75 ans, 75 récits

Par Yara Zgheib

01/02/2021
Yara Zgheib

 

Pour le lancement de notre série de 75 récits pour célébrer le 75ème anniversaire d’Initiatives et Changement à Caux, Yara Zgheib du Liban nous partage ses réflexions sur Caux, cet endroit spécial au cœur des alpes suisses qui a changé la vie de nombreuses personnes du monde entier.
 

« Le soleil se couche sur le lac Léman. De la terrasse d'un palace à Caux, on dirait qu'il est en feu. L'air est violet et orange. Il a aussi l’odeur de l’orange, le fruit que nous venons de peler et de partager. Nous, Libanais-e-s, Français-e-s, Suisses, Allemand-e-s, Anglais-e-s, Indien-ne-s, Marocain-e-s, Ethiopien-ne-s, Ukrainien-ne-s, et un Bob-Marley Néerlandais-Hawaïen Palestinien, joueur de guitare.

Sur une table à ma droite, deux cafés dans des tasses en porcelaine refroidissent ; deux hommes se font face. Ils viennent de la guerre. Ils faisaient la guerre il n'y a pas si longtemps. Ici, ils se passent la crème. Ici, ils doivent se parler. Ici, entre eux, du sucre, une prune, du pain. La table grince avec leurs histoires, chacune vraie et personnelle. Le passé, les blessures, les préjugés, les peurs. Je suis venue ici avec mon passé : le 25 juin 2010, naufrage d'une fille.

Je suis descendue du train de montagne avec une lourde valise bleue ; j'étais en colère, fatiguée et en deuil. J'avais 21 ans et j'avais perdu tant de choses. Je n'avais pas déjeuné, ni beaucoup dormi. Je n'avais pas d'attentes. Un étranger m'a emmenée dans un réfectoire vide et m'a offert un sandwich.

Mais mon histoire n'a rien d’extraordinaire, je ne la possède pas. Elle appartient à ce centre de conférences. Elle dure depuis 75.

Je me suis retrouvée suspendue entre les bleus du lac et le ciel. J'ai passé le reste du mois à servir des repas à des centaines de personnes. J'ai également dîné avec des rebelles, des musiciens, des étudiants, des militants, des cultivateurs de café, des prêtres, des cheikhs et une ancienne vice-présidente de son pays. J'ai plié le linge, lavé les assiettes. Pour la première fois de ma vie, j'étais en paix.

Les guerres en moi aussi se sont tues. Cet endroit m'a appris à respirer, à voir les autres et moi-même. Quand je suis partie, je me sentais si légère que j'aurais pu voler jusqu’à Montreux.

Mais mon histoire n'a rien d’extraordinaire, je ne la possède pas. Elle appartient à ce centre de conférences. Elle dure depuis 75 ans et comptabilise des centaines de milliers de trajets en train, de promenades, de discussions, de thés partagés, de conversations et de temps calmes mais porteurs d’une transformation incroyable.

Soixante-quinze ans. Soixante-quinze ans de tant d'histoires. Pour célébrer cet anniversaire, tout au long de l'année, nous partagerons les histoires qui se sont déroulées dans ce palace sur une montagne, une pour chaque année depuis 1946 et le premier rassemblement d'Initiatives et Changement ici.

Ce faisant, nous regardons devant nous et vers le haut, vers le bleu et vers les années à venir. »

 

Yara Zgheib

Yara Zgheib est écrivaine, voyageuse et amoureuse de la nature, du jazz et de l'art. Elle est née au Liban et a des morceaux de son cœur dispersés à Paris, Londres et Boston. Elle est l'auteure de « The Girls at 17 Swann Street » et du prochain « No Land to Light On ». Elle écrit sur son blog  « The non-Utilitarian » chaque semaine, sur la culture, l'art, les voyages et la philosophie. Ses essais sont de la prose, de la poésie, des réflexions sur des choses ni pratiques ni utiles, mais vraies et belles. Essentielles. Portant son autre casquette, elle consulte les gouvernements et le secteur à but non lucratif sur les stratégies de paix et de sécurité, en mettant l'accent sur la résolution des conflits, la lutte contre le terrorisme et la lutte contre l'extrémisme violent. Elle est titulaire d'une bourse Fulbright, d'un master en études de sécurité de l'université de Georgetown et d'un doctorat en affaires internationales et diplomatiques du Centre d'études diplomatiques et stratégiques des Hautes Ecoles politiques de Paris. Elle a rejoint Initiatives et Changement en 2011 et est depuis lors organisatrice du forum sur la Gouvernance équitable pour une meilleures sécurité humaine. Elle est également présidente du programme humansecurityX. Elle est convaincue que l'amour et les idées peuvent changer le monde. Elle aime les livres et les conversations intelligentes, le yoga tôt le matin, les promenades en soirée.

 

 

Cette histoire marque le début de notre série « 75 ans de récits »  qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zgheib

 
Découvrez les premiers récits de la série:

 

 

Photo Caux Palace: Adrien Giovannelli

Traduction/Relecture: Eliane Stallybrass

 

Featured Story
Off

sur le même thème

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...

Saidie Patterson

1954 - Saidie Patterson: « Enterrer la hache de guerre ou enterrer les morts »

Lorsque Saidie Patterson, une syndicaliste d'Irlande du Nord, prend la parole à Caux en 1954, elle tient à souligner que le Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) n'avait pas affaibl...

Mohamed Masmouti

1953 – Mohamed Masmoudi: « Arrête de maudire les Français. »

En 1953, Mohamed Masmoudi, un jeune nationaliste tunisien qui mène une existence semi-clandestine, vient à Caux. C'est d'ailleurs plus ou moins clandestinement qu'il avait passé la frontière suisse. À...

Maurice Mercier 1951

1951 - Maurice Mercier: « Pas un cri de haine »

Jean-Jacques Odier n'est pas très impressionné lorsqu'il rencontre pour la première fois Maurice Mercier, l'homme à l'origine des grandes délégations industrielles françaises qui visitent Caux en 1951...

Maclean wedding Caux 1958 square

1952 - Elsbeth et Adam McLean: Un mariage à Caux

Lorsqu'Elsbeth Spoerry travaillait à remettre en état un Caux Palace passablement abîmé pour y accueillir les premières conférences en 1946, elle était loin de se douter que, six ans plus tard, elle s...

Yukaki Shoma young

1950 - Yukika Sohma: « Le Japon peut renaître »

Le drapeau japonais flottait devant le centre de conférences lorsque 64 Japonais-e-s sont arrivé-e-s à Caux en 1950. Ce fut un moment émouvant : au Japon, toujours sous occupation américaine, il était...

Max Bladeck

1949 - Max Bladeck: Au-delà de la lutte des classes

C'est dans les années vingt, alors qu'il était encore mineur, que Max Bladeck rejoint les rangs du parti communiste allemand. Sa visite au centre de conférence à Caux en 1949 changera sa vision du mon...

Paul Misraki

1948 - Paul Misraki: Bande-son pour une nouvelle Allemagne

L'Allemagne était en ruines. L'Europe était en ruines. Des millions de personnes avaient été tuées, des millions d'autres blessées et déplacées. Sans compter les ruines morales, à l'origine d'un profo...

Peter Petersen

1947 - Peter Petersen: « Toutes nos défenses se sont effondrées. »

«A cette époque, même un chien aurait refusé un morceau de pain de la main d'un Allemand», se souvient Peter Petersen, l'un des 150 Allemands que les Alliés ont autorisés à venir à Caux en 1947. Ils o...

Trudi Trüssel

1946 - Trudi Trüssel: « On ne peut pas construire un monde nouveau avec une seule classe sociale »

« Au plus profond de moi-même, je blâmais les riches et je les tenais pour responsables du malheur de tant de gens. Je ne pouvais accepter que quelques-uns puissent avoir tout ce qu'ils voulaient san...