1997 : La Reine māorie - « Nous devons laisser la tristesse derrière nous »

Par Campbell Leggat

12/10/2021
Maori queen

 

Depuis les années 30, un thème apparaît régulièrement dans le travail du Groupe d'Oxford, du Réarmement moral (maintenant Initiatives et Changement), c'est le soutien aux peuples indigènes dans leur quête de justice et de reconnaissance.

 

Maori Queen surrounded by her elders and councillors listen to a song from 25 of the cast of Anything to Declare. The venue is the Turangawaewae Marae, or royal courtyard, at Ngaruawahia, in 1970.
La reine māorie, entourée de ses aîné-e-s et de ses conseillers et conseillères, écoutant une chanson de Anything to Declare ? à la Turangawaewae Marae, ou la cour royale, à Ngaruawahia, en 1970.

 

Parmi les 450 personnes réunies à Caux en 1997 pour une conférence intitulée « Guérir le passé et forger l'avenir », la reine māorie, Dame Te Atairangikaahu, et l'épouse du Premier ministre néo-zélandais, Joan Bolger, étaient présentes avec une délégation de Māoris et de Pakeha (non-Māoris). Elles ont parlé aux participants des progrès réalisés par la Nouvelle-Zélande pour réparer les torts causés au peuple Māori depuis la colonisation.

Maori Queen being introduced to cast members of Anything declare by Queen of Romania, 1970,
La princesse Hélène de Roumanie présente la reine māorie
aux membres de la distribution de Anything to Declare, 1970
 

Le document fondateur de la Nouvelle-Zélande est le traité de Waitangi, signé en 1840 entre la reine Victoria et le peuple maori. Il était censé jeter les bases d'un gouvernement par consentement plutôt que par conquête, et protéger les Māoris des acheteurs de terres sans scrupules. 

Cependant, en quelques années, les colons exploitèrent la situation, et lorsque les Māoris finirent par s'unir pour protester, leur action  fut considérée comme une rébellion et brutalement écrasée par l'armée britannique. Des millions d'hectares furent confisqués.

La perte des terres avait fortement affaibli l'identité maorie et les politiques ultérieures d'assimilation aggravèrent encore la destruction de la culture māorie. Bien qu'une renaissance ait commencé à s'opérer, la question de la terre restait un grief majeur. Le tribunal de Waitangi, créé en 1975, commença à traiter cette question, mais les progrès étaient lents et il était nécessaire de trouver une nouvelle approche.

En 1990, le nouveau gouvernement néo-zélandais, dirigé par Jim Bolger, annonça son intention de tenter de régler toutes les revendications des Māoris devant le tribunal avant l'an 2000. Bien que cet objectif n'ait pas été atteint, d'énormes progrès furent réalisés.

L'accord conclu en 1994 avec la confédération tribale Waikato Tainui, qui a permis d'indemniser les Māoris pour les vastes étendues de terres confisquées dans les années 1860, constitua une étape importante. En 1995, lors d'une visite à Wellington, la reine Elizabeth en personne donna son assentiment royal à l'accord et  présenta des excuses pour la violation initiale du traité de Waitangi.

Nous devons laisser la tristesse du passé derrière nous.

 

left to right: Maori Queen husband, Maori Queen, Rosa Birch. Behind the queen, Campbell Leggat, author of the story.
De gauche à droite : Whatumoana Paki (le mari de la reine), Jeroen Gunning, la reine māori, Campbell Leggat, Rosa Birch (épouse du ministre néo-zélandais des Finances), Edward Peters et Mick Lennon.

 

« Une certaine restitution a eu lieu, et notre peuple va de nouveau de l'avant », a déclaré Dame Te Atairangikaahu à la conférence de Caux. « Nous devons laisser la tristesse du passé derrière nous et passer du mode de la doléance au mode du développement afin de ne plus transmettre la doléance à une autre génération ». Les progrès accomplis ont apporté une foi et un espoir nouveaux « pour l'unité et  la paix chez les Māoris, les Pakeha et chez tous les peuples de notre pays bien-aimé, Aotearoa ».

Nous devons passer du mode de la doléance au mode du développement.

Joan Bolger a déclaré que la signature de l'accord avec les Tanui avait été « l'un des jours les plus inoubliables de ma vie ». Elle a évoqué le grand courage du peuple Tanui qui a conclu cet accord, non seulement pour le présent mais aussi pour les générations à venir. « Aujourd'hui, nous prions Dieu de nous accorder la grâce de poursuivre le processus de règlement de l'accord, afin que les générations futures puissent vivre dans la dignité et l'harmonie ».

 

Maori Queen 4:  Prof. Timoti Karetu leads a seminar in Caux. Right: the Queen, second left, Mrs Joan Bolger.
Le professeur Timoti Karetu dirige un séminaire à Caux, en 1997. A droite : la reine māorie. Deuxième à partir de la gauche : Joan Bolger.

 

En 1999, le ministre du gouvernement qui avait été chargé de ces négociations, Douglas Graham, est également venu à Caux. « C'est une chose honorable de dire que ce que nous vous avons fait est mal et que nous nous excusons sans réserve », a-t-il déclaré. « Les gouvernements ne sont pas doués pour admettre leurs erreurs ».

La relation de Dame Te Atairangikaahu avec Initiatives et Changement (I&C) remonte à son adolescence, lorsqu'en 1956 son père, le roi Koroki, avait accueilli Frank Buchman, l'initiateur d'I&C, sur son marae. Des représentant-e-s māori-e- ont pris part à de nombreuses campagnes internationales d'I&C au cours des décennies suivantes.

Lorsque la reine māorie et Joan Bolger se sont rencontrées pour la première fois dans la résidence du premier ministre en 1991, un aîné māori et conseiller de la reine a exprimé sa gratitude pour le rôle qu'Initiatives et Changement avait joué en permettant aux valeurs et à la culture Māori d'être plus largement connues et appréciées dans le monde.

 C'est une chose honorable de dire que ce que nous vous avons fait est mal et que nous nous excusons sans réserve.

Welcome to Frank Buchman and party by King Koroki on Turangawaewae Marae 1956
Frank Buchman et son groupe sont accueillis par le roi Koroki au marae Turangawaewae, 1956.

 

________________________________________________________________________________

 

Découvrez l'histoire d'un autre Māori qui a visité Caux : 1971 : Canan Wi Te Tau Huata - « C'est comme si une tonne était tombée de mon dos ».

Pour en savoir plus sur Initiatives et Changement et son travail en Nouvelle-Zélande, lisez le livre de Mick Lennon, The Whole Round Earth to Span.

 

________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photos (à l'exception de la bannière supérieure et de la photo avec la princesse Helen) : Initiatives et Changement
  • Photo du haut : Rob Lancaster (Whatumoana Paki, la reine māorie, Prof Timoti Karetu, Joan Bolger, Rosa Birch)
  • Photo avec la Princesse Helen : de Mick Lennon, The Whole Round Earth to Span, distribué par Grosvenor Books, 1999 (p.65)
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994 : La Table Ronde de Caux - Des principes pour l'entreprise

En juillet 1994, la Table Ronde de Caux (CRT), un forum international de chefs et cheffes d'entreprise qui se réunissait à Caux depuis 1986, lançait un ensemble de Principes pour les entreprises....

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...

Mohamed Sahnoun credit IofC France

2007: Mohamed Sahnoun – Healing wounded memories

The Algerian diplomat Mohamed Sahnoun was President of Initiatives of Change International from 2006 to 2009 and founded the annual Human Security Forum at Caux....

Zeke Reich cropped.jpeg

2006: Zeke Reich – Across walls of fear

Zeke Reich is a psychotherapist at a community mental health clinic in Washington DC who has been to the IofC conference centre in Caux several times over the years. He remembers an encounter which ha...

Somalia - First meeting of Benadir and Hawiye – anti-clockwise from right: Sayid Ma’alow, Hassan Mohamud Geeseye, Omar Salad Elmi, Mohamed Abukar Haji Omar, n/a, Khalid Maou Abdulkadir, Dr Ahmed Sharif Abbas

2005: Omar Salad Elmi – Clearing the cloud of mistrust

‘There are two people in the Somali delegation whose names include Omar,’ said the man from the allocation team at the Initiatives of Change conference centre in Caux. ‘As we didn’t have any informati...

Housekeeping Monica and Maya

2004: The Housekeeping Team – ‘My dream of serving the world came true’

Before you arrive in your room in Caux, someone from the housekeeping team will have been there before you, to check that it is clean, that the bed is made up and the light bulbs work. If you can’t wo...

Round Table Burundi 22 April 2007

2003 : Burundi – Ten years of political dialogue

Between 2003 and 2013, Caux was the scene of seven political dialogues between deeply divided Burundian leaders. They brought together representatives of political parties and armed rebel movements, f...

Erica Utzinger and her husband Beni working in the archives

2002: Erika Utzinger - 200 metres of history

The archives of the Caux Conference and Seminar Centre, now held by the Canton of Vaud, are an endless source of precious information. Swiss archivist Eliane Stallybrass describes the work to preserve...

Sommaruga with Amina Dikedi (left) and Msgr Fortunatus Nwachukwu at Caux, 2006 credit: Isabelle Mermindo

2001: Cornelio Sommaruga - ‘Grüss Gott’

'I first met Cornelio Sommaruga at a private dinner party. He was then head of the International Committee of the Red Cross (ICRC) and was just back from Cuba, where he’d met with Fidel Castro, in the...

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

2000: Angela Starovoytova and Kostiantyn Ploskyi – Taking off the masks

Around the turn of the Millennium, many young Ukrainians came to Caux. Some of them took leadership in Foundations for Freedom (F4F), a programme for young people which offered courses in the values w...

Ismar and Fabiana Villavicencio credit T Hazell

1999: Gente Que Avanza – Latin America hits town

It was a Red-Letter Day in July 1999 when more than 40 young Latin Americans burst through the front door of Mountain House, Caux, and hugged everyone in sight. Gente Que Avanza had arrived – and Caux...

Ningali Cullen speaken at the dedication of a national memorial to the Stolen Generations 2004

1998: Ningali Cullen – Journey of Healing

When Ningali Cullen came to Caux in 1998, she brought news of a growing people’s movement in Australia to acknowledge the truth about their history. ...