Construire des réseaux pour une Europe inclusive

Pour relancer une Europe inachevée 2018

20/08/2018

 

Une institutrice d’école primaire biélorusse est assise à la table du déjeuner avec un ancien néo-nazi suédois qui travaille maintenant dans le domaine de la prévention de l’extrémisme chez les jeunes. « Que pouvons-nous faire en tant que parents et enseignant-e-s ? » lui demande-t-elle. Ils commencent une conversation sur « le racisme à la maison » et la position difficile des enseignant-e-s. Le jour suivant, deux étages plus haut, un groupe de Kurdes, de Turcs et d’Arméniens issus de la diaspora discutent de l’organisation d’une plateforme internationale pour le dialogue. Une femme engagée dans le dialogue en Ukraine de l’Est nous fait part de son expérience dans la mobilisation du grand public.

Voilà exactement le type d’échange de connaissances, d’expériences et d’outils recherché par la conférence Pour relancer une Europe inachevée. Plus de 180 participant-e-s de 32 pays se sont rassemblé-e-s au Caux Palace, en Suisse, du 23 au 27 juillet pour trouver les outils et l’inspiration qui vont leur permettre de développer la cohésion sociale dans leurs communautés. Ils et elles viennent des secteurs de l’éducation, des droits de l’homme, des soins de santé, des médias, des affaires et de la politique. Bien que la plupart viennent d’Europe, tous les autres continents sont également représentés. Les jeunes participant-e-s aux programmes Devenir artisan de paix et Le programme des jeunes ambassadeurs y ont également assisté.   

Les défis en lien avec la cohésion sociale en Europe sont à la fois nombreux et divers, de la montée des partis populistes et de la crise des réfugiés à la guerre en Ukraine. Et ils touchent tout le monde, des familles détruites aux institutions européennes divisées. En dépit de contextes culturels et historiques différents, la conférence a démontré que l’on peut apprendre beaucoup les uns des autres. Tout au long de ces quatre jours de formations, de récit d’histoires personnelles, de plénières et de réunions informelles, les défis clés à surmonter pour améliorer la cohésion sociale ont été identifiés.

Un de ces défis est l’auto-évaluation. Les intervenant-e-s ont expliqué comment les préjugés, et parfois même la haine, peuvent être transmis à travers la famille, les systèmes éducatifs et la société. À moins d’en être conscient et de décider de changer de discours, l’animosité ne disparaîtra pas. « Je me sentais supérieure et j’étais manipulée pour mépriser les Roms sans aucune raison, » a déclaré Diana Damsa, de Roumanie. Sa compatriote rom, Simona Toroṭcoi, nous raconte comment elle se sentait honteuse de son identité à cause de tout ce qu’elle entendait autour d’elle. Un Turc hollandais nous a parlé des « ennemis » dont il a hérité de ses parents ultra-nationalistes.  

Différentes formations ont abordé la nécessité de l’auto-évaluation, en utilisant des outils destinés à sensibiliser les individus à la construction de l’histoire, des récits d’histoires et des opinions personnelles. « Je voulais apprendre à utiliser des outils pour travailler avec des réfugiés », a expliqué Laurence Herr, cadre, venue de France. « J’ai d’abord appris à m’interroger. Je pensais que je n’avais pas de préjugés mais j’ai réalisé que j’agissais souvent inconsciemment en fonction de certains préjugés. »  

Une façon de penser plus critique est nécessaire et nous avons tous besoin d’améliorer nos compétences en vérification des faits, a déclaré l’intervenante principale Tatiana Peric, conseillère en matière de lutte contre le racisme et la xénophobie pour l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. « Très souvent, les pratiques discriminatoires sont institutionnelles et systémiques, ce qui les rend très difficiles à aborder et à démanteler. »

Parmi les autres questions abordées, l’importance de l’éducation, la reconstruction de l’histoire et une utilisation prudente du langage. « Le langage doit être inclusif, autrement nous ne pouvons pas établir de connexions, » a souligné le diplomate et politicien britannique Lord Ashdown. « Comment nous assurer qu’en tant que journalistes nous ne devenons pas la proie de la propagande en pleine guerre ? » a demandé le journaliste Oleksiy Matsuka, originaire d’Ukraine de l’Est et fondateur du Donetsk Institute of Information. « Comment continuer à transmettre des informations sans être influencé ? »

Matsuka et six autres journalistes ukrainiens se sont rencontrés plusieurs fois lors de la conférence pour discuter de ces questions. Il leur est difficile de maintenir leur indépendance professionnelle dans les circonstances actuelles, et ils sont dévoués à un journalisme éthique contribuant à l’unité de leur pays. Ils se sont engagés à continuer à échanger leurs expériences et à se soutenir les uns les autres une fois de retour dans leur pays.

D’autres conversations importantes ont eu lieu pendant la conférence AEUB. Un après-midi, des participant-e-s d’Ukraine, de Russie et de Biélorussie, travaillant dans les domaines de l’éducation, des droits de l’homme, de la politique et du journalisme, se sont réuni-e-s. Au cours de la réunion, la nécessité d’un dialogue honnête et sûr a été soulignée. Une vingtaine de jeunes aux racines turques et arméniennes se sont également rencontrés plusieurs fois pour discuter de la manière dont ils peuvent dépasser l’animosité dont ils ont hérité de leurs parents. Des participant-e-s sont venu-e-s des Pays-Bas, d’Arménie et du Liban pour assister au dernier d’une série de dialogues annuels se tenant à Caux. Cette année, le groupe a décidé d’aller plus loin et de créer une plateforme internationale destinée à promouvoir le dialogue entre les Kurdes, les Turcs et les Arméniens.

« La structure modèle de notre époque est le réseau, » a déclaré Lord Ashdown. Les réseaux peuvent fonctionner dans le bon ou dans le mauvais sens. Cette semaine à Caux contribue à la construction et à la consolidation de réseaux de personnes qui ressentent une responsabilité personnelle dans la création d’une Europe durable et inclusive.

L’équipe de la conférence souhaite remercier tout le monde pour avoir fait de cet événement un succès, et vous invite à participer à la conférence de l’année prochaine, « Former les acteurs du changement 2019 : Rétablir la confiance en Europe », du 9 au 14 août !

 

Par Irene de Pous

Featured Story
Off

sur le même thème

Zero waste square for social media

Sofia Syodorenko: A zero waste lifestyle is a mindful lifestyle

How did Sofia Syodorenko become involved in the zero waste movement, and what does it mean to her? Now Chair of Foundations for Freedom, she is also a representative of the Zero Waste Alliance Ukraine...

YAP goes online

Le Programme des jeunes ambassadeurs et ambassadrices passe à un format en ligne

Le Programme des jeunes ambassadeurs et ambassadrices (YAP) est passé cet été pour la première fois à un format en ligne, après six années de croissance et de développement continus et une pause en 20...

Patrick Magee 600x600

« Là où commence le deuil - Construire des ponts après la bombe de Brighton » : Un enteretien avec Patrick Magee

Le deuxième épisode de la série « Stories for Changemakers » s’inscrivant dans le programme Des outils pour les acteurs et actrices du changement s’est tenu le 25 août dernier, avec une interview de P...

Summer Academy 2021 screenshot square

Créer un réseau de personnes capables de résoudre les problèmes pour construire un avenir sûr et durable

L'Académie d'été sur le climat, la terre et la sécurité 2021 a réuni 29 participants de 20 pays. De l'Égypte et du Sénégal aux États-Unis et à la Thaïlande, les fenêtres de Zoom se sont ouvertes penda...

Salima Mahamoudou 21 July 2021 FDFA workshop CDES 2021

Refaire un monde en péril

Le Dialogue de Caux sur l'Environnement et la Sécurité (CDES) 2021 s'est déroulé en ligne du 20 au 30 juillet, pour la deuxième année consécutive, comprenant trois plénières ouvertes et sept ateliers....

CL 2021 Hope square

Un voyage de l'incertitude à la possibilité

La conférence Leadership créatif 2021 a emmené les participants dans un voyage de six jours « de l’incertitude à la possibilité ». Du 25 au 31 juillet, 150 participants en ligne vivant dans plus de 50...

FDFA Baobabcowherd-1 Noah Elhardt through WikiCommons square with logos

Une voie vers la paix et la prospérité en Afrique de l’Ouest et du centre

Dans le cadre du partenariat qui les lie, la Fondation Initiatives et Changement Suisse (I&C) et le Département fédéral suisse des affaires étrangères (Division Paix et droits de l’homme) ont organisé...

LPM report 2021 square

Des bâtisseurs et bâtisseuses de la paix en devenir

« Je suis très heureuse d'avoir participé au cours Devenir un-e artisan-e de paix. Nous avons appris les vraies couleurs de l'islam ! » écrit Nma Dahir, 18 ans, diplômée du lycée d'Erbil, capitale de ...

Choir Musical Stories

Histoires de Caux en musique

« Quelle magnifique présentation d'histoires et de musique », a commenté un participant du seul événement en personne du Caux Forum Online 2021 qui a eu lieu le 1 août 2021 dans le Hall principal du C...

Books for changemakers

Books for Changemakers

Un club de lecture bimensuel en anglais pour vous ressourcer avec d'autres acteurs et actrices du changement. Plongez dans des ressources et des idées importantes et inspirantes, connectez-vous avec d...

ICBE 2021 square white background

Les entreprises durables ont besoin d'un objectif plus grand que le simple profit

« Les entreprises et les industries ont besoin d'un objectif allant au-delà du profit », a déclaré Sunil Mathur, le directeur général de Siemens Inde et Asie du Sud, avant de poursuivre : « Les object...

Stephanie Buri and Nick Foster Opening Ceremony Caux Forum 2021

Cérémonie d'ouverture du Caux Forum Online 2021: perspectives suisses sur la paix

Le 5 juillet, le Caux Forum Online 2021 s'est ouvert avec un panel intitulé "La paix : perspectives suisses hier, aujourd’hui et demain" qui célébrait le 75ème anniversaire de Caux en tant que centre ...

Dhanasree Jayaram CDES 2020

Prêter une plus grande attention aux liens entre environnement et sécurité

La sécurité alimentaire est une clé pour comprendre le lien complexe entre le climat et la sécurité, expliqua Dhanasree Jayaram, professeure assistante au département de géopolitique et de relations i...

Shrouk Gamal

« Une meilleure version de moi-même »

« La conférence m'a montré à quel point j'aime faire la connaissance de nouvelles personnes. Les participant-e-s à notre groupe de dialogue m'ont posé des questions qu'on ne m'avait jamais posées aup...

ZimbaWomen credit: ZimbaWomen

Construire une économie durable avec l'entrepreneuriat féminin

Peace N. Kuteesa, co-fondatrice de Zimba Women, est convaincue de l'importance de fournir aux femmes les outils et les ressources nécessaires pour participer à l’économie et développer leurs communaut...