2000 : Angela Starovoytova et Kostiantyn Ploskyi - Faire tomber les masques

24/10/2021
Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

 

Au tournant du millénaire, de nombreux jeunes Ukrainiens sont venus à Caux. Certains d'entre eux ont pris la responsabilité de Foundations for Freedom (F4F), un programme qui s'adressait aux jeunes en proposant des cours sur les valeurs qui sous-tendent la démocratie (lire aussi notre article sur Erik Andren). Parmi eux, Angela Starovoytova et Kostiantyn Ploskyi, sont venus pour la première fois à Caux en 2000.

Plus tard, F4F a été enregistré en Ukraine, où son projet "Healing the Past" (guérir le passé) a rassemblé des personnes issues des communautés divisées du pays. F4F a également été le catalyseur de l'initiative ukrainienne de budgétisation participative, qui implique les habitants de quelque 230 villes dans la façon dont leur budget municipal est utilisé. 

 

Angela Starovoytova écrit :

Angela Staravoytova

Lorsque je suis venue à Caux pour la première fois, en 2000, j'étais déjà impliquée dans Initiatives et Changement (IofC) depuis quelques années, car j'organisais des cours de la Fondation pour la Liberté en Ukraine. Je venais de passer un an au Royaume-Uni avec IofC. Partout où j'allais, tout le monde me disait combien Caux était un endroit formidable. Cela ne faisait que créer un grand doute en moi : comment était-il possible que quelque chose soit si parfait ? 

Je suis arrivée au début de l'été et j'étais l'une des dernières personnes à partir. En polissant l'argenterie avant le début de la conférence, je me suis liée d'amitié avec un Français de 60 ou 70 ans. Nous avons parlé de tout - des hommes, des relations, des valeurs, des moments de silence. Je me souviens qu'il m'a dit de ne jamais baisser mes exigences : cela m'anime encore.

Je suis repartie avec l'idée assez nette que Caux n'était pas un lieu aussi idéal qu'il y paraissait. On pouvait se sentir seul parmi tous ces gens. Tout le monde me souriait, mais je ne les croyais pas sincères. J'ai peut-être gâché mon été en essayant de me prouver que Caux n'était pas aussi génial qu'on me l'avait dit.

Je me souviens qu'il m'a dit de ne jamais baisser mes exigences : cela m'anime encore. 

L'année suivante, je suis venue avec une attitude différente. Je voulais découvrir la raison pour laquelle les gens se sentaient si à l'aise à Caux qu'ils s'ouvraient aux autres. J'ai commencé à comprendre pourquoi les gens me souriaient et à croire qu'ils étaient sincères. Je suis devenue l'une d'entre eux : j'accueillais les gens partout où je les rencontrais. Au fur et à mesure que je servais dans les différents départements de la maison et que j'aidais aux conférences, je suis devenu une hôtesse accueillante.

 

Angela 2000
Angela lors de sa première visite à Caux, 2000

 

Pendant 20 ans, Caux a été un lieu de renouvellement et d'inspiration, qui me renvoie chez moi avec une énergie et des ressources nouvelles. Je travaille maintenant dans la facilitation du dialogue, en utilisant des méthodes comme la communication non-violente et l'espace de réflexion.

Mes expériences à Caux m'ont montré comment, lorsque les gens sont entouré-e-s d'un cadre sûr, ils et elles commencent à parler de cœur à cœur. Tout ce que je fais dans mon travail consiste à créer une atmosphère où les gens peuvent enlever leurs masques politiques et devenir des êtres humain-e-s.

Caux a été un lieu de renouvellement et d'inspiration, qui me renvoie chez moi avec une énergie et des ressources nouvelles.

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)
Angela avec les participant-e-s de la Semaine de la communauté internationale à Caux, 2014.

 

Kostiantyn Ploskyi se souvient :

Kostiantyn Ploskyi

Mon ami et moi sommes arrivés à Montreux tard dans la nuit - je crois que c'était en 2000. Nous ne savions pas comment nous rendre à Caux, alors nous sommes allés au poste de police, où nous sommes restés assis pendant deux ou trois heures, jusqu'à ce qu'ils nous appellent pour que quelqu'un vienne nous chercher. Nous ne voulions pas payer un taxi, alors nous avons demandé à la police de nous aider.

C'était typique de mon attitude en tant que jeune homme de 25 ans. Mon idée maîtresse dans la vie était de consommer, de profiter de tous ceux qui m'entouraient. Les raisons qui m'ont poussé à m'impliquer dans Foundations for Freedom (F4C) étaient avant tout égoïstes.

Les gens de Caux se sont rendu compte de qui j'étais, mais ils m'ont quand même accepté. J'ai refusé de contribuer aux frais de mon séjour, mais j'ai été invité à revenir encore et encore. Finalement, j'ai aussi été touché. Toutes ces visites à Caux ont été de petits pas vers mon ouverture à la foi.

Quelques années plus tard, j'ai fait partie de l'équipe qui organisait une session sur le service, la responsabilité et le leadership. Je devais prendre la parole depuis la plate-forme et je ne savais pas quoi dire. J'ai passé une heure sous la douche à y réfléchir, et j'ai réalisé que je devais m'excuser auprès d'amis que j'avais l'impression d'avoir trahis.

Les gens de Caux se sont rendu compte de qui j'étais, mais ils m'ont quand même accepté.

Faire face à cette situation - et en parler lors de la réunion - a été un grand tournant. J'avais toujours été le bon gars, souriant, plaisantant. C'était la première fois que j'étais sincère.

En 2006, j'ai participé à une réunion internationale d'Initiatives et Changement en Malaisie. À l'époque, je gérais un grand projet en Ukraine. J'étais bien payé, mais je n'avais pas la paix intérieure. Un soir, après la réunion, je me suis échappé dans une boîte de nuit. J'y suis resté toute la nuit, tandis que mes hôtes s'inquiétaient de ce qui m'était arrivé. 

 

Image
Une réunion des Foundations for Freedom en Ukraine, 2019. Kostiantyn est le deuxième en partant de la gauche, à côté de John Bond. Angela est la quatrième en partant de la gauche, assise à la table.

 

Pendant le long vol de retour, des messages clairs me sont venus à l'esprit sur ma façon de vivre. J'ai réalisé que j'avais probablement envie de changer de vie.

Mais je ne pouvais pas changer. De temps en temps, j'avais un moment de réflexion tranquille le matin, et finalement, après avoir résisté à l'idée pendant longtemps, j'ai décidé de m'excuser auprès de filles que j'avais utilisées, mais sans penser à une relation sérieuse. J'ai commencé à ressentir un peu de vraie liberté.

J'ai réalisé que j'avais probablement envie de changer de vie.

Puis, après avoir participé à une retraite chrétienne, j'ai eu l'idée de m'excuser auprès des organisations donatrices que j'avais trompées. Il m'a fallu des mois pour leur écrire.

Lorsque le représentant ukrainien de l'une de ces organisations m'a invité dans son bureau, j'ai cru que j'irais en prison. Mais il m'a remercié et nous avons passé deux heures à parler de nos difficultés personnelles. Ce fut un autre moment de liberté.   

Après cela, j'ai commencé à aller à la messe le dimanche. Avec le recul, je me rends compte que le voyage de Malaisie en Ukraine a été le moment où j'ai vraiment trouvé la foi. Sans cela, je n'aurais jamais accepté que ce que je faisais était mal. Lorsque ma femme et moi nous sommes mariés, nous l'avons fait à l'église. Nous avons maintenant quatre enfants.

 

Foundation for Freedom committee 2019 in Ukraine
Le comité des Fondations for Freedom en Ukraine, 2019. Kostiantyn est le quatrième en partant de la gauche.

 

_______________________________________________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Portrait Kostiantyn : Kostiantyn Ploskyi
  • Portrait Angela : photographe inconnu
  • Photo Angela avec des participant-e-s WIC : Diana Topan
  • Portrait Angela : photographe inconnu
  • Photos F4F en Ukraine 2019 : Claude Bourdin
  • Cercle dans les jardins de Caux : Initiatives et Changement
  • Photo haut Angela : Anton Iemelianov
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

This is us square 8.png

75 ans de récits : Rencontrez l'équipe

Lorsque nous avons lancé la série 75 ans de récits en février 2021 au sujet des 75 ans de rencontres au centre de conférences d'Initiatives et Changement à Caux, nous n'avions aucune idée de l'aventur...

Caux in snow 2021 credit Cindy Bühler

2021: Initiatives et Changement Suisse - Ouvrir les portes de Caux pour un nouveau chapitre

Alors que notre série de 75 histoires pour les 75 ans du centre de conférence d'Initiatives et Changement à Caux touche à sa fin, la présidente d'Initiatives et Changement Suisse, Christine Beerli, et...

Aad Burger

2020: Aad Burger – Frappé par un virus

En 2020, le Caux Forum a été mis en ligne en réponse à la pandémie. Ses organisateurs ont constaté que cela avait mis la rencontre à Caux à la portée de personnes du monde entier qui n'auraient pas pu...

Marc Isserles 2017

2019: Marc Isserles – « Nous devons sauver les enfants »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Caux Palace (qui deviendra plus tard le centre de conférence d'Initiatives et Changement en Suisse), a servi de refuge aux Juifs fuyant la Shoah. Au fil des ans,...

Wael Broubaker climate actionist

2018: Wael Boubaker – « Le changement climatique devrait être la priorité absolue

Lorsque Wael Boubaker, diplômé tunisien en économie, a rejoint le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) en 2018, il s'attendait à une conférence qui ferait bien sur son CV, et à de be...

Tanaka Mhunduru CPLP

2017: Tanaka Mhunduru – Une maison pour accueillir le monde entier

Tanaka Mhunduru, originaire du Zimbabwe, est l'un des organisateurs du Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP), un programme d'un mois destiné aux jeunes du monde entier. Il y a partici...

Diana Damsa Winter Gathering 2016

2016: Diana Damsa – « J'ai eu le sentiment que je comptais »

La rencontre de l'hiver 2016 à Caux a représenté une expérience particulière pour Diana Damsa - non seulement parce qu'elle a fait l'expérience de Caux en hiver, mais aussi parce que, pour la première...

Philippe and Liseth Lasserre

2015 : Lisbeth Lasserre – La richesse de l'art

Lisbeth Lasserre est originaire de Winterthur, où ses grands-parents, Hedy et Arthur Hahnloser, avaient constitué une collection d'art privée dans leur maison, la Villa Flora. Parmi leurs amis artiste...

Catherine Guisan

2014 : Catherine Guisan - Pour relancer une Europe inachevée

Catherine Guisan est professeur associé invité à l'université du Minnesota, aux États-Unis. Elle a écrit deux livres sur les fondements éthiques de l'intégration européenne. En 2014, elle est interven...

Tom Duncan

2013: Tom Duncan – Restaurer une planète saine

L'année 2013 a été marquée par les premiers Dialogues de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS). Ces événements, qui ont eu lieu au Centre de conférences et de séminaires de Caux, portent sur les lie...

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Se lancer dans l'aventure

Lorsque Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, s'est rendue à Caux pour la première fois en 2012, elle avait un objectif en tête : « explorer comment je pourrais contribuer à un monde plus juste à t...

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Des choix qui font la magie de Caux

Pendant de nombreuses années, la Suissesse Lucette Schneider a organisé l'équipe qui se réunissait tôt le matin pour nettoyer, éplucher et couper les légumes destinés aux cuisines du centre de confére...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Faire face à la crise d'intégrité

Mohan Bhagwandas n'est que trop conscient de son empreinte carbone. Au cours des 13 années allant de 2006 à 2019, il a pris 17 fois l'avion depuis sa ville natale de Melbourne, en Australie, jusqu'en...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Des ponts entre l'Inde et le Pakistan

25 dignitaires Indien-ne-s et Pakistanais-es sont venu-e-s à Caux en 2009 dans le but de lancer des ponts entre leurs pays. L'homme qui a pris l'initiative de cette rencontre est Rajmohan Gandhi, un p...

Iman Ajmal Masroor

2008 : Apprendre à être un artisan de paix - « Une révélation pour le monde »

L'année 2008 a vu le lancement d'un cours inhabituel sur l'approche de l'Islam en matière de rétablissement de la paix, conçu par l'imam Ajmal Masroor du Royaume-Uni. Le coordinateur du cours, Peter R...