Il faut plus de courage pour aimer que pour haïr

Dialogue arméno-kurdo-turc 2019

17/08/2019

 

Le Dialogue arméno-kurdo-turc a eu lieu en 2019 à l’occasion de la conférence « Des outils pour les acteurs et actrices du changement ». Cette conférence a réuni des personnes d'origine arménienne, kurde et turque afin qu’elles explorent ensemble des sujets encore très sensibles qui nuisent aux relations entre ces différentes communautés. John Bond fait une présentation du dialogue et passe en revue les progrès qui ont été réalisés au cours de ces quatre dernières années.

Au cours de la Première Guerre mondiale, 1,5 million d'Arménien-ne-s ont été tué-e-s et laissé-e-s pour mort-e-s sur les ordres des dirigeants de l'Empire ottoman. Depuis lors, les communautés arméniennes du monde entier entretiennent leur haine envers les Turcs, successeurs des Ottomans. Les tentatives des gouvernements turcs de nier le génocide n'ont fait qu'exacerber le sentiment de haine des Arménien-ne-s envers la population turque.

En 2015, 15 jeunes professionnels, turcs et arméniens, se réunissent à Caux pour trouver un moyen de sortir de l'impasse. Depuis, ces discussions sont intégrées chaque année au Caux Forum. Des membres de la communauté kurde y participent également, si bien qu’il s'agit désormais d'un dialogue arméno-kurdo-turc.

 

Armenian-Kurdish-Turkish Dialogue 2019

 

Parmi les participant-e-s d’origine arménienne, un grand nombre vient du Liban, où leurs ancêtres se sont réfugié-e-s en 1915. « Je suis une survivante du génocide de quatrième génération », explique Arshalouys Tenbelian, qui a déjà participé à trois dialogues et qui revient aujourd’hui en tant que coordinatrice. « Les Libanais nous ont gentiment accordé la nationalité. À Beyrouth, pour préserver notre culture, je suis allée dans une école arménienne et, à la maison, nous parlions uniquement l’arménien ».

Chez nous, les Turcs ont toujours été l'ennemi. Aussi, quand mon professeur m'a encouragée à participer au dialogue de Caux, j'ai d’abord refusé. Mais elle m’a rappelé que j'étais une étudiante en journalisme et qu'une bonne journaliste se devait de discuter avec l’ensemble des parties. J'ai fini par accepter de venir, mais avec pour seul objectif de me battre pour notre cause.

À Caux, quand chacun s’est présenté, moi, j'ai seulement dit mon nom – je ne voulais pas que les Turcs sachent autre chose de moi. Puis, le dialogue a démarré. Il faut savoir que, pour la diaspora arménienne qui vit au Liban, l'histoire est encore fraîche et les blessures ne sont toujours pas cicatrisées. Alors, on a argumenté ; on a crié ; on a hurlé. Des années d'émotions refoulées ont resurgi. »

 

Armenian-Kurdish-Turkish Dialogue 2019

 

« C'était comme une guerre froide, raconte un participant turc et coordinateur du dialogue », Burak Cevik. « Les Arméniens nous ont interpellés : "Est-ce que vous me rendrez la maison de ma grand-mère ? Allez-vous vous excuser pour le génocide ?" Une jeune Arménienne a même dit : "Je suis venue uniquement pour entendre un Turc s’excuser afin que je puisse passer à autre chose."

Alors, une jeune Turque s'est levée, s'est approchée de la fille et elle s'est excusée. Voyant ça, je suis parti. Après la séance, j’ai demandé à la fille turque pourquoi elle s'était excusée pour quelque chose qu'elle n'avait pas fait. Elle m'a répondu : "Ce n'est pas à propos de ce que j'ai fait ou pas ; c'est à propos de ce qui leur est arrivé. Il s'agit de faire preuve de compassion à l’égard d’une personne qui nous demande de la comprendre."

Peu à peu, le contact a commencé à passer entre nous. À un moment, une fille a chanté une chanson arménienne. Une fille turque a dit : "Je connais cette chanson en turc." Cinq minutes plus tard, on la chantait tous. C'est alors que nous avons commencé à faire la paix entre nous.

Nous avons appris à écouter l’autre, a déclaré Arshalouys. J'ai accepté que je ne pouvais forcer personne à reconnaître le génocide. Je continuerai à travailler pour cette reconnaissance. Mais maintenant, je peux accepter l'autre tel qu'il ou elle est.

Pour moi, ce fut une vraie prise de conscience. À Caux, j'ai réalisé que si je peux apprendre à haïr, je peux aussi apprendre à ne plus haïr. Mais, pour y parvenir, j'ai besoin des autres. J'ai besoin de Burak et il a aussi besoin que je réussisse à guérir ma mémoire pour que nous puissions tous deux nous libérer du fardeau de la haine. Beaucoup d'Arméniens nous considèrent comme des traîtres parce que nous sommes amis avec des Turcs. Mais je leur réponds qu'il faut plus de courage pour aimer que pour haïr. »

Au cours des quatre dernières années, plusieurs participant-e-s se sont rendu-e-s visite dans leur pays respectif. Cette année, Burak est allé à Beyrouth. Dans un musée arménien, il a lu la lettre écrite en 1915 par une mère de famille turque aux enfants arméniens dont elle avait la charge. « Au milieu de la tragédie, elle a transformé la haine en amour », a-t-il raconté.

Comme l’explique d’ailleurs Arshalouys, c'est ce à quoi ils travaillent aujourd'hui. « Nos cœurs continueront de saigner tant que nous n’aurons pas compris que l'autre aussi est un être humain. C'est pourquoi il est si important de dialoguer. Nous pouvons nous débarrasser de notre haine et, pour cela, l'amour est la meilleure arme. »

 

Texte : John Bond, Secrétaire d’Initiatives et Changement International

Photos : Paula Mariane et Leela Channer

 

Featured Story
Off

sur le même thème

Patrick Magee 600x600

« Là où commence le deuil - Construire des ponts après la bombe de Brighton » : Un enteretien avec Patrick Magee

Le deuxième épisode de la série « Stories for Changemakers » s’inscrivant dans le programme Des outils pour les acteurs et actrices du changement s’est tenu le 25 août dernier, avec une interview de P...

Summer Academy 2021 screenshot square

Créer un réseau de personnes capables de résoudre les problèmes pour construire un avenir sûr et durable

L'Académie d'été sur le climat, la terre et la sécurité 2021 a réuni 29 participants de 20 pays. De l'Égypte et du Sénégal aux États-Unis et à la Thaïlande, les fenêtres de Zoom se sont ouvertes penda...

Salima Mahamoudou 21 July 2021 FDFA workshop CDES 2021

Refaire un monde en péril

Le Dialogue de Caux sur l'Environnement et la Sécurité (CDES) 2021 s'est déroulé en ligne du 20 au 30 juillet, pour la deuxième année consécutive, comprenant trois plénières ouvertes et sept ateliers....

CL 2021 Hope square

Un voyage de l'incertitude à la possibilité

La conférence Leadership créatif 2021 a emmené les participants dans un voyage de six jours « de l’incertitude à la possibilité ». Du 25 au 31 juillet, 150 participants en ligne vivant dans plus de 50...

FDFA Baobabcowherd-1 Noah Elhardt through WikiCommons square with logos

Une voie vers la paix et la prospérité en Afrique de l’Ouest et du centre

Dans le cadre du partenariat qui les lie, la Fondation Initiatives et Changement Suisse (I&C) et le Département fédéral suisse des affaires étrangères (Division Paix et droits de l’homme) ont organisé...

LPM report 2021 square

Des bâtisseurs et bâtisseuses de la paix en devenir

« Je suis très heureuse d'avoir participé au cours Devenir un-e artisan-e de paix. Nous avons appris les vraies couleurs de l'islam ! » écrit Nma Dahir, 18 ans, diplômée du lycée d'Erbil, capitale de ...

Choir Musical Stories

Histoires de Caux en musique

« Quelle magnifique présentation d'histoires et de musique », a commenté un participant du seul événement en personne du Caux Forum Online 2021 qui a eu lieu le 1 août 2021 dans le Hall principal du C...

Books for changemakers

Books for Changemakers

Un club de lecture bimensuel en anglais pour vous ressourcer avec d'autres acteurs et actrices du changement. Plongez dans des ressources et des idées importantes et inspirantes, connectez-vous avec d...

ICBE 2021 square white background

Les entreprises durables ont besoin d'un objectif plus grand que le simple profit

« Les entreprises et les industries ont besoin d'un objectif allant au-delà du profit », a déclaré Sunil Mathur, le directeur général de Siemens Inde et Asie du Sud, avant de poursuivre : « Les object...

Stephanie Buri and Nick Foster Opening Ceremony Caux Forum 2021

Cérémonie d'ouverture du Caux Forum Online 2021: perspectives suisses sur la paix

Le 5 juillet, le Caux Forum Online 2021 s'est ouvert avec un panel intitulé "La paix : perspectives suisses hier, aujourd’hui et demain" qui célébrait le 75ème anniversaire de Caux en tant que centre ...

Dhanasree Jayaram CDES 2020

Prêter une plus grande attention aux liens entre environnement et sécurité

La sécurité alimentaire est une clé pour comprendre le lien complexe entre le climat et la sécurité, expliqua Dhanasree Jayaram, professeure assistante au département de géopolitique et de relations i...

Shrouk Gamal

« Une meilleure version de moi-même »

« La conférence m'a montré à quel point j'aime faire la connaissance de nouvelles personnes. Les participant-e-s à notre groupe de dialogue m'ont posé des questions qu'on ne m'avait jamais posées aup...

ZimbaWomen credit: ZimbaWomen

Construire une économie durable avec l'entrepreneuriat féminin

Peace N. Kuteesa, co-fondatrice de Zimba Women, est convaincue de l'importance de fournir aux femmes les outils et les ressources nécessaires pour participer à l’économie et développer leurs communaut...

Hani Abou Fadel

« Ce sont les histoires qui façonnent les êtres humains »

« Cette conférence extraordinaire m'a permis d'être plus ambitieux, plus honnête intellectuellement et plus coherent avec moi-même» dit Hani Abou Fadel du Liban après sa participation à la conférence ...

Harmen van Dijk

Comment poursuivre le développement personnel : « Il suffit de commencer quelque part ! »

Pourquoi un diplomate met-il sa carrière en péril et abandonne-t-il un poste prestigieux pour faire quelque chose de complètement différent ? Découvrez ce qui a poussé Harmen van Dijk à quitter le ser...