1947 - Peter Petersen: « Toutes nos défenses se sont effondrées. »

Par Mary Lean

03/02/2021
Peter Petersen

 

« A cette époque, même un chien aurait refusé un morceau de pain de la main d'un Allemand», se souvient Peter Petersen, l'un des 150 Allemands que les Alliés ont autorisés à venir à Caux en 1947. Ils ont été parmi les premiers Allemands à quitter leur pays après la Seconde Guerre Mondiale. »

À leur grand étonnement, Petersen et ses compagnons ont été accueillis non pas avec répugnance mais par un chœur français qui chantait une chanson en allemand. «Nous étions déjà passés maîtres dans l'art de nous défendre lorsque nous étions accusés. Mais ici, les portes nous étaient grandes ouvertes».

Petersen a porté l'uniforme toute sa vie : d'abord dans les jeunesses hitlériennes, puis dans une école spéciale nazie et enfin dans l'armée allemande. Il avait été blessé deux semaines avant la fin de la guerre et emprisonné par les Britanniques après la guerre. Alors âgé de 21 ans, il n'avait pas de vêtements civils et est arrivé à Caux dans un costume de son grand-père, qui était à la fois trop court et trop large pour lui.

 

Peter Petersen speaking in Caux with friend
Peter Petersen (à droite) fait un discours à Caux

 

«Comme beaucoup d'Allemands, je me suis replié sur moi-même dans une attitude qui était un mélange d'apitoiement et de bravade», a déclaré Petersen plus tard. Lorsque lui et ses amis ont découvert que la secrétaire des Femmes socialistes de France et ancienne résistante, Irène Laure, allait prendre la parole à la conférence, ils se sont préparés à l'affrontement. «Nous avons dit que si elle parlait de tout ce que la France avait subi, nous aurions une chose ou deux à dire sur les Français».

Son honnêteté et sa largeur d'esprit nous ont poussés à nous regarder nous-mêmes. Nous eûmes honte de notre aveuglement.

À la stupéfaction des Allemands, Irène Laure s'est excusée publiquement auprès d'eux pour sa haine. «C'était tellement inattendu. Toutes nos défenses se sont effondrées.... Son honnêteté et sa largeur d'esprit nous ont poussés à nous regarder nous-mêmes. Nous eûmes honte de notre aveuglement.»

Après de longues discussions entre eux, et quelques nuits blanches, Petersen et ses amis sont allés parler avec Irène Laure. « Nous avons commencé à voir où nous nous étions trompés et nous le lui avons dit, parce que c'est la seule façon d'amener la guérison ».  

Entre 1948 et 1951, près de 4 000 autres Allemands ont participé à des conférences à Caux. Petersen a fait partie d'un groupe de travail international d'I&C (voir notre histoire de 1948) qui a parcouru l'Allemagne au cours des cinq années suivantes, construisant des ponts entre les coeurs qui ont rendu possible la réconciliation et la reconstruction de l'Europe après la guerre.

 

The exhibition in the ruins of a German city 1948
Exposition dans les ruines d'une ville allemande (1948)

 

En 1965, Peter Petersen a été élu au Bundestag allemand. Au cours de sa longue carrière politique, il n'a jamais caché son passé ni les sacrifices nécessaires pour soigner les relations avec ceux qui avaient souffert aux mains de l'Allemagne. Cet engagement lui a fait perdre son siège parlementaire pendant cinq ans.

«Il y a deux façons de se débarrasser du passé», a-t-il déclaré. «On peut le balayer sous le tapis, mais il y a toujours le risque qu'il resurgisse ailleurs. Ou vous pouvez prendre la voie de l'honnêteté. C'est cette caractéristique de Caux qui nous a permis, à nous Allemands, de rencontrer d'autres personnes sur un pied d'égalité».

 

Peter Petersen, Frank Buchman, Gabriel Marcel, 1957
Peter Petersen (centre) avec Frank Buchman et Gabriel Marcel (1957)

 

________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

  • Photos: Initiatives of Change
  • Traduction/Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off

sur le même thème

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...

Saidie Patterson

1954 - Saidie Patterson: « Enterrer la hache de guerre ou enterrer les morts »

Lorsque Saidie Patterson, une syndicaliste d'Irlande du Nord, prend la parole à Caux en 1954, elle tient à souligner que le Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) n'avait pas affaibl...

Mohamed Masmouti

1953 – Mohamed Masmoudi: « Arrête de maudire les Français. »

En 1953, Mohamed Masmoudi, un jeune nationaliste tunisien qui mène une existence semi-clandestine, vient à Caux. C'est d'ailleurs plus ou moins clandestinement qu'il avait passé la frontière suisse. À...

Maurice Mercier 1951

1951 - Maurice Mercier: « Pas un cri de haine »

Jean-Jacques Odier n'est pas très impressionné lorsqu'il rencontre pour la première fois Maurice Mercier, l'homme à l'origine des grandes délégations industrielles françaises qui visitent Caux en 1951...

Maclean wedding Caux 1958 square

1952 - Elsbeth et Adam McLean: Un mariage à Caux

Lorsqu'Elsbeth Spoerry travaillait à remettre en état un Caux Palace passablement abîmé pour y accueillir les premières conférences en 1946, elle était loin de se douter que, six ans plus tard, elle s...

Yukaki Shoma young

1950 - Yukika Sohma: « Le Japon peut renaître »

Le drapeau japonais flottait devant le centre de conférences lorsque 64 Japonais-e-s sont arrivé-e-s à Caux en 1950. Ce fut un moment émouvant : au Japon, toujours sous occupation américaine, il était...

Max Bladeck

1949 - Max Bladeck: Au-delà de la lutte des classes

C'est dans les années vingt, alors qu'il était encore mineur, que Max Bladeck rejoint les rangs du parti communiste allemand. Sa visite au centre de conférence à Caux en 1949 changera sa vision du mon...

Paul Misraki

1948 - Paul Misraki: Bande-son pour une nouvelle Allemagne

L'Allemagne était en ruines. L'Europe était en ruines. Des millions de personnes avaient été tuées, des millions d'autres blessées et déplacées. Sans compter les ruines morales, à l'origine d'un profo...

Trudi Trüssel

1946 - Trudi Trüssel: « On ne peut pas construire un monde nouveau avec une seule classe sociale »

« Au plus profond de moi-même, je blâmais les riches et je les tenais pour responsables du malheur de tant de gens. Je ne pouvais accepter que quelques-uns puissent avoir tout ce qu'ils voulaient san...

Yara Zgheib

75 ans, 75 récits

« Mon histoire n'est pas spéciale, ni seulement la mienne. Elle appartient à ce centre de conférence qui a 75 ans et possède des centaines de milliers de trajets en train, de promenades, de discussion...