1977 : Alec Smith et Arthur Kanodereka - « Maintenant, je l'appelle frère »

Par Michael Smith

19/07/2021
Alec Smith Arthur Kanodereka

 

Les deux hommes de Rhodésie (aujourd'hui Zimbabwe) qui se sont rendus à Caux en 1977 ne pouvaient pas être plus différents. L'un était Alec Smith, le fils rebelle  du Premier ministre blanc, Ian Smith, l'autre était le leader nationaliste noir, le révérend Arthur Kanodereka. Kanodereka était le trésorier du Congrès national africain uni, opposé à tout ce que Ian Smith représentait.

Arthur et Alec s'étaient rencontrés pour la première fois en 1975, lors d'une conférence internationale multiraciale à Salisbury (aujourd'hui Harare), la capitale. Là, Alec s'était excusé pour l'attitude de supériorité des Blancs envers les Noirs. Arthur, stupéfait, avait invité Alec à prendre la parole dans son église, dans le township noir de Harare. C'était un geste courageux que d'inviter le fils d'un premier ministre si détesté par la population noire dans un quartier où la police venait d'abattre 13 émeutiers.  

 

Alec Smith Arthur Kanodereka
Arthur et Alec

 

Arthur s'est adressé à l'assemblée en disant : « Frères et sœurs, je veux vous présenter le fils de l'homme que je détestais le plus. Maintenant, je l'appelle frère ». Puis Alec a parlé comme il l'avait fait à la conférence.

Il fut stupéfait par la réaction à ses paroles. En entrant dans l'église, il avait repéré la sortie la plus proche au cas où les choses deviendraient violentes. « Mais la congrégation m'a pris au mot. Ils se sont approchés, tous, et m'ont serré la main ».

Je veux vous présenter le fils de l'homme que je détestais le plus. Maintenant, je l'appelle frère.

Arthur and Gladys Kanodereka 1975
Arthur et Gladys Kanodereka à Caux, 1975

 

Au cours des années suivantes, Arthur et Alec ont parlé ensemble dans tout le pays, mais aussi en Afrique du Sud et en Europe, notamment à Caux.

« Je me suis rendu compte que c'était mon amertume qui m'emprisonnait », a déclaré Arthur à son public. « Une fois mon amertume disparue, tout esprit de soumission ou d'infériorité a disparu. Maintenant, je ne suis l'esclave d'aucun homme, noir ou blanc. Je suis un homme libre ».

Alec a également connu une libération intérieure. À l'adolescence, sa rébellion contre son père s'était transformée en un brouillard d'alcool et de drogue. Il avait été renvoyé de l'université en Afrique du Sud et arrêté à la frontière du Mozambique pour trafic de drogue. Il avait été condamné à une peine avec sursis.

Un jour de 1972, alors qu'il traversait Salisbury en voiture, il a « entendu une voix » lui dire : « Rentre chez toi et lis le Nouveau Testament ». C'était si réel qu’il a arrêté la voiture pour voir qui était là. Mais il n'y avait personne. La lecture de la Bible a déclenché une transformation qui l'a libéré de la drogue et de l'alcool et lui a ouvert les yeux sur le racisme dans son pays. « J'ai pris conscience de la dégradation et de l'humiliation quotidiennes des Noirs, et de l'attitude arrogante et irréfléchie de nombreux Blancs », écrit-il. 

J'ai pris conscience de la dégradation et de l'humiliation quotidiennes des Noirs, et de l'attitude arrogante et irréfléchie de nombreux Blancs.

Elliott Gabellah, Alec Smith, George Daneel at a conference in Caux
Alec (devant, deuxième à partir de la gauche) à l'ouverture de la conférence de l'ARM au Zimbabwe en 1975. Elliott Gabellah, vice-président du Congrès national africain, prend la parole.

 

Ces réalités avaient provoqué un conflit armé dans le pays, les forces de la guérilla luttant pour le renversement de la domination de la minorité blanche. Arthur et Alec faisaient partie d'un groupe informel de Noirs et de Blancs de haut rang travaillant à la recherche d'une solution, baptisé le Cabinet de la Conscience. Arthur était également en contact avec les combattants, conscient des dangers mais convaincu qu'il pouvait contribuer à créer les conditions d'une véritable négociation. Dix-huit mois après leur visite à Caux, il est assassiné.

Alec est en deuil, mais continue à travailler au rapprochement.  Avec ses collègues, il organise une rencontre cruciale entre Ian Smith et Robert Mugabe en 1980, à la veille de l'indépendance du pays. Les deux hommes discutent pendant plusieurs heures et parviennent à un certain accord. Le ton de réconciliation adopté ensuite par Mugabe a étonné le monde entier, et un coup d'État militaire mené par les Blancs a été évité.

Pendant 20 ans, sous le règne de Mugabe, une remarquable harmonie règne entre les Zimbabwéens noirs et blancs, et le pays prospère. Cette situation s'est effondrée en 2000, lorsque Mugabe a perdu un référendum pour devenir président à vie et a imposé au pays un contrôle impitoyable.

Alec est décédé d'une crise cardiaque en 2006. Dans une notice nécrologique parue dans le journal The Independent on peut lire ceci:« On peut dire que la fin de la domination blanche a commencé autour d'une théière quand Smith a invité Kanoderaka chez lui pour rencontrer son père ».

 

Elisabeth and Alec Smith 1986
Elisabeth et Alec Smith à Caux, 1986

 

________________________________________________________________________________________________

 

Folker et Monica Mittag se souviennent :

En juin 1978, Arthur Kanodereka a prêché en Allemagne, à Freudenstadt, à l'occasion d'une conférence internationale qui marquait le 100e anniversaire de la naissance de Frank Buchmann, le fondateur du Réarmement Moral (aujourd'hui Initiatives et Changement). C'est dans cette même ville qu'il était décédé en 1961.

Monica and Folker Mittag
Folker et Monica Mittag

L'église, qui pouvait accueillir 1700 personnes était pleine à craquer. « J’ai appris qu'on ne peut pas changer un homme en le haïssant », a dit M. Kanodereka. « Vous le rendez pire. Mais avec l'amour que Dieu donne, vous pouvez rencontrer n'importe qui et le gagner ».

Chacun de nous avait pris congé de son travail pour aider à la conférence, mais c'est seulement quelques années plus tard que nous nous sommes vraiment rencontrés. Monica s'occupait de la traduction et de l'interprétation et Folker faisait partie de l'équipe d'organisation.

Des messages sont arrivés du monde entier, notamment d'Helmut Schmidt, alors chancelier de la République fédérale allemande, et qui écrivait : « Frank Buchmann était convaincu que la politique devait avoir une base morale et que le mal devait être vaincu par la poursuite passionnée du bien. Ce sont des objectifs qui n'ont rien perdu de leur signification ».

 

________________________________________________________________________________________________

 

Regardez le film Dawn in Zimbabwe sur Alec Smith et Arthur Kanodereka, 1980

 

 

Regardez un extrait avec Alec Smith et Arthur Kanodereka (à partir de 21"30') parlant lors d'une conférence dans le film Choix pour un monde impatient (1977)

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à t...

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de confére...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...

Iman Ajmal Masroor

2008 : Apprendre à être un artisan de paix - « Une révélation pour le monde »

L'année 2008 a vu le lancement d'un cours inhabituel sur l'approche de l'Islam en matière de rétablissement de la paix, conçu par l'imam Ajmal Masroor du Royaume-Uni. Le coordinateur du cours, Peter R...