1951 - Maurice Mercier: « Pas un cri de haine »

Par Eliane Stallybrass

18/03/2021
Maurice Mercier 1951

 

Jean-Jacques Odier n'est pas très impressionné lorsqu'il rencontre pour la première fois Maurice Mercier, l'homme à l'origine des grandes délégations industrielles françaises qui visitent Caux en 1951. Il aurait semblé tout à fait à l'aise, servant derrière un bar au coin de la rue, écrit Odier à propos de leur rencontre dans les bureaux de la fédération française des travailleurs du textile Force ouvrière. « Mais au cours des semaines suivantes, en apprenant à mieux le connaître, nous avons découvert un être humain exceptionnel ».

Mercier avait commencé à travailler dans l'industrie textile à l'âge de 13 ans et avait gravi tous les échelons de la CGT, la fédération française des syndicats. Il avait été communiste et un membre courageux de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la guerre, il estime que le syndicat fait passer la politique avant la lutte pour les droits des travailleurs. Il quitte le syndicat, mais la camaraderie de la lutte et l'idéologie qui l'avait motivé lui manquent.

 

Maurcie Mercier Lille big reso
Maurice Mercier pendant un rassemblement à Lille, France

 

Lorsque Jean-Jacques Odier, fils d'un banquier genevois et active à temps plein pour Initiatives et Changement (anciennement connues comme Réarmement Moral), et son ami britannique, Bill Porter, le rencontrent en 1950, il est cynique et découragé. Mais ils sont frappés par la rapidité avec laquelle il s'approprie l'idée d'un changement de comportement et d'une énergie créatrice au-delà de la lutte des classes. Lors d'une visite à Caux cet été-là, il déclara : « Pas un cri de haine, pas une heure de travail perdue, pas une goutte de sang versée : voilà la révolution à laquelle le Réarmement moral invite patrons et ouvriers ».

Il avait cette marque de tous les vrais révolutionnaires - une vision, et il m'a aidé à trouver une vision aussi.

Odier et Porter invitent Mercier à participer à une conférence du Réarmement moral sur l'île de Mackinac, aux États-Unis, en juin 1951. Ils pensaient que cela pourrait élargir ses horizons, mais ils n'avaient aucune idée de la difficulté d'obtenir un visa pour un syndicaliste ayant 11 ans de communisme clandestin derrière lui. Tout s'arrange, et Mercier rencontre Frank Buchman à la conférence.

Un pasteur luthérien de Pennsylvanie ne parlant pas français, et un ouvrier français qui n'avait jamais quitté son continent : c'est une étrange rencontre des cœurs et des esprits. Buchman voit l'humain dans l'athée militant, et Mercier le révolutionnaire dans le chrétien convaincu. Mercier dit de Buchman : « Il avait cette marque de tous les vrais révolutionnaires - une vision, et il m'a aidé à trouver une vision aussi ».

 

Maurice Mercier in Caux with William NKomo, François Bekoungou and Harry Wickham
Maurice Mercier (2e à gauche) à Caux avec William Nkomo, François Bekoungou et Harry Wickham

 

Inspiré par les délégations d'entreprises américaines qu'il a rencontrées à Mackinac, Mercier décide d'œuvrer pour des rencontres similaires à Caux à son retour en Europe. Il parcourt tout le nord de la France en encourageant les ouvriers à venir à Caux et à faire financer le voyage par leur direction. Les conférences de Caux sont prolongées cette année-là pour accueillir ces délégations, et à l'automne 1951, 80 entreprises françaises, principalement de l'industrie textile, envoient des groupes en Suisse.

 

Maurice Mercier, Robert Carmichael, Henri Desbrueres, Henri Macaux, Leonida Macciotta in Caux 1952
Maurice Mercier (à gauche) in Caux avec Robert Carmichael, Henri Desbrueres, Henri Macaux et Leonida Macciotta

 

Un industriel du textile raconte : « J'ai fini par me rendre compte que je traitais mon entreprise comme ma propriété personnelle. Il me semblait tout à fait normal de demander aux ouvriers de faire des courses pour moi, de me servir en charbon à l'usine pour chauffer ma maison... J'ai décidé de changer complètement ma façon de vivre ».

Une atmosphère de confiance s'est créée.

Un opérateur de machines-outils déclare: « Je pensais que les bourgeois et les patrons étaient arrogants et mauvais, qu'ils ne pensaient qu'à dominer le prolétariat et à nous maintenir à terre. Je ne pouvais pas les imaginer en train de surmonter la barrière qui nous séparait et de travailler à la construction d'un monde nouveau ».

« Une atmosphère de confiance s'est créée », commente Mercier la situation. Cela a conduit à un accord sectoriel en 1953, qui a transformé les conditions de travail et les relations industrielles dans les 7'000 usines textiles françaises, qui employaient 648'000 personnes. 

 

Ecoutez un discours de Maurice Mercier à Caux (1958)

 

Regardez un entretien avec Maurice Mercier, filmé en 1971 (17'09 - 18'40)

 

_______________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • * Jean-Jacques Odier, Nous rêvions de changer le monde (Editions Ouverture)
  • ** anciennement connues comme Réarmement Moral
  • Enregistrement: Initiatives et Changement, remastérisé numériquement par Leif Söderlund en 2020
  • Photo en haut M. Mercier: Danielle Maillefer
  • Photos texte: Initiatives et Changement
  • Vidéo: Crossroad of Nations, 25 years of Caux de IofC & For a new world Archives
  • Relecture: Jean Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75th anniversary

sur le même thème

Ramez Salame credit: Inner Change

1968: Ramez Salame – ‘I gave away my gun’

Ramez Salamé was a 21-year-old law student from Beirut, Lebanon, when he took part in a leadership training course for young people in Caux – a precursor of the scores of similar programmes which have...

Teame Mebrahtu photo: John Bond

1967: Teame Mebrahtu – ‘It’s immaterial where I live’

Teame Mebrahtu came to Caux in 1967, five years after his homeland of Eritrea was annexed by Ethiopia. The liberation struggle – which was to continue for three decades – was gaining momentum. Resentm...

Buth Diu (photo Arthur Strong)

1966: Buth Diu – Non pas qui a raison mais ce qui est juste

En 1966, un politicien soudanais de haut rang, Buth Diu, présente au siège londonien de Réarmement moral (RAM, aujourd'hui Initiatives et Changement) des lances et un bouclier en cuir d'hippopotame, e...

Robert Carmichael and Indian

1965: Robert Carmichael - Une industrie qui met l'homme au premier plan

C'est en 1965, à Rome qu'a été signé le premier accord librement négocié entre les pays industrialisés et les pays en développement sur le prix d'une matière première, en l'occurrence le jute. Cet acc...

Muriel Smith

1963: Muriel Smith – Une voix pour la guérison raciale

Près du bar à café du Caux Palace se trouve un piano à queue, cadeau de la mezzo-soprano américaine Muriel Smith. Elle était un visage familier des conférences de Caux dans les années 1960, faisant ré...

Walking Buffalo portrait

1962: Chief Walking Buffalo – Respecter et protéger la Terre Mère

En 1962, un documentaire sur un voyage remarquable de 62 000 miles est présenté en première à Caux. Deux ans auparavant, le chef Walking Buffalo de la nation Nakoda (Stoney) et le chef David Crowchild...

Daw Nyein Tha (from Joyful revolutionary) square

1964: Daw Nyein Tha – « Quand je montre mon voisin du doigt »

On ne savait jamais qui on pouvait rencontrer dans les cuisines du centre de conférences à Caux dans les années 1960. L'équipe qui préparait les plats pour les invités asiatiques était sous la responb...

Patrick Colquhoun

1961 - Patrick Colquhoun: Cette semaine qui a changé ma vie

« Les articles sur le Réarmement moral (aujourd'hui Initiatives et Changement) qu'un ami m'avait envoyés au cours des trois années précédentes finissaient invariablement à la poubelle, » raconte Patri...

Marcel Grandy and Archbishop Makarios

1960 - Cyprus: « L'espoir ne meurt jamais »

Rares sont les problèmes dans le monde qui n'ont pas trouvé un écho dans les conférences et les rencontres organisées à Caux depuis 1946. En 1960, Chypre a obtenu son indépendance, après plusieurs ann...

Lennart Segerstrale

1959 – Lennart Segerstråle: « L'art doit représenter un danger pour le mal »

En 1959, une vaste fresque est dévoilée sur le mur de la salle à manger du Caux Palace. Son créateur, l'artiste finlandais Lennart Segerstråle, a choisi l'image universelle de l'eau pour représenter s...

Caux school 4

1958 - Angela Elliott: À l'école à Caux

Angela Cook (plus tard Elliott) est arrivée à Caux en 1958, à l'âge de quatre ans. Elle y a passé les cinq années suivantes, tandis que ses parents travaillaient avec le MRA en Allemagne, en Asie et a...

Jessie Bond 1945

1957 - Jessie Bond: «J'ai vu sa grandeur»

Jessie Bond avait du mal à gérer ses quatre enfants et les fréquents accès de colère de son mari et elle envisageait sérieusement de le quitter lorsqu'ils sont allés passer l'été en Suisse, à Caux. Un...

Freedom scene square

1955 - Liberté: « Pensez-vous que vous pourriez écrire une pièce de théâtre? »

« Nous avons été catapultés dans l'histoire », déclare Manasseh Moerane, l'un des trois scénaristes de Liberté. La pièce de théâtre est vue par 30 000 personnes dans toute l'Europe et la demande était...

Zeller family black and white

1956 – Les Zeller: Une famille s'investit à Caux

« Nous avons eu la grande joie de décider de vendre notre maison et de donner l'argent à Caux », a déclaré Anneli à la conférence du 29 juillet 1956. « L'homme à qui nous l'avons vendue a été tellemen...