1978 : Heinz et Gisela Krieg - Prenons l'exemple de l'Allemagne

Par Monica and Folker Mittag

22/07/2021
Heinz und Gisela Krieg 1981

 

Parmi les 450 personnes qui ont participé à la conférence de l'hiver 1978/1979 à Caux, se trouvait un groupe important d'Allemands. Ils étaient là pour présenter une pièce inhabituelle, Zum Beispiel Deutschland (Prends l'Allemagne, par exemple), écrite et produite par Gisela et Heinz Krieg.

Heinz Krieg 1981
Heinz Krieg
Gisela Krieg 1981
Gisela Krieg

Lors d'une précédente visite à Caux, Heinz, artiste et enseignant, et Gisela, ancienne actrice, avaient rencontré de jeunes Allemands qui n'arrivaient pas à accepter l'histoire de leur pays et se disaient Européens plutôt qu'Allemands. 

Gisela se mit alors à écrire une production théâtrale avec des exemples pris dans l'histoire allemande et dont les jeunes pouvaient être fiers. Elle y ajouta quelques lignes un peu pointues sur les stéréotypes allemands : le bureaucrate qui ne fait que suivre les règles, le touriste qui réserve la meilleure place au bord de la mer avec sa serviette, et bien d'autres encore. Heinz leur confectionna de magnifiques masques.

La pièce fut jouée à Caux en 1977 et 1978, à Berlin et Freudenstadt en 1978 et à Orléans en 1979, dans une traduction française, Aucun des acteurs et actrices n'était professionnel.

 

Cast Zum Beispiel Deutschland Heinz und Gisela Krieg
Le casting de Zum Beispiel Deutschland

 

Chaque représentation était un miracle car il n'y avait jamais assez de temps pour répéter. De nombreux acteurs, actrices, spectateurs et spectatrices y ont découvert une nouvelle compréhension de l'Allemagne et de son passé, et un espoir pour son avenir.

Une deuxième pièce, Der Zug (Le train), présentée à Caux en 1983, va plus loin : de la confrontation avec soi-même à la réconciliation avec les autres.

 

Scene from Zum Beispiel Deutschland Heinz und Gisela Krieg
Une scène de Zum Beispiel Deutschland

 

Heinz a un parcours de vie étonnant. Enfant, il avait été un membre convaincu de l'organisation des jeunesses nazies. Il avait combattu sur le front russe et avait été gravement blessé. Lorsqu'il est venu pour la première fois à Caux en 1949, sa vision du monde a commencé à changer, et il s'est alors engagé avec cette même force à construire un monde de paix et de justice, où les besoins de chacun soient satisfaits parce que personne n'insiste pour que son avidité soit comblée.

Nous nous sommes tous deux débarrassés de notre haine.

Ce qui l'a vraiment ébranlé à Caux, c'est d'entendre un jeune Tchèque d'origine juive s'excuser de sa haine envers les Allemands. Il avait fui aux Etats-Unis avant la guerre, s'était battu dans l'armée américaine et avait perdu une jambe. Or Heinz était à Prague à la fin de la guerre. Après la réunion, les deux hommes discutent. « Il a écouté tout ce que j'ai dit sur la vengeance que les Tchèques avaient exercée sur les Allemands, » dit Heinz. « Nous nous sommes tous deux débarrassés de notre haine ». 

 

Image
De gauche à droite : Gisela et Heinz Krieg avec Philippe Lasserre, Charis Waddy et Peter Everington à Caux, 1977

 

Ce fut la première de nombreuses rencontres de ce genre. Des années plus tard, lors d'une soirée avec des amis juifs à Berlin, Heinz se sent obligé d'expliquer qu'il n'avait pas été, comme ils le supposaient, antifasciste. Ils sont restés absolument silencieux lorsque j'ai dit combien j'étais désolé pour toutes les souffrances qu'ils avaient endurées à cause de l'indifférence et de l'aveuglement de gens comme moi. Puis l'un d'entre eux a dit : « Ceci pose les bases de notre amitié. ». Plus tard, alors qu'il se trouvait dans une maison de retraite, il a visité les écoles locales pour raconter aux enfants sa vie et le secret de pardonner et d'être pardonné.

Plus tard, il a visité les écoles locales pour raconter aux enfants sa vie et le secret de pardonner et d'être pardonné.

Image
De gauche à droite : Ute Unterlöhner, Udo Brehmer, Heinz et Gisela Krieg, Philippe Lasserre, Caux, 1977

 

La maison des Kriegs à Berlin voyait défiler un flot de visiteurs venus du monde entier. Heinz et Gisela aidaient les visiteurs à découvrir ce que cela signifiait de vivre dans une ville divisée à l'époque de la guerre froide. Il y avait des réunions régulières tous les mardis.  Pendant de nombreuses années, jusqu'à 25 personnes sont venues déguster la délicieuse soupe de Gisela, puis après un moment de silence, partageaient leurs pensées, nouaient des amitiés et priaient.

Heinz und Gisela Krieg, credit Ivo Krieg
Les Kriegs dans leur jardin

Lorsque l'un de leurs cinq enfants a commencé à se droguer, Gisela a contribué à la création d'un groupe d'entraide où les parents de toxicomanes pouvaient se soutenir et apprendre les uns des autres. « À l'époque, les parents de toxicomanes se sentaient isolés », explique Gisela. « Pendant des années, la soupe a brûlé pendant que je parlais aux parents au téléphone ». Un réseau de groupes s'est développé dans toute l'Allemagne de l'Ouest, et Gisela et deux de ses collègues ont été décorés de l'Ordre du Mérite allemand pour leur travail.

Lorsque Heinz a pris sa retraite de l'enseignement, Gisela a également abandonné ses missions bénévoles. Ils ont ainsi pu voyager ensemble, y compris jusqu'au au centre de conférence d'Initiatives et Changement en Inde, où ils ont partagé la tribune avec un couple français pour parler de la façon dont des ponts avaient été construits entre leurs deux pays après la seconde guerre mondiale.

 

Cliquez ici pour regarder l'interview de Hanno Krieg avec son père sur sa vie : La vie était soudainement plus belle.

En savoir plus sur Heinz et Gisela Krieg dans One Family's Berlin

 

Heinz and Gisela Krieg Puppets
Quelques-unes des marionnettes créées par Heinz pour Zum Beispiel Deutschland.

 

 

Heinz Krieg never visited the Mittags without drawing a cartoon in their visitors’ book
Heinz Krieg n'a jamais visité les Mittags sans dessiner une caricature dans leur livre d'or : « Même dans la neige et la glace, on apprécie l'hospitalité chaleureuse chez vous. Merci beaucoup. »

 

_______________________________________________________________________

 

 

Bill Stallybrass
Bill Stallybrass

Andrew Stallybrass, Royaume-Uni et Suisse:

La langue allemande et l'Allemagne étaient deux grands amours de mon père. Bill Stallybrass avait étudié en Allemagne avant la guerre et sérieusement envisagé le suicide lorsque la guerre avait éclaté entre son pays, la Grande-Bretagne, et l'Allemagne. Il ne pouvait pas supporter l'idée de devoir se battre contre les gens qu'il aimait. Ses amis du Réarmement moral l'ont aidé à comprendre que le fascisme était un mal qu'il fallait combattre, mais qu'il n'était pas obligé de haïr les Allemands. Il a donc utilisé ses compétences linguistiques dans le renseignement militaire. 

En 1983, il a participé à une production à Caux de la pièce de théâtre des Kriegs, Der Zug (Le Train), jouée en allemand. Il écrit : « Je me suis retrouvé incapable de m'identifier à mon rôle, qui était celui d'un ancien pilote de la RAF ayant participé au raid sur Dresde et confronté [dans un train] à une jeune Allemande, dont la grand-mère avait survécu au raid et qui nourrissait toujours une haine profonde envers tous les Britanniques et les Américains ».

Grâce à l'atmosphère créée par les Kriegs, nous avons vécu des réconciliations entre Autrichiens et Italiens, Allemands et Britanniques, Américains et Allemands, Allemands et Suisses.

Il a pris un repas avec Heinz et sa sœur, Hannelore, qui assurait la mise en scène. « J'ai parlé librement du passé, en commençant par la mort de mon père, et j'ai évoqué la culpabilité que je portais encore à l'égard du suicide de deux de mes quatre frères, que j'avais tous deux négligés lorsqu'ils auraient eu besoin de moi. J'ai quitté la table avec un nouvel espoir et, dès le lendemain matin, j'ai éprouvé un sentiment de pardon et de liberté qui s'est accru au fil des ans ».

« Venant de dix nations différentes, nous, acteurs amateurs, n'avons pas toujours trouvé facile de nous entendre, mais, grâce à l'atmosphère créée par les Kriegs, nous avons vécu des réconciliations entre Autrichiens et Italiens, Allemands et Britanniques, Américains et Allemands, Allemands et Suisses ».

 

___________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photos: Initiatives et Changement (sauf dessin animé, photo dans le jardin et chiot lion)
  • Photo dans le jardin: Ivo Krieg
  • Dessin animé: Monica and Folker Mittag
  • Chiot lion (premier à partir de la gauche dans la galerie des marionnettes) : Monica et Folker Mittag
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à t...

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de confére...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...

Iman Ajmal Masroor

2008 : Apprendre à être un artisan de paix - « Une révélation pour le monde »

L'année 2008 a vu le lancement d'un cours inhabituel sur l'approche de l'Islam en matière de rétablissement de la paix, conçu par l'imam Ajmal Masroor du Royaume-Uni. Le coordinateur du cours, Peter R...