1969: Çigdem Bilginer – « Je n'étais plus le centre de l'univers. »

Par Eliane Stallybrass

29/06/2022
Cigdem Song of Asia square

 

C’est déçue après avoir pris part aux émeutes étudiantes contre l'establishment et les Américains et manifesté son mécontentement que l’étudiante turque et militante, Çigdem Bilginer est arrivée à Caux en 1969. « La voiture de l'ambassadeur américain avait été brûlée sur notre campus. Mais j'étais déçue. Toutes ces personnes qui voulaient détruire ce qui existait n’apportaient pas de réponse aux questions que je me posais sur la corruption et la notion d'impureté. Je voulais tout mettre en œuvre pour trouver une voie qui me satisfasse totalement, » déclara-t-elle plus tard.

 

Cigdem Bilniger Caux 1972
 
Çigdem (devant, à genoux) avec un groupe de participant-e-s libanais-es,
égyptien-ne-s, iranien-ne-s et français-es à Caux, en 1972 

 

Çigdem aimait la discussion, au grand désespoir de ses parents. Une vieille dame turque, amie de la famille et qui connaissait Caux, lui a suggéré de s’y rendre. Marcel et Theri Grandy, un couple suisse travaillant à la réconciliation à Chypre, ont soutenu cette idée, convaincu-e-s  que Çigdem aimerait rencontrer des personnes venues du monde entier et d'horizons différents. A peine arrivée à Caux, Çigdem s’est mise à discuter à bâtons rompus avec toutes les personnalités de haut rang qu’elle rencontrait. Et cela n’a pas toujours été de tout repos !

Au dixième jour de son séjour à Caux, complètement épuisée, elle se glisse au fond de la salle où est projeté en français le film Hommes du Brésil, sous-titré en allemand. Elle ne comprend pourtant ni le français, ni l'allemand.

Le long métrage raconte l'histoire vraie d'une réconciliation dans le port de Rio de Janeiro dans laquelle les protagonistes jouent leur propre rôle. À la fin du film, on assiste à une scène touchante où la petite fille de l’un des travailleurs du port, pourtant paralysée de naissance, se met soudainement à marcher. C'est un miracle. La scène la montre entrant dans une église avec ses parents, portant un énorme cierge.

On ne me pardonnerait peut-être pas, mais mon Créateur venait de le faire. Je me suis sentie différente. Je n'étais plus le centre de l'univers.

En voyant ces images, Çigdem se met à pleurer. C'était l'aboutissement de toutes ces heures de discussions passionnées et parfois houleuses. Elle court dans sa chambre et se jette sur son lit. Un peu plus tard, elle confie : « Je savais qu'Allah existait, qu'Allah était généreux, aimant, indulgent. Alors que je pleurais toutes les larmes de mon corps, je me suis sentie lavée. On ne me pardonnerait peut-être pas, mais mon Créateur, Lui, venait de le faire. Je me suis sentie différente. Je n'étais plus le centre de l'univers. »

 

Cigdem Song of Asia team
Çigdem (au premier rang, debout, quatrième en partant de la droite) et la troupe de Song of Asia, 1974 

 

Dans le programme de Song of Asia, Çigdem écrit : « Frank Buchman, l'initiateur du Réarmement moral, avait pour vision que les pays islamiques pouvaient être une poutre pour l’unité du monde. »

Chacun-e connaît la souffrance et l'injustice au Moyen-Orient, qui ont engendré tant d'amertume et d'actes de violence. Celles et ceux qui ont souffert peuvent-elles, peuvent-ils pardonner ? Et celles et ceux qui haïssent peuvent-elles, peuvent-ils devenir libres de lutter pour un monde sans haine ? Nous avons besoin d'hommes et de femmes de ces nations qui démontreront que cela est possible. »

Cela a changé l'ensemble de ma pensée et m'a libérée de mes erreurs du passé. (...) Grâce à cela, une confiance mutuelle a pu voir le jour.

Çigdem décrit comment la découverte de l'idée de normes absolues et d'écoute de la voix intérieure a bouleversé sa vie : « Cela a modifié toute ma façon de penser et m'a libérée de mes erreurs du passé, et je suis revenue sur les sujets d'examen volées, les livres que j'avais volés à la bibliothèque, et beaucoup de choses que j'avais cachées à mes parents. Grâce à cela, une confiance mutuelle a pu voir le jour. »

Cigdem and Ioanna dancing
Çigdem et Ioanna dansant 
sur de la musique turque
Cigdem Song of Asia square
Çigdem dans Song of Asia
(dernier rang, à gauche)

Çigdem enseigne ensuite la psychologie à l'université d'Izmir. Lors de l'une de ses dernières visites à Caux, un ami suisse lui parle d'une de ses amies, Ioanna, qui enseigne quant à elle la psychologie à l'université de Genève. Elle avait assisté Jean Piaget dans ses travaux pionniers sur le développement de l'enfant et avait repris son poste après sa mort.

Çigdem a invité Ioanna à donner une conférence à Izmir. Ioanna est grecque, et Izmir a compté pendant des siècles une importante communauté grecque avant qu'elle ne soit chassée par les Turcs. La visite revêtait bien plus qu'un simple enseignement de la psychologie. Çigdem et Ioanna sont devenus de grandes amies et, aimaient, entre autres, danser sur de la musique turque, chacune selon sa tradition.

Çigdem Bilginer décède d'un cancer en 2012.

________________________________________________________________________________

 

Regardez Hommes du Brésil, le film qui a marqué la vie de Çigdem pendant son séjour à Caux.

 

 

________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Hope never dies: the Grandy story, Virginia Wigan, Caux Books, 2005
  • Photo Caux 1972: Jan Franzon
  • Photos Song of Asia: Initiatives et Changement
  • Photo avec Ginny Wigan: Ginny Wigan
  • Photo Çigdem et Ioanna: Eliane Stallybrass
  • Hommes du Brésil: Initiatives et Changement sur For A New World

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à t...

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de confére...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...