1971: Canon Wi Te Tau Huata: « J'ai eu l'impression qu'une tonne était tombée de mon dos. »

Par Campbell Leggat

28/06/2021
Canon Huata at Caux in national costume square

 

Pour le 25e anniversaire de Caux en 1971, un avion charter avait amené 124 personnes d'Australasie et du Pacifique, dont un groupe de Māoris de Nouvelle-Zélande. Alors qu'il survolait la côte italienne, leur chef, le chanoine Wi Te Tau Huata, a ressenti de fortes émotions.

Canon Huata during the war as padre, credit: Harris album
En tant que jeune padre
pendant la guerre

Huata avait été l'aumônier du 28e bataillon maori qui avait subi de lourdes pertes en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment à Monte Cassino. Huata avait présidé le service funéraire de chaque Māori tué.

Lorsque le groupe est arrivé à Caux, l'une des hôtes et hôtesses de la conférence, Fulvia Spoerri, a présenté le centre de conférence aux nouveaux arrivants. Elle a terminé en disant : « Je suis allemande ; beaucoup de gens de ma génération se disent européens. Nous avons honte du prix payé par vos pays situés à l'autre bout du monde pour nos actions lors de la Seconde Guerre mondiale. Nous ne vous demandons pas d'oublier, mais nous vous demandons de nous pardonner. »

Dès la fin de la réunion , Huata est parti en trombe. « C'est l'un des pires moments que j'ai vécus », dit-il à un ami qui lui demandait ce qui n'allait pas. « Cela me rappelle tous les amis que j'ai enterrés en Italie et  ma prière de l'époque : Dieu, détruis Hitler et efface les Allemands de la surface de la terre. »

« Qu'avez-vous le sentiment de pouvoir faire dans cette situation? » demanda l'ami.

« Je dois m'excuser auprès de cette femme, » répondit Huata. « J'ai été prêtre toutes ces années et j'ai porté cette haine dans mon cœur'. Avant son départ pour Caux, sa femme lui avait demandé : « Que vas-tu faire quand tu rencontreras les Allemands ? ». Il avait répondu qu'il attendrait que cela se produise.

 

Canon Huata at Caux in national costume
Le Chanoine Huata à Caux en tenue traditionnelle

 

À ce moment-là, Fulvia Spoerri passait par là et Huata l'a arrêtée pour lui demander pardon. « Cela a provoqué en moi un conflit orageux et j'ai passé une nuit agitée », a-t-il dit plus tard. « Le lendemain matin, mon voisin de chambre m'a dit que c'était comme de partager sa chambre avec une baleine ! »

J'ai parlé de réconciliation et j'ai eu l'impression qu'une tonne était tombée de mon dos.

Le lendemain matin, il a demandé à pouvoir s'exprimer depuis l'estrade et a répété ses excuses à tous les Allemands présents. « J'ai parlé de réconciliation et j'ai eu l'impression qu'une tonne était tombée de mon dos ».

 À son insu, d'anciens officiers de l'Afrika Corps allemand étaient présents et, à la fin de la réunion, ils sont venus lui serrer la main. Certains d'entre eux étaient venus à Caux dans une dernière tentative de guérir des mariages difficiles, ou de s'entendre avec leurs enfants. Ils ont demandé à Huata de les aider.

 

Canon Huata at Caux with Dominic Athaide, Archbishop of Agra
Avec Dominic Athaide, Archevêque d'Agra

 

Après Caux, le chanoine Huata s'est rendu en Irlande du Nord, où il a rencontré Ian Paisley, un politicien loyaliste et habitué au franc-parler. Huata lui a raconté comment il s'était libéré de son amertume et comment il s'était fait de nouveaux amis parmi ses anciens ennemis.

Il est également allé voir l'abbé de l'ordre cistercien à Portglenone. Là, il a parlé de l'amertume qu'il avait ressentie à l'égard des catholiques. « Mon fils aîné a épousé une catholique et je ne lui ai jamais pardonné, jusqu'à ce qu'à Caux je voie que "l'amour du prochain" inclut aussi ceux qui ne font pas partie de l'Église anglicane ! » Il avait écrit une lettre d'excuses à son fils et à sa belle-fille et reçu leur réponse affectueuse le jour de son arrivée en Irlande.

 

Image
Canon Huata memorial service Monte Casino, credit: Mark G Rule
Lors du service commémoratif à Monte Cassino

 

Avant de quitter l'Europe, le groupe maori s'est rendu à Rome où il a assisté à l'office du pape Paul VI à Castel Gondolfo. On les a placés au premier rang du grand auditorium qui comptait 5 000 fidèles. 

Après l'office, le pape est descendu de l'estrade et s'est approché de l'endroit où se tenaient les Māoris, vêtus de leurs manteaux et bandeaux traditionnels. Posant ses mains sur leurs épaules, le pape a déclaré : « Mes bénédictions et mes salutations spéciales au peuple maori de Nouvelle-Zélande ». Il leur a remis à chacun un médaillon. Plus tard Huata a donné son médaillon à son fils et à sa belle-fille.

L'ambassadeur de Nouvelle-Zélande à Rome avait connu le chanoine en Italie pendant la guerre. Il leur a fourni une voiture et un chauffeur pour qu'ils puissent visiter le cimetière militaire de Monte Cassino, à 80 miles de Rome. Là, plus de 25 ans après la bataille, le chanoine a dirigé un service commémoratif pour tous ceux qui avaient fait le « sacrifice suprême », qu'ils soient amis ou ennemis.

 

  • Pour en savoir plus sur le Canon Huata, lisez l'article de Matt Manson intitulé The Warrior Canon.
  • Pour en savoir plus sur le peuple Māori et son histoire, lisez l'article de Joan Holland intitulé Facing up to Waitangi.

 

Extrait de la conférence du Waipatu Marae à Hastings, Nouvelle-Zélande (le chanoine Huata à gauche avec le chanoine Rangiihu), août 1975

 

________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Su  Riddell

1980: Su Riddell – A new start in life

In July 1980, a one-man show about St Francis, Un Soleil en Pleine Nuit, premiered in Caux. It starred French mime artist Michel Orphelin, and was written by British playwright Hugh Steadman Williams,...

Erik Andren

1979: Erik Andren – Laying foundations for freedom

In 1979, a series of summer conferences for families, organized by Dutch parents, began in Caux. Erik Andren and his wife, Sheila, came from the UK to take part. It was the first of many visits....

Heinz und Gisela Krieg 1981

1978 - Heinz and Gisela Krieg: Take Germany, for example

Among the 450 people who took part in 1978/1979 winter conference in Caux was a large group from Germany. They were there to present an unusual play, Zum Beispiel Deutschland (Take Germany, for exampl...

Alec Smith Arthur Kanodereka

1977: Alec Smith and Arthur Kanodereka – ‘Now I call him brother’

The two colleagues who visited the conference centre in Caux in 1977 from Rhodesia (now Zimbabwe) could not have been more different. One was Alec Smith, the renegade son of the white Prime Minister, ...

Alison Wetterfors and Mary Lean

1976: Alison Wetterfors – A skeleton in the soup pot

Cooking for hundreds of people takes skill and courage at the best of times – and all the more so when your team speaks several languages and includes people who have rarely cooked before....

Conrad Hunte (left) and Gary Sobers walk out to bat against Pakistan 1958

1975: Conrad Hunte – ‘Take courage!’

The West Indian cricketer Conrad Hunte was often at the conference centre in Caux in the years following his retirement from first class cricket in 1967. So much so that he once said that he was havin...

Vendela Tyndale-Biscoe portrait

1974: Vendela Tyndale-Biscoe – ‘A life you could never dream of’

When she came to Caux in December 1974, Swedish actress Vendela Tyndale-Biscoe (then Lofgren) had everything she had ever thought she wanted. That year, at the age of 24, she had been given a permanen...

Kim Beazley square

1973: Kim Beazley – « La qualité essentielle d'un homme d'Etat »

En 1973, les élections nationales australiennes avaient porté au pouvoir un gouvernement travailliste, et Kim Beazley - un visage familier à Caux - avait été nommé ministre de l'éducation. Il était dé...

Nagia Abdelmogney Said

1972: Nagia Abdelmogney Said: ‘Language of the heart’

In 1972, three Egyptian students arrived in Caux. Their visit sparked a remarkable series of exchanges in which more than 200 Arab and British students took part over the next decades. ...

Karl Mitterdorfer square dredit: Danielle Maillefer

1970: Karl Mitterdorfer – « La violence n'est pas une solution »

La magie de Caux réside en partie dans la possibilité qu'elle offre à des personnes issues de zones de conflit du monde entier d'apprendre les unes des autres. Au cours de l'été 1970, des rencontres o...

Cigdem Song of Asia square

1969: Çigdem Bilginer – ‘I was not the centre of the universe any more’

Militant Turkish student Çigdem Bilginer arrived in Caux in 1969 dissatisfied after taking part in student riots against the establishment and the Americans. ‘The American ambassador’s car was burned ...

Ramez Salame credit: Inner Change

1968: Ramez Salame – « J'ai rendu mon arme. »

Ramez Salamé était un étudiant en droit de 21 ans, originaire de Beyrouth, au Liban, lorsqu'il a participé à un cours de formation au leadership pour les jeunes à Caux - un précurseur des nombreux pro...