1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Par Mary Lean

09/09/2021
Mother Park

 

Mother Park with Silvia Zuber in Caux
Avec Silvia Zuber à Caux

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en 1987, mais une rencontre là-bas a ajouté une nouvelle dimension à sa vocation.

Pendant 35 ans, de 1910 à 1945, le Japon a occupé la Corée. Mère Park est née en 1937 et a gardé un souvenir douloureux des tentatives du Japon d'effacer la culture coréenne. « Nous n'étions pas autorisés à utiliser notre propre langue », dit-elle. Nous avons dû changer notre nom de famille. « Nous avons travaillé dur dans les champs mais nous n'avions pas le droit de manger ce que nous produisions. Nous devions manger des pommes de pin et les cosses des haricots ».

Lorsqu'elle est arrivée à Caux, Mère Park a été touchée par le soin que son hôtesse suisse, Sylvia Zuber, avait mis à rendre sa chambre accueillante, avec des fleurs, du chocolat et des cartes. « Je pouvais sentir de tout mon être que tout cela avait été préparé par Sylvia avec son amour pour nous », a-t-elle écrit plus tard.

Sylvia a persuadé Mère Park de déjeuner avec deux jeunes Japonais, Kiyoshi Nagano et Yuki Miura. « Kiyoshi Nagano a essayé de parler en coréen, se souvient-elle. Son attitude a fait disparaître les sentiments de haine dans mon cœur ». 

« En larmes, elle nous a raconté toutes les souffrances qu'elle avait endurées pendant la colonisation japonaise de la Corée », se souvient Kiyoshi. Je traduisais pour mon amie japonaise. Nous nous sommes tous mis à pleurer. « Ces larmes ont lavé mon amertume », nous a-t-elle dit.'

Son attitude a fait disparaître les sentiments de haine dans mon cœur.

Mother Park 2020 IofC International Conference in Japan
Lors d'une conférence internationale organisée par Initiatives et Changement au Japon, 2010

 

« Les deux jeunes Japonais ont demandé pardon pour les erreurs de leurs ancêtres comme s'ils les avaient eux-mêmes commises », a écrit plus tard Mère Park. Elle s'est rendu compte qu'elle ne pouvais plus les blesser sans éprouver de la peine. « Une nouvelle porte s'est ouverte pour les accepter comme un frère et une soeur proches ». 

Mère Park était entrée dans l'ordre bouddhiste Won à l'âge de 19 ans : « Quand j'avais neuf ans, ma mère me disait que je devais aider les gens tout au long de ma vie. C'était ma vocation. Le voyage a été magnifique, même s'il n'a pas été facile. »

En 2010, elle a été nominée pour le prix Nobel de la paix, et s'est retrouvée dans les dix premières places sur un total de 237 candidats. Son travail humanitaire, par le biais de la Relief Foundation qui porte son nom, s'étend à 55 pays. 

Quand j'avais neuf ans, ma mère me disait que je devais aider les gens tout au long de ma vie. C'était ma vocation. Le voyage a été magnifique, même s'il n'a pas été facile.

Mother Park book launch 2015 in Korea
Avec Kiyoshi Nagano en Corée en 2015

 

En Corée, elle s'est attachée à former des aveugles à l'autonomie, à soutenir les lépreux du village catholique de St Lazare et à créer deux internats, l'un pour les adolescents exclus des écoles ordinaires et l'autre pour les adolescents ayant fui la Corée du Nord.

Elle s'est rendue trois fois en Corée du Nord, afin de se rendre compte par elle-même des conditions de vie sur place, et a envoyé des secours aux victimes d'inondations et aux réfugiés de ce pays. 

 

Mother Park Cambodia Landmine Remove
Mother Park (deuxième à partir de la gauche) au Cambodge lors d'un déminage.

 

Alors que le Cambodge émergeait de plusieurs décennies de guerre, elle a collecté 100 000 dollars pour le déminage, envoyé de nombreux conteneurs de vêtements et de médicaments, et financé des pompes à eau et des puits. Elle a collaboré avec la Croix-Rouge pour fournir des membres artificiels aux victimes de mines terrestres en Afghanistan et a envoyé des fournitures médicales dans 15 pays africains.

 

Mother Park in Ladakh
Lors d'une cérémonie au Ladakh
Mother Park Ladakh
Visite de l'internat au Ladakh

En 1992, elle a créé un internat au Ladakh, dans le nord de l'Inde, pour les élèves qui devaient auparavant parcourir des centaines de kilomètres vers le sud pour recevoir une éducation , les obligeant à vivre éloignés de leurs parents pendant de longues périodes. En 2017, il comptait 835 élèves. 

Bien qu'étant l'un des plus grands districts de l'Inde, le Ladakh ne disposait que d'un seul hôpital public, dans sa capitale, Leh. Les patients étaient souvent envoyés à Delhi ou Chandigarh - un long et coûteux voyage que peu pouvaient se permettre. En 1996, Mother Park a apporté le financement initial d'un hôpital caritatif, qui dessert les patients de Leh et fournit des soins médicaux aux villages éloignés.

Son expérience à Caux a donné à Mère Park une vision de ce que le Japon et la Corée pourraient offrir ensemble au monde; elle l'a exprimée lors de la conférence d'Initiatives et Changement au Japon en 2002 : « Si les Coréens et les Japonais pouvaient ouvrir leur cœur, nous pourrions devenir de bons amis. Ce serait merveilleux si nos deux pays pouvaient coopérer plus étroitement à la consolidation de la paix dans les pays en développement » . Son discours a inspiré de jeunes Japonais et Coréens à lancer un projet visant à promouvoir le dialogue entre leurs contemporains. 

 

Regardez une interview et des extraits vidéo avec Mère Park (par Arirang sur YouTube)

 

 

Avec la contribution de Yeonyuk Jeong et Kiyoshi Nagano.

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

Photos reproduites avec l'aimable autorisation de Yeonyuk Jeong, Kiyoshi Nagano et de la Vénérable Mère Park Chung-Soo Won Buddhist Relief Foundation.

Relecture: Jean Fiaux

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...