Etre journaliste dans un pays en guerre

Pour relancer une Europe inachevée 2018

30/07/2018
AEUB 2018

Quel est le rôle des journalistes dans un pays en guerre ? Question difficile à laquelle le journaliste ukrainien Oleksiy Matsuka et bon nombre de ses confrères et consœurs tentent de répondre au quotidien, tout en étant convaincu-e-s qu’ils et elles doivent « se battre au nom de l’information ». « Certain-e-s de nos lectrices et lecteurs partent du postulat que nous devons défendre notre pays. Or, c’est avant tout notre indépendance de journaliste que nous souhaitons défendre ».  Dans un contexte de guerre, comment être certain-e de ne pas devenir la proie de la propagande ? Comment présenter des informations sans parti pris ?

L’été dernier, Oleksiy Matsuka faisait partie d'un groupe de reporters ukrainien-ne-s qui se sont retrouvé-e-s à Caux lors de la conférence Pour relancer une Europe inachevée pour discuter du rôle des journalistes dans un pays en guerre. Oleksiy Matsuka est le fondateur de l’Institut de l’information de Donetsk, une ONG dont l’objectif est de diffuser des informations indépendantes sur la région du Donbass par le biais de différents canaux médiatiques et d’analyser les informations sur la région provenant de sources différentes. Cette ONG organise chaque année le Donbas Media Forum, un forum qui rassemble des centaines de professionnel-le-s ukrainien-ne-s des médias venu-e-s débattre des difficultés de couvrir le conflit que connaît actuellement la région du Donbass. Oleksiy Matsuka et l’institut qu’il a fondé sont tous deux basés à Slovyansk, une ville située à l’extérieur du territoire occupé.

C’était la troisième fois consécutive qu’Oleksiy Matsuka se rendait à Caux. Il se rappelle combien son expérience à Caux l’a fait avancer dans sa réflexion sur sa contribution personnelle à la paix dans son pays d’origine. « Pour résoudre un problème, il faut avant tout se confronter à soi-même », a-t-il déclaré. Pour lui, il était nécessaire de reconnaître le traumatisme personnel laissé par la guerre, celui d’avoir dû quitter son foyer pour fuir vers la zone contrôlée. « Au-delà d’une première réaction marquée de patriotisme, j’ai appris à discerner le traumatisme vécu. Malgré tout, dans un souci de professionnalisme, je me devais de tirer une ligne entre mon vécu et mon travail de journaliste. »

Oleksiy Matsuka en est persuadé : le journalisme professionnel peut contribuer au processus de paix. « Nous ne nous battons certes pas sur le front, mais nous pouvons diffuser des informations qui sont objectives et poser les questions qui doivent être posées ». Oleksiy Matsuka explique ainsi qu’il a changé de méthode journalistique passant de l'affirmatif à l'interrogatif et que cela a suscité de la résistance chez ses interlocuteurs et interlocutrices. « Les gens d’ici attendent des journalistes qu'ils et elles énoncent des faits, pas qu'ils et elles posent des questions. Or poser des questions est d’autant plus essentiel quanqd on travaille dans une zone de conflit. »

À travers leurs reportages, Oleksiy Matsuka, ses consœurs et confrères, tentent de dépolariser le paysage médiatique. « Nos reportages devraient, à tout le moins, éviter d'aggraver la situation.» L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe a défini des règles pour que les médias couvrent les conflits de manière responsable et ce sont ces règles que suivent les journalistes de l'Institut de l'information de Donetsk. Par exemple, lorsque la zone non contrôlée est évoquée, jamais le terme de « terroristes » n’est utilisé. « "Terroriste" est un mot toxique. Il y a 2 millions de personnes qui vivent sur le territoire non contrôlé et ce ne sont pas des terroristes. » C’est pourquoi on parle davantage de « groupes pro-russes », de « République autoproclamée » ou encore de « soldats soutenus par la Russie ».

Comme l’explique Oleksiy Matsuka, ce n’est pas que la guerre proprement dite qu’il faut couvrir de manière responsable. « Nous ne parlons pas uniquement des questions de guerre et de paix. La guerre impacte tous les domaines de la vie. L'Ukraine a ainsi interdit les livres, les films et les chaînes de télévision russes. Récemment, après un match, un sportif s’est exprimé en russe. Cela a été interprété comme un acte anti-patriotique, les autorités affirmant que le russe était la langue de l'occupant. Mais le russe est la langue maternelle d’un grand nombre d'Ukrainien-ne-s. Nous essayons d’empêcher ce type de propagande en montrant qu'il s'agit d'une vision politique et qu’en réalité, notre société est bien plus grande que cela. »

Oleksiy Matsuka a lui-même été la victime de cette propagande, car tous les reportages critiquant le parti ukrainien sont qualifiés d'anti-patriotiques. Lorsque les journalistes de l’Institut ont enquêté sur la corruption au sein de l'armée ukrainienne, un haut fonctionnaire les a traité-e-s d’espion-ne-s et a lancé des poursuites judiciaires à leur encontre. « Mais c'est mon travail de journaliste ». Avant même que la guerre n'éclate, Oleksiy Matsuka a vu son appartement incendié, alors qu’il venait de faire une enquête sur le détournement des fonds publics.

Depuis, le nombre de menaces ou de discours haineux à son encontre sur Internet ne fait que croître. Récemment, un bloggeur anonyme a publié des pages et des pages amenant les lectrices et lecteurs à croire qu’il était pro russe. « Nous ne savons pas qui se cache derrière ce contenu, mais il se pourrait bien qu’il faille chercher du côté de la Russie », a déclaré Oleksiy Matsuka. En opérant ainsi, c’est sa crédibilité auprès des Ukrainien-ne-s qu’on cherche à saboter. « C’est compliqué », ajoute-t-il avec un sourire triste.

Son travail affecte lourdement sa vie personnelle. Non seulement il doit toujours être sur ses gardes pour des questions de sécurité, mais, comme il ne peut pas entrer en territoire occupé en raison d'un mandat d'arrêt de trois ans lancé contre lui, il craint toujours pour la sécurité des journalistes civil-e-s avec lesquel-le-s il collabore. « Quand je pense à mon avenir, je ne sais pas si je vais pouvoir continuer ainsi. Mais d’un autre côté, abandonner serait un échec. J’ai déjà perdu ma maison. Si je quitte ce travail, cela revient à tirer un trait sur mon rêve d’être journaliste. »

Après leur participation au Forum, Oleksiy Matsuka et le groupe de journalistes réunis à Caux continuent à échanger, à se soutenir mutuellement, et à s’engager pour un journalisme éthique au service de l’unité et des valeurs démocratiques de leurs pays.  

Par Irene de Pous

Featured Story
Off

sur le même thème

YAP

Pour relancer une Europe inachevée 2018 - Temps forts

Les temps forts de Pour relancer une Europe inachevée 2018 en vidéo...

LMP

De jeunes musulman-e-s européen-ne-s artisans de paix

De jeunes musulman-e-s et non musulman-es venant de Belgique, de France, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, d’Espagne, de Suède, de Suisse, de Turquie et du Royaume-Uni ont participé au mois de juil...

AEUB opening ceremony

Voir la personne derrière l’extrémiste

Raconter des histoires – telle est la vocation du Forum qui se tient chaque été à Caux. Cette année, l'une des histoires les plus dramatiques que nous ayons entendues a été racontée par l'ancien néona...