1970: Karl Mitterdorfer – « La violence n'est pas une solution »

Par Mary Lean

23/06/2021
Karl Mitterdorfer square dredit: Danielle Maillefer

 

Karl Mitterdorfer square dredit: Danielle Maillefer

La magie de Caux réside en partie dans la possibilité qu'elle offre à des personnes issues de zones de conflit du monde entier d'apprendre les unes des autres. Au cours de l'été 1970, des rencontres ont eu lieu entre des groupes d'Irlande du Nord et du Tyrol du Sud, une province germanophone d'Italie où les tensions communautaires avaient dégénéré en violence dans les années 1960. Alors que leur propre conflit s'intensifiait, les Irlandais du Nord étaient désireux de tirer des enseignements du parcours du Tyrol du Sud vers la réconciliation.

Les troubles dans le Tyrol du Sud ont commencé en 1919, lorsque la région a été donnée à l'Italie après l'éclatement de l'empire austro-hongrois. Ils se sont intensifiés sous le fascisme italien. Bien qu'une résolution de l'ONU ait convenu, en 1946, que la province devait bénéficier d'une autonomie régionale, celle-ci n'a pas été mise en œuvre.

En 1961, des sécessionnistes germanophones ont fait exploser 37 pylônes électriques, coupant l'alimentation en électricité de la zone industrielle de la province, et à la fin de la décennie, les troubles avaient coûté la vie à 21 personnes.

 

South Tyrol Oneway
Panneau de signalisation en italien et en allemand

 

En 1968, sur la suggestion d'un journaliste néerlandais qui avait fait un reportage sur le conflit, deux groupes de politiciens, germanophones et italophones, se sont rendus à Caux. Ils y ont rencontré des personnes vivant des situations encore plus difficiles que la leur. Comme l'explique Karl Mitterdorfer, député du Tyrol du Sud au parlement italien, ils ont réalisé « qu'en résolvant nos problèmes de manière efficace, nous pourrions devenir un exemple pour tous ceux qui, dans le monde, doivent faire face à des problèmes infiniment plus complexes que les nôtres. »

En résolvant nos problèmes de manière efficace, nous pourrions devenir un exemple pour tous ceux qui, dans le monde, doivent faire face à des problèmes infiniment plus complexes que les nôtres.

Quelque chose a changé dans les relations entre les politiciens, ce qui a eu des répercussions sur l'atmosphère au pays. En novembre, le parti de Mitterdorfer, qui représente la communauté germanophone, accepte les propositions de solution du gouvernement italien. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung écrit : « Depuis l'été, le sang n'a plus coulé. Il semble qu'une période turbulente de dix ans ait pris fin. »

 

 Philippe Lasserre, Albert Dassie, Karl Mitterdorfer 1972
Karl Mitterdorfer (à droite) à Caux avec Philippe Lasserre (à gauche) et Albert Dassie (en milieu), 1972

 

Les réunions de Caux de l'été 1970 sont le résultat d'une visite en Irlande du Nord effectuée au début de l'année par Mitterdorfer et un collègue de son parti, Peter Brugger. Ils ont pris la parole lors d'une réunion publique à laquelle participaient des politiciens du gouvernement et de l'opposition, des membres du clergé catholique et protestant, ainsi que des personnes qui avaient été de part et d'autre des barricades.

« La violence n'est pas une solution », a déclaré Mitterdorfer. "Dans notre cas, la violence a déclenché la contre-violence et a conduit à une spirale fatale. En soi, même les meilleures lois ne peuvent pas résoudre les problèmes. Un nouvel état d'esprit est nécessaire.»

 

Karl Mitterdorfer Brugger in Northern Ireland 1970
Karl Mitterdorfer (à gauche) et Paul Brugger à Belfast, 1970

 

Mitterdorfer et Brugger n'étaient pas d'accord sur la politique à mener et leurs affrontements amers avaient menacé de diviser le parti. Mitterdorfer raconte à son auditoire comment, à Caux, il s'est rendu compte qu'il était jaloux de ce collègues qu'il considérait comme plus performant et plus capable que lui.

« Après une longue réflexion et quelques tergiversations, je me suis excusé auprès du sénateur Brugger. Je ne voudrais pas surestimer des démarches personnelles comme celle-ci. Mais je sais que pour nous, elle a introduit une nouvelle dimension dans nos relations. Elle a peut-être contribué à maintenir l'unité de notre parti, ce qui était indispensable pour nos relations avec le gouvernement italien. »

 

Kardinal Franz König, Karl Mitterdorfer 1979
En conversation avec le cardinal Franz König à Caux 1979

 

« Il a fallu 32 ans de négociations et de législation supplémentaires pour que l'accord soit finalement mis en œuvre en 1992. Trente-deux ans de négociations pour un conflit vieux de 70 ans », commente le Journal de Genève. « Il n'est pas exagéré de parler d'un 'accord historique'. »

Mitterdorfer, qui, jeune, voulait devenir violoniste et non politicien, n'était qu'une des nombreuses personnes qui ont contribué à tisser la trame aboutissant à cet accord. « Il ne s'agissait pas de renoncer à nos droits », a-t-il déclaré au public de Belfast, « mais plutôt de grandir dans une responsabilité qui va au-delà de nos propres intérêts.»

En soi, même les meilleures lois ne peuvent pas résoudre les problèmes. Un nouvel état d'esprit est nécessaire.

 

Image
Albert Dassie , Karl Mitterdorfer , Adolf Scheu , Johannes Østtveit , Person Unknown, credit: Danielle Maillefer
Karl Mitterdorfer (deuxième à gauche) à Caux avec d'autres parlementaires européens: Albert Dassie (France), Adolf Scheu (Allemagne)
et Johannes Østtveit (Norvège)

 

________________________________________________________________________________

 

 

Regardez Karl Mitterdorfer et d'autres dirigeants politiques italiens parler de la situation au Tyrol du Sud et de sa rencontre à Caux avec le politicien nord-irlandais Jerry O'Neil (Film de nos archives Crossroad of Nations (1971), 4"00' - 8"15')

 

 

Découvrez ce film issu de nos archives sur la situation du Tyrol du Sud (en allemand uniquement). Tous les protagonistes ont visité Caux à un moment ou à un autre.

 

 

 

________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo portrait et en bas du texte: Danielle Maillefer
  • Toutes autres photos: Initiatives et Changement
  • Film Südtirol et Crossroad of Nations (1971): Initiatives et Changement
  • Relecture: Jean Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim and Marie Chaftari - ‘I am not a victim’

The Caux summer of 1988 at the Initiatives of Change conference centre began with a Mediterranean Dialogue, attended by people from all over the region, followed by a 10-day ‘youth training session’. ...

Mother Park

1987: Mother Park Chung Soo – ‘A new door began to open’

Mother Park Chung Soo, a Won Buddhist nun, has been called the ‘Mother Teresa of South Korea’. She was already involved in humanitarian work in Korea when she came to the Initiatives of Change confere...

Benches Work Week 1986

1986 - Work Week: A facelift for the Caux Palace

As plans for celebrating the 40th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in Caux got underway, Eliane Stallybrass began to dream. In 1946 the pioneers of Caux had volunteered their...

Renée Pan photo David Channer

1985: Renée Pan – Dropping the burden of revenge

Renée Pan, a Cambodian refugee living in the US, came to Caux in 1985 on a mission – to learn how to forgive....

Amie Zysset in Caux

1984 : Amie Zysset - La grande aventure

Amie Zysset était le cœur et l'âme des conférences internationales sur la famille qui ont eu lieu à Caux de 1978 jusque dans les années 80. Elle est décédée - à l'âge de 60 ans seulement - après de lo...

Folker and Monica Mittag wedding

1983: Folker et Monica Mittag – Trouvés dans la traduction

Le mariage de Folker et Monica Mittag en avril 1983 est le résultat d'une rencontre à Caux « qui a changé nos vies pour toujours ». Folker était un homme d'affaires allemand, Monica une interprète su...

Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)

1982 : Paul Tournier - La médecine de la personne

L'un de mes souvenirs les plus marquants de plus de 50 ans de conférences de Caux remonte à 1982 : assis dans une cabine de traduction, avec vue sur le Grand Hall, j'ai interprété du français vers l'a...

Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. ...

Su  Riddell

1980 – Su Riddel et « Un soleil en pleine nuit »

C'est en juillet 1980 qu'un one-man-show sur St François d'Assise, Un Soleil en Pleine Nuit, est créé à Caux. Ecrit par le dramaturge britannique Hugh Steadman Williams, sur une musique de Kathleen Jo...