1984 : Amie Zysset - La grande aventure

Par Eliane Stallybrass

19/08/2021
Amie Zysset in Caux

 

Amie Zysset était le cœur et l'âme des conférences internationales sur la famille qui ont eu lieu à Caux de 1978 jusque dans les années 80. Elle est décédée - à l'âge de 60 ans seulement - après de longs mois d'hospitalisation, le dernier jour de la conférence de 1984. « Si je meurs avant la conférence des familles, je veillerai sur vous d'en haut », avait-elle annoncé.

Amie Zysset in Caux
Cuisiner avec des enfants à Caux

Pendant sa formation d'enseignante en économie domestique, à la fin des années 40, Amie avait séjourné dans une pension pour jeunes femmes appelée « La Grande Aventure » à Lausanne. Sa directrice, Frida Nef, avait participé à la création du centre de conférences de Caux et faisait partager à ses pensionnaires son enthousiasme pour ce lieu. C'est ainsi qu'Amie a découvert sa vocation. 

Tout a commencé par l'apprentissage du suisse allemand dans une famille bernoise. La famille Flütsch avait quatre enfants et la mère partait parfois avec son mari en mission avec le Réarmement moral (plus tard Initiatives et Changement). 

Ils passaient tous les étés à Caux et emmenaient Amie et les enfants avec eux. Elle s'est impliquée dans la vie du centre de conférence, en aidant d'abord à la cuisine. Avec sa formation, c'était tout naturel. 

Mais deux passions vont se développer et lui donner d'autres pistes d'activités.

Amie s'intéresse énormément au développement et au bien-être des enfants. En 1969, il y avait beaucoup de familles à Caux. Amie décide de prendre en charge les enfants de 7 à 12 ans, tandis que Monika Flütsch (aujourd'hui Bodmer), dont elle s'était occupée 14 ans plus tôt, crée le jardin d'enfants dans le Grand Hôtel.

Plus d'une fois, nos enfants et nous-mêmes avons bénéficié de cette aide extérieure désintéressée qui manque aujourd'hui à tant de familles. 

Monika Bodmer Flütsch with 2 boys (one is a university professor now) photo: Lars Rengfelt
Monika Bodmer-Flütsch avec deux garçons au jardin d'enfants de Caux. Les deux garçons sont devenus professeurs d'université.

 

Amie savait écouter les enfants et, à côté des jeux, de la cuisine et d'autres activités, leur proposait des discussions sur des thèmes qui leur tenaient à cœur, comme la bonne entente avec leurs frères et sœurs, la vie de famille ou encore les divisions entre leurs parents. Ces discussions ont abouti à la création d'un petit journal, où les enfants pouvaient exprimer leurs pensées et ainsi aider d'autres enfants. 

Amie Zysset elephant and mouse
Couverture de l'éléphant et de la souris,
par Monika Bodmer-Flütsch

Amie n'était pas dactylo, n'avait pas de formation journalistique et ne connaissait rien à l'édition, mais elle avait le don d'utiliser ses limites pour développer les talents des autres. C'est ainsi qu'est né Éléphant et Souris, publié en français et en allemand, rempli de questions, de réflexions, d'histoires personnelles, de jeux et de dessins. Il sort tous les deux mois, et l'aventure dure 15 ans. Le tirage atteint 400 exemplaires.

Elle se préoccupe aussi des parents et, comme l'écrit Jean-Jacques Odier, les prend parfois à part pour leur donner un conseil. « Plus d'une fois, nos enfants et nous-mêmes avons bénéficié de cette aide extérieure désintéressée qui manque aujourd'hui à tant de familles. »

Un Noël, Amie et Monika ont mis en scène le spectacle pour enfants  Give a Dog a Bone, à Caux, avec une distribution composée uniquement d'enfants.

Son autre passion est la vie et l'avenir de sa région, le Jura, où les tensions entre catholiques et protestants sont devenues violentes. En tant que citoyenne de la petite ville de Reconvilier, elle compte parmi ses amis de nombreuses personnes impliquées dans les problèmes politiques et sociaux de la région.

Elle a emmené de Caux des amis de communautés divisées du Canada et d'Irlande, ainsi que de Papouasie-Nouvelle-Guinée, pour visiter sa région et partager leurs expériences de réconciliation. Elle a également emmené des amis jurassiens dans d'autres pays. Lors d'un voyage en Inde, elle et un ami se sont retrouvés assis à côté de Mère Teresa dans l'avion !

Elle avait le don d'utiliser ses limites pour développer les talents des autres.

Give a dog a bone Amie Zysset 1984
Scène de Give a Dog a Bone, 1984

 

Malheureusement, c'est en Inde qu'elle a contracté une maladie qui n'a jamais été complètement diagnostiquée et qui lui a coûté la vie. Elle écrivait souvent des poèmes personnalisés, comme cadeaux pour ses amis. Beaucoup d'entre eux ont été publiés dans un petit livre après sa mort. 

 

Alors que nous travaillons sur ces histoires de personnes autour du 75e anniversaire du centre de conférence de Caux, nous sommes frappés par le nombre de femmes relativement peu connues - comme Amie Zysett - qui méritent tout à fait de figurer ici. La grande aventure de Caux n'aurait pas été possible sans cette armée de l'ombre qui a travaillé dans tant de domaines du centre de conférence de Caux et du travail d'Initiatives et Changement en général, donnant du temps et de l'argent, de la créativité et des soins attentifs aux autres.

 

Lire le recueil de poésie d'Amie Amie pour toujours (par Amie Zysset et Marielle Thiebaud, 1987)

 

___________________________________________________________________________________

 

Regardez une production de 1965 de la pièce Give a Dog a Bone.

 

 

___________________________________________________________________________________

 

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits »  qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Give a Dog a Bone: Initiatives et Changement
  • Amie pour toujours: Amie Zysset et Marielle Thiebaud, 1987)
  • Toutes les photos (sauf Monica): Initiatives et Changement
  • Photo Monica Flütsch: Lars Rengfelt
  • Relecture: Claire Martin-Fiaux

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Ahmed Egal and Hassan Mohamud in Stockholm

1993: Somalia – ‘If you can have peace in Galkayo, you can have it anywhere’

Among the Somalis at Caux in 1993 were Hassan Mohamud and Ahmed Egal, both from Galkayo, one of Somalia’s most violent cities. At Caux in 1993, together with other Somalis, they drew up a list of pote...

Hope in the Cities - Dr Robert Taylor (left, John Smith and Audrey Burton at Caux 1992

1992: Hope in the Cities – 'Where healing can take place'

In July 1992, 80 Americans arrived at the Initiatives of Change Switzerland conference centre in Caux with an urgent question: how to address racism, poverty and alienation in US cities. Three months ...

Anna Abdallah

1991: Anna Abdallah Msekwa – Creators of Peace

The 680 women – and some men – who packed the Main Hall of the Caux Palace for the launch of Creators of Peace 30 years ago came from 62 countries and a mind-boggling variety of backgrounds: a Mohawk ...

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

1990: King Michael of Romania – ‘Evil cannot last indefinitely’

In the summer of 1990, six months after the overthrow of Communism in their country, 30 young Romanians came to Caux. It was their first time outside the Eastern bloc, and they had been hesitant about...

Michel Orphelin acting in Caux

1989: Michel Orphelin – Theatre of the heart

In spring 1946, when the first small group of Swiss visited the derelict hotel in Caux which was to become the Initiatives of Change (IofC) conference centre, they realized its ballroom could become a...

1988 square.

1988: Joe Hakim and Marie Chaftari - ‘I am not a victim’

The Caux summer of 1988 at the Initiatives of Change conference centre began with a Mediterranean Dialogue, attended by people from all over the region, followed by a 10-day ‘youth training session’. ...

Mother Park

1987: Mère Park Chung Soo- « Une nouvelle porte a commencé à s'ouvrir"

Mère Park Chung Soo, une religieuse bouddhiste Won, a été surnommée la « Mère Teresa de la Corée du Sud ». Elle était déjà engagée dans le travail humanitaire en Corée lorsqu'elle est venue à Caux en ...

Benches Work Week 1986

1986 - Semaine de travail : Un lifting pour le palace de Caux

Alors que l'on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire du centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, Eliane Stallybrass se prend à rêver. En 1946, les pionniers de Caux avaient donné l...

Renée Pan photo David Channer

1985: Renée Pan – Dropping the burden of revenge

Renée Pan, a Cambodian refugee living in the US, came to Caux in 1985 on a mission – to learn how to forgive....

Folker and Monica Mittag wedding

1983: Folker et Monica Mittag – Trouvés dans la traduction

Le mariage de Folker et Monica Mittag en avril 1983 est le résultat d'une rencontre à Caux « qui a changé nos vies pour toujours ». Folker était un homme d'affaires allemand, Monica une interprète su...

Paul Tournier 1982 in Caux (credit: Paul Gardner)

1982 : Paul Tournier - La médecine de la personne

L'un de mes souvenirs les plus marquants de plus de 50 ans de conférences de Caux remonte à 1982 : assis dans une cabine de traduction, avec vue sur le Grand Hall, j'ai interprété du français vers l'a...

Agnes Hofmeyr Stanley Kinga

1981 : Stanley Kinga et Agnès Hofmeyr - « Il m'est venu à l'esprit que je devais le lui dire ».

Lorsqu'Agnes Hofmeyr s'est assise à table à Caux avec son compatriote Stanley Kinga en 1981, elle n'avait aucune idée de la bombe qu'il était sur le point de lâcher. ...