1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

06/09/2021
Benches Work Week 1986

 

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné leur temps et leur énergie pour préparer l'hôtel désaffecté en vue des premières conférences. Les jeunes générations pourraient-elles revivre cette expérience en aidant à mettre la maison en état pour l'été 1986 ? 

Les deux hommes responsables de l'entretien de la maison, Werner Fankhauser et Christoph Keller, ont répondu avec enthousiasme à cette idée, et à Pâques 1986, 63 personnes sont arrivées à Caux pour se mettre au travail. L'initiative a connu un tel succès que ces Semaines de travail se sont poursuivies pendant de nombreuses années avec des participants venus de toute l'Europe.

 

Work Week 1986
L'équipe organisatrice discute le travail du lendemain.

 

Helene Schäfer (née Pick) se souvient :

Helene Pick Schäfer 2021

En 1986, le Caux Palace - une dame distinguée à l'âme profonde - se faisait vieille. Pendant des décennies, elle avait été le témoin de l'histoire en marche. Elle offrait des coins intimes propres à la réflexion et à l'épanouissement. Et elle proposait un espace ouvert pour des discussions et parfois des décisions qui changeaient la vie des gens. Et maintenant, elle avait besoin d'aide pour retrouver sa dignité.

J'étais dans mes dernières années d'internat, avec assez de temps et d'énergie pour consacrer mes vacances à prendre part à cette mission. J'ai rejoint cinq camarades de classe et nous sommes parties. Nous n'avions aucune expérience, mais beaucoup d'enthousiasme. Nous avons grimpé à des échelles, nous avons percé et peint, nous avons gratté, décapé et vissé. Et nous nous sommes beaucoup amusées.

Nous avons parlé avec des gens de cultures différentes. Mes parents avaient travaillé à plein temps avec le Réarmement moral (RAM / maintenant Initiatives et Changement) pendant plus de 20 ans, donc je savais ce que je faisais. Mais mes amies se sont retrouvées à avoir de vraies conversations dans des langues qu'elles ne pensaient pas pouvoir utiliser un jour en dehors de la salle de classe. L'esprit de Caux a donc fonctionné même si nous n'étions pas assises sur la terrasse à siroter des tasses de thé.

L'esprit de Caux a donc fonctionné même si nous n'étions pas assises sur la terrasse à siroter des tasses de thé.

Work Week 1986 sewing
Des couturières travaillent sur le linge nécessaire aux conférences.

 

Bien sûr, toutes mes amies n'ont pas adhéré aux idées du RAM. Mais être à Caux vous met au défi de faire un peu d'introspection, peu importe où cela vous mène. Il est toujours bon de le faire dans un cadre magnifique où l'on peut laisser son esprit s'envoler. Nous avons besoin de ces lieux inspirants où vous pouvez trouver la paix pour se poser des questions sur la vie, essayer de trouver des réponses et avoir des échanges francs et ouverts. Plus je vieillis, plus je le constate.

 

Annette Overdijking and Andrew Stallybrass Work week 1986
Rénovation de la façade du Caux Palace

 

Ulrike Chanu (née Ott) se souvient :

J'ai grandi dans un petit village de la campagne allemande. Mes parents n'ont jamais appris de langue étrangère et n'ont jamais vraiment ressenti le besoin de voyager, mais j'avais l'habitude de m'asseoir et de faire tourner notre globe terrestre, en rêvant de tous les endroits et de toutes les personnes exotiques qui s'y trouvaient.

Work Week 1986 benches
Préparation des bancs sur la promenade

À 18 ans, l'une de mes meilleures amies d'école, Helene, m'a parlé de ce centre de conférence dans les montagnes suisses où ses parents travaillaient et où nous pouvions aller gratuitement pour préparer les bâtiments pour l'été. L'étranger, c'était bien, la gratuité, c'était bien, alors nous sommes parties en avril 1986. 

Lors de ma première nuit là-bas, je suis resté éveillé pendant des heures. Mon cerveau était en ébullition - l'incroyable beauté du palace de Caux, la vue imprenable, tant de gens sympathiques, parlant différentes langues. Et moi au milieu de tout cela. J'avais l'impression qu'un tout nouveau monde s'était ouvert à moi.

La semaine de travail a été un véritable travail. Nous avons poncé et peint ce qui semblait être des centaines de chaises en fer de la terrasse. Mais nous avons aussi passé beaucoup de moments agréables à discuter en brandissant nos pinceaux.

Même s'il y avait une belle équipe de jeunes et que nous nous amusions bien, c'est une rencontre avec un Suisse âgé qui a vraiment façonné ma vision de Caux.

De l'extérieur, il n'avait pas grand-chose en commun avec nous. Il avait des problèmes de santé et je ne pense pas qu'il faisait partie des équipes de travail « officielles ».

Mais il était toujours là, en retrait, prenant le temps de discuter avec nous. Nous avons senti son intérêt profond et sincère pour ce que nous avions à dire. Avec le recul, je me rends compte du cadeau précieux qu'il a fait à une bande de jeunes de 18 ans. Il a continué à nous écrire pendant de nombreuses années, jusqu'à sa mort.

 

Work Week 1986
Partie d'échecs trilingue après une longue journée de travail

 

Cette première semaine de travail à Caux a marqué le début de nombreux chapitres différents dans ma vie. Elle a élargi mon esprit et m'a permis de nouer des amitiés extraordinaires. J'ai continué à travailler comme interprète depuis les cabines de traduction et à travailler dans les coulisses des conférences d'été. Aujourd'hui, je gère le site web de Caux. Trente-cinq ans plus tard, ce lieu dans la montagne continue de m'inspirer chaque fois que j'y monte en voiture.

C'est aussi l'endroit où j'ai rencontré mon mari ! Et croyez-le ou non, la région de France où nous vivons maintenant s'appelle le « Pays de Caux » !

 

Work Week 1990
Ulrike Ott Chanu (deuxième rang, premier à partir de la gauche) et son futur mari Damien (deuxième rang, deuxième à partir de la gauche) à la Semaine de travail 1990

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits »  qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.T

 

  • Photo top, couturières et bancs : Eliane Stallybrass
  • Photo portrait Helene : Helene Schäfer
  • Toutes les autres photos : Ulrike Ott Chanu
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

 

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...

Maori queen

1997: The Māori Queen – ‘Our people are moving forward’

She was a queen with the vision of a better future for her people. Discover the story of Māori Queen, Dame Te Atairangikaahu, and her visit to Caux. ...

Cardinal König in Caux.png

1996: Cardinal Franz König - 'On each visit I learn something new'

One of the enduring images of the 50th anniversary of the Initiatives of Change conference centre in 1996 is that of the Dalai Lama greeting the 90-year-old Cardinal Franz König. ...

Marta Dabrowska.jpeg

1995: Marta Dąbrowska – ‘Summer comes and Caux comes’

In the early 1990s, after the fall of the Berlin Wall, large numbers of Eastern and Central Europeans came to the Initiatives of Change (IofC) conferences in Caux. Many, like Marta Dąbrowska from Pola...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994: The Caux Round Table – Principles for Business

In July 1994, a set of Principles for Business was launched at Caux by the Caux Round Table (CRT), an international forum of business leaders which had been meeting there since 1986....

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...