1982 : Paul Tournier - La médecine de la personne

Par Andrew Stallybrass

13/08/2021
Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)

 

Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)
Paul Tournier à Caux, 1982

L'un de mes souvenirs les plus marquants de plus de 50 ans de conférences de Caux remonte à 1982 : assis dans une cabine de traduction, avec vue sur le Grand Hall, j'ai interprété du français vers l'anglais pour une soirée avec le médecin suisse Paul Tournier

Tournier a été appelé le « médecin chrétien le plus célèbre du 20ème siècle » - et il était l'un des écrivains suisses les plus vendus et les plus traduits de son temps. Ses livres se sont vendus entre trois et quatre millions d'exemplaires dans une trentaine de langues. Il était particulièrement connu au Japon et en Corée, peut-être moins dans son propre pays. 

En tant que médecin généraliste avant la seconde guerre mondiale, il avait senti que beaucoup de problèmes de ses patients n'étaient pas purement médicaux. Ils avaient besoin de quelqu'un à qui parler. Comme l'indique l'Association Tournier, il commence à consacrer plus de temps à l'écoute et à la discussion avec ses patients, « en ne considérant pas seulement la dimension physique de leur être mais aussi les dimensions psychologiques et spirituelles ». 

En 1940, il publie son premier livre, Médecine de la personne (traduit en anglais sous le titre The Healing of Persons) et le dédie à Frank Buchman, le fondateur d'Initiatives et Changement. Il déclare à son auditoire de Caux : « Dieu a inspiré cet homme, et c'est en grande partie grâce à lui, à ses amis et collègues de travail, et maintenant à vous tous, que ma vie a été féconde et que j'ai pu apporter cette nouvelle perspective à la profession médicale ».

 

B. H. Streeter, Theophil Spoerri, Paul Tournier, Lily Ziegler
B.H. Streeter, Theophil Spoerri, Paul Tournier, Lily Ziegler

 

En 1982, Tournier avait 84 ans, et un confortable fauteuil avait été installé pour lui sur l'estrade. Mais il préfèra rester debout pour parler. La salle résonne de son rire si particulier. Il parle de sa première rencontre avec les Groupes d'Oxford (plus tard Réarmement moral et maintenant Initiatives de Changement), à travers le changement d'un patient impossible, dont il voit la fille assise au premier rang, « Ha-ha ! ».

Depuis 50 ans, je suis fidèle à ce carnet dans lequel j'écris les pensées qui me viennent, dit-il. C'est la base de ma vie.

Au début de sa conférence, Tournier brandit un petit carnet et parle de sa pratique régulière de la prière-à-l'écoute. « Depuis 50 ans, je suis fidèle à ce carnet dans lequel j'écris les pensées qui me viennent, dit-il. C'est la base de ma vie. Tous ceux qui m'ont remercié pour mes livres en sont conscients. Ils sentent combien je dois à cette vie de silence et de service dans laquelle je rencontre les gens et où ils m'ouvrent leur cœur.»

Paul Tournier

Il poursuit : « Dans le temps de silence, dans l'écoute de Dieu, vous découvrez peu à peu, malgré les difficultés, les problèmes en vous qui empêchent ce contact vital. Lorsque nous parlons de la « médecine de la personne », nous pensons à l'implication personnelle du médecin, et pas seulement à celle du patient. »

Les médecins posent un diagnostic médical, a expliqué M. Tournier, mais cela ne suffit pas. « Il y a un lien entre la santé et tous ces problèmes de vie que les gens portent en eux, cherchant de l'aide, une réponse, mais ne sachant pas vers qui se tourner. »

Il poursuit : « Notre tâche est donc d'aider les médecins à s'échapper de leur prison scientifique ». Il ne s'agit pas d'abandonner la science, mais de comprendre que la médecine est plus que de la science. « Il n'y a pas de symétrie lorsque le médecin sait et donne des ordres et que le patient n'a qu'à obéir. Nous, médecins, en savons plus sur la pathologie, mais le patient en sait plus que nous sur sa maladie. »

Il n'y a pas de symétrie lorsque le médecin sait et donne des ordres et que le patient n'a qu'à obéir.

« Le médecin doit accomplir son devoir d'homme de science qui sait ce que le malade ne sait pas ; mais à une condition : il doit accepter qu'il y a quelque chose que le malade sait et qu'il ne sait pas - que la douleur du malade est rendue deux fois plus intense par les problèmes qu'il retourne dans son cœur pendant des nuits blanches. »

Cette soirée a donné naissance à un autre livre, Vivre à l'écoute, qui comprend une version revue de son discours de ce soir-là.

Vers 1946, il avait pris ses distances avec le Réarmement moral et cette soirée à Caux a représenté une sorte de réconciliation. 

Son approche de la médecine centrée sur la personne est peut-être encore plus nécessaire aujourd'hui : malgré tous les progrès médicaux et techniques, le facteur humain reste essentiel.

 

 
 
Lire le livre de Paul Tournier A Listening Ear

____________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits »  qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

 

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim and Marie Chaftari - ‘I am not a victim’

The Caux summer of 1988 at the Initiatives of Change conference centre began with a Mediterranean Dialogue, attended by people from all over the region, followed by a 10-day ‘youth training session’. ...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...

Renée Pan photo David Channer

1985: Renée Pan – Dropping the burden of revenge

Renée Pan, a Cambodian refugee living in the US, came to Caux in 1985 on a mission – to learn how to forgive....

Amie Zysset in Caux

1984 : Amie Zysset - La grande aventure

Amie Zysset était le cœur et l'âme des conférences internationales sur la famille qui ont eu lieu à Caux de 1978 jusque dans les années 80. Elle est décédée - à l'âge de 60 ans seulement - après de lo...

Folker and Monica Mittag wedding

1983: Folker et Monica Mittag – Trouvés dans la traduction

Le mariage de Folker et Monica Mittag en avril 1983 est le résultat d'une rencontre à Caux « qui a changé nos vies pour toujours ». Folker était un homme d'affaires allemand, Monica une interprète su...

Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. ...