1978 : Heinz et Gisela Krieg - Prenons l'exemple de l'Allemagne

Par Monica and Folker Mittag

22/07/2021
Heinz und Gisela Krieg 1981

 

Parmi les 450 personnes qui ont participé à la conférence de l'hiver 1978/1979 à Caux, se trouvait un groupe important d'Allemands. Ils étaient là pour présenter une pièce inhabituelle, Zum Beispiel Deutschland (Prends l'Allemagne, par exemple), écrite et produite par Gisela et Heinz Krieg.

Heinz Krieg 1981
Heinz Krieg
Gisela Krieg 1981
Gisela Krieg

Lors d'une précédente visite à Caux, Heinz, artiste et enseignant, et Gisela, ancienne actrice, avaient rencontré de jeunes Allemands qui n'arrivaient pas à accepter l'histoire de leur pays et se disaient Européens plutôt qu'Allemands. 

Gisela se mit alors à écrire une production théâtrale avec des exemples pris dans l'histoire allemande et dont les jeunes pouvaient être fiers. Elle y ajouta quelques lignes un peu pointues sur les stéréotypes allemands : le bureaucrate qui ne fait que suivre les règles, le touriste qui réserve la meilleure place au bord de la mer avec sa serviette, et bien d'autres encore. Heinz leur confectionna de magnifiques masques.

La pièce fut jouée à Caux en 1977 et 1978, à Berlin et Freudenstadt en 1978 et à Orléans en 1979, dans une traduction française, Aucun des acteurs et actrices n'était professionnel.

 

Cast Zum Beispiel Deutschland Heinz und Gisela Krieg
Le casting de Zum Beispiel Deutschland

 

Chaque représentation était un miracle car il n'y avait jamais assez de temps pour répéter. De nombreux acteurs, actrices, spectateurs et spectatrices y ont découvert une nouvelle compréhension de l'Allemagne et de son passé, et un espoir pour son avenir.

Une deuxième pièce, Der Zug (Le train), présentée à Caux en 1983, va plus loin : de la confrontation avec soi-même à la réconciliation avec les autres.

 

Scene from Zum Beispiel Deutschland Heinz und Gisela Krieg
Une scène de Zum Beispiel Deutschland

 

Heinz a un parcours de vie étonnant. Enfant, il avait été un membre convaincu de l'organisation des jeunesses nazies. Il avait combattu sur le front russe et avait été gravement blessé. Lorsqu'il est venu pour la première fois à Caux en 1949, sa vision du monde a commencé à changer, et il s'est alors engagé avec cette même force à construire un monde de paix et de justice, où les besoins de chacun soient satisfaits parce que personne n'insiste pour que son avidité soit comblée.

Nous nous sommes tous deux débarrassés de notre haine.

Ce qui l'a vraiment ébranlé à Caux, c'est d'entendre un jeune Tchèque d'origine juive s'excuser de sa haine envers les Allemands. Il avait fui aux Etats-Unis avant la guerre, s'était battu dans l'armée américaine et avait perdu une jambe. Or Heinz était à Prague à la fin de la guerre. Après la réunion, les deux hommes discutent. « Il a écouté tout ce que j'ai dit sur la vengeance que les Tchèques avaient exercée sur les Allemands, » dit Heinz. « Nous nous sommes tous deux débarrassés de notre haine ». 

 

Image
Gisela and Heinz Krieg, Philippe Lasserre, Charis Waddy, Peter Everington, unknown person, 1977 Caux
De gauche à droite : Gisela et Heinz Krieg avec Philippe Lasserre, Charis Waddy et Peter Everington à Caux, 1977

 

Ce fut la première de nombreuses rencontres de ce genre. Des années plus tard, lors d'une soirée avec des amis juifs à Berlin, Heinz se sent obligé d'expliquer qu'il n'avait pas été, comme ils le supposaient, antifasciste. Ils sont restés absolument silencieux lorsque j'ai dit combien j'étais désolé pour toutes les souffrances qu'ils avaient endurées à cause de l'indifférence et de l'aveuglement de gens comme moi. Puis l'un d'entre eux a dit : « Ceci pose les bases de notre amitié. ». Plus tard, alors qu'il se trouvait dans une maison de retraite, il a visité les écoles locales pour raconter aux enfants sa vie et le secret de pardonner et d'être pardonné.

Plus tard, il a visité les écoles locales pour raconter aux enfants sa vie et le secret de pardonner et d'être pardonné.

Image
Ute Unterlöhner Udo Brehmer Heinz und Gisela Krieg with Philippe Lasserre 1977 in Caux
De gauche à droite : Ute Unterlöhner, Udo Brehmer, Heinz et Gisela Krieg, Philippe Lasserre, Caux, 1977

 

La maison des Kriegs à Berlin voyait défiler un flot de visiteurs venus du monde entier. Heinz et Gisela aidaient les visiteurs à découvrir ce que cela signifiait de vivre dans une ville divisée à l'époque de la guerre froide. Il y avait des réunions régulières tous les mardis.  Pendant de nombreuses années, jusqu'à 25 personnes sont venues déguster la délicieuse soupe de Gisela, puis après un moment de silence, partageaient leurs pensées, nouaient des amitiés et priaient.

Heinz und Gisela Krieg, credit Ivo Krieg
Les Kriegs dans leur jardin

Lorsque l'un de leurs cinq enfants a commencé à se droguer, Gisela a contribué à la création d'un groupe d'entraide où les parents de toxicomanes pouvaient se soutenir et apprendre les uns des autres. « À l'époque, les parents de toxicomanes se sentaient isolés », explique Gisela. « Pendant des années, la soupe a brûlé pendant que je parlais aux parents au téléphone ». Un réseau de groupes s'est développé dans toute l'Allemagne de l'Ouest, et Gisela et deux de ses collègues ont été décorés de l'Ordre du Mérite allemand pour leur travail.

Lorsque Heinz a pris sa retraite de l'enseignement, Gisela a également abandonné ses missions bénévoles. Ils ont ainsi pu voyager ensemble, y compris jusqu'au au centre de conférence d'Initiatives et Changement en Inde, où ils ont partagé la tribune avec un couple français pour parler de la façon dont des ponts avaient été construits entre leurs deux pays après la seconde guerre mondiale.

 

Cliquez ici pour regarder l'interview de Hanno Krieg avec son père sur sa vie : La vie était soudainement plus belle.

En savoir plus sur Heinz et Gisela Krieg dans One Family's Berlin

 

Heinz and Gisela Krieg Puppets
Quelques-unes des marionnettes créées par Heinz pour Zum Beispiel Deutschland.

 

 

Heinz Krieg never visited the Mittags without drawing a cartoon in their visitors’ book
Heinz Krieg n'a jamais visité les Mittags sans dessiner une caricature dans leur livre d'or : « Même dans la neige et la glace, on apprécie l'hospitalité chaleureuse chez vous. Merci beaucoup. »

 

_______________________________________________________________________

 

 

Bill Stallybrass
Bill Stallybrass

Andrew Stallybrass, Royaume-Uni et Suisse:

La langue allemande et l'Allemagne étaient deux grands amours de mon père. Bill Stallybrass avait étudié en Allemagne avant la guerre et sérieusement envisagé le suicide lorsque la guerre avait éclaté entre son pays, la Grande-Bretagne, et l'Allemagne. Il ne pouvait pas supporter l'idée de devoir se battre contre les gens qu'il aimait. Ses amis du Réarmement moral l'ont aidé à comprendre que le fascisme était un mal qu'il fallait combattre, mais qu'il n'était pas obligé de haïr les Allemands. Il a donc utilisé ses compétences linguistiques dans le renseignement militaire. 

En 1983, il a participé à une production à Caux de la pièce de théâtre des Kriegs, Der Zug (Le Train), jouée en allemand. Il écrit : « Je me suis retrouvé incapable de m'identifier à mon rôle, qui était celui d'un ancien pilote de la RAF ayant participé au raid sur Dresde et confronté [dans un train] à une jeune Allemande, dont la grand-mère avait survécu au raid et qui nourrissait toujours une haine profonde envers tous les Britanniques et les Américains ».

Grâce à l'atmosphère créée par les Kriegs, nous avons vécu des réconciliations entre Autrichiens et Italiens, Allemands et Britanniques, Américains et Allemands, Allemands et Suisses.

Il a pris un repas avec Heinz et sa sœur, Hannelore, qui assurait la mise en scène. « J'ai parlé librement du passé, en commençant par la mort de mon père, et j'ai évoqué la culpabilité que je portais encore à l'égard du suicide de deux de mes quatre frères, que j'avais tous deux négligés lorsqu'ils auraient eu besoin de moi. J'ai quitté la table avec un nouvel espoir et, dès le lendemain matin, j'ai éprouvé un sentiment de pardon et de liberté qui s'est accru au fil des ans ».

« Venant de dix nations différentes, nous, acteurs amateurs, n'avons pas toujours trouvé facile de nous entendre, mais, grâce à l'atmosphère créée par les Kriegs, nous avons vécu des réconciliations entre Autrichiens et Italiens, Allemands et Britanniques, Américains et Allemands, Allemands et Suisses ».

 

___________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photos: Initiatives et Changement (sauf dessin animé, photo dans le jardin et chiot lion)
  • Photo dans le jardin: Ivo Krieg
  • Dessin animé: Monica and Folker Mittag
  • Chiot lion (premier à partir de la gauche dans la galerie des marionnettes) : Monica et Folker Mittag
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim and Marie Chaftari - ‘I am not a victim’

The Caux summer of 1988 at the Initiatives of Change conference centre began with a Mediterranean Dialogue, attended by people from all over the region, followed by a 10-day ‘youth training session’. ...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- "Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la "Mère Teresa de la Corée du Sud". Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en 19...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...

Renée Pan photo David Channer

1985: Renée Pan – Dropping the burden of revenge

Renée Pan, a Cambodian refugee living in the US, came to Caux in 1985 on a mission – to learn how to forgive....

Amie Zysset in Caux

1984 : Amie Zysset - La grande aventure

Amie Zysset était le cœur et l'âme des conférences internationales sur la famille qui ont eu lieu à Caux de 1978 jusque dans les années 80. Elle est décédée - à l'âge de 60 ans seulement - après de lo...

Folker and Monica Mittag wedding

1983: Folker et Monica Mittag – Trouvés dans la traduction

Le mariage de Folker et Monica Mittag en avril 1983 est le résultat d'une rencontre à Caux « qui a changé nos vies pour toujours ». Folker était un homme d'affaires allemand, Monica une interprète su...

Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)

1982 : Paul Tournier - La médecine de la personne

L'un de mes souvenirs les plus marquants de plus de 50 ans de conférences de Caux remonte à 1982 : assis dans une cabine de traduction, avec vue sur le Grand Hall, j'ai interprété du français vers l'a...

Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. ...