1994 : La Table Ronde de Caux - Des principes pour l'entreprise

Par Maarten de Pous

30/09/2021
4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

 

Olivier Giscard d'Estaing Caux Round Table, photo Rob Lancaster
Olivier Giscard
d'Estaing
Frits Philips, photo Rob Lancaster
Frits Philips

En juillet 1994, la Table Ronde de Caux (CRT), un forum international de chefs et cheffes d'entreprise qui se réunissait à Caux depuis 1986, lançait un ensemble de Principes pour les entreprises.

Les Principes firent l'objet d'un article dans le Financial Times, sous le titre « The search for universal ethics » (recherche pour une éthique universelle). Le rédacteur en chef du journal, Tim Dickson, dit dans son commentaire que c'est peut-être la première fois qu'un document de ce type a été soutenu par des hommes et femmes influent-e-s d'Europe, du Japon et des États-Unis.

Neuf ans plus tôt, l'éventualité d'une telle action commune semblait lointaine. En 1985, un article paru dans un grand journal néerlandais, le NRC Handelsblad, prévenait que le Japon allait ruiner l'industrie électronique européenne en offrant ses produits bien en dessous de la valeur du marché, de la même manière qu'il avait bradé l'industrie automobile américaine. L'article était intitulé « Le faux sourire du Japon ».

 

Olivier Giscard d'Estaing - unknown - Frits Philips, 1989
Olivier Giscard d'Estaing (à gauche), Noboru Okamura, ancien président de Honda (au centre) et Frits Philips (à droite)
lors des 4èmes Dialogues mondiaux annuels de la Table Ronde de Caux, 1989

 

Frits Philips, ancien PDG de Philips Electronics, et Olivier Giscard d'Estaing, vice-président de l'institut de management INSEAD en France, avaient tous deux participé aux conférences industrielles annuelles qui se tenaient à Caux depuis le début des années 1970. Ils étaient tellement préoccupés par la menace d'une guerre commerciale qu'ils écrivirent aux chefs et cheffes d'entreprises japonais qu'ils et elles avaient rencontré-e-s lors de ces conférences et les invitèrent à une réunion informelle avec des chefs et cheffes d'entreprises d'Europe et d'Amérique.

Les Japonais-e-s répondirent positivement et, à l'été 1986, une délégation arriva à Caux. Elle comprenait le président de Canon, Ryuzaburo Kaku, l'ancien président de Matsushita Electronics, Toshihiko Yamashita, et l'éditeur du Japan Times, Toshiaki Ogasawara.

 

Kaku Caux Round Table
Ryuzaburo Kaku à Caux

 

La première réunion des 30 participant-e-s faillit se terminer en catastrophe. On avait dit aux Japonais-e-s que Caux était connu pour instaurer la confiance et la compréhension, et pour encourager les gens à chercher ce qui est juste plutôt que qui a raison. Mais les participant-e-s européen-ne-s et américain-e-s étaient tellement frustré-e-s par les pratiques commerciales japonaises qu’ils exprimèrent leurs sentiments en termes très clairs. Comme à l'accoutumée, les participant-e-s japonais-e-s écoutèrent, attendant patiemment qu'on leur donne l'occasion de répondre, mais ils et elles étaient alors tellement offensé-e-s qu'ils et elles n'étaient pas d'humeur à poursuivre la session.

Caux est connu pour sa capacité à instaurer la confiance et la compréhension, et à encourager les gens à chercher ce qui est juste plutôt que qui a raison.  

Heureusement, pendant la pause déjeuner, il fut convenu d'essayer une nouvelle approche. Les discussions de l'après-midi commencèrent en petits groupes, les participant-e-s japonais-e-s prenant la parole en premier. L'atmosphère s'améliora et des conversations fructueuses se poursuivirent pendant le reste de la réunion de deux jours. À la fin, les participant-e-s convinrent de se réunir chaque année à Caux.

 

Image
Table ronde de Caux 1989 avec : Yvonne van Rooy, ministre du Commerce extérieur des Pays-Bas (1ère en partant de la gauche),
Olivier Giscard d'Estaing (6ème en partant de la gauche), Frits Philips (8ème en partant de la gauche), Ryuzaburo Kaku (4ème en partant de la droite)

 

Ces rencontres ont été baptisées « Dialogues mondiaux de la Table ronde de Caux ». Entre-temps, des réunions plus restreintes eurent lieu au Japon, aux Etats-Unis, à Taiwan, à Singapour, en Chine, au Mexique et dans divers pays européens, organisées avec l'aide de collègues d'IofC au Japon et aux Etats-Unis.

Au cours de ces dialogues, il apparut clairement qu'il était nécessaire d'élaborer des principes d'entreprise qui tiennent compte des intérêts et des responsabilités de toutes les parties prenantes.

Il était nécessaire d'avoir des principes d'affaires qui incluraient les intérêts et les responsabilités de toutes les parties prenantes. 

En utilisant les principes du Minnesota (développés par le Minnesota Center for Corporate Responsibilty) comme base utile, la CRT a élaboré ses propres principes pour les entreprises

Dans les semaines qui suivirent la publication de l'article de Tim Dickson dans le Financial Times, le secrétariat de la CRT à La Haye fut inondé de commandes pour les Principes de la part d'écoles de commerce, de cadres d'entreprises, de médias et d'universitaires du monde entier. En tant que coordinateur européen de la CRT, il m'a incombé de répondre à cette avalanche d'intérêt.

 

Olivier Giscard d'Estaing Caux Round Table
Oliver Giscard d'Estaing s'exprimant à la table ronde de Caux

 

Traduits par la suite en 12 langues, les Principes mettent l'accent sur l'identification de valeurs communes, la conciliation de valeurs divergentes et le développement d'une « perspective commune sur le comportement des entreprises, acceptable et respectée par tous ». Tim Dickson écrit : « On dit que les Principes s'inspirent de deux traditions éthiques : la philosophie japonaise du kyosei, décrite par Ryuzaburo Kaku de Canon comme « vivre et travailler ensemble pour le bien commun de l'humanité » et de la « dignité humaine », qui fait référence au caractère sacré ou à la valeur de chaque personne en tant que fin, et non pas simplement en tant que moyen de réaliser les objectifs d'autres personnes ou même ceux prescrits par la majorité ».

Businesses should protect.

En 1994, la responsabilité sociale des entreprises était déjà un concept accepté. Mais les Principes précisaient ce que cela signifie pour une entreprise d'aller au-delà des intérêts des actionnaires pour s'intéresser à ceux de toutes les parties prenantes : client-e-s, employé-e-s, propriétaires ou investisseurs, fournisseurs, concurrent-e-s, communautés. Ils soulignaient également que les entreprises devaient protéger et, si possible, améliorer l'environnement, promouvoir le développement durable et éviter le gaspillage des ressources naturelles.

Aujourd'hui, la Table Ronde de Caux continue sous le nom de Caux Round Table Japan et de Caux Round Table for Moral Capitalism, basée aux Etats-Unis. Initiatives et Changement Suisse continue à promouvoir l'héritage des Tables Rondes de Caux, en soutenant et en accueillant des événements sur le leadership éthique dans les entreprises.

 

____________________________________________________________________________________________

 

Olivier Giscard d'Estaing Caux Round Table

Alors que nous étions sur le point de publier cet article, nous avons reçu la triste nouvelle qu'Olivier Giscard d'Estaing, l'un des cofondateurs de la Table Ronde de Caux, était décédé à l'âge de presque 94 ans le 13 septembre 2021. C'était un homme d'affaires et un homme politique français, connu pour son rôle dans la fondation et la direction de l'école de management INSEAD à Fontainebleau.

Lors d'une visite au Japon pour une réunion de la CRT en 1987, il a déclaré à ses hôtes japonais : « Nous croyons aux miracles. Le Japon en a déjà accompli deux : celui de sa reconstruction après la guerre et celui de sa percée au rang de deuxième économie mondiale. Ensemble, nous devons maintenant en accomplir un troisième : celui du partenariat dans la résolution des tensions existantes ».

 

____________________________________________________________________________________________

 

 

Les 7 principes de la table ronde de Caux pour une entreprise responsable


Principe 1 :

Respecter les parties prenantes au-delà des actionnaires. Une entreprise responsable a des responsabilités au-delà de ses investisseurs et de ses dirigeants.

Principe 2 :

Contribuer au développement économique et social.

Principe 3 :

Instaurer la confiance en allant au-delà de la lettre de la loi.

Principe 4 :

Respecter les règles et les conventions.

Principe 5 :

Soutenir une mondialisation responsable.

Principe 6 :

Respecter l'environnement.

Principe 7 :

Éviter les activités illicites.

 

 

____________________________________________________________________________________________

 

Découvrez la vidéo 25 ans de table ronde de Caux (2012).

 

 

____________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo portrait Frits Philips et Oliver Giscard d'Estaing : Rob Lancaster
  • Toutes les autres photos : Photographe inconnu
  • Vidéo : 25 Years Caux Round Table (2012), créé par www.keystoneprod.com
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Going out on a limb

When Merel Rumping from the Netherlands first visited Caux in 2012, she had a goal in mind – ‘to explore how I could contribute to a more just world through my professional activities’....

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...

Mohamed Sahnoun credit IofC France

2007: Mohamed Sahnoun – Healing wounded memories

The Algerian diplomat Mohamed Sahnoun was President of Initiatives of Change International from 2006 to 2009 and founded the annual Human Security Forum at Caux....

Zeke Reich cropped.jpeg

2006: Zeke Reich – Across walls of fear

Zeke Reich is a psychotherapist at a community mental health clinic in Washington DC who has been to the IofC conference centre in Caux several times over the years. He remembers an encounter which ha...

Somalia - First meeting of Benadir and Hawiye – anti-clockwise from right: Sayid Ma’alow, Hassan Mohamud Geeseye, Omar Salad Elmi, Mohamed Abukar Haji Omar, n/a, Khalid Maou Abdulkadir, Dr Ahmed Sharif Abbas

2005: Omar Salad Elmi – Clearing the cloud of mistrust

‘There are two people in the Somali delegation whose names include Omar,’ said the man from the allocation team at the Initiatives of Change conference centre in Caux. ‘As we didn’t have any informati...

Housekeeping Monica and Maya

2004: The Housekeeping Team – ‘My dream of serving the world came true’

Before you arrive in your room in Caux, someone from the housekeeping team will have been there before you, to check that it is clean, that the bed is made up and the light bulbs work. If you can’t wo...

Round Table Burundi 22 April 2007

2003 : Burundi – Ten years of political dialogue

Between 2003 and 2013, Caux was the scene of seven political dialogues between deeply divided Burundian leaders. They brought together representatives of political parties and armed rebel movements, f...

Erica Utzinger and her husband Beni working in the archives

2002: Erika Utzinger - 200 metres of history

The archives of the Caux Conference and Seminar Centre, now held by the Canton of Vaud, are an endless source of precious information. Swiss archivist Eliane Stallybrass describes the work to preserve...

Sommaruga with Amina Dikedi (left) and Msgr Fortunatus Nwachukwu at Caux, 2006 credit: Isabelle Mermindo

2001: Cornelio Sommaruga - ‘Grüss Gott’

'I first met Cornelio Sommaruga at a private dinner party. He was then head of the International Committee of the Red Cross (ICRC) and was just back from Cuba, where he’d met with Fidel Castro, in the...

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

2000: Angela Starovoytova and Kostiantyn Ploskyi – Taking off the masks

Around the turn of the Millennium, many young Ukrainians came to Caux. Some of them took leadership in Foundations for Freedom (F4F), a programme for young people which offered courses in the values w...

Ismar and Fabiana Villavicencio credit T Hazell

1999: Gente Que Avanza – Latin America hits town

It was a Red-Letter Day in July 1999 when more than 40 young Latin Americans burst through the front door of Mountain House, Caux, and hugged everyone in sight. Gente Que Avanza had arrived – and Caux...