1992 : L'espoir dans les villes - « Là où la guérison peut avoir lieu »

Par Rob Corcoran

24/09/2021
Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

 

En juillet 1992, 80 Américain-e-s sont arrivé-e-s au centre de conférence d'Initiatives et Changement Suisse à Caux avec une question urgente : comment aborder le racisme, la pauvreté et l'aliénation dans les villes américaines. Rob Corcoran, qui travaillait pour Initiatives et Changement à Richmond, en Virginie, à l'époque, s'en souvient :

Trois mois plus tôt, Los Angeles avait explosé après l'acquittement par un jury majoritairement blanc de quatre policiers blancs qui avaient été filmés en train de frapper un automobiliste noir, Rodney King. Quatre jours d'émeutes, de violences et de pillages avaient fait plus de 50 morts et 1'100 propriétés détruites.  

Un mois à peine avant les événements de Los Angeles, un groupe d'habitant-e-s de plusieurs villes américaines s'était réuni à Richmond, en Virginie, et avait convenu de travailler à l'organisation d'un événement public qui aborderait directement la question raciale, sous les auspices de Hope in Cities. Encore à ses débuts, Hope in the Cities (Espoir dans les villes) était une initiative populaire, basée à Richmond - capitale des États confédérés pendant la guerre civile américaine - et inspirée par Initiatives et Changement. Ma femme, Susan, et moi étions les hôtes d'une maison où le groupe se réunissait souvent. 

 

Hope in the Cities team at Caux: l to r: Audrey Burton, Collie Burton, Cricket White, Walter Kennedy, Cleiland Donnan, Tee Turner, Rob Corcoran (photo Karen Greisdorf)
L'équipe de Hope in the Cities (de gauche à droite) : Audrey Burton, Collie Burton, Cricket White, Walter Kenney, Cleiland Donnan, Tee Turner, Rob Corcoran.

 

 Le maire de Richmond, Walter Kenney, conduisit une délégation de 22 dirigeant-e-s de communautés à la conférence de Caux. Parmi eux se trouvaient Howe Todd, un administrateur municipal blanc de haut rang, et Collie Burton, un organisateur communautaire noir qui s'était fortement opposé à Todd sur des questions de politique générale. Les deux hommes avaient noué une amitié inattendue et leur nouvelle approche avait suscité l'intérêt de toute la ville. 

À Caux, les Richmondois ont rencontré de jeunes militant-e-s communautaires, des responsables de l'égalité raciale du Royaume-Uni, des dirigeant-e-s de favellas de Rio de Janeiro et d'anciens membres de gangs de Los Angeles. Ils et elles ont entendu Bernard Gauthier, l'ancien chef de la police du Nord de la France, et John Smith, un pasteur méthodiste australien dont le gang de motards, God Squad, s'adressait aux enfants des rues, aux toxicomanes et aux autres membres des sous-cultures de jeunes.

Si cela ne peut pas se passer à Caux, où cela peut-il se faire ?

Les sessions de la conférence ont parfois été conflictuelles. De nombreux participant-e-s avaient encore les nerfs à vif de leurs expériences de racisme. Audrey Brown Burton, qui travaillait dans le département correctionnel de New York, n'a pas mâché ses mots à ce sujet. « Notre système de justice pénale est criminel », a-t-elle déclaré, notant que les Noir-e-s américain-e-s recevaient, en moyenne, des peines plus longues que les Blanc-he-s pour les mêmes crimes.

Face à un discours aussi franc, de nombreux Blanc-he-s se taisent. Des groupes de Noir-e-s se sont formés et il y a même eu des gens qui ont quitté la salle pour protester contre un orateur. Un Britannique blanc qui s'en alarmait m'a dit : « Cela ne devrait pas se passer à Caux ». J'ai répondu : « Si cela ne peut pas se passer à Caux, où cela peut-il se faire ? ».

 

Unveiling of reconciliation statue Richmond 2007 (photo Karen Greisdorf)
Dévoilement de la statue de la réconciliation
réconciliation à Richmond, 2007
Tee Turner at the reconciliation statue (photo Rob Corcoran)
Tee Turner à la statue de la réconciliation

Au fil des jours, le silence et la confrontation ont fait place à une conversation honnête. Melanie Trimble, une étudiante blanche originaire du sud des États-Unis, a déclaré : « Je veux demander pardon pour mes préjugés et mon indifférence ». Elle a déclaré qu'elle avait eu de bon-e-s ami-e-s noir-e-s à l'école « mais que nous ne parlions pas beaucoup des solutions raciales et que je n'avais jamais été moi-même dans un endroit où les Blanc-he-s et les Noir-e-s travaillaient directement sur la question raciale et étaient honnêtes à ce sujet ».

Un jour, de nombreux et nombreuses Américain-e-s se sont réuni-e-s pour réfléchir à ce qu'ils et elles avaient vécu. Melanie a incité le groupe à se concentrer sur les thèmes du « racisme, de la réconciliation et de la responsabilité ». À la fin de la réunion, nous avons formé un cercle et nous nous sommes engagés à guérir le racisme en Amérique. Beaucoup d'entre nous savaient qu'il s'agissait d'un engagement à vie. »

Le maire Kenney a invité les délégués de la conférence à Richmond l'année suivante. Les Américain-e-s ont déclaré leur engagement à faire face à « la torture du problème racial qui découle du péché originel de notre âme nationale - l'esclavage ».

En juin 1993, 500 personnes venues de villes de tous les États-Unis, ainsi que des Africain-e-s, des Asiatiques, des Latino-Américain-e-s, des Australien-ne-s et des Européen-e-s, ont rejoint les habitant-e-s de Richmond dans le cadre de l'initiative « Healing the Heart of America : Une conversation honnête sur la race, la réconciliation et la responsabilité ». Melanie Trimble a assumé la formidable tâche d'organiser la logistique du point culminant de la conférence : La première marche de Richmond à travers son histoire de racisme et d'esclavage.

Beaucoup d'entre nous savaient qu'il s'agissait d'un engagement à vie.

Hope in the Cities - Richmond's first walk through its history of slavery, 1993 (photo Rob Lancaster)
La première promenade de Richmond à travers son histoire de l'esclavage, 1993

 

Au cours des années suivantes, Hope in the Cities a développé une approche du dialogue qui a été reprise par plusieurs villes dans toute l'Amérique. Richmond a créé une commission sur le sentier des esclaves et développe actuellement un musée et un centre du patrimoine sur le site de son ancien marché aux esclaves. En 2007, le gouverneur Tim Kaine a fait de la Virginie le premier État à présenter des excuses pour son rôle dans la promotion et la défense de l'esclavage, et 5 000 personnes, dont des représentant-e-s de pays africains impliqués dans la traite des esclaves, ont célébré l'inauguration d'une statue de réconciliation réalisée par le sculpteur de Liverpool, Steven Broadbent. Les universités, les musées et les bibliothèques ont formé un consortium pour raconter l'histoire de Richmond de manière honnête et inclusive.

 

Tee Turner leading a group along the Richmond Slave Trail (photo Guy Woodland)
Tee Turner dirige un groupe le long de la piste des esclaves de Richmond.

 

J'ai travaillé en étroite collaboration avec le Dr Gail Christopher, de la Fondation WK Kellogg, alors qu'elle développait le concept d'une initiative nationale Vérité, guérison et transformation raciales. En 2013, elle a fait venir à Caux 20 dirigeant-e-s d'organisations de guérison raciale et de justice raciale. Alors que nous marchions le long de la terrasse, elle m'a dit : « C'est un endroit où la guérison peut avoir lieu ».

C'est un endroit où la guérison peut avoir lieu.

____________________________________________________________________________________________

 

Rob Corcoran

Rob Corcoran est un formateur, un facilitateur, un écrivain et un praticien de la guérison raciale. Son livre Trustbuilding : An Honest Conversation on Race, Reconciliation, and Responsibility a été décrit comme un « récit visionnaire et convaincant de la guérison et du changement ».

 

Pour en savoir plus sur Hope in the Cities, cliquez ici.

 

 

____________________________________________________________________________________________

 

Regardez l'enregistrement de l'initiative « Guérir le cœur de l'Amérique » (1993).

 

____________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo du haut montrant le Dr Robert Tayor (à gauche), John Smith, Audrey Burton à Caux, 1992: Rob Corcoran
  • Photo première marche de Richmond: Rob Lancaster
  • Photo Tee Turner à la statue  Rob Corcoran
  • Photo de l'équipe et dévoilement de la statue: Karen Greisdorf
  • Vidéos Guérir le cœur de l'Amérique: Initiatives et Changement International
  • Relecture: Jean Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994 : La Table Ronde de Caux - Des principes pour l'entreprise

En juillet 1994, la Table Ronde de Caux (CRT), un forum international de chefs et cheffes d'entreprise qui se réunissait à Caux depuis 1986, lançait un ensemble de Principes pour les entreprises....

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...

Mohamed Sahnoun credit IofC France

2007: Mohamed Sahnoun – Healing wounded memories

The Algerian diplomat Mohamed Sahnoun was President of Initiatives of Change International from 2006 to 2009 and founded the annual Human Security Forum at Caux....

Zeke Reich cropped.jpeg

2006: Zeke Reich – Across walls of fear

Zeke Reich is a psychotherapist at a community mental health clinic in Washington DC who has been to the IofC conference centre in Caux several times over the years. He remembers an encounter which ha...

Somalia - First meeting of Benadir and Hawiye – anti-clockwise from right: Sayid Ma’alow, Hassan Mohamud Geeseye, Omar Salad Elmi, Mohamed Abukar Haji Omar, n/a, Khalid Maou Abdulkadir, Dr Ahmed Sharif Abbas

2005: Omar Salad Elmi – Clearing the cloud of mistrust

‘There are two people in the Somali delegation whose names include Omar,’ said the man from the allocation team at the Initiatives of Change conference centre in Caux. ‘As we didn’t have any informati...

Housekeeping Monica and Maya

2004: The Housekeeping Team – ‘My dream of serving the world came true’

Before you arrive in your room in Caux, someone from the housekeeping team will have been there before you, to check that it is clean, that the bed is made up and the light bulbs work. If you can’t wo...

Round Table Burundi 22 April 2007

2003 : Burundi – Ten years of political dialogue

Between 2003 and 2013, Caux was the scene of seven political dialogues between deeply divided Burundian leaders. They brought together representatives of political parties and armed rebel movements, f...

Erica Utzinger and her husband Beni working in the archives

2002: Erika Utzinger - 200 metres of history

The archives of the Caux Conference and Seminar Centre, now held by the Canton of Vaud, are an endless source of precious information. Swiss archivist Eliane Stallybrass describes the work to preserve...

Sommaruga with Amina Dikedi (left) and Msgr Fortunatus Nwachukwu at Caux, 2006 credit: Isabelle Mermindo

2001: Cornelio Sommaruga - ‘Grüss Gott’

'I first met Cornelio Sommaruga at a private dinner party. He was then head of the International Committee of the Red Cross (ICRC) and was just back from Cuba, where he’d met with Fidel Castro, in the...

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

2000: Angela Starovoytova and Kostiantyn Ploskyi – Taking off the masks

Around the turn of the Millennium, many young Ukrainians came to Caux. Some of them took leadership in Foundations for Freedom (F4F), a programme for young people which offered courses in the values w...

Ismar and Fabiana Villavicencio credit T Hazell

1999: Gente Que Avanza – Latin America hits town

It was a Red-Letter Day in July 1999 when more than 40 young Latin Americans burst through the front door of Mountain House, Caux, and hugged everyone in sight. Gente Que Avanza had arrived – and Caux...

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...