1985 : Renée Pan - Abandonner le fardeau de la vengeance

Par Mary Lean

03/09/2021
Renée Pan photo David Channer

 

Renée Pan photo David Channer

Renée Pan, une réfugiée cambodgienne vivant aux Etats-Unis, est venue à Caux en 1985 avec une mission : apprendre à pardonner.

Renée avait fui le Cambodge avec ses deux jeunes enfants en 1975, cinq jours avant que les Khmers rouges ne prennent le contrôle du pays. Son mari, qui était vice-premier ministre, est resté sur place. Elle ne l'a jamais revu. Elle n'a pu que supposer qu'il faisait partie des quelque deux millions de Cambodgiens tués par les Khmers rouges entre 1975 et 1979.

Aux États-Unis, Renée étudie les statistiques et l'informatique et trouve du travail. Elle s'associe également aux exilés cambodgiens qui œuvrent pour la libération de leur pays, mais elle est découragée par les querelles qui les opposent. Ses efforts pour promouvoir l'unité ne semblent créer que davantage de méfiance.

« Mon énergie ne se régénérait pas », se souvient-elle. « Mon cerveau était vide et mon cœur était engourdi et insensible. Je me mettais très facilement en colère, je détestais les gens méchants, j'étais malheureuse, égoïste et je faisais des choses stupides ».

C'est en 1985, à Minneapolis-St Paul, que Renée a l' occasion de voir  « Pour l'amour de demain », un film sur le travail de réconciliation d'Irène Laure après qu'elle ait perdu sa haine des Allemands à Caux en 1947. Renée décide de se rendre à Caux cet été-là pour la rencontrer.

 

Renée Pan in Caux photo: Rob Lancaster
Renée dans la cuisine à Caux

 

A Caux elle se plonge dans la vie du centre, mais se débat avec le défi que cela représente pour sa vie. « Chaque nuit, je luttais avec moi-même », dit-elle. Finalement, elle rencontre Irène Laure (alors âgée de 87 ans) et lui demande comment pardonner. Irène lui répond que la clé c'est de prendre le temps de réfléchir en silence, seule.

Je voulais tellement aider les autres que je n'avais jamais pensé à me libérer moi-même. 

« Je voulais tellement aider les autres que je n'avais jamais pensé à me libérer moi-même », se souvient Renée. « Et c'est la première fois, grâce à ces moments de silence, que les enseignements de Bouddha sont devenus réels pour moi. J'ai réalisé que mon esprit était consumé par les « trois feux du monde » - l'avidité, la colère et la folie. » Elle décide de prendre du temps dans le calme chaque jour, comme « un aliment indispensable pour nourrir mon esprit ».

 

Renée Pan in Caux with group photo David Channer
Renée Pan (quatrième à droite) avec une délégation cambodgienne et Sa Sainteté le Patriarche Suprême Tep Vong à Caux.

 

Elle parle depuis la tribune de Caux de sa décision de pardonner aux Khmers rouges. « On aurait pu entendre une épingle tomber », se souvient Catherine. « Pardonner aux Khmers rouges était une décision naturellement controversée à l'époque ».

La première chose qu'elle fait à son retour aux États-Unis est de s'excuser auprès de ses amis pour les avoir dénigrés. Elle présente des excuses personnelles et publiques à un dirigeant du mouvement de libération cambodgien qui les accepte. « J'ai ressenti un tel soulagement », dit-elle.

Renée Pan photo David Channer

En 1988, Renée et ses amis de Minneapolis-St Paul fondent le Cambodian Children's Education Fund (CCEF). Gerry Kozberg, un administrateur scolaire de Saint Paul, l'aide à concevoir un programme novateur visant à créer des centres informatiques dans les villages cambodgiens. Pour Gerry, d'origine juive russe, c'était une façon de contribuer à la reconstruction de la société après l'expérience du génocide d'un autre peuple, mais semblable à l'Holocauste.

Le Vietnam a occupé le Cambodge en 1979 et chassé les Khmers rouges. Les combats se poursuivant, le CCEF se concentre sur la formation des enseignants dans les camps de réfugiés à la frontière thaïlandaise et cambodgienne.

Avec beaucoup de courage, Renée va parler parler à 40 enseignants dans le camp réservé aux réfugiés khmers rouges, donnant suite à sa décision prise à Caux de pardonner et de demander pardon. « J'étais calme et paisible. Je savais que j'avais surmonté ma haine à ce moment-là ». Plus tard, l'un des officiers lui demande : « Le monde pourra-t-il jamais nous pardonner ? ». 

En 1991, l'accord de Paris a mis fin à l'occupation du Cambodge par le Vietnam. Renée est retournée dans son pays pour le reconstruire, travaillant avec l'opération de maintien de la paix des Nations unies à l'approche des élections démocratiques de 1993 - et promouvant la réconciliation avec l'aide de collègues inspirés par les idées de Caux. L'un de leurs outils était une traduction en khmer du film « Pour l'amour de demain ». Elle a ensuite contribué à la création du Centre national de calcul du Cambodge. Cependant, les conditions politiques ont rendu impossible la poursuite du programme du CCEF.

J'étais calme et paisible. Je savais que j'avais surmonté ma haine à ce moment-là. 

En 1994, Renée et d'autres Cambodgiens inspirés par les idées d'Initiatives et Changement ont invité David Channer (réalisateur de Pour l'amour de demain) et son fils Alan à réaliser des films pour favoriser la guérison des blessures et un renouveau des coeurs au Cambodge. Plus de 1 000 copies de deux films, The Serene Smile et The Serene Life, pour lesquels Renée a servi de consultante, ont été distribuées dans tout le pays.

En 1998, Renée est devenue une nonne bouddhiste, prenant le nom monastique d'Ajahn Bodhipālā. Elle est maintenant membre du monastère bouddhiste d'Amaravati au Royaume-Uni.

 

Renée Pan with group reconciliation photo: David Channer
Renée Pan (troisième à partir de la droite) lors d'un moment de prière pour la paix et la réconciliation au Cambodge en 1995, avec, entre autres, Peter Schier (représentant de la Fondation Konrad Adenauer au Cambodge), Son Excellence le professeur Son Soubert (vice-président de l'Assemblée nationale), Son Excellence Sar Kheng (ministre de l'Intérieur) et le patriarche suprême Samdech Vénérable Maha Ghosananda.

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Regardez le film Pour l'amour de demain qui a changé la vie de Renée.

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Vidéo : Pour l'amour de demain, Initiatives et Changement 
  • Photo en haut: Pan family
  • Photo Renée cuisine CAux: Robert Lancaster
  • Toutes autres photos: David Channer
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...