1988: Joe Hakim et Marie Chaftari: « Je ne suis pas une victime »

Par Mary Lean

10/09/2021
1988 square.

 

L'été 1988 à Caux a commencé par un Dialogue méditerranéen, auquel ont participé des personnes de toute cette région, suivi d'une « session de formation pour les jeunes » de 10 jours. L'un des groupes les plus nombreux à participer à ces événements provenait des communautés chrétiennes et musulmanes du Liban, engagées dans une guerre civile depuis 1975.  

« Même se rendre à l'aéroport pour prendre l'avion pour la Suisse comportait des dangers. J'ai dû passer par plusieurs points de contrôle, dont certains appartenaient à nos soi-disant 'ennemis', se souvient Joe Hakim, alors âgé de 22 ans. Ce n'était pas très sûr pour moi. Mais j'étais convaincu que je devais y aller car Initiatives et Changement avait commencé à changer ma vie ».

 

Joe Hakim (troisième à partir de la gauche) avec des étudiants libanais et Ramez Salamé (à gauche) à Caux 

 

C'était le premier voyage de Joe hors du Liban. Il s'est fait des amis de nombreux pays. « Venant d'une situation de guerre, vous avez l'impression d'être le centre du monde. Mais j'ai commencé à voir les choses d'une manière différente : Le Liban et moi-même n'étions plus le centre. J'ai réalisé que je n'avais pas besoin de m'apitoyer sur mon sort. Je ne suis pas une victime. Au contraire, je suis responsable ».

J'ai réalisé que je n'avais pas besoin de m'apitoyer sur mon sort. Je ne suis pas une victime. Au contraire, je suis responsable. 

À Caux, Joe a fait la connaissance d'un Libanais musulman, Munir Al Khatib. « Une fois rentrés chez nous, nous avons commencé à construire des ponts avec mes amis et ses amis. C'était risqué à plusieurs niveaux. Nous avons rassemblé des personnes d'horizons et de communautés différents, pour découvrir l'autre qui avait été perçu, à un moment donné, comme l'ennemi. »

 

Joe Hakim 1988 Caux Joe in red pullover
Joe (à gauche) à Caux, 1988

 

Pour Marie Chaftari, la visite à Caux est arrivée à une période sombre de sa vie.  Pendant dix ans, elle avait été chargée de communication pour la milice chrétienne : son mari, Assaad, était le commandant en second de son unité de renseignement. Puis, en 1985, une scission au sein de la milice chrétienne les a contraints à quitter Beyrouth avec leur petit garçon. « En une nuit, nous sommes passés du statut de héros à celui de traîtres », dit-elle. Ils ont perdu leur maison et se sont retrouvés à vivre parmi des étrangers, dans la crainte constante d'être assassinés

En 1988, un prêtre a demandé à Marie quand elle s'était confessée pour la dernière fois. « Qu'est-ce que j'ai à confesser ? - rétorqua-t-elle - je suis la victime! » Elle lui raconta combien elle s'était sacrifiée pour la cause des chrétiens du Liban. Il répondit : « Et l'amour ? La seule cause est l'amour. » - « Quelque chose s'est transformé en moi, et je me suis mise à pleurer. »

Cette rencontre a conduit Marie à se rendre à Caux cet été-là, accompagnée de son fils de trois ans. « C'est là que je suis revenue à moi, dit-elle. Je me suis demandé comment je pouvais être chrétienne et haïr ? J'ai commencé à réexaminer mes opinions ».

De retour au Liban, le changement de Marie a eu un impact sur son mari, Assaad. Il s'est rendu à une réunion d'IofC avec un pistolet caché sous sa ceinture et deux gardes du corps qui attendaient dehors. La réunion l'a poussé à faire le point sur sa vie. « Tout ce que j'ai vu, c'est un chemin plein de sang ».

 

Assaad Chaftari Fighters of Peace
Assaad Chaftari s'adresse aux jeunes lors d'un événement organisé par Fighters for Peace.

Deux ans plus tard, Assaad a pris part à son premier dialogue avec des musulmans. Il y est allé armé d'une liste de doléances - et a été déconcerté de voir qu'un musulman avait apporté une liste encore plus longue. « J'ai découvert beaucoup de choses lors de ces réunions. J'ai découvert que les musulmans avaient de vrais noms, qu'ils avaient des familles, des rêves et des attentes, et que si nous n'avions pas les mêmes opinions politiques, nous pouvions au moins nous respecter les uns les autres ».

J'ai découvert beaucoup de choses lors de ces réunions. J'ai découvert que les musulmans avaient de vrais noms, qu'ils avaient des familles, des rêves et des attentes, et que si nous n'avions pas les mêmes opinions politiques, nous pouvions au moins nous respecter les uns les autres. 

En 2000, Assaad a écrit une lettre ouverte d'excuses dans les médias libanais pour son rôle dans les atrocités commises pendant la guerre civile. Le New York Times l'a décrit comme le seul participant majeur à la guerre civile libanaise à s'être « vraiment excusé ». Avec d'autres anciens non-combattants, musulmans et chrétiens, il a fondé Fighters for Peace (« Combattants pour la Paix »), qui s'efforce de convaincre les jeunes que la guerre n'est pas une solution.

 

Image
Marie (au centre) et Lina Hamade (deuxième à gauche) avec des femmes de Linaltaki et Mary Lean (deuxième à droite)

 

Avant 1988, dit Marie, « l'autre » pour elle était le musulman. Aujourd'hui, l'une de ses amies les plus proches est une musulmane chiite, Lina Hamade. Ensemble, elles ont fondé Linaltaki (« rencontrons-nous »), une organisation qui rassemble des femmes et organise des camps d'été pour les enfants de différentes communautés. 

Joe Hakim, lui aussi, a consacré sa vie à construire des ponts. Aujourd'hui directeur des opérations d'une grande entreprise spécialisée dans la propriété intellectuelle, il affirme que le volontariat dans la salle à manger de Caux lui a appris le sens du leadership serviable.

 

Joe Hakim addressing students in Lebanon in 2019
Joe s'adressant à des étudiant-e-s au Liban, 2019

 

« J'ai appris à soutenir, à aider, à servir, à écouter, à comprendre, à apprécier - à travailler ensemble avec des personnes de milieux, de communautés, de perspectives, d'âges et de générations différents. » Il se sent particulièrement appelé à aider les jeunes à trouver leur but dans la vie. « J'offre mon amitié, ma camaraderie - et cela m'aide en même temps. »

Dans les jours sombres que traverse à nouveau le Liban, des flammes comme celles-ci, allumées à Caux au fil des ans, apportent des étincelles de chaleur, d'espoir et de lumière.

J'ai appris à soutenir, à aider, à servir, à écouter, à comprendre, à apprécier. J'offre mon amitié, ma camaraderie - et cela m'aide en même temps.  

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photos Marie, Linaltaki, Fighters for Freedom : John Bond (photo du haut : Marie Chaftari (à droite) avec Iman Al Ghafari de Syrie et Lina Hamade)
  • Toutes les autres photos : Joe Hakim
  • Relecture: Jean Fiaux

 

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à t...

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de confére...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...

Iman Ajmal Masroor

2008 : Apprendre à être un artisan de paix - « Une révélation pour le monde »

L'année 2008 a vu le lancement d'un cours inhabituel sur l'approche de l'Islam en matière de rétablissement de la paix, conçu par l'imam Ajmal Masroor du Royaume-Uni. Le coordinateur du cours, Peter R...