1977 : Alec Smith et Arthur Kanodereka - « Maintenant, je l'appelle frère »

Par Michael Smith

19/07/2021
Alec Smith Arthur Kanodereka

 

Les deux hommes de Rhodésie (aujourd'hui Zimbabwe) qui se sont rendus à Caux en 1977 ne pouvaient pas être plus différents. L'un était Alec Smith, le fils rebelle  du Premier ministre blanc, Ian Smith, l'autre était le leader nationaliste noir, le révérend Arthur Kanodereka. Kanodereka était le trésorier du Congrès national africain uni, opposé à tout ce que Ian Smith représentait.

Arthur et Alec s'étaient rencontrés pour la première fois en 1975, lors d'une conférence internationale multiraciale à Salisbury (aujourd'hui Harare), la capitale. Là, Alec s'était excusé pour l'attitude de supériorité des Blancs envers les Noirs. Arthur, stupéfait, avait invité Alec à prendre la parole dans son église, dans le township noir de Harare. C'était un geste courageux que d'inviter le fils d'un premier ministre si détesté par la population noire dans un quartier où la police venait d'abattre 13 émeutiers.  

 

Alec Smith Arthur Kanodereka
Arthur et Alec

 

Arthur s'est adressé à l'assemblée en disant : « Frères et sœurs, je veux vous présenter le fils de l'homme que je détestais le plus. Maintenant, je l'appelle frère ». Puis Alec a parlé comme il l'avait fait à la conférence.

Il fut stupéfait par la réaction à ses paroles. En entrant dans l'église, il avait repéré la sortie la plus proche au cas où les choses deviendraient violentes. « Mais la congrégation m'a pris au mot. Ils se sont approchés, tous, et m'ont serré la main ».

Je veux vous présenter le fils de l'homme que je détestais le plus. Maintenant, je l'appelle frère.

Arthur and Gladys Kanodereka 1975
Arthur et Gladys Kanodereka à Caux, 1975

 

Au cours des années suivantes, Arthur et Alec ont parlé ensemble dans tout le pays, mais aussi en Afrique du Sud et en Europe, notamment à Caux.

« Je me suis rendu compte que c'était mon amertume qui m'emprisonnait », a déclaré Arthur à son public. « Une fois mon amertume disparue, tout esprit de soumission ou d'infériorité a disparu. Maintenant, je ne suis l'esclave d'aucun homme, noir ou blanc. Je suis un homme libre ».

Alec a également connu une libération intérieure. À l'adolescence, sa rébellion contre son père s'était transformée en un brouillard d'alcool et de drogue. Il avait été renvoyé de l'université en Afrique du Sud et arrêté à la frontière du Mozambique pour trafic de drogue. Il avait été condamné à une peine avec sursis.

Un jour de 1972, alors qu'il traversait Salisbury en voiture, il a « entendu une voix » lui dire : « Rentre chez toi et lis le Nouveau Testament ». C'était si réel qu’il a arrêté la voiture pour voir qui était là. Mais il n'y avait personne. La lecture de la Bible a déclenché une transformation qui l'a libéré de la drogue et de l'alcool et lui a ouvert les yeux sur le racisme dans son pays. « J'ai pris conscience de la dégradation et de l'humiliation quotidiennes des Noirs, et de l'attitude arrogante et irréfléchie de nombreux Blancs », écrit-il. 

J'ai pris conscience de la dégradation et de l'humiliation quotidiennes des Noirs, et de l'attitude arrogante et irréfléchie de nombreux Blancs.

Elliott Gabellah, Alec Smith, George Daneel at a conference in Caux
Alec (devant, deuxième à partir de la gauche) à l'ouverture de la conférence de l'ARM au Zimbabwe en 1975. Elliott Gabellah, vice-président du Congrès national africain, prend la parole.

 

Ces réalités avaient provoqué un conflit armé dans le pays, les forces de la guérilla luttant pour le renversement de la domination de la minorité blanche. Arthur et Alec faisaient partie d'un groupe informel de Noirs et de Blancs de haut rang travaillant à la recherche d'une solution, baptisé le Cabinet de la Conscience. Arthur était également en contact avec les combattants, conscient des dangers mais convaincu qu'il pouvait contribuer à créer les conditions d'une véritable négociation. Dix-huit mois après leur visite à Caux, il est assassiné.

Alec est en deuil, mais continue à travailler au rapprochement.  Avec ses collègues, il organise une rencontre cruciale entre Ian Smith et Robert Mugabe en 1980, à la veille de l'indépendance du pays. Les deux hommes discutent pendant plusieurs heures et parviennent à un certain accord. Le ton de réconciliation adopté ensuite par Mugabe a étonné le monde entier, et un coup d'État militaire mené par les Blancs a été évité.

Pendant 20 ans, sous le règne de Mugabe, une remarquable harmonie règne entre les Zimbabwéens noirs et blancs, et le pays prospère. Cette situation s'est effondrée en 2000, lorsque Mugabe a perdu un référendum pour devenir président à vie et a imposé au pays un contrôle impitoyable.

Alec est décédé d'une crise cardiaque en 2006. Dans une notice nécrologique parue dans le journal The Independent on peut lire ceci:« On peut dire que la fin de la domination blanche a commencé autour d'une théière quand Smith a invité Kanoderaka chez lui pour rencontrer son père ».

 

Elisabeth and Alec Smith 1986
Elisabeth et Alec Smith à Caux, 1986

 

________________________________________________________________________________________________

 

Folker et Monica Mittag se souviennent :

En juin 1978, Arthur Kanodereka a prêché en Allemagne, à Freudenstadt, à l'occasion d'une conférence internationale qui marquait le 100e anniversaire de la naissance de Frank Buchmann, le fondateur du Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement). C'est dans cette même ville qu'il était décédé en 1961.

Monica and Folker Mittag
Folker et Monica Mittag

L'église, qui pouvait accueillir 1700 personnes était pleine à craquer. « J’ai appris qu'on ne peut pas changer un homme en le haïssant », a dit M. Kanodereka. « Vous le rendez pire. Mais avec l'amour que Dieu donne, vous pouvez rencontrer n'importe qui et le gagner ».

Chacun de nous avait pris congé de son travail pour aider à la conférence, mais c'est seulement quelques années plus tard que nous nous sommes vraiment rencontrés. Monica s'occupait de la traduction et de l'interprétation et Folker faisait partie de l'équipe d'organisation.

Des messages sont arrivés du monde entier, notamment d'Helmut Schmidt, alors chancelier de la République fédérale allemande, et qui écrivait : « Frank Buchmann était convaincu que la politique devait avoir une base morale et que le mal devait être vaincu par la poursuite passionnée du bien. Ce sont des objectifs qui n'ont rien perdu de leur signification ».

 

________________________________________________________________________________________________

 

Regardez le film Dawn in Zimbabwe sur Alec Smith et Arthur Kanodereka, 1980

 

 

Regardez un extrait avec Alec Smith et Arthur Kanodereka (à partir de 21"30') parlant lors d'une conférence dans le film Choix pour un monde impatient (1977)

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...