1967: Teame Mebrahtu – « L'endroit où je vis n'a aucune importance »

Par Stan Hazell

08/06/2021
Teame Mebrahtu photo: John Bond

 

Teame Mebrahtu est arrivé à Caux en 1967, cinq ans après l'annexion de son pays, l'Érythrée, par l'Éthiopie. La lutte de libération - qui allait se poursuivre pendant trois décennies - prenait de l'ampleur. Le ressentiment à l'égard des politiques gouvernementales avait conduit à une grève des étudiants, qui avait entraîné la fermeture de toutes les écoles secondaires.    

En tant que professeur à l'Institut de formation des enseignants d'Asmara, Teame Mebrahtu avait rencontré des membres d'un groupe international du Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qui étaient en tournée dans le pays avec le film Liberté. Il avait reconnu les valeurs dépeintes dans le film comme faisant partie de sa propre éducation spirituelle en tant que chrétien copte. Mais le concept d'un changement global et à un niveau mondial était nouveau pour lui.

 

Teame Mebrahtu speaking at Caux
A Caux avec Philippe Mottu (à gauche) et Frederik Philips (à droite)

 

Son séjour à Caux fut une révélation. Il est frappé par le mélange de nations, de cultures et de religions présentes et par les expériences que les gens partagent. Il commence à comprendre que, s'il veut aider l'Érythrée, il doit se débarrasser de son amertume à l'égard des Éthiopiens et des Américains basés là-bas, et qui l'ont maltraité. Il décide qu'en tant qu'enseignant, il a la responsabilité d'apporter du changement, mais qu'il doit d'abord passer par un changement personnel. Ce fut une expérience libératrice.

Son séjour à Caux fut une révélation. Il est frappé par le mélange de nations, de cultures et de religions présentes et par les expériences que les gens partagent.

De retour en Érythrée, toujours aux prises avec la grève des étudiants, Teame commence à travailler avec l'équipe du Réarmement moral. Il a décidé qu'il était de son devoir de combattre la mentalité qui consiste à penser « je ne peux pas faire grand-chose pour résoudre les problèmes », et que le changement ne vient pas en gardant le silence.

 

Teame Mebrahtu Zero School (camouflaging from the soldiers under the branches)
Des enfants à Zero School se cachent des attaques aériennes sous les branches d'un arbre.

 

Il prend la parole lors d'un rassemblement de masse où les étudiants en grève se laissent persuader de reprendre leurs études - un acte qui a probablement permis d'éviter des affrontements sanglants avec l'armée éthiopienne. Plus tard, certains étudiants lui ont dit qu'ils avaient été influencés par la comparaison qu'il avait faite d'eux avec un avion en panne de carburant qui tenterait d'atterrir sur une piste plantée de clous. 

Teame est ensuite devenu directeur de l'Institut de formation des enseignants d'Asmara, puis professeur adjoint d'éducation à l'université d'Asmara. Après la prise du pouvoir par le régime meurtrier de Mengistu en 1974, sa vie a été menacée et il a demandé l'asile en Grande-Bretagne.

 

Teame Mebrahtu at his desk at Asmara teacher training institute Eritrea
A son bureau à l'Institut de formation des enseignants d'Asmara.

 

En tant que réfugié, Teame a refusé l'aide sociale et a emprunté à des proches pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. « J'ai estimé qu'il était important d'être un citoyen qui contribue au bien-être de la société, comme je l'aurais été dans la société d'où je venais ». Dans un premier temps, il se rend dans une centaine d'écoles du sud-ouest de l'Angleterre pour faire connaître l'Afrique aux enfants et promouvoir la compréhension internationale. 

You can’t solve problems through the barrel of a gun.

Il mène ensuite une brillante carrière à la Bristol Graduate School of Education, où il enseigne et encadre des étudiants du monde entier, dont beaucoup vont devenir des éducateurs de premier plan dans leur propre pays. Il est passionné par l'utilisation de l'éducation comme outil de changement dans un monde divisé : « On ne peut pas résoudre les problèmes avec le canon d'une arme ».

L'une des réalisations dont il est le plus fier est l'organisation d'une grande conférence à Bristol sur l'éducation multiculturelle, qui visait à améliorer les possibilités de scolarisation des minorités ethniques et à sensibiliser tous les enfants à un monde au-delà de leurs frontières.

 

Teame Mebrahtu credit: John Bond
Photo: John Bond

 

Il a également continué à travailler pour améliorer l'éducation en Érythrée. Entre 1986 et 1988, alors que les combats se poursuivaient, il se rend dans la zone libérée de l'Érythrée pour animer des ateliers destinés aux élèves et aux enseignants, rassemblés sous des arbres alors que des avions MIG éthiopiens les survolent. Après l'indépendance en 1991, il met en place un partenariat entre l'université de Bristol et l'Érythrée, formant des éducateurs et des responsables de l'éducation.

Aujourd'hui âgé de plus de 80 ans, il reste convaincu que chacun a la responsabilité personnelle de mettre en lumière, aussi peu que ce soit, les injustices d'un monde imparfait. Les petits éclats de lumière peuvent devenir des phares d'espoir. « Peu importe où je vis", dit-il, "peu importe qui je suis : ce qui compte, c'est le rôle que je joue". 

 

________________________________________________________________________________

 

Regardez Teame Mebrahtu s'exprimer lors d'une conférence tenue au Westminster Theater, à Londres, en 1977, dans le film de nos archives Choice for an Impatient World (16'01" - 16'28")

 

 

_____________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Erica Utzinger and her husband Beni working in the archives

2002: Erika Utzinger - 200 metres of history

The archives of the Caux Conference and Seminar Centre, now held by the Canton of Vaud, are an endless source of precious information. Swiss archivist Eliane Stallybrass describes the work to preserve...

Sommaruga

2001: Cornelio Sommaruga - ‘Grüss Gott’

'I first met Cornelio Sommaruga at a private dinner party. He was then head of the International Committee of the Red Cross (ICRC) and was just back from Cuba, where he’d met with Fidel Castro, in the...

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

2000: Angela Starovoytova and Kostiantyn Ploskyi – Taking off the masks

Around the turn of the Millennium, many young Ukrainians came to Caux. Some of them took leadership in Foundations for Freedom (F4F), a programme for young people which offered courses in the values w...

Ismar and Fabiana Villavicencio credit T Hazell

1999: Gente Que Avanza – Latin America hits town

It was a Red-Letter Day in July 1999 when more than 40 young Latin Americans burst through the front door of Mountain House, Caux, and hugged everyone in sight. Gente Que Avanza had arrived – and Caux...

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993 : Somalie - « Si on peut avoir la paix à Galkayo, on peut l'avoir partout »

Parmi les Somalien-ne-s présent-e-s à Caux en 1993 se trouvaient Hassan Mohamud et Ahmed Egal, tous deux originaires de Galkayo, l'une des villes les plus violentes de Somalie....

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992 : L'espoir dans les villes - « Là où la guérison peut avoir lieu »

En juillet 1992, 80 Américain-e-s sont arrivé-e-s au centre de conférence d'Initiatives et Changement Suisse à Caux avec une question urgente : comment aborder le racisme, la pauvreté et l'aliénation ...

Anna Abdallah

1991 : Anna Abdallah Msekwa - Femmes Artisans de Paix

Les 680 femmes - et quelques hommes - qui ont rempli la grande salle du palace de Caux pour le lancement de Femmes Artisans de Paix en 1991 venaient de 62 pays et d'horizons très divers : une mère de ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990 : Le roi Michel de Roumanie - « Le mal ne peut durer indéfiniment ».

Au cours de l'été 1990, six mois après le renversement du régime communiste dans leur pays, 30 jeunes Roumain-e-s sont venu-e-s à Caux. C'était la première fois qu'ils et elles sortaient du bloc de l'...