gathering of 2016 was a special experience for Diana Damsa – not just because she experienced Caux in winter, but also because, for the first time in eight years, she had no responsibilitie...

Philippe and Liseth Lasserre

2015: Lisbeth Lasserre – ‘The richness in art’

Lisbeth Lasserre came from Winterthur, where her grandparents, Hedy and Arthur Hahnloser, had built up a private collection of art at their home, Villa Flora. Amongst their artist friends were Bonnard...

Catherine Guisan

2014: Catherine Guisan – Europe’s Unfinished Business

Catherine Guisan is Visiting Associate Professor at the University of Minnesota, USA. She has written two books on the ethical foundations of European integration. In 2014 she spoke at Caux’s first se...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restoring a healthy planet

2013 saw the first full-length Caux Dialogues on Land and Security (CDLS). These events, which took place at the Caux Conference and Seminar Centre, focus on the links between sustainable land managem...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Going out on a limb

When Merel Rumping from the Netherlands first visited Caux in 2012, she had a goal in mind – ‘to explore how I could contribute to a more just world through my professional activities’....

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...