Caux 1995 : Marta Dąbrowska – « Voilà l'été et voiià Caux ».

Par Mary Lean

06/10/2021
Marta Dabrowska.jpeg

 

Au début des années 1990, après la chute du mur de Berlin, un grand nombre d'Européens de l'Est et d'Europe centrale sont venus aux conférences d'Initiatives et Changement (I&C) à Caux. Beaucoup, telle Marta Dąbrowska venue de de Pologne, étaient des jeunes qui avaient grandi derrière le rideau de fer et qui étaient désireux d'explorer le monde.

Marta Dabrowska.jpeg

Marta, aujourd'hui professeur associé à l'Institut d'études anglaises de l'Université Jagellonne de Cracovie, est venue pour la première fois à Caux en tant qu'interprète en 1992.

« Je ne connaissais rien au travail d'interprète », dit-elle.  « Mais je savais qu'il y avait beaucoup de Polonais à Caux et que leur anglais était probablement moins bon que le mien. J'ai fait beaucoup d'erreurs, mais c'était un bon environnement pour apprendre le métier. Sauf que le fait d'être en cabine de traduction ou de traduire lors des repas ne m'a pas permis de saisir pleinement l'essence de Caux. Je voulais en savoir plus ».

Elle a du mal à mettre le doigt sur ce qui l'a ramenée à Caux après que son travail d'interprète ne soit plus nécessaire. La beauté du paysage ? Les résonances avec sa foi chrétienne et l'esprit de service que lui ont inculqué ses années de scoutisme ? Les amitiés qu'elle a nouées ? Le sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand ?

Quelle que soit la raison, Marta est retournée à Caux chaque été depuis lors, à l'exception de 2003, 2007 et des années de pandémie. « Pour moi, l'été arrive et Caux ouvre ses portes ; les deux choses sont inséparables », dit-elle.

Caux est depuis toujours un endroit où je peux respirer, où je peux être moi-même .

Au fil des ans, elle s'est portée volontaire en tant qu'interprète, assistante de bureau, responsable et membre de l'équipe chargée d'attribuer les chambres. Elle a participé à l'organisation de conférences, notamment celles axées sur les arts créatifs  et a fait partie pendant trois ans du groupe de préparation, chargé de coordonner le programme d'été de Caux. En 2020, elle a été élue au Conseil international d'IofC.

« Caux est devenu ma deuxième maison et ma famille, un lieu dont je me sentais responsable », dit-elle. « C'est depuis toujours un endroit où je peux respirer, où je peux être moi-même et ne pas me sentir sous pression afin d'être à la hauteur comme dans mon rôle de professeur. La beauté de l'endroit, sa sérénité, sont extrêmement puissantes pour moi ».

 

Marta Dabrowska group
Le groupe qui a escaladé la Dent de Jaman en 1995 (Marta est à droite)

 

En 1995, les participants à la conférence se virent offrir une journée libre pour se promener dans les montagnes. Marta se retrouva seule femme dans un groupe qui comprenait des journalistes russes. « Ayant été élevée sous le communisme, j'avais une sorte de haine inconsciente des Russes, un sentiment de malaise à leur égard. J'ai appris le russe à l'école, mais je n'avais pas envie de l'utiliser, donc nous nous sommes à peine parlés ».

Je me suis rendue compte que nous sommes tous humains et que ces gens ne sont pas coupables

Alors qu'ils montaient toujours plus haut, Marta se rendit compte avec effroi qu'ils allaient escalader la Dent de Jaman, une montagne à pic en forme de dent. C'était si raide qu'elle devait grimper à quatre pattes. « J'avais vraiment peur. Ces Russes m'ont aidée à atteindre le sommet. Depuis lors, j'ai un faible pour la Russie. Je me suis rendue compte que nous sommes tous humains et que ces gens ne sont pas coupables ».

Heinz und Gisela Krieg, credit Ivo Krieg
Heinz et Gisela Krieg

Une autre rencontre importante a été celle de Heinz et Gisela Krieg. « Pour moi, en tant que Polonaise, rencontrer un Allemand qui avait participé à la guerre a été une expérience unique. Heinz faisait tout ce qui était en son pouvoir pour réconcilier nos deux pays. Nous nous sommes rendus visite et, pendant de nombreuses années, régulièrement, ils me téléphonaient le 1er septembre, date anniversaire de l'invasion de la Pologne par l'Allemagne en 1939, juste pour me dire qu'ils se souvenaient». En 1998, avec d'autres personnes, ils ont réuni Polonais et Allemands pour une conférence à Krzyżowa.Another important encounter was with Heinz and Gisela Krieg. 

En 1993, Marta s'est engagée dans l'ONG  « Fondations pour la liberté » (Foundations for Freedom), qui organisaient des cours pour les jeunes d'Europe centrale et orientale sur les valeurs personnelles qui sont au fondement de la démocratie. Elle a été une des organisatrices de la première réunion régionale à Cracovie en 1995. 

« À l'époque, beaucoup de jeunes Européens de l'Est s'étaient impliqués », dit-elle. Certains ont poursuivi leur engagement avec IofC, mais d'autres ne l'ont pas fait. Elle se demande pourquoi.

« Ils étaient jeunes, ils avaient de l'énergie, ils étudiaient ou venaient d'obtenir leur diplôme, ils étaient curieux de voir le monde. Ils étaient attirés par la nouveauté de Caux, c'était excitant. Mais ensuite, la vie a pris le dessus : trouver un emploi, fonder une famille ». L'argent a également été un obstacle, une fois que Caux a commencé à faire payer la participation, au lieu de simplement encourager les dons. «Ceux qui continuent à venir travaillent dans les coulisses  et fournissent un travail qui leur permet de loger à Caux ».

Alors, pourquoi a-t-elle continué à venir ? Elle parle de l'attention qu'elle a reçue, de la part de personnes venues du monde entier. « Ils ne se contentaient pas de parler d'amour et de désintéressement, ils le vivaient. Quand les gens se comportent avec vous comme des anges, vous ressentez qu'il y a du bon dans le monde et vous avez envie de le transmettre ».

 

Marta à Caux, 2017

 

____________________________________________________________________________________

 

Cette histoire fait partie de notre série « 75 ans de récits » qui célèbre le 75ème anniversaire de l'I&C Suisse avec une histoire pour chaque année, de 1946 à 2021. Chaque histoire raconte comment une personne a trouvé l'inspiration et une nouvelle direction à Caux. Si vous souhaitez raconter votre histoire ou celle d'une personne que vous connaissez, merci d’envoyer vos idées par e-mail à John Bond ou Yara Zhgeib. Si vous souhaitez savoir plus sur les premières années d'Initiatives et Changement et sur le centre de conférence de Caux, cliquez ici et visitez la plateforme For A New World.

 

  • Photo en haut, Heinz et Gisela Krieg : Initiatives de changement
  • Photo portrait et 1995 : Marta Dabrowska
  • Photo Marta à Caux 2017 : Ismar Villavicencio
  • Relecture: Claire Fiaux-Martin

 

 

 

Featured Story
Off
Event Categories
75 stories 75th anniversary

sur le même thème

Merel Rumping

2012: Merel Rumping – Going out on a limb

When Merel Rumping from the Netherlands first visited Caux in 2012, she had a goal in mind – ‘to explore how I could contribute to a more just world through my professional activities’....

Lucette Schneider

2011: Lucette Schneider – Choices which make the magic of Caux

For many years, Lucette Schneider from Switzerland organized the team which gathered in the early mornings to wash, peel and chop vegetables for the kitchens of the Caux conference centre. ...

Mohan Bhagwandas 2003

2010: Mohan Bhagwandas – Addressing the crisis of integrity

Mohan Bhagwandas is all too aware of his carbon footprint. In the 13 years from 2006 to 2019, he flew 17 times from his home city of Melbourne, Australia, to Switzerland to take part in the Caux confe...

Rajmohan Gandhi 2011 Caux Forum Human Security

2009: Rajmohan Gandhi – Bridges between India and Pakistan

25 distinguished Indians and Pakistanis came to Caux in 2009 with the aim of building bridges between their countries. The man who initiated the gathering was Rajmohan Gandhi, a grandson of Mahatma Ga...

4th Caux Round Table Global Dialogues 1989

1994 : La Table Ronde de Caux - Des principes pour l'entreprise

En juillet 1994, la Table Ronde de Caux (CRT), un forum international de chefs et cheffes d'entreprise qui se réunissait à Caux depuis 1986, lançait un ensemble de Principes pour les entreprises....

Iman Ajmal Masroor

2008: Learning to be a Peacemaker – ‘An eye-opener to the world’

2008 saw the launch of an unusual course on Islam’s approach to peacemaking for young Muslims and non-Muslims, devised by Imam Ajmal Masroor from the UK. The course’s coordinator, Peter Riddell, descr...

Mohamed Sahnoun credit IofC France

2007: Mohamed Sahnoun – Healing wounded memories

The Algerian diplomat Mohamed Sahnoun was President of Initiatives of Change International from 2006 to 2009 and founded the annual Human Security Forum at Caux....

Zeke Reich cropped.jpeg

2006: Zeke Reich – Across walls of fear

Zeke Reich is a psychotherapist at a community mental health clinic in Washington DC who has been to the IofC conference centre in Caux several times over the years. He remembers an encounter which ha...

Somalia - First meeting of Benadir and Hawiye – anti-clockwise from right: Sayid Ma’alow, Hassan Mohamud Geeseye, Omar Salad Elmi, Mohamed Abukar Haji Omar, n/a, Khalid Maou Abdulkadir, Dr Ahmed Sharif Abbas

2005: Omar Salad Elmi – Clearing the cloud of mistrust

‘There are two people in the Somali delegation whose names include Omar,’ said the man from the allocation team at the Initiatives of Change conference centre in Caux. ‘As we didn’t have any informati...

Housekeeping Monica and Maya

2004: The Housekeeping Team – ‘My dream of serving the world came true’

Before you arrive in your room in Caux, someone from the housekeeping team will have been there before you, to check that it is clean, that the bed is made up and the light bulbs work. If you can’t wo...

Round Table Burundi 22 April 2007

2003 : Burundi – Ten years of political dialogue

Between 2003 and 2013, Caux was the scene of seven political dialogues between deeply divided Burundian leaders. They brought together representatives of political parties and armed rebel movements, f...

Erica Utzinger and her husband Beni working in the archives

2002: Erika Utzinger - 200 metres of history

The archives of the Caux Conference and Seminar Centre, now held by the Canton of Vaud, are an endless source of precious information. Swiss archivist Eliane Stallybrass describes the work to preserve...

Sommaruga with Amina Dikedi (left) and Msgr Fortunatus Nwachukwu at Caux, 2006 credit: Isabelle Mermindo

2001: Cornelio Sommaruga - ‘Grüss Gott’

'I first met Cornelio Sommaruga at a private dinner party. He was then head of the International Committee of the Red Cross (ICRC) and was just back from Cuba, where he’d met with Fidel Castro, in the...

Club for Young Leaders, Angela 2014, Caux (photo Diana Topan)

2000: Angela Starovoytova and Kostiantyn Ploskyi – Taking off the masks

Around the turn of the Millennium, many young Ukrainians came to Caux. Some of them took leadership in Foundations for Freedom (F4F), a programme for young people which offered courses in the values w...

Ismar and Fabiana Villavicencio credit T Hazell

1999: Gente Que Avanza – Latin America hits town

It was a Red-Letter Day in July 1999 when more than 40 young Latin Americans burst through the front door of Mountain House, Caux, and hugged everyone in sight. Gente Que Avanza had arrived – and Caux...