Il faut plus de courage pour aimer que pour haïr

Dialogue arméno-kurdo-turc 2019

17/08/2019

 

Le Dialogue arméno-kurdo-turc a eu lieu en 2019 à l’occasion de la conférence « Des outils pour les acteurs et actrices du changement ». Cette conférence a réuni des personnes d'origine arménienne, kurde et turque afin qu’elles explorent ensemble des sujets encore très sensibles qui nuisent aux relations entre ces différentes communautés. John Bond fait une présentation du dialogue et passe en revue les progrès qui ont été réalisés au cours de ces quatre dernières années.

Au cours de la Première Guerre mondiale, 1,5 million d'Arménien-ne-s ont été tué-e-s et laissé-e-s pour mort-e-s sur les ordres des dirigeants de l'Empire ottoman. Depuis lors, les communautés arméniennes du monde entier entretiennent leur haine envers les Turcs, successeurs des Ottomans. Les tentatives des gouvernements turcs de nier le génocide n'ont fait qu'exacerber le sentiment de haine des Arménien-ne-s envers la population turque.

En 2015, 15 jeunes professionnels, turcs et arméniens, se réunissent à Caux pour trouver un moyen de sortir de l'impasse. Depuis, ces discussions sont intégrées chaque année au Caux Forum. Des membres de la communauté kurde y participent également, si bien qu’il s'agit désormais d'un dialogue arméno-kurdo-turc.

 

Armenian-Kurdish-Turkish Dialogue 2019

 

Parmi les participant-e-s d’origine arménienne, un grand nombre vient du Liban, où leurs ancêtres se sont réfugié-e-s en 1915. « Je suis une survivante du génocide de quatrième génération », explique Arshalouys Tenbelian, qui a déjà participé à trois dialogues et qui revient aujourd’hui en tant que coordinatrice. « Les Libanais nous ont gentiment accordé la nationalité. À Beyrouth, pour préserver notre culture, je suis allée dans une école arménienne et, à la maison, nous parlions uniquement l’arménien ».

Chez nous, les Turcs ont toujours été l'ennemi. Aussi, quand mon professeur m'a encouragée à participer au dialogue de Caux, j'ai d’abord refusé. Mais elle m’a rappelé que j'étais une étudiante en journalisme et qu'une bonne journaliste se devait de discuter avec l’ensemble des parties. J'ai fini par accepter de venir, mais avec pour seul objectif de me battre pour notre cause.

À Caux, quand chacun s’est présenté, moi, j'ai seulement dit mon nom – je ne voulais pas que les Turcs sachent autre chose de moi. Puis, le dialogue a démarré. Il faut savoir que, pour la diaspora arménienne qui vit au Liban, l'histoire est encore fraîche et les blessures ne sont toujours pas cicatrisées. Alors, on a argumenté ; on a crié ; on a hurlé. Des années d'émotions refoulées ont resurgi. »

 

Armenian-Kurdish-Turkish Dialogue 2019

 

« C'était comme une guerre froide, raconte un participant turc et coordinateur du dialogue », Burak Cevik. « Les Arméniens nous ont interpellés : "Est-ce que vous me rendrez la maison de ma grand-mère ? Allez-vous vous excuser pour le génocide ?" Une jeune Arménienne a même dit : "Je suis venue uniquement pour entendre un Turc s’excuser afin que je puisse passer à autre chose."

Alors, une jeune Turque s'est levée, s'est approchée de la fille et elle s'est excusée. Voyant ça, je suis parti. Après la séance, j’ai demandé à la fille turque pourquoi elle s'était excusée pour quelque chose qu'elle n'avait pas fait. Elle m'a répondu : "Ce n'est pas à propos de ce que j'ai fait ou pas ; c'est à propos de ce qui leur est arrivé. Il s'agit de faire preuve de compassion à l’égard d’une personne qui nous demande de la comprendre."

Peu à peu, le contact a commencé à passer entre nous. À un moment, une fille a chanté une chanson arménienne. Une fille turque a dit : "Je connais cette chanson en turc." Cinq minutes plus tard, on la chantait tous. C'est alors que nous avons commencé à faire la paix entre nous.

Nous avons appris à écouter l’autre, a déclaré Arshalouys. J'ai accepté que je ne pouvais forcer personne à reconnaître le génocide. Je continuerai à travailler pour cette reconnaissance. Mais maintenant, je peux accepter l'autre tel qu'il ou elle est.

Pour moi, ce fut une vraie prise de conscience. À Caux, j'ai réalisé que si je peux apprendre à haïr, je peux aussi apprendre à ne plus haïr. Mais, pour y parvenir, j'ai besoin des autres. J'ai besoin de Burak et il a aussi besoin que je réussisse à guérir ma mémoire pour que nous puissions tous deux nous libérer du fardeau de la haine. Beaucoup d'Arméniens nous considèrent comme des traîtres parce que nous sommes amis avec des Turcs. Mais je leur réponds qu'il faut plus de courage pour aimer que pour haïr. »

Au cours des quatre dernières années, plusieurs participant-e-s se sont rendu-e-s visite dans leur pays respectif. Cette année, Burak est allé à Beyrouth. Dans un musée arménien, il a lu la lettre écrite en 1915 par une mère de famille turque aux enfants arméniens dont elle avait la charge. « Au milieu de la tragédie, elle a transformé la haine en amour », a-t-il raconté.

Comme l’explique d’ailleurs Arshalouys, c'est ce à quoi ils travaillent aujourd'hui. « Nos cœurs continueront de saigner tant que nous n’aurons pas compris que l'autre aussi est un être humain. C'est pourquoi il est si important de dialoguer. Nous pouvons nous débarrasser de notre haine et, pour cela, l'amour est la meilleure arme. »

 

Texte : John Bond, Secrétaire d’Initiatives et Changement International

Photos : Paula Mariane et Leela Channer

 

Featured Story
Off

sur le même thème

Michael Akampa

Faire fonctionner les investissements pour les gens

Le Dialogue de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS) de 2017 a été un tournant pour Micheál Akampa, un professionnel des investissements durables qui avait été invité à s’exprimer à la conférence In...

CDLS 2019 Tom Duncan

Donner aux communautés les moyens de restaurer les mangroves

Tom Duncan s’intéresse passionnément à la résolution de problèmes et à l’approche systémique et stratégique de la finance verte et des technologies financières, notamment dans les secteurs de l’économ...

Nhat Vhuong

Récupérer l'eau de l'air

Nhat Vhuong est un consultant en marketing digital et un entrepreneur social qui s’est passionnément investi dans la lutte contre la pénurie d'eau. Réfugié vietnamien ayant grandi en Suisse, il a trav...

Aibanshngain Swer CDLS 2019

Protéger les sources d’eau de Meghalaya

Quelques milliards de personnes dépendent de l’eau provenant des collines de Meghalaya, au Nord-Est de l’Inde. L’un des responsables de la conservation de l’eau de l’État, Aibanshngain Swer, a partici...

CDLS 2019 Chau Duncan

Créer des ponts quand la finance creuse des fossés

Chau Tang-Duncan met à profit plus de 20 années d'expériences dans le secteur bancaire et la diplomatie commerciale afin d’améliorer l'accès aux services financiers pour les communautés les plus défav...

Meghalaya CDLS 2019 Conrad Sangma

Les villages phares du développement durable de Meghalaya

« Notre objectif à Meghalaya est de construire une économie à faible émission de carbone grâce à la mobilisation et à l’engagement des communautés, » a déclaré Conrad Sangma, le premier ministre de Me...

CDLS 2019 Alan Laubsch

Restaurer les super-héros de la nature

La mission d’Alan Laubsch est de restaurer ces « super-héros climatiques » que sont les forêts de mangroves. Le succès de sa mission passera – il en est convaincu – par la démocratisation de l'investi...

Hartmut Behrend Mali

Lutter contre le changement climatique au Mali

C’est après avoir participé en 2014 au Dialogue de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS) que le climatologue allemand Hartmut Behrend a eu le courage de sortir de la bulle d’activisme international ...

CDLS 2019 panel Laubsch Duncan Brown

La Terre et nous : Repenser l’avenir

« Essayez un instant de vous mettre dans la peau du dernier rhinocéros blanc.» C’est ce qu’a demandé Alan Laubsch, le fondateur de EarthPulse, aux participant-e-s lors du Dialogue de Caux sur la terre...

YAP 2019 congratulations

Un vent d'air frais souffle sur les Jeunes Ambassadeurs et Ambassadrices

Cette année, le Programme des Jeunes Ambassadeurs et Ambassadrices (YAP) a réuni à Caux 39 jeunes. Pendant quatre jours, ces jeunes ont suivi une formation intensive pour apprendre à initier le change...

Brian Iselin

Le combat de Brian Iselin contre l’esclavage moderne

Le soleil se couche peu à peu mais l’air est toujours chaud alors que dix personnes forment un cercle pour écouter l’histoire captivante de Brian Iselin, lors de la bibliothèque humaine ayant lieu dan...

CPLP 2019 group garden

Les jeunes libèrent leur potentiel

Le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) est bien plus qu’un simple programme de formation sur quatre semaines. C’est une plateforme où des jeunes leaders du monde entier explorent le...

Week of International Community

Semaine de la communauté internationale (WIC) 2019

Trente personnes âgées de cinq semaines à 78 ans, et originaires de 10 pays, se sont rassemblées pour la Semaine de la communauté internationale (WIC) du 19 au 26 juin, afin de préparer le Centre de ...

Caux Palace

Retour à la réalité

« Caux a changé ma vie » est loin d’être une expression galvaudée. En effet, certain-e-s participant-e-s quittaient leur pays pour la toute première fois, et pour la majorité d’entre elles et eux, ven...