Avoir le courage d'apporter de l'espoir

Harshani Bathwadana, Sri Lanka

11/11/2020
Harshani Bathwadana Sri Lanka

 

Originaire du Sri Lanka, Harshani Bathwadana raconte comment elle a trouvé le courage d'apporter de l'espoir à des milliers de jeunes filles en contribuant à leur éducation.

Mon histoire est celle d'une transformation personnelle : alors que je n’avais aucun espoir, j’apporte désormais de l’espoir aux autres.

J'appartiens à une génération qui est née au cours d’un conflit armé. Même si nous n'avons pas été touché-e-s directement, nous vivions au jour le jour : si aujourd'hui se passait bien, alors nous pourrions songer à demain. Avec un père enseignant, on nous a appris à croire que l'éducation était la seule manière de nous en sortir, si bien que je ne pensais qu’à mes études. Mais, en tant qu'aînée de la famille, j'ai dû assumer un certain nombre de responsabilités.

Mon adolescence a été difficile parce que j’ai perdu l’un de mes parents, si bien que j’ai dû prendre en charge encore plus de responsabilités au sein de ma famille. J’ai eu du mal à concilier ce nouveau rôle avec mes études et je me suis souvent sentie perdue. Pendant longtemps, j’étais comme engourdie. Je ne savais pas exactement comment je me sentais et je cachais mes sentiments à mes proches. J’avais plusieurs visages, un pour répondre aux attentes de ma famille, un autre pour mes ami-e-s et un autre pour la société. Avoir de bonnes notes était toujours un moment agréable, car tout le monde célébrait mes résultats scolaires et mes sentiments, qui étaient déjà profondément enfouis, passaient peu à peu à l’arrière-plan.

Le temps passa et me voilà, avec mon master et un poste de cadre décroché à 25 ans. Ai-je prévu un tel avenir ? Est-ce que même je l’espérais ? J'essaie encore de comprendre ce que le mot « espoir » veut dire.

L’opportunité de participer au Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) s'est présentée de manière inattendue. Un ami, qui me voyait me perdre chaque jour un peu plus, m'a encouragée à postuler, m’assurant qu’à Caux, il y avait un espace sûr où chacun pouvait se retrouver. « Il y a quelque chose pour tout le monde là-bas », m’a-t-il promis. Et il avait raison : le CPLP a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. J’y ai trouvé l'espace dont j'avais besoin pour être qui je suis. J’y ai rencontré les personnes qui m'entourent aujourd'hui. Mais, surtout, j’y ai appris à m'aimer et à me connaître. Cette expérience a littéralement transformé mon existence. Je ne savais pas ; désormais, je sais. Je ne ressentais rien ; désormais, j’éprouve des sentiments. Je n’espérais rien ; désormais, j’ai de l’espoir.

Lors d'une expérience professionnelle en Afghanistan, j'ai rencontré une jeune fille d’environ 14 ans et dont la famille avait été terriblement affectée par la guerre. À la fin de notre conversation, elle m'a dit : « Vous voir ici me fait me sentir en sécurité ; cela me montre que je ne suis pas seule. Il y a un monde là-bas qui prend soin de moi ». De mon point de vue, je n'avais rien fait de spécial. J'étais là parce que c'était mon « travail », mais elle a vu la personne au-delà de l'employée qui lui parlait. Ce qu’elle m’a dit m'a beaucoup fait réfléchir et cela a transformé mon approche de la vie. Son expérience de survie et les besoins qui étaient les siens m'ont ébranlée et m'ont montré à quel point j'étais privilégiée. Cette jeune fille de 14 ans m'a poussée à poursuivre ce qui me semblait important pour réaliser le but de mon existence. Comment pouvais-je tirer parti de toutes mes relations et de toutes mes opportunités pour changer la vie d’autrui  ? Que faire pour faire la différence ?

Change one life and that will bring change to thousands.

De retour au Sri Lanka, j'ai cherché à m'engager dans des activités susceptibles de changer la vie des gens. Je suis tombée sur Room to Read, une ONG internationale qui travaille dans le secteur de l'alphabétisation et de l'éducation et qui apporte aux jeunes filles le soutien dont elles ont grand besoin pour continuer à aller à l'école et réaliser leur potentiel en tant qu'êtres humains.

Lorsque des parents vous disent que leur fille est la première de la famille à terminer ses études secondaires ou à aller à l'université, il est difficile de retenir ses larmes. La vie ne consiste pas à cocher des cases qui vous rendent acceptable aux yeux des gens qui vous entourent. Il s'agit de savoir ce que votre cœur vous dit et de le suivre partout où il vous emmène.

Il faut avoir du courage pour apporter de l'espoir aux gens et à soi-même. Vous ne pouvez trouver ce courage en vous-même que si vous êtes motivé-e. Cette jeune Afghane m'a profondément ébranlée et m'a donné le courage de demander de l'aide, des conseils et du soutien. J'ai pu ouvrir mon cœur en sachant que personne ne me jugerait. Grâce à la voix de cette jeune fille, je peux désormais apporter de l'espoir à des milliers de jeunes filles.

Soyez cette fille pour quelqu'un ! Changez une vie et cela en changera des milliers. 

 

Si vous souhaitez participer à la conversation de suivi en ligne qui aura lieu le samedi 21 novembre 2020 à 14h00 CET  (13:00 GMT) avec les alumni du Programme de Caux pour la paix et le leadership et savoir plus sur Harshani et son histoire, vous pouvez vous inscrire en cliquant sur ce lien. 

Après votre inscriptions, vous recevrez un email avec toutes les informations nécessaires afin de pouvoir participer aux CPLP Talks. Vous trouverez les conditions générales ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Featured Story
Off

sur le même thème

Redempta CPLP Talks 1

Libérer les filles pour qu'elles puissent étudier

«Il y a un acte de compassion qui continue à avoir une influence immense sur mon existence.» -Originaire de Nakuru au Kenya, Redempta Muibu raconte comment sa participation en 2015 au programme de Cau...

Sara Taleb

Le Liban mérite mieux

Le 4 août 2020, l’explosion qui s’est malheureusement produite à Beyrouth, la capitale libanaise, a choqué le monde entier. L’explosion a ravagé la ville, faisant de nombreuses victimes et des dégâts ...

Antoine Chelala

Par-delà les décombres : les blessures invisibles de Beyrouth

Cette série a pour objectif de partager les réflexions et les actions courageuses prises par des jeunes du monde entier, à commencer par nos amis de Beyrouth qui ont fait preuve d'un courage et d'une ...

Mandela Mile image logo

De Caux à la Mandela Mile

Le 18 juillet 2020 a été un jour de fête pour deux raisons. Tout d’abord, c'était l'anniversaire de Nelson Mandela. Ensuite, cette date marquait la fin du premier programme de leadership « Mandela Mil...

Daniel Clements

Du changement personnel à la direction de la conférence : Daniel Clements

Daniel Clements, le coordinateur de l’édition 2020 de Leadership créatif, n'aurait jamais rejoint Initiatives et Changement si son père ne lui avait pas conseillé, l’année dernière, de participer au ...

CPLP 2019  group laughing credit: Paula Marianne

Les ancien-ne-s participant-e-s du Programme de Caux pour la Paix et le Leadership vont plus loin avec le "Mandela Mile"

Le "Mandela Mile" est un défi annuel mondial de leadership, fondé en 2018 par Shanti Annan (la belle-fille de Kofi Annan). Il se déroule entre le 8 avril (jour de la naissance de Kofi Annan) et le 18 ...

CPLP 2019 Mulham

Un programme de formation qui change la vie

Quand Mulham Soufi a entendu dire que Caux était « un endroit incroyable où l’on change le monde », il ne pouvait pas croire qu'un tel endroit existait. C'est pour cette raison qu'il a décidé de le vo...

CPLP 2019 group garden credit: Paula Marianne

Les jeunes libèrent leur potentiel

Le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) est bien plus qu’un simple programme de formation sur quatre semaines. C’est une plateforme où des jeunes leaders du monde entier explorent le...

Oana Dinea

« Nous avons chacun et chacune découvert le côté humain de l’autre »

Oana Dinea est une pianiste professionnelle originaire de Roumanie, qui vit maintenant à Genève. Elle a participé au Programme de Caux pour la paix et le leadership 2018....

CPLP bridgebuilder Colombia

« Tout le monde peut construire des ponts »

C’est la première phrase que María Paula García Romero a entendue lorsqu’elle est venue pour la première fois à Caux, en Suisse, en 2016. Elle allait participer au Programme des Caux Interns, renommé ...

Caux Peace and Leadership Programme 2017

Soyez audacieux et ne renoncez jamais !

« Caux est un endroit qui fait grandir » a déclaré Phoebe Gill, responsable du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme de formation et de service de quatre semaines qui s...