Souvenirs de Mohamed Sahnoun

Par Cornelio Sommaruga

26/09/2018

 

Cornelio Sommaruga, président honoraire de Initiatives et Changement International, rend hommage à son ami Mohamed Sahnoun:

Mohamed Sahnoun n’est plus. L’ancien Ambassadeur d’Algérie à Bonn, à Washington, à New York (ONU), à Paris et à Rabat nous a quittés le 20 septembre à l’âge de 86 ans, après une longue maladie.

Prisonnier politique pendant la guerre d’Algérie en 1957, il relate dans son ouvrage « Mémoire blessée » les souffrances inouïs des détenus, surtout à cause de la torture. J’ai eu le plaisir de pouvoir préfacer ce livre passionnant certes , mais aussi bouleversant pour la souffrance indescriptible et gratuite infligée par des hommes à leurs semblables. Son ouvrage décrit aussi le soutien d’hommes et femmes de diverses origines (civils, religieux, militaires) qui, au péril de leur vie, donnent une belle solidarité à ceux desquels ils attendent la libération.

Sorti de prison Mohamed Sahnoun, aidé par un prêtre catholique, passe dans des lieux divers en France, toujours en danger d’ultérieure arrestation et finit par franchir la frontière de la Suisse, où Charles-Henri Favrod le met en contact avec les nouveaux dirigeants algériens à Evian.
Il est rapidement délégué à l’Organisation de l’Unité Africaine et par la suite Secrétaire général adjoint de la Ligue Arabe, avant d’entamer sa carrière diplomatique proprement dite. A New York il a des contacts avec le Secrétaire général de l’ONU Boutros Boutros-Ghali, qui le nomme en 1992 Envoyé spécial pour la Somalie. C’est là où il émet des sérieuses critiques sur l’action de l’ONU et découvre l’importante action humanitaire du CICR. Ce sont mes premiers contacts avec lui.

Il devient par la suite un des Conseillers internationaux du CICR, avant d’être désigné par le Gouvernement canadien Co-président (avec Gareth Evans) de la Commission internationale sur l’intervention et la souveraineté des Etats, où j’ai profité, comme membre, de son habilité  à trouver des compromis et également de ses contributions substantielles à notre Rapport sur la, Responsabilité de protéger, que nous avons remis à Kofi Annan le 20 décembre 2001.
Mohamed Sahnoun avait été membre de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (Commission Bruntland) ce qui a amené le Secrétaire général Kofi Annan à le prendre comme son Conseiller spécial pour l ‘Afrique en lui donnant divers mandats comme celui de médiateur dans le conflit Ethiopie/Eritrée et d’Envoyé spécial pour les Grand Lacs Africains. Une grande et sincère amitié s’était développée entre ces deux personnalités, qui se son éteintes à un mois de distance.

Mohamed Sahnoun a été dans les derniers 20 ans très actif à Caux dans l’Organisation Initiatives et Changement (qui a succédé au Réarment moral), où il a fondé le Forum pour la sécurité humaine, qui a attiré à Caux diplomates, fonctionnaires internationaux, universitaires et politiciens. Son action dans ce domaine lui a porté beaucoup de reconnaissance de personnalités du monde entier.
J’étais à l’époque Président de Initiatives et Changement international; après la fin de mon deuxième mandat Mohamed Sahnoun prit ma succession pour trois ans.

Mohamed Sahnoun laisse le souvenir d’un grand homme, humble serviteur de la famille humaine avec ses qualités de diplomate et médiateur au service de la paix. Il avait la capacité de savoir rassembler des personnes d’origine et avis bien divers, notamment dans les relations Nord-Sud. Homme de grande sagesse : il y en avait pas beaucoup comme lui.

Sa mémoire va rester auprès de tous ceux qui ont eu l’occasion de l’approcher, comme source d’inspiration et d’encouragement.

Cornelio Sommaruga
Président honoraire 
Initiatives et Changement International

 

Featured Story
On

sur le même thème

Femmes du Mali, JGHS 2019

Le pardon, l’écoute et le dialogue au cœur des cercles de paix au Mali

Jeudi 4 juillet 2019, je rencontre au Caux Forum un groupe de quatre femmes engagées dans les cercles de paix au Mali : Boye Diallo, Mamou Soucko, Kadidia Djenepo et Kadidiatou Mint Hanka. Les cercles...

JG 2019 audience

La gouvernance équitable pour la sécurité humaine 2019

La conférence « Gouvernance équitable pour la sécurité humaine » du Caux Forum était centrée sur la bonne gouvernance, l’inclusion sociale et la guérison de la mémoire. Ces trois piliers de la sécurit...

CPLP 2019 Jonah Truneh

Un voyage à la découverte de soi-même

Je suis assise avec Jonas Truneh (25 ans, Londres) sur un banc ; nous regardons les participant-e-s du Programme des Caux Scholars et du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) jouer à ...

JGHS

JGHS 2018: Notre rôle dans les objectifs mondiaux

Un appel à l’action a été lancé aux citoyens du monde afin qu’ils s’engagent et assument leurs reponsabilités eu égard aux questions sociales et écononomiques qui menacent les communautés dans le mond...

Caux Forum

Découvrez les temps forts de La gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine 2018!

Les temps forts de La gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine 2018 en vidéo...

JGHS plenary

Originaire d’un pays déchiré par la guerre et déléguée du Prix Nobel de la paix

Raghad Al Saadi était l’une des intervenant-e-s de la conférence « La gouvernance équitable pour la sécurité humaine » de cette année. Raghad a été déplacée avec sa famille lors des différents conflit...

Caux building

Cartographie de la sécurité humaine : de la théorie à l’action

En juillet 2018, pour la deuxième année consécutive, le programme de formation avec certificat à la clé de humanSecurityX s'est déroulé parallèlement au forum Gouvernance équitable pour la sécurité hu...

« A Caux, j’ai beaucoup à apprendre des autres, et inversement »

Il y a sept ans, Shalisa Hayes perdait son fils, Billy Ray. Alors que ce dernier passait une soirée entre ami-e-s dans une petite ville près de Seattle, des coups de feu sont échangés, et une balle le...

Just Governance for Human Security 2017

Guérir les mémoires : un moyen de tendre vers la sécurité humaine

Les blessures infligées aux générations passées et présentes à travers le monde ne peuvent être négligées. Elles laissent des cicatrices et restent souvent non guéries, perpétuant le conflit. Plus que...

JGHS 2018 women's retreat

Une retraite destinée aux femmes

La première retraite destinée aux femmes organisée par l’équipe de La gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine (JGHS) était centrée sur le rôle des femmes en tant que moteurs de chang...

Just Governance for Human Security 2017

Le dialogue sur les races est plus important que jamais

Pour la deuxième année consécutive, 14 personnes de Tulsa, Oklahoma (États-Unis) ont participé au Caux Forum pour dialoguer sur la guérison des blessures du passé et travailler pour de meilleures rela...

Christian Picciolini

Christian Picciolini: Construire la vie après la haine

Quand Christian Picciolini a rejoint le mouvement skinhead américain adepte de la suprématie blanche à l’âge de 14 ans, il n’aurait jamais imaginé qu'il travaillerait à inverser ce qu'il avait aidé à ...

Just Governance for Human Security 2017

Faire avancer la sécurité humaine à Caux : un pilier à la fois

« Pour quiconque prenant la sécurité humaine au sérieux, s’opposer à l’inévitabilité de la guerre et la rejeter est une nécessité vitale » a déclaré Pierre Krähenbühl, Commissaire général pour l’UNRWA...

JGHS

Results of 90-Day Challenge by Tulsans in Hopes of Healing History

During the final morning plenary of the Just Governance for Human Security Conference in July, participants were presented with a 90-day action challenge. Members of a delegation from Tulsa, Oklahoma,...