Retour à la réalité

Le Programme Caux Scholars 2019

17/08/2019

 

« Caux a changé ma vie » est loin d’être une expression galvaudée. En effet, certain-e-s participant-e-s quittaient leur pays pour la toute première fois, et pour la majorité d’entre elles et eux, venir à Caux représentait l’opportunité de pouvoir travailler sur ses traumatismes et ses peurs tout en créant un espace sûr, dans lequel grandir et gagner en maturité, et où l’espoir peut s’exprimer.

 

 Nick Foster | Caux Forum Director
Nick Foster | Caux Forum Director

 

Nick Foster, le directeur du Caux Forum, insiste sur l’importance de maintenir les liens noués à Caux : « Les liens que nous tissons ici sont importants. Ils nous soutiennent et nous aident à progresser dans notre cheminement. Se constituer un réseau, c’est être bien plus fort, plus résilient, et plus actif qu’en étant isolé. Que ce soit pour une ou quatre semaines, venir à Caux est une formidable opportunité de bâtir une communauté. »

 

Osama Alramtisi
Osama Alrantisi | Coordinateur du Programme Caux Scholars 2019

 

Osama Alrintisi, le coordinateur du programme Caux Scholars (CSP), fait quant à lui déjà partie de la deuxième génération de participant-e-s à Caux ! Son père, Mohamed Alrantisi, se rend à Caux pour la première fois en 1997 et devient Caux Scholar en 2001. « Pendant mon enfance, il me parlait de ce qu’il avait vécu à Caux », témoigne Osama Alrintisi.

Osama Alrintisi quitte la Palestine pour aller étudier en Suède, où il s’engage auprès d’I&C. Mais c’est en 2017 qu’il participe pour la première fois au Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP). En 2018, il revient à Caux en tant que Scholar avant de devenir, cette année, le coordinateur du programme.

« Grâce au programme CPLP, j’ai appris à me mettre au service des autres. J’ai rencontré des personnes d’horizons très différents et ai appris à dialoguer avec quelqu’un ne partageant pas mon opinion. C’est là l’une des choses les plus importantes que j’ai apprises ici, a déclaré Osama Alrintisi, avant de poursuivre : sur le plan personnel, le programme m’a aidé à bâtir des relations avec les autres, à les servir et les accueillir. Tout cela m’apporte beaucoup pour ma vie quotidienne en Suède. »  

Le programme Caux Scholars, au format plus académique, lui a appris à « examiner attentivement les conflits et la manière d'aborder ces thématiques avec d’autres personnes. Ce programme m’a permis d'acquérir des connaissances techniques et pratiques en matière de promotion de la paix et leur application dans ma vie personnelle et professionnelle. Cela a profondément changé ma vision des choses. » Osama Alrintisi a eu du mal à quitter le climat de paix qui marquait Caux, mais il a repris la route confiant, après avoir déclaré : « Je réfléchis à ce que je peux faire maintenant pour mon pays. »

 

Saba Gül
Saba Gül | Scholar originaire du Pakistan

 

Saba Gül était cette année Caux Scholar. Originaire du Pakistan, elle quitte Caux avec ces mêmes interrogations. Saba Gül est convaincue que le premier pas vers un dialogue inclusif est de tordre le cou aux stéréotypes. « Il existe une réelle diversité ethnique et religieuse dans mon pays, en particulier là où je vis, à Karachi. Le Pakistan est prêt pour une transformation de fond, à laquelle notre génération doit se préparer, en particulier les femmes », a-t-elle déclaré.

« Le self-care est sous-estimé dans notre communauté, ajoute-t-elle. Avant de venir à Caux, je n'avais jamais entendu parler de la guérison des traumatismes. Des événements surviennent au cours de l'enfance ou l'adolescence et nous en portons les stigmates pour le restant de notre vie. C’est dans ce sens que le self-care revêt toute son importance, et c’était la première fois depuis des années que j’en prenais conscience. »

 

Alina Shymanska
Alina Shymanska | Scholar originaire dUkraine

 

Alina Shymanska, une participante ukrainienne à l’édition 2019 du programme Caux Scholars, a confié qu’elle est rentrée transformée par son expérience à Caux. Désormais, son travail repose sur les valeurs éthiques acquises à Caux. « Dans les zones de conflit, la notion de justice est au cœur de toutes les discussions ; le pardon est la dernière chose à laquelle nous pensons. Désormais, nous ferons du pardon notre priorité. Quitter Caux et faire face à la réalité n’est pas une chose facile. Mon pays d’origine est toujours en conflit, mais je peux désormais engager avec ma communauté un dialogue axé sur la paix, sur la nécessité de commencer le processus de réconciliation. »

 

Text et Photos : Paula Mariane

 

Featured Story
Off

sur le même thème

Aibanshngain Swer CDLS 2019

Protecting Meghalaya’s water sources

Some billion people rely on water sourced in the hills of Meghalaya, in North East India. One of those responsible for water conservation in the State, Aibanshngain Swer, took part in the Summer Acade...

Meghalaya CDLS 2019 Conrad Sangma

Meghalaya’s lighthouses of sustainable development

‘Our goal in Meghalaya is to build a low-carbon economy through complete involvement and ownership of communities,’ Conrad Sangma, the Chief Minister of Meghalaya, told the opening session of the Caux...

CDLS 2019 Tom Duncan

Empowering communities to restore mangroves

Tom Duncan is passionate about problem solving and strategic systems thinking, primarily in regenerative economics, green finance and financial technology, as a means of restoring relationships betwee...

CDLS 2019 Chau Duncan

Bridging the financial divides

Chau Tang Duncan is applying over 20 years’ experience in banking, trade and commercial diplomacy to improving the financial access of disadvantaged communities. ...

Nhat Vhuong

Plucking water from the air

Webmarketing consultant and social entrepreneur Nhat Vhuong is passionate about tackling water scarcity. A Vietnamese refugee, who grew up in Switzerland, he worked in Japan for eight years before ret...

Hartmut Behrend Mali

Lutter contre le changement climatique au Mali

C’est après avoir participé en 2014 au Dialogue de Caux sur la terre et la sécurité (CDLS) que le climatologue allemand Hartmut Behrend a eu le courage de sortir de la bulle d’activisme international ...

CDLS 2019 Alan Laubsch

Restaurer les super-héros de la nature

La mission d’Alan Laubsch est de restaurer ces « super-héros climatiques » que sont les forêts de mangroves. Le succès de sa mission passera – il en est convaincu – par la démocratisation de l'investi...

CDLS 2019 panel Laubsch Duncan Brown

La Terre et nous : Repenser l’avenir

« Essayez un instant de vous mettre dans la peau du dernier rhinocéros blanc.» C’est ce qu’a demandé Alan Laubsch, le fondateur de EarthPulse, aux participant-e-s lors du Dialogue de Caux sur la terre...

YAP 2019 congratulations

Un vent d'air frais souffle sur les Jeunes Ambassadeurs et Ambassadrices

Cette année, le Programme des Jeunes Ambassadeurs et Ambassadrices (YAP) a réuni à Caux 39 jeunes. Pendant quatre jours, ces jeunes ont suivi une formation intensive pour apprendre à initier le change...

CPLP 2019 group garden

Les jeunes libèrent leur potentiel

Le Programme de Caux pour la paix et le leadership (CPLP) est bien plus qu’un simple programme de formation sur quatre semaines. C’est une plateforme où des jeunes leaders du monde entier explorent le...

Armenian-Kurdish-Turkish Dialogue 2019

Il faut plus de courage pour aimer que pour haïr

Le Dialogue arméno-kurdo-turc a eu lieu en 2019 à l’occasion de la conférence « Des outils pour les acteurs et actrices du changement ». Cette conférence a réuni des personnes d'origine arménienne, ku...

Summer Academy 2019

Lancement de l’Académie d’été sur la terre, la sécurité et le climat à Genève et à Caux

La toute première Académie d’été sur la terre, la sécurité et le climat a rassemblé 18 participant-e-s d’Afghanistan/Danemark, du Bhoutan, d’Allemagne, du Kenya, d’Inde, d’Indonésie, du Nigéria/Royaum...

Brian Iselin

Le combat de Brian Iselin contre l’esclavage moderne

Le soleil se couche peu à peu mais l’air est toujours chaud alors que dix personnes forment un cercle pour écouter l’histoire captivante de Brian Iselin, lors de la bibliothèque humaine ayant lieu dan...

Week of International Community

Semaine de la communauté internationale (WIC) 2019

Trente personnes âgées de cinq semaines à 78 ans, et originaires de 10 pays, se sont rassemblées pour la Semaine de la communauté internationale (WIC) du 19 au 26 juin, afin de préparer le Centre de ...


événements similaires

CSP 2018 23 Juin - 21 juillet 2019

Le programme Caux Scholars