1967: Teame Mebrahtu – « L'endroit où je vis n'a aucune importance »

Par Stan Hazell

08/06/2021
Teame Mebrahtu photo: John Bond

 

Teame Mebrahtu est arrivé à Caux en 1967, cinq ans après l'annexion de son pays, l'Érythrée, par l'Éthiopie. La lutte de libération - qui allait se poursuivre pendant trois décennies - prenait de l'ampleur. Le ressentiment à l'égard des politiques gouvernementales avait conduit à une grève des étudiants, qui avait entraîné la fermeture de toutes les écoles secondaires.    

En tant que professeur à l'Institut de formation des enseignants d'Asmara, Teame Mebrahtu avait rencontré des membres d'un groupe international du Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qui étaient en tournée dans le pays avec le film Liberté. Il avait reconnu les valeurs dépeintes dans le film comme faisant partie de sa propre éducation spirituelle en tant que chrétien copte. Mais le concept d'un changement global et à un niveau mondial était nouveau pour lui.

 

Teame Mebrahtu speaking at Caux
A Caux avec Philippe Mottu (à gauche) et Frederik Philips (à droite)

 

Son séjour à Caux fut une révélation. Il est frappé par le mélange de nations, de cultures et de religions présentes et par les expériences que les gens partagent. Il commence à comprendre que, s'il veut aider l'Érythrée, il doit se débarrasser de son amertume à l'égard des Éthiopiens et des Américains basés là-bas, et qui l'ont maltraité. Il décide qu'en tant qu'enseignant, il a la responsabilité d'apporter du changement, mais qu'il doit d'abord passer par un changement personnel. Ce fut une expérience libératrice.

Son séjour à Caux fut une révélation. Il est frappé par le mélange de nations, de cultures et de religions présentes et par les expériences que les gens partagent.

De retour en Érythrée, toujours aux prises avec la grève des étudiants, Teame commence à travailler avec l'équipe du Réarmement moral. Il a décidé qu'il était de son devoir de combattre la mentalité qui consiste à penser « je ne peux pas faire grand-chose pour résoudre les problèmes », et que le changement ne vient pas en gardant le silence.

 

Teame Mebrahtu Zero School (camouflaging from the soldiers under the branches)
Des enfants à Zero School se cachent des attaques aériennes sous les branches d'un arbre.

 

Il prend la parole lors d'un rassemblement de masse où les étudiants en grève se laissent persuader de reprendre leurs études - un acte qui a probablement permis d'éviter des affrontements sanglants avec l'armée éthiopienne. Plus tard, certains étudiants lui ont dit qu'ils avaient été influencés par la comparaison qu'il avait faite d'eux avec un avion en panne de carburant qui tenterait d'atterrir sur une piste plantée de clous. 

Teame est ensuite devenu directeur de l'Institut de formation des enseignants d'Asmara, puis professeur adjoint d'éducation à l'université d'Asmara. Après la prise du pouvoir par le régime meurtrier de Mengistu en 1974, sa vie a été menacée et il a demandé l'asile en Grande-Bretagne.

 

Teame Mebrahtu at his desk at Asmara teacher training institute Eritrea
A son bureau à l'Institut de formation des enseignants d'Asmara.

 

En tant que réfugié, Teame a refusé l'aide sociale et a emprunté à des proches pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. « J'ai estimé qu'il était important d'être un citoyen qui contribue au bien-être de la société, comme je l'aurais été dans la société d'où je venais ». Dans un premier temps, il se rend dans une centaine d'écoles du sud-ouest de l'Angleterre pour faire connaître l'Afrique aux enfants et promouvoir la compréhension internationale. 

You can’t solve problems through the barrel of a gun.

Il mène ensuite une brillante carrière à la Bristol Graduate School of Education, où il enseigne et encadre des étudiants du monde entier, dont beaucoup vont devenir des éducateurs de premier plan dans leur propre pays. Il est passionné par l'utilisation de l'éducation comme outil de changement dans un monde divisé : « On ne peut pas résoudre les problèmes avec le canon d'une arme ».

L'une des réalisations dont il est le plus fier est l'organisation d'une grande conférence à Bristol sur l'éducation multiculturelle, qui visait à améliorer les possibilités de scolarisation des minorités ethniques et à sensibiliser tous les enfants à un monde au-delà de leurs frontières.

 

Teame Mebrahtu credit: John Bond
Photo: John Bond

 

Il a également continué à travailler pour améliorer l'éducation en Érythrée. Entre 1986 et 1988, alors que les combats se poursuivaient, il se rend dans la zone libérée de l'Érythrée pour animer des ateliers destinés aux élèves et aux enseignants, rassemblés sous des arbres alors que des avions MIG éthiopiens les survolent. Après l'indépendance en 1991, il met en place un partenariat entre l'université de Bristol et l'Érythrée, formant des éducateurs et des responsables de l'éducation.

Aujourd'hui âgé de plus de 80 ans, il reste convaincu que chacun a la responsabilité personnelle de mettre en lumière, aussi peu que ce soit, les injustices d'un monde imparfait. Les petits éclats de lumière peuvent devenir des phares d'espoir. « Peu importe où je vis", dit-il, "peu importe qui je suis : ce qui compte, c'est le rôle que je joue". 

 

________________________________________________________________________________

 

Regardez Teame Mebrahtu s'exprimer lors d'une conférence tenue au Westminster Theater, à Londres, en 1977, dans le film de nos archives Choice for an Impatient World (16'01" - 16'28")

 

 

_____________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Su  Riddell

1980: Su Riddell – A new start in life

In July 1980, a one-man show about St Francis, Un Soleil en Pleine Nuit, premiered in Caux. It starred French mime artist Michel Orphelin, and was written by British playwright Hugh Steadman Williams,...

Erik Andren

1979: Erik Andren – Laying foundations for freedom

In 1979, a series of summer conferences for families, organized by Dutch parents, began in Caux. Erik Andren and his wife, Sheila, came from the UK to take part. It was the first of many visits....

Heinz und Gisela Krieg 1981

1978 - Heinz and Gisela Krieg: Take Germany, for example

Among the 450 people who took part in 1978/1979 winter conference in Caux was a large group from Germany. They were there to present an unusual play, Zum Beispiel Deutschland (Take Germany, for exampl...

Alec Smith Arthur Kanodereka

1977: Alec Smith and Arthur Kanodereka – ‘Now I call him brother’

The two colleagues who visited the conference centre in Caux in 1977 from Rhodesia (now Zimbabwe) could not have been more different. One was Alec Smith, the renegade son of the white Prime Minister, ...

Alison Wetterfors and Mary Lean

1976: Alison Wetterfors – A skeleton in the soup pot

Cooking for hundreds of people takes skill and courage at the best of times – and all the more so when your team speaks several languages and includes people who have rarely cooked before....

Conrad Hunte (left) and Gary Sobers walk out to bat against Pakistan 1958

1975: Conrad Hunte – ‘Take courage!’

The West Indian cricketer Conrad Hunte was often at the conference centre in Caux in the years following his retirement from first class cricket in 1967. So much so that he once said that he was havin...

Vendela Tyndale-Biscoe portrait

1974: Vendela Tyndale-Biscoe – ‘A life you could never dream of’

When she came to Caux in December 1974, Swedish actress Vendela Tyndale-Biscoe (then Lofgren) had everything she had ever thought she wanted. That year, at the age of 24, she had been given a permanen...

Kim Beazley square

1973: Kim Beazley – « La qualité essentielle d'un homme d'Etat »

En 1973, les élections nationales australiennes avaient porté au pouvoir un gouvernement travailliste, et Kim Beazley - un visage familier à Caux - avait été nommé ministre de l'éducation. Il était dé...

Nagia Abdelmogney Said

1972: Nagia Abdelmogney Said: ‘Language of the heart’

In 1972, three Egyptian students arrived in Caux. Their visit sparked a remarkable series of exchanges in which more than 200 Arab and British students took part over the next decades. ...

Canon Huata at Caux in national costume square

1971: Canon Wi Te Tau Huata: « J'ai eu l'impression qu'une tonne était tombée de mon dos. »

Pour le 25e anniversaire de Caux en 1971, un avion charter avait amené 124 personnes d'Australasie et du Pacifique, dont un groupe de Māoris de Nouvelle-Zélande. Alors qu'il survolait la côte italienn...

Karl Mitterdorfer square dredit: Danielle Maillefer

1970: Karl Mitterdorfer – « La violence n'est pas une solution »

La magie de Caux réside en partie dans la possibilité qu'elle offre à des personnes issues de zones de conflit du monde entier d'apprendre les unes des autres. Au cours de l'été 1970, des rencontres o...

Cigdem Song of Asia square

1969: Çigdem Bilginer – ‘I was not the centre of the universe any more’

Militant Turkish student Çigdem Bilginer arrived in Caux in 1969 dissatisfied after taking part in student riots against the establishment and the Americans. ‘The American ambassador’s car was burned ...

Ramez Salame credit: Inner Change

1968: Ramez Salame – « J'ai rendu mon arme. »

Ramez Salamé était un étudiant en droit de 21 ans, originaire de Beyrouth, au Liban, lorsqu'il a participé à un cours de formation au leadership pour les jeunes à Caux - un précurseur des nombreux pro...