1974: Vendela Tyndale-Biscoe – « Une vie qui dépasse tes rêves les plus fous »

Par Mary Lean

07/07/2021
Vendela Tyndale-Biscoe portrait

 

Lorsqu'elle arrive à Caux en décembre 1974, l'actrice suédoise Vendela Tyndale-Biscoe (alors Lofgren) a tout ce qu'elle avait toujours désiré avoir. Cette année-là, à l'âge de 24 ans, elle a obtenu un contrat permanent avec l'un des plus grands théâtres de Suède. Mais elle se sent «morte à l'intérieur».

 

Vendela Tyndale-Biscoe guitar
Vendela dans son adolescence

 

Vendela fait ses débuts sur scène à l'âge de 12 ans, quatre ans après le décès de son père, atteint d'une maladie rénale héréditaire. « J'ai connu la douceur de faire rire et applaudir les gens pour en avoir davantage », dit-elle. « J'ai su que c'était ce que je voulais faire. »

J'ai ressenti la douceur de faire rire et applaudir les gens pour en avoir davantage. Je savais que c'était ce que je voulais faire.

Elle commence à chanter ses propres chansons dans des clubs de rock. Mais elle ne parle pas à sa mère de l'alcool, de la drogue et des relations destructrices dans lesquelles elle est entraînée de plus en plus profondément, alors qu'elle termine l'école et entre au conservatoire de théâtre.

 

Vendela and Philip Tyndale-Biscoe engaged in Caux 1979
Vendela et Philip Tyndale-Biscoe à l'époque de leurs fiançailles à Caux, 1979

 

 À Noël 1974, elle a arrêté la drogue après une expérience religieuse qui l'avait ramenée à la foi chrétienne de son enfance. Lors d'une visite précédente à Caux en 1971, elle avait même brisé le «mur de verre» entre elle et sa mère en lui parlant de la drogue. Sa mère avait pris cette bombe avec un calme inattendu. Vendela se sent « aussi libre qu'un oiseau ». 

Malgré tout, trois ans plus tard, elle a l'impression que sa vie ne vaut pas la peine d'être vécue. Son travail est épuisant et son dernier petit ami en train de devenir alcoolique. « J'ai pensé que je pourrais aussi bien mourir. » Elle retourne à Caux, à la recherche du « seul espoir que j'avais entrevu dans la vie jusque-là ».

À son arrivée, on lui propose de jouer un rôle dans une pièce de théâtre - elle refuse car elle veut aller skier. Mais lorsqu'elle découvre que le téléski ne fonctionne pas, elle se résigne.  

 

Vendela Tyndale-Biscoe Scandinavian Revue credit: Tone Nelson
Nordic Revue, 1986 (Vendela deuxième rangée, quatrième à partir de la gauche, Philip assis derrière elle légèrement à sa droite)

 

Elle est la seule femme de la distribution et les répétitions lui ouvrent les yeux. « J'ai senti que les hommes avec lesquels je travaillais m'aimaient simplement pour qui j'étais. Il n'y avait pas besoin de flirter. » Elle réalise que c'était le genre de vie qu'elle voulait.

« J'ai décidé d'arrêter d'essayer de me rendre plus populaire, d'arrêter de penser que je devais coucher avec tous les petits amis, d'arrêter de boire de l'alcool et d'être franche avec tout le monde, surtout dans le monde du théâtre, sur ce que j'avais décidé de vivre. C'était aussi dur que de dire adieu à ma carrière », dit-elle.

Elle retourne au travail « comme une nouvelle personne » et constate, à sa grande surprise, que ses collègues respectent ses valeurs, parce qu'elle les vit elle-même, au lieu de leur donner des leçons. L'été suivant, elle renonce à son contrat pour travailler avec Initiatives et Changement (I&C).

Elle constate, à sa grande surprise, que ses collègues respectent ses valeurs, parce qu'elle les vit elle-même, plutôt que de leur donner des leçons.

La première année est difficile. Elle commence en Grande-Bretagne, où elle sombre dans une profonde dépression - causée, croit-elle, par un empoisonnement au mercure dû à une opération dentaire. Lorsqu'elle retourne en Suède quatre mois plus tard, elle fait une petite dépression nerveuse. Elle retrouve ses marques au Canada, où elle doit prendre la décision de reprendre ou de renoncer à sa carrière d'actrice.

« Je me suis enfermée dans ma chambre pour une «conversation» avec Dieu », dit-elle. Il lui est venu une pensée claire : « Si tu me donnes le théâtre, même en risquant de ne plus jamais monter sur scène, je te promets de te donner une vie qui dépasse tes rêves les plus fous ». Lorsqu'elle se voit proposer un rôle par son théâtre en Suède, elle refuse.

 

Vendela and Philip Tyndale-Biscoe Let's Talk Turkey 1989-90
Let's Talk Turkey avec Philip, 1989-90

 

Au cours des décennies suivantes, cette décision la conduit en Afrique, en Inde, en Russie et dans d'autres régions d'Europe, jouant souvent dans des pièces et des revues qui mettent le public au défi de repenser leur vie et ses valeurs. En 1980, elle épouse Philip Tyndale-Biscoe, un acteur anglais qui avait fait partie de la distribution dans la pièce jouée à Caux en hiver 1974. Après 11 ans au Royaume-Uni et des voyages internationaux, ils s'installent en Suède en 1992. 

Philip et Vendela jouent ensemble de nombreuses fois à Caux et ailleurs, y compris dans deux de leurs propres pièces - Let's Talk Turkey (sur trois Noëls, deux personnes et une bibliothèque) et Stalling Between Two Fools (une revue de poche que nous pourrions jouer n'importe où). 

Peu de temps après avoir décidé de lier son destin avec I&C, Vendela découvre qu'elle a hérité de la maladie rénale dont son père est mort. Elle décide : « À partir de maintenant, je vais vivre chaque jour comme si c'était le dernier ». Elle décède 39 ans plus tard, en 2018. 

 

Vous pouvez lire plus sur Vendela ici.

 

Vendela Tyndale-Biscoe water

 

________________________________________________________________________________________

 

Vendela joue sa chanson «I’ve drop the charge», 2013

 

________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo portrait: For a New World
  • Photo Nordic Revue: Tone Nelson
  • Toutes les autres photos: Philip Tyndale-Biscoe
  • Photo top : Performance avec Philip dans 'Stalling between two fools', 1996-97
  • Relecture: Claire Martin-Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à t...

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de confére...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...

Iman Ajmal Masroor

2008 : Apprendre à être un artisan de paix - « Une révélation pour le monde »

L'année 2008 a vu le lancement d'un cours inhabituel sur l'approche de l'Islam en matière de rétablissement de la paix, conçu par l'imam Ajmal Masroor du Royaume-Uni. Le coordinateur du cours, Peter R...