Culture, origines et liberté

08/01/2021
Sebastian Hasse CPLP

 

Sebastian Hasse CPLP

Sebastian Hasse, qui a grandi au moment de la réunification près de la frontière entre l'ancienne Allemagne de l'Ouest et de l'Est, réfléchit à la culture, aux émotions et à leur impact sur nos vies.

Alors même que je veux évoquer mes racines culturelles, voilà que je les ressens à nouveau, cette réticence et cette colère refoulée, cette impuissance et ce chagrin non exprimé. Depuis toujours, j'essaie de me libérer de cet héritage qui m'a tant donné d'un côté et a tant nié ma personnalité de l'autre.

J'ai grandi au sein d’une famille mixte dans une ville moyenne d’Allemagne de l'Ouest, située près de la frontière avec la RDA. À l’époque, les familles mixtes n'étaient pas si courantes. Nous étions néanmoins une famille très classique : mon père gagnait de l'argent, pendant que ma mère s’occupait de nous. Comme mes quatre sœurs, je suis allé dans un lycée traditionnel. Au départ, j'ai eu un mal fou à m'identifier à cet établissement. Je préférais aller à l’atelier de musique de l’école. C’est d’ailleurs là, lors d'un échange franco-allemand, que j'ai rencontré ma première petite amie.

La réunification allemande a été l'événement politique et culturel central de mon enfance, aussi bien en raison des défis sociaux qu’elle engendrait qu’à cause de ce que cela signifiait pour ma famille. Ma belle-mère, qui m'avait adopté quand j'avais environ deux ans, était originaire d’Allemagne de l’Est, où elle avait passé deux ans en prison en tant que prisonnière politique. Mais nous n'en avons jamais vraiment parlé à la maison. Nous n'exprimions jamais véritablement nos sentiments. Cela ne veut pas dire qu'il n'y avait pas de sentiments ni que je n'étais pas aimé par ma famille. Mais je me souviens qu'enfant, on n'ait souvent pas géré mes difficultés émotionnelles comme il le fallait. Aujourd'hui, je sais que la génération de mes parents et celle de mes professeurs en étaient incapables, tout simplement parce que les générations précédentes ne leur avaient pas appris à gérer ce genre de situations. Ces générations-là avaient vécu deux Guerres mondiales et en étaient responsables.

Toute empreinte est culturelle. La culture est globale et les personnes qui vous éduquent ne peuvent pas plus que vous échapper à leur propre empreinte culturelle. Il est injuste de ne pas pouvoir changer ce qui vous a façonné, a fortiori dans la petite enfance. Cela vous blesse et vous empêche d’avancer. S'en libérer est littéralement l'œuvre de toute une vie.

Ce sont précisément ces rencontres qui m'ont permis de grandir encore et encore, tant dans la compréhension de moi-même que dans mon ouverture au monde.

Grâce à ce travail sur moi-même, je me suis toujours senti entre de bonnes mains à Caux. J'y ai rencontré presque exclusivement des gens qui trouvaient ça aussi important que moi et qui y aspiraient autant que moi. Plus tard, j'ai compris que ce sentiment ne se limitait pas à Caux, mais qu’il y est particulièrement intense. Néanmoins, je chéris chaque moment que j'ai pu passer là-bas, que ce soit dans le cadre des conférences du Caux Forum ou du Programme de Caux pour la paix et le leadership.

La rencontre de personnes ayant des racines culturelles différentes des miennes m'a questionné et m'a submergé à maintes reprises. Mais ce sont précisément ces rencontres qui m'ont permis de grandir encore et encore, tant dans la compréhension de moi-même que dans mon ouverture au monde. Elles m'ont révélé ce que je possède déjà et aussi ce qui me manque encore. Elles m'ont rendu fier de mon héritage et m'ont fait comprendre mon désespoir face à tout ce qui me manquait dans mon enfance. Et ce sont précisément ces rencontres interculturelles qui me procurent aujourd’hui une joie de vivre totale.

 

Le parcours de Sebastian Hasse n’est pas une ligne droite. Après avoir entamé des études en informatique dans sa ville natale, Lübeck, Sebastian Hasse réalise rapidement que ce diplôme ne le rend pas heureux. Il s’engage alors dans une carrière d'acteur, se tourne vers le cinéma avant de revenir finalement à l'informatique en tant que consultant au sein de l'entreprise familiale. Il est le premier président d'une petite ONG basée sur le bénévolat à Berlin qui se concentre sur l'éducation non formelle des jeunes adultes en Europe centrale et orientale. C’est grâce à différentes rencontres internationales que Sebastian Hasse a découvert I&C et s’est rendu à Caux.  Son séjour l’incite à se former à la médiation et à participer en 2019 au Programme de Caux pour la paix et de leadership. Sebastian aime les histoires et est convaincu que les paradoxes et les perspectives contradictoires constituent une part essentielle de l’être humain.

 

_____________________________________________________________________

 

Si vous souhaitez participer à une conversation en ligne avec des alumni du Programme de Caux pour la paix et le leadership le samedi 23 janvier 2021 à 14:00 CET sur le thème de la culture, veuillez vous inscrire ici ! A la sute de votre inscription, vous recevrez un courriel de confirmation vous indiquant comment participer à la rencontre.

Veuillez lire les conditions d'inscription ici.

Pour en savoir plus sur les « CPLP Talks », cliquez ici.

Pour en savoir plus sur les Programme de Caux pour la paix et le leadership, cliquez ici.

 

 

Featured Story
Off

sur le même thème

CPLP Talks 8 square article 2

Remaking the World: Experiences from Mexico, Germany and Colombia

Discover inspiring initiatives of Caux Peace and Leadership alumni from Mexico, Colombia and Germany....

CPLP Talks 8 Tema

Remaking the World: Experiences from Eswatini and Colombia

La huitième édition des CPLP Talks fait la part belle au courage dont font preuve les ancien-ne-s du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) afin de relever les défis auxquels le monde ...

Zeindab Dilati

Un voyage et non une destination

Un an après l'explosion dévastatrice de Beyrouth, nous rencontrons Zeinab Dilati (également connue sous le nom de Zee) qui a participé au Programme de Caux pour la paix et le leadership en 2017, 20...

Valentina CPLP Talks 6

« Comment parler de paix ? »

« Comment parler de paix dans ce qui ressemble au pays le plus inégalitaire d'Amérique latine ? Comment générer un développement social et durable dans un pays où la guerre interne fait rage depuis pl...

Manuela Garay 2021

« J'ai le sentiment de contribuer à un monde meilleur. »

Manuela Garay du Canada a participé au Programme de Caux pour la paix et le leadership en 2017 et réfléchit à l'impact que sa participation a eu sur elle et sur sa perspective de la vie et des autres ...

We love from Packages

We Love From: Avoir un effet positif sur la vie de quelqu'un d'autre

« Je n'aurais jamais pensé qu'avec une simple feuille de papier, un crayon et un peu de temps, on pouvait vraiment avoir un effet positif sur la vie de quelqu'un d'autre. » - Georgina Flores et Lorena...

Une question me hantait : « Suis-je en sécurité ? »

« J'aimerais que notre monde dispose de plus d'espaces sûrs pour les femmes et les hommes, afin de travailler ensemble à la construction de communautés au sein desquelles chacun-e puisse se sentir en ...

Men, Paula Mariane 2019.jpg

Une discussion entre hommes autour des thématiques de la dynamique des genres et de la sécurité

Comment pouvons-nous tous contribuer à créer un sentiment de sécurité pour tous au sein de nos communautés ? L'équipe de CPLP Talks a organisé un espace de dialogue où elle a demandé aux hommes leur ...

CPLP Tino

Etre bien dans ma peau

« C’est désormais une autre image que je vois de moi dans le miroir, Je me sens de plus en plus à l'aise dans ma peau. » - Tinotenda Dean Nyota est originaire de Gweru, au Zimbabwe et participe en 201...

CPLP Charlotte Rémié

Le meilleur de deux cultures

« J’avais de la chance de pouvoir prendre le meilleur de ces deux cultures. » - Charlotte Rémié a découvert Initiatives et Changement pour la première fois en 2012 grâce à ses parents. C’est pourtant...

CL Maria Romero Project Colombia hut

A vous de trouver votre propre style de leadership

« J'ai réalisé que je pouvais m’engager et agir pour un monde meilleur. » - C’est lors de sa participation au Caux Interns Programme (aujourd'hui connu comme Programme de Caux pour la paix et le leade...

Abeda Nasrat CPLP

«Afghanistan m'a donné des racines et le Danemark des ailes»

Abeda Nasrat est âgée de deux ans lorsqu’elle arrive au Danemark en tant que réfugiée afghane. Actuellement, elle étudie le droit à l'université de Copenhague et travaille comme étudiante assistante à...

Harshani Bathwadana Sri Lanka

Avoir le courage d'apporter de l'espoir

Originaire du Sri Lanka, Harshani Bathwadana raconte comment elle a trouvé le courage d'apporter de l'espoir à des milliers de jeunes filles en contribuant à leur éducation....

Redempta CPLP Talks 1

Libérer les filles pour qu'elles puissent étudier

«Il y a un acte de compassion qui continue à avoir une influence immense sur mon existence.» -Originaire de Nakuru au Kenya, Redempta Muibu raconte comment sa participation en 2015 au programme de Cau...