1990 : Le roi Michel de Roumanie - « Le mal ne peut durer indéfiniment ».

Par Andrew Stallybrass

14/09/2021
King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990

 

Au cours de l'été 1990, six mois après le renversement du régime communiste dans leur pays, 30 jeunes Roumain-e-s sont venu-e-s à Caux. C'était la première fois qu'ils et elles sortaient du bloc de l'Est, et le groupe avait hésité à venir, ne sachant pas trop ce qu'ils et elles allaient trouver. Le groupe a été bouleversé par l'endroit. 

 

King Michael of Romania, Queen Anne and young Romanians in Caux 1990
La reine Anne et le roi Michel de Roumanie avec de jeunes Roumain-e-s à Caux, 1990

 

Quelques jours après leur arrivée, nous leur avons demandé s'ils et elles souhaitaient rencontrer le roi de Roumanie en exil, qui avait souvent visité Caux avec sa femme, la reine Anne, et leurs filles. Leur réponse enthousiaste nous a montré à quel point le roi Michel était populaire parmi ceux qui avaient grandi sous le communisme. Plusieurs de ces jeunes sont revenu-e-s année après année pour aider dans divers départements des conférences à Caux.

 

Family of King Michael of Romania
La famille dans les années 1950

 

Les liens de la famille royale de Roumanie avec le Réarmement moral (maintenant Initiatives et Changement) remontent à bien avant la Seconde Guerre mondiale, lorsque Frank Buchman a rencontré la grand-mère du roi Michel, la reine Marie, à Bucarest. 

Le roi Michel rencontra à nouveau Buchman dans les années 1950, après qu'il eut été déposé par les communistes. « Avec ma tristesse et mon malheur d'avoir perdu mon pays, mon amertume s'était accrue en raison d'un sentiment de non-appartenance », a-t-il déclaré. « Après notre rencontre, j'ai senti que mon esprit et mon âme étaient soulagés d'un grand poids. J'ai compris qu'aucun problème n'était trop grand ou trop petit pour Frank. Le plus grand ou le plus petit problème dans la vie de quelqu'un d'autre recevait la même attention affectueuse de sa part ». 

J'ai senti que mon esprit et mon âme étaient soulagés d'un grand poids.

Par la suite, lui et sa famille se rendent fréquemment à Caux depuis leur domicile près de Genève et participent à diverses activités du Réarmement moral. La Reine Anne se sentait plus à l'aise dans la cuisine de Caux que dans les réunions et il existe un certain nombre d'histoires sur le choc de ses collègues cuisiniers lorsqu'ils ont réalisé qui elle était. 

Michel est devenu roi de Roumanie en 1940, à l'âge de 18 ans, lorsque le Premier ministre, Ion Antonescu, eu forcé son père, le roi Carol, à abdiquer pour rallier le pays à l'Allemagne nazie. Le roi Michel n'a pas pu empêcher cette manoeuvre, mais son opposition à toute rafle systématique des Juifs a permis à l'importante communauté juive de Roumanie de moins souffrir que dans n'importe quelle autre puissance de l'Axe.

 

King's Palace in Sinaia, 1990
Le palais du roi à Sinaia, 1990

 

En août 1944, le jeune roi pluttôt timide accède soudainement à la célébrité internationale lors d'un coup d'État qui fait basculer la Roumanie du côté des Alliés. Sachant que l'armée roumaine était loyale au roi, même si elle était commandée par Antonescu, le roi Michel convoqua Antonescu au palais et exigea sa démission. Devant son refus, la garde du palais l'arrêta. 

« Antonescu poussa des hurlements à faire trembler le palais », m'a dit le roi Michael dans une interview en 1992. « Ils l'ont emmené au premier étage, alors qu'il les menaçait d'être exécutés, et ils l'ont enfermé dans la chambre-forte qui avait été construite pour abriter la collection de timbres de mon père ». 

Les membres du gouvernement fasciste ont été convoqués un par un, et arrêtés à leur arrivée. L'armée a reçu l'ordre de cesser les combats, et un gouvernement provisoire fut formé. Le pays est en partie sauvé de la destruction, mais une autre lutte s'engage. Après la guerre, dans le cadre de la division de l'Europe décidée par Churchill et Staline, un gouvernement communiste prend le pouvoir. En 1947, il exige l'abdication du roi Michel, menaçant de fusiller 1 000 étudiants et jeunes gens s'il refuse.

Il quitta la Roumanie sans aucune ressource et dut travailler pour subvenir aux besoins de la reine Anne et de leurs cinq filles. Il a créé une exploitation maraîchère en Angleterre, puis travailla pour une entreprise aéronautique américaine, avant de s'installer à Genève, où il monta une entreprise d'électronique. Il a également travaillé comme agent de change. 

« Je ne pouvais pas imaginer que l'exil durerait si longtemps », dit-il. « Je pensais que ce ne serait qu'une question de mois. L'Ouest m'a laissé tomber comme une patate chaude. Mais je n'ai jamais perdu espoir. Le mal ne peut pas durer indéfiniment ».

Je ne pouvais pas imaginer que l'exil durerait si longtemps. Mais je n'ai jamais perdu espoir.

University Square Bucharest 1990
Place de l'université à Bucarest, 1990

 

À Genève, la famille reçoit un flux constant de visiteurs roumains. Puis, soudainement, en décembre 1989, le flot se transforme en inondation, et les médias veulent savoir ce que le roi pense de la révolution qui se déroule dans son pays. Des millions de personnes regardent à la télévision le renversement du régime communiste. 

Dans la nouvelle Roumanie, le roi Michel est reconnu comme un ancien chef d'État et reçoit une pension. Les biens royaux sont restitués à la famille. Un sondage d'opinion réalisé en janvier 2012 le place comme la personnalité publique la plus digne de confiance en Roumanie, loin devant les dirigeants politiques. En octobre de la même année, une place de Bucarest est rebaptisée à son nom, pour célébrer son 91e anniversaire. Il est décédé en 2018.

 

Lisez un article de la princesse Margarita de Roumanie : La Roumanie était notre maison

 

Street in Bucharest 1990
Scène de rue à Bucarest, 1990

 

Ulrike Ott Chanu a visité Bucarest avec Andrew et Eliane Stallybrass en 1990, 11 mois après la chute du communisme.

 

Ma première impression de Bucarest est l'obscurité. Les ampoules électriques ne sont pas disponibles pour le moment. Parfois, l'ampoule orange est absente des feux de signalisation - un citoyen débrouillard l'a « privatisée ».

Romanian food
Les pique-niques roumains - les meilleurs !
Romanian Church
Une église dans les montagnes

Une visite d'une semaine ne fait pas de nous des experts de la Roumanie, mais au moins nous commençons à comprendre ce que cela signifie d'y vivre : les files d'attente devant les magasins, les allusions lâchées dans les conversations. La crainte des parents que la jeune génération quitte la Roumanie pour vivre à l'étranger. La frustration d'un jeune dirigeant parce que le changement est lent. La désillusion d'une rédactrice en chef de journal confronté à la corruption. « Nous, les personnes âgées, sommes un peu fatiguées », dit mon hôtesse. 

Nous rencontrons trois hommes âgés qui ont assisté à une conférence du Groupe d'Oxford (plus tard Réarmement moral et maintenant Initiatives et Changement) à Lausanne en 1937. Ce n'est que maintenant qu'ils ont pu rétablir le contact. L'un d'entre eux nous raconte dans un français parfait (« Je ne l'ai pas parlé depuis 50 ans ») l'impact que cette conférence à Lausanne a eu sur sa vie. 

 

Visiting Liana Stanescus Family in Romania 1990
Avec la famille d'accueil d'Ulrike à Bucarest (Ulrike est la quatrième à partir de la gauche, Eliane et Andrew Stallybrass sont assis à droite).

 

Au moment de mon départ, je suis bloquée à l'aéroport de Bucarest pendant plus de 6 heures en raison d'un épais brouillard. J'ai tout le temps de réfléchir à la semaine écoulée - pleine de nouvelles expériences, de conversations, de découvertes et de rencontres.

Nous avons été accueillis avec une hospitalité sans limite, chaleureuse et généreuse, nous avons beaucoup ri et beaucoup appris. Je sais que ce ne sera pas ma dernière visite en Roumanie. Un pays n'est pas seulement une entité géographique ou politique : ce sont des personnes.  

Ulrike, Eliane et Andrew sont retournés en Roumanie plusieurs fois après cette première visite. Ils sont toujours en contact avec les ami-e-s qu'ils se sont faits en 1990.

 

Adapté de Caux-Information, 1990/91

Invitation in Romania 1990
Rencontre avec de jeunes Roumain-e-s et leur familles à Bucarest - avec un drapeau britannique en notre honneur, octobre 1990

 

____________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  •  Photos en noir et blanc : Initiatives de changement (photo du haut : Rajmohan Gandhi, Dalai Lama, le roi Michel, la reine Anne
  • Photo King's Palace et amis roumains : Eliane Stallybrass
  • Photo place de l'université, scène de rue, pique-nique, église, famille d'accueil : Ulrike Ott Chanu
  • Relecture: Jean Fiaux

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Going out on a limb

When Merel Rumping from the Netherlands first visited Caux in 2012, she had a goal in mind – ‘to explore how I could contribute to a more just world through my professional activities’....

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994 : La Table Ronde de Caux - Des principes pour l'entreprise

En juillet 1994, la Table Ronde de Caux (CRT), un forum international de chefs et cheffes d'entreprise qui se réunissait à Caux depuis 1986, lançait un ensemble de Principes pour les entreprises....

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...

Mohamed Sahnoun credit IofC France

2007: Mohamed Sahnoun – Healing wounded memories

The Algerian diplomat Mohamed Sahnoun was President of Initiatives of Change International from 2006 to 2009 and founded the annual Human Security Forum at Caux....

Zeke Reich cropped.jpeg

2006: Zeke Reich – Across walls of fear

Zeke Reich is a psychotherapist at a community mental health clinic in Washington DC who has been to the IofC conference centre in Caux several times over the years. He remembers an encounter which ha...

Somalia - First meeting of Benadir and Hawiye – anti-clockwise from right: Sayid Ma’alow, Hassan Mohamud Geeseye, Omar Salad Elmi, Mohamed Abukar Haji Omar, n/a, Khalid Maou Abdulkadir, Dr Ahmed Sharif Abbas

2005: Omar Salad Elmi – Clearing the cloud of mistrust

‘There are two people in the Somali delegation whose names include Omar,’ said the man from the allocation team at the Initiatives of Change conference centre in Caux. ‘As we didn’t have any informati...

Housekeeping Monica and Maya

2004: The Housekeeping Team – ‘My dream of serving the world came true’

Before you arrive in your room in Caux, someone from the housekeeping team will have been there before you, to check that it is clean, that the bed is made up and the light bulbs work. If you can’t wo...

Round Table Burundi 22 April 2007

2003 : Burundi – Ten years of political dialogue

Between 2003 and 2013, Caux was the scene of seven political dialogues between deeply divided Burundian leaders. They brought together representatives of political parties and armed rebel movements, f...

Erica Utzinger and her husband Beni working in the archives

2002: Erika Utzinger - 200 metres of history

The archives of the Caux Conference and Seminar Centre, now held by the Canton of Vaud, are an endless source of precious information. Swiss archivist Eliane Stallybrass describes the work to preserve...

Sommaruga with Amina Dikedi (left) and Msgr Fortunatus Nwachukwu at Caux, 2006 credit: Isabelle Mermindo

2001: Cornelio Sommaruga - ‘Grüss Gott’

'I first met Cornelio Sommaruga at a private dinner party. He was then head of the International Committee of the Red Cross (ICRC) and was just back from Cuba, where he’d met with Fidel Castro, in the...

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

2000: Angela Starovoytova and Kostiantyn Ploskyi – Taking off the masks

Around the turn of the Millennium, many young Ukrainians came to Caux. Some of them took leadership in Foundations for Freedom (F4F), a programme for young people which offered courses in the values w...

Ismar and Fabiana Villavicencio credit T Hazell

1999: Gente Que Avanza – Latin America hits town

It was a Red-Letter Day in July 1999 when more than 40 young Latin Americans burst through the front door of Mountain House, Caux, and hugged everyone in sight. Gente Que Avanza had arrived – and Caux...