1953 – Mohamed Masmoudi: « Arrête de maudire les Français »

Par Andrew Stallybrass

05/04/2021
Mohamed Masmouti

 

Dans les années 1950, le « vent du changement » souffle sur le continent africain. De nombreux pays connaissent des troubles, avec des mouvements nationalistes militants, notamment les territoires français d'Afrique du Nord, l'Algérie, le Maroc et la Tunisie. Au début de la décennie, 10 pays d'Afrique sont indépendants. À la fin de la décennie, en 1960, ils étaient 26.  

En 1953, Mohamed Masmoudi, un jeune nationaliste tunisien, vient à Caux. Il n'a pas encore 30 ans. Il est alors le principal représentant en France du mouvement nationaliste Néo-Destour et mène une existence semi-clandestine. C'est d'ailleurs plus ou moins clandestinement qu'il avait passé la frontière suisse.

Masmoudi a de bonnes raisons de détester la France et le peuple français. Il a passé du temps en prison et, à Caux, il apprend que son frère a été arrêté. Mais c'est aussi à Caux qu'il rencontre des Français « qui étaient différents" et a eu des « conversations honnêtes » avec eux.

Prie pour que Dieu me bénisse, mais arrête de maudire les Français.

Le troisième jour, inspiré par ce qu'il a entendu au sujet des réconciliations entre Français et Allemands à Caux, il s'adresse à la conférence:  «J'étais méfiant, peu confiant et très susceptible... Ma mère m'a dit dans une lettre qu'elle priait pour que Dieu me bénisse et maudisse les Français (certains policiers français l'avaient menacée en disant qu'ils projetaient de me tuer). Je lui ai répondu : 'Prie pour que Dieu me bénisse, mais arrête de maudire les Français.' A mon avis, c'est là, le début du changement". (voir un extrait de son discours à Caux ci-dessous).

 

Masmoudi letter
                       

 

À Caux, il perd sa haine du peuple français. Il retourne à Paris et, au centre du Réarmement moral (aujourd'hui connu sous le nom d'Initiatves et Changement) de cette ville, autour d'un repas, il rencontre Jean Basdevant, alors responsable des affaires tunisiennes au ministère français des affaires étrangères. Une relation de confiance s'instaure entre eux. Basdevant et Masmoudi deviennent des membres clés des délégations qui négocient l'indépendance, que la Tunisie obtient en 1956.

Lorsque l'impasse menace, ils se retirent tous les deux dans le jardin du ministère pour un entretien privé. Un historien français de l'époque parle d'un « contrat de confiance" entre eux. Un commentateur suggère même que les deux hommes avaient plus de mal avec leurs propres délégations qu'entre eux. Plus tard, Masmoudi devient le premier ambassadeur tunisien en France après l'indépendance.

Lorsque l'impasse menace, ils se retirent tous les deux dans le jardin du ministère pour un entretien privé.

En 1956, alors qu'il dirigeait la première délégation tunisienne post-indépendance auprès des Nations unies à New York, le président Bourguiba déclara : "Le monde doit savoir ce que le Réarmement moral a fait pour notre pays ».

L'homme d'État français Robert Schuman a écrit à Buchman : « Il ne fait aucun doute que l'histoire de la Tunisie et du Maroc aurait été différente s'il n'y avait pas eu le Réarmement moral ». 

Quant à Masmoudi, il affirme : « Sans le Réarmement moral , nous serions aujourd'hui engagés en Tunisie dans une guerre à mort contre la France [...]. La Tunisie serait aujourd'hui une seconde Indochine ».

Au cours de ces années, le centre de conférences à Caux a accueilli des délégations de nombreux autres pays africains en chemin vers l'indépendance vis-à-vis des puissances coloniales occidentales, notamment le Ghana et le Nigeria, le Kenya et le Cameroun.  

 

Mohamed Masmoudi (centre), Si Bekkai
Mohamed Masmoudi (centre) avec Si Bekkai (gauche) à Caux

 

_____________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994 : La Table Ronde de Caux - Des principes pour l'entreprise

En juillet 1994, la Table Ronde de Caux (CRT), un forum international de chefs et cheffes d'entreprise qui se réunissait à Caux depuis 1986, lançait un ensemble de Principes pour les entreprises....

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...

Mohamed Sahnoun credit IofC France

2007: Mohamed Sahnoun – Healing wounded memories

The Algerian diplomat Mohamed Sahnoun was President of Initiatives of Change International from 2006 to 2009 and founded the annual Human Security Forum at Caux....

Zeke Reich cropped.jpeg

2006: Zeke Reich – Across walls of fear

Zeke Reich is a psychotherapist at a community mental health clinic in Washington DC who has been to the IofC conference centre in Caux several times over the years. He remembers an encounter which ha...

Somalia - First meeting of Benadir and Hawiye – anti-clockwise from right: Sayid Ma’alow, Hassan Mohamud Geeseye, Omar Salad Elmi, Mohamed Abukar Haji Omar, n/a, Khalid Maou Abdulkadir, Dr Ahmed Sharif Abbas

2005: Omar Salad Elmi – Clearing the cloud of mistrust

‘There are two people in the Somali delegation whose names include Omar,’ said the man from the allocation team at the Initiatives of Change conference centre in Caux. ‘As we didn’t have any informati...

Housekeeping Monica and Maya

2004: The Housekeeping Team – ‘My dream of serving the world came true’

Before you arrive in your room in Caux, someone from the housekeeping team will have been there before you, to check that it is clean, that the bed is made up and the light bulbs work. If you can’t wo...

Round Table Burundi 22 April 2007

2003 : Burundi – Ten years of political dialogue

Between 2003 and 2013, Caux was the scene of seven political dialogues between deeply divided Burundian leaders. They brought together representatives of political parties and armed rebel movements, f...

Erica Utzinger and her husband Beni working in the archives

2002: Erika Utzinger - 200 metres of history

The archives of the Caux Conference and Seminar Centre, now held by the Canton of Vaud, are an endless source of precious information. Swiss archivist Eliane Stallybrass describes the work to preserve...

Sommaruga with Amina Dikedi (left) and Msgr Fortunatus Nwachukwu at Caux, 2006 credit: Isabelle Mermindo

2001: Cornelio Sommaruga - ‘Grüss Gott’

'I first met Cornelio Sommaruga at a private dinner party. He was then head of the International Committee of the Red Cross (ICRC) and was just back from Cuba, where he’d met with Fidel Castro, in the...

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

2000: Angela Starovoytova and Kostiantyn Ploskyi – Taking off the masks

Around the turn of the Millennium, many young Ukrainians came to Caux. Some of them took leadership in Foundations for Freedom (F4F), a programme for young people which offered courses in the values w...

Ismar and Fabiana Villavicencio credit T Hazell

1999: Gente Que Avanza – Latin America hits town

It was a Red-Letter Day in July 1999 when more than 40 young Latin Americans burst through the front door of Mountain House, Caux, and hugged everyone in sight. Gente Que Avanza had arrived – and Caux...

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...