2001 : Cornelio Sommaruga - « Grüss Gott »

26/10/2021
Sommaruga with Amina Dikedi (left) and Msgr Fortunatus Nwachukwu at Caux, 2006 credit: Isabelle Mermindo

 

Au début du siècle, Cornelio Sommaruga a été président de la Fondation de Caux, puis d'IofC International. Andrew Stallybrass a travaillé à ses côtés à Genève. Il écrit :

J'ai rencontré Cornelio Sommaruga pour la première fois lors d'un dîner privé. Il était alors à la tête du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et revenait tout juste de Cuba, où il avait rencontré Fidel Castro, au milieu de la nuit, juste avant de partir.

 

Sommaruga in Somalia while President of the ICRC credit ICRC Pierre Boussel
Avec des enfants en Somalie alors qu'il était président du CICR

 

En 1999, après avoir quitté la Croix-Rouge, il est devenu président de la Fondation de Caux. Il a joué un rôle important dans le changement de nom de Réarmement moral en Initiatives et changement (IofC) en 2001 et dans la création en 2002 d'IofC International, dont il est devenu le premier président.

Son engagement en faveur d'IofC et des conférences de Caux, en particulier celles relatives à la sécurité humaine, a conduit beaucoup de personnes dans les milieux internationaux à réévaluer ce mouvement difficile à classer. Plusieurs fois à Genève, j'ai entendu des gens dire : « Si Cornelio est impliqué, il faut que je reconsidère les choses ».

Si Cornelio est impliqué, il faut que je reconsidère les choses.

Nous travaillions ensemble dans le bureau d'IofC Genève, près des Nations unies, avec vue sur son ancien lieu de travail, le siège du CICR. Un matin, alors que nous échangions les civilités d'usage, je l'ai informé que j'étais un peu secoué - on venait de diagnostiquer un cancer du sein chez ma femme. Le lendemain, elle a reçu de sa part une carte écrite à la main, et il a gagné ma profonde gratitude et mon affection.

 

Image
Avec Amina Dikedi (à gauche) et Mgr Fortunatus Nwachuku à Caux, 2006

 

Sommaruga est un homme grand, large et imposant, qui salue tout le monde en disant « Grüss Gott ». Il explique que cette salutation, typique de l'Autriche, de la Bavière et de la Suisse orientale, invoque la troisième présence dans chaque rencontre. « Nous ne sommes pas seuls dans ce monde », dit-il. Il a des amis sur tous les continents. Il connaît le monde - et le monde le connaît !

Nous ne sommes pas seuls dans ce monde.

Les racines de Sommaruga se trouvent dans le Tessin, le canton italophone de la Suisse. Il est né en 1932, premier des six enfants d'une famille de diplomates suisses en poste à Rome. Il estime que ses deux plus fortes influences formatrices ont été la foi chrétienne de ses parents et le mouvement scout. Son premier engagement humanitaire a été d'aider bénévolement les infirmes lors des pèlerinages à Lourdes.

 

Cornelio Sommaruga  at UN
Lors d'une réunion de haut niveau à l'ONU à Genève (troisième à partir de la gauche), 2015 

 

Il a possédé la double nationalité suisse et italienne jusqu'à l'âge de 20 ans. Son père l'envoie alors dans une école privée pour qu'il ne soit pas obligé de rejoindre le mouvement de jeunesse fasciste de l'Italie de Mussolini. Pendant deux ans, durant la guerre, son père reste à Rome, tandis que le reste de la famille vit à Lugano, de l'autre côté de la frontière suisse. Pendant cette période, ses deux parents aident des Juifs à échapper aux persécutions - son père remplissant les lits d'enfants à Rome avec des fugitifs, et sa mère aidant les réfugiés à s'installer en Suisse. Ces expériences lui ont donné une « attention particulière » pour l'Holocauste et le peuple juif.

Aujourd'hui, à l'aube de ses 90 ans, il s'efforce de se remettre du Covid long. Les murs de sa chambre dans sa maison de convalescence affichent les photos de ses six enfants et 16 petits-enfants, qui se réunissent une fois par an à la Pentecôte, remplissant la plus grande partie d'un petit hôtel.

 

Sahnoun and Sommaruga
Avec son ami et successeur au poste de président international d'IofC, Mohammed Sahnoun.

 

M. Sommaruga reste président honoraire de l'association internationale d'IofC. Il parle du « merveilleux réseau international de personnes motivées », mais voit la nécessité d'une plus grande transparence entre les groupes nationaux.

Il a introduit le thème de la « mondialisation de la responsabilité pour la sécurité humaine » aux conférences de Caux. Il s'inquiète du fait que le monde accorde trop peu d'attention aux causes profondes de la violence : « Les vastes disparités économiques et sociales entre les États et à l'intérieur de ceux-ci ; les transferts légaux et illégaux d'armes, en particulier d'armes légères ». La société civile doit tenter de contrecarrer ces forces, estime-t-il.

 

Cornelio Sommaruga and Christine Beerli at Caux
En discussion avec Christine Beerli, Présidente d'Initiatives et Changement Suisse, à Caux.

 

« Elle doit adopter une approche multilatérale, interculturelle et inter-religieuse », souligne-t-il. Mais, répète-t-il, « nous ne sommes jamais seuls. La puissance qui nous a donné le libre arbitre peut inspirer les personnes de bonne volonté à œuvrer pour un avenir meilleur. Il y a plus de gens que vous ne le pensez, inspirés par Dieu ou par leur conscience, qui œuvrent pour une paix véritable et durable ». Mme Sommaruga est convaincue que chacun de nous a « la responsabilité éthique d'œuvrer à la réconciliation par le pardon et la justice », en commençant par soi-même.

L'image que j'ai de Sommaruga est celle d'un homme qui sert des glaces au buffet des desserts dans la salle à manger de Caux, et qui rit. Il est important de servir mais aussi d'être vu en train de servir !

 

La puissance qui nous a donné le libre arbitre peut inspirer les personnes de bonne volonté à œuvrer pour un avenir meilleur.

 

Cornelio Sommaruga, Mohamed Sahnoun, Kofi Annan in Caux
Avec Kofi Annan et Mohamed Sahnoun à Caux, 2013

________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo Somalie : CICR / Pierre Boussel
  • Photo 2006 : Isabelle Mermindo
  • Toutes les autres photos : Initiatives et Changement
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 Years of Stories: Meet the team!

When we launched the 75 Years of Stories series in February 2021 about 75 years of encounters at the Initiatives of Change conference centre in Caux, we had no idea what an adventure we had embarked o...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives of Change Switzerland – Opening Caux’s doors to a new chapter

As our series of 75 stories for 75 years of the Initiatives of Change conference centre in Caux draws to an end, the President of Initiatives of Change Switzerland, Christine Beerli, and its two Co-Di...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Struck by a virus

In 2020, the Caux Forum went online in response to the pandemic. Its organizers found that this made Caux accessible to people all over the world who could not have taken part in normal circumstances....

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – ‘We must save the children’

During World War II, the Caux Palace (later the Initiatives of Change conference centre in Switerland) provided a refuge for Jews fleeing the Shoah. Over the years, some of them – or their descendants...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – ‘Climate change should be top top top priority’

When Tunisian economics graduate Wael Boubaker joined the Caux Peace and Leadership Programme (CPLP) in 2018, he expected a conference which would look good on his CV, and some beautiful scenery. Inst...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – A home for the world

Tanaka Mhunduru from Zimbabwe is one of the organizers of the Caux Peace and Leadership Programme (CPLP), a one-month programme for young people from around the world. He first took part in 2017....

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – ‘It made me feel I counted’

The Winter Gathering of 2016 was a special experience for Diana Damsa – not just because she experienced Caux in winter, but also because, for the first time in eight years, she had no responsibilitie...

Philippe and Liseth Lasserre

2015: Lisbeth Lasserre – ‘The richness in art’

Lisbeth Lasserre came from Winterthur, where her grandparents, Hedy and Arthur Hahnloser, had built up a private collection of art at their home, Villa Flora. Amongst their artist friends were Bonnard...

Catherine Guisan

2014: Catherine Guisan – Europe’s Unfinished Business

Catherine Guisan is Visiting Associate Professor at the University of Minnesota, USA. She has written two books on the ethical foundations of European integration. In 2014 she spoke at Caux’s first se...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restoring a healthy planet

2013 saw the first full-length Caux Dialogues on Land and Security (CDLS). These events, which took place at the Caux Conference and Seminar Centre, focus on the links between sustainable land managem...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Going out on a limb

When Merel Rumping from the Netherlands first visited Caux in 2012, she had a goal in mind – ‘to explore how I could contribute to a more just world through my professional activities’....

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...