Il faut plus de courage pour aimer que pour haïr

Dialogue arméno-kurdo-turc 2019

17/08/2019

 

Le Dialogue arméno-kurdo-turc a eu lieu en 2019 à l’occasion de la conférence « Des outils pour les acteurs et actrices du changement ». Cette conférence a réuni des personnes d'origine arménienne, kurde et turque afin qu’elles explorent ensemble des sujets encore très sensibles qui nuisent aux relations entre ces différentes communautés. John Bond fait une présentation du dialogue et passe en revue les progrès qui ont été réalisés au cours de ces quatre dernières années.

Au cours de la Première Guerre mondiale, 1,5 million d'Arménien-ne-s ont été tué-e-s et laissé-e-s pour mort-e-s sur les ordres des dirigeants de l'Empire ottoman. Depuis lors, les communautés arméniennes du monde entier entretiennent leur haine envers les Turcs, successeurs des Ottomans. Les tentatives des gouvernements turcs de nier le génocide n'ont fait qu'exacerber le sentiment de haine des Arménien-ne-s envers la population turque.

En 2015, 15 jeunes professionnels, turcs et arméniens, se réunissent à Caux pour trouver un moyen de sortir de l'impasse. Depuis, ces discussions sont intégrées chaque année au Caux Forum. Des membres de la communauté kurde y participent également, si bien qu’il s'agit désormais d'un dialogue arméno-kurdo-turc.

 

Armenian-Kurdish-Turkish Dialogue 2019

 

Parmi les participant-e-s d’origine arménienne, un grand nombre vient du Liban, où leurs ancêtres se sont réfugié-e-s en 1915. « Je suis une survivante du génocide de quatrième génération », explique Arshalouys Tenbelian, qui a déjà participé à trois dialogues et qui revient aujourd’hui en tant que coordinatrice. « Les Libanais nous ont gentiment accordé la nationalité. À Beyrouth, pour préserver notre culture, je suis allée dans une école arménienne et, à la maison, nous parlions uniquement l’arménien ».

Chez nous, les Turcs ont toujours été l'ennemi. Aussi, quand mon professeur m'a encouragée à participer au dialogue de Caux, j'ai d’abord refusé. Mais elle m’a rappelé que j'étais une étudiante en journalisme et qu'une bonne journaliste se devait de discuter avec l’ensemble des parties. J'ai fini par accepter de venir, mais avec pour seul objectif de me battre pour notre cause.

À Caux, quand chacun s’est présenté, moi, j'ai seulement dit mon nom – je ne voulais pas que les Turcs sachent autre chose de moi. Puis, le dialogue a démarré. Il faut savoir que, pour la diaspora arménienne qui vit au Liban, l'histoire est encore fraîche et les blessures ne sont toujours pas cicatrisées. Alors, on a argumenté ; on a crié ; on a hurlé. Des années d'émotions refoulées ont resurgi. »

 

Armenian-Kurdish-Turkish Dialogue 2019

 

« C'était comme une guerre froide, raconte un participant turc et coordinateur du dialogue », Burak Cevik. « Les Arméniens nous ont interpellés : "Est-ce que vous me rendrez la maison de ma grand-mère ? Allez-vous vous excuser pour le génocide ?" Une jeune Arménienne a même dit : "Je suis venue uniquement pour entendre un Turc s’excuser afin que je puisse passer à autre chose."

Alors, une jeune Turque s'est levée, s'est approchée de la fille et elle s'est excusée. Voyant ça, je suis parti. Après la séance, j’ai demandé à la fille turque pourquoi elle s'était excusée pour quelque chose qu'elle n'avait pas fait. Elle m'a répondu : "Ce n'est pas à propos de ce que j'ai fait ou pas ; c'est à propos de ce qui leur est arrivé. Il s'agit de faire preuve de compassion à l’égard d’une personne qui nous demande de la comprendre."

Peu à peu, le contact a commencé à passer entre nous. À un moment, une fille a chanté une chanson arménienne. Une fille turque a dit : "Je connais cette chanson en turc." Cinq minutes plus tard, on la chantait tous. C'est alors que nous avons commencé à faire la paix entre nous.

Nous avons appris à écouter l’autre, a déclaré Arshalouys. J'ai accepté que je ne pouvais forcer personne à reconnaître le génocide. Je continuerai à travailler pour cette reconnaissance. Mais maintenant, je peux accepter l'autre tel qu'il ou elle est.

Pour moi, ce fut une vraie prise de conscience. À Caux, j'ai réalisé que si je peux apprendre à haïr, je peux aussi apprendre à ne plus haïr. Mais, pour y parvenir, j'ai besoin des autres. J'ai besoin de Burak et il a aussi besoin que je réussisse à guérir ma mémoire pour que nous puissions tous deux nous libérer du fardeau de la haine. Beaucoup d'Arméniens nous considèrent comme des traîtres parce que nous sommes amis avec des Turcs. Mais je leur réponds qu'il faut plus de courage pour aimer que pour haïr. »

Au cours des quatre dernières années, plusieurs participant-e-s se sont rendu-e-s visite dans leur pays respectif. Cette année, Burak est allé à Beyrouth. Dans un musée arménien, il a lu la lettre écrite en 1915 par une mère de famille turque aux enfants arméniens dont elle avait la charge. « Au milieu de la tragédie, elle a transformé la haine en amour », a-t-il raconté.

Comme l’explique d’ailleurs Arshalouys, c'est ce à quoi ils travaillent aujourd'hui. « Nos cœurs continueront de saigner tant que nous n’aurons pas compris que l'autre aussi est un être humain. C'est pourquoi il est si important de dialoguer. Nous pouvons nous débarrasser de notre haine et, pour cela, l'amour est la meilleure arme. »

 

Texte : John Bond, Secrétaire d’Initiatives et Changement International

Photos : Paula Mariane et Leela Channer

 

Featured Story
Off

sur le même thème

Mohammed Abu-Nimer

Mohammed Abu-Nimer: Le dialogue ou comment créer une paix durable

Mohammed Abu-Nimer enseigne la paix internationale et la résolution des conflits à la School of International Service de l'American University de Washington. Il est également conseiller principal aupr...

Sabica Pardesi

Devenir un-e artisan-e de paix 2020

« Je suis vraiment reconnaissante envers la personne qui m'a fait découvrir le programme d’Initiatives et Changement « Devenir un-e artisan-e de paix » ! Ce programme a changé ma vie à bien des égards...

SCreenshot keywords T4C 2020

Des outils pour les acteurs et actrices du changement - Façonner l'avenir ensemble par le dialogue

Pouvez-vous vraiment écouter ? Et si nous avions tous et toutes le pouvoir de rendre nos communautés plus cohésives et plus inclusives en commençant à nous écouter véritablement les un-e-s les autres ...

Irina Fedorenko CDES 2020 screenshot

Dialogue de Caux sur l'environnement et la sécurité

Le Dialogue de Caux sur l'environnement et la sécurité a frappé fort pour sa première édition en ligne, avec plus de 15 sessions et 450 participant-e-s cumulé-e-s. Les expert-e-s ont discuté des liens...

CL 2020 piano at the opening

Leadership créatif - Ensemble pour le changement

La conférence « Leadership créatif » a emmené les participant-e-s dans un parcours de six jours d’introspection pour découvrir ce qu'est le leadership créatif et quel leader se trouve en chacun-e d’en...

ELB 2020 livestream panel 2 with camera

Leadership éthique dans le buisness - Leadership pour une économie résiliente

La conférence "Leadership éthique dans le Business", les 25 et 26 juin 2020, a donné le coup d'envoi du premier Caux Forum en ligne. Elle proposait une expérience diversifiée avec des panels en direct...

Summer Academy 2020 screenshot participants cropped credit: Alan Channer

Académie d'été 2020 : de vastes possibilités pour l'avenir

Les réactions enthousiastes des participant-e-s à l'Académie d'été 2020 sur la Terre, le Climat et la Sécurité ont justifié la décision difficile qui avait été prise d’effectuer la formation en ligne....

Karina Cheah

Surmonter les défis des groupes de dialogue en ligne

Je n'ai jamais été à Caux. C'était la pensée qui me revenait à l’idée de co-animer un groupe de parole en ligne dans le cadre du Dialogue de Caux sur l'Environnement et la Sécurité. Et je n'avais jama...

CDLS 2019 Chau Duncan

Réinventer la roue : Le modèle d'investissement régénérateur d'Earthbanc

Chau Tang-Duncan, co-fondatrice et directrice opérationnelle d'Earthbanc, vient régulièrement à Caux depuis 2010, où elle a commencé à s’approprier le rôle qu'elle pouvait jouer pour relier les person...

Tony Rinaudo

Tony Rinaudo : Pour un meilleur avenir au Niger

Pourquoi un agriculteur australien qui s'est installé en Afrique dans les années 1980 serait-il appelé le "créateur de forêts" ? Tony Rinaudo, conseiller de World Vision Australia pour l'action climat...

CDES teaser theme square FR

"La terre et la sécurité en Afrique subsaharienne: évaluer les risques et chercher une réponse"

Dans le cadre du Caux Forum Online 2020, la fondation Initiatives et Changement Suisse et le Département fédéral suisse des affaires étrangères (Division de la sécurité humaine) ont organisé une vidéo...

Caux Palace view night

Le climat et l'économie dans le monde post-COVID

Alors que le confinement et les restrictions de voyage liés à la pandémie commencent lentement à s'atténuer et qu'un retour à la vie normale semble se rapprocher, nous nous trouvons à un moment critiq...

Nazarene Mannie

Mon expérience d'apprentissage: Nazrene Mannie

Découvrez notre entretien avec Nazrene Mannie, Directrice exécutive du Global Apprenticeship Network (GAN). "Mon expérience d'apprentissage" (My Learning Story) espère devenir une expérience d'apprent...

Daniel Clements

Du changement personnel à la direction de la conférence : Daniel Clements

Daniel Clements, le coordinateur de l’édition 2020 de Leadership créatif, n'aurait jamais rejoint Initiatives et Changement si son père ne lui avait pas conseillé, l’année dernière, de participer au ...

Sezan Eyrich

«[Les frontières] sont en fait assez fragiles. Elles n’existent qu’à travers l'idée que nous ne savons pas nous connecter à nous-mêmes et aux autres »

En 2018, Sezan Eyrich passe un semestre à Varsovie pour étudier les sciences politiques. Elle s’intéresse alors aux possibilités de discuter de questions politiques dans un espace bienveillant. C’est ...