Voir la personne derrière l’extrémiste

Pour relancer une Europe inachevée 2018

18/10/2018
AEUB 2018

 

Raconter des histoires – telle est la vocation du Forum qui se tient chaque été à Caux. Cette année, l'une des histoires les plus dramatiques que nous ayons entendues a été racontée par l'ancien néonazi suédois, Peter Sundin. Lorsque, pendant la conférence « Pour relancer une Europe inachevée », il a pris la parole dans le grand hall du Caux Palace, la femme assise à côté de moi s’est mise à pleurer. Elle n'arrivait pas à trouver les mots pour expliquer ce qu’elle ressentait. Elle-même n'avait pas de passé radical. « Mais ça me touche profondément, dit-elle. Il est si courageux. »

Partager l'histoire de sa vie est une manière pour Peter Sundin de « donner » à la société et de réparer ainsi le mal qu'il a commis quand il était jeune. Il travaille aujourd’hui dans un centre de prévention du crime en Suède dont la mission est de lutter contre la radicalisation, en particulier dans les écoles. « S’excuser ne suffit pas, explique Peter Sundin. Je veux montrer aux autres que, désormais, je suis une personne différente et que je peux contribuer positivement à la société. »

La montée de l’antisémitisme en Europe rend le travail de Peter Sundin plus urgent que jamais. Dans son pays d’origine, le mouvement d’extrême droite, les Démocrates de Suède, est devenu la troisième force politique lors des élections de septembre dernier. Le parti trouve ses racines dans le mouvement nazi des années 1980, même s’il s’en est distancié depuis.

Ces dernières années, le Mouvement extrémiste de résistance nordique a semblé se renforcer, avec la création en 2015 d'une branche politique, en plus de sa branche militaire. Certains de ses membres ont été élus à des conseils municipaux. Dans un tel contexte, Peter Sundin a envie de « se cogner la tête contre les murs ». D’expérience, il sait que la lutte contre le racisme exige beaucoup de temps et d'efforts.

Peter Sundin a grandi dans une famille raciste, dont les convictions nazies se transmettent de génération en génération depuis les années 1940. Quand il était petit, sa mère lui disait que c’était la faute de son camarade de classe, issu de la deuxième génération d’immigrés, et de sa famille si eux-mêmes étaient dans une situation économique difficile. Son frère lui faisait écouter de la musique White Power et lire des journaux et livres pour enfants nazis. À l'école, il s'est automatiquement lié d’amitié avec des garçons issus eux aussi de familles nazies.

L’école a bien essayé de combattre leurs opinions extémistes, mais cela n’a abouti qu’à une radicalisation encore plus forte. Lorsque l’école a fait appel à une survivante de l’holocauste pour venir témoigner, les frères de Peter Sundin l’ont prévenu qu’il s’agissait d’une imposture. L’école a insisté pour que Peter Sundin et ses amis soient assis dans les premiers rangs. Il sentait le regard de ses camarade se poser sur lui. Suite à cela, Peter Sundin a décidé de créer localement un mouvement dépendant d’un mouvement nazi axé sur la violence et actif au niveau national. « Je me sentais soutenu par cette organisation et je devenais encore plus provocateur à l’école. »

Plus tard, il a participé à une agression violente contre un étranger. « Lorsque vous rejoignez le mouvement, une bonne partie de la formation consiste à vous apprendre à justifier vos actes. Vous justifiez donc le recours à la violence : cet homme était une menace pour notre pays, donc c'est de la légitime défense. C’est une bonne chose. » Lorsque l’agression a fait la une des journaux le lendemain, néanmoins, il a senti comme un poids lui peser dans l’estomac. « Je me suis rendu compte que je devais quitter ce cadre délétère. » Ce fut le point de départ d'un processus qui a duré cinq ans et qui lui a permis de se libérer de cet environnement nazi.

« Cela n'a pas été sans mal, a-t-il raconté. J'avais besoin de me réinventer, de construire de nouvelles valeurs, une nouvelle vision du monde. Il m’est arrivé d’avoir des rechutes. J'allais alors à nouveau acheter un journal nazi ou écouter de la vieille musique. Pour moi, c'était plus facile d'être nazi ; je savais ce qu’il fallait faire. » Il lui a surtout fallu aller à la rencontre de nouvelles personnes. « Le plus important, c’était d'entendre d’autres récits que ceux que j’avais déjà entendus. J'avais toujours cru que les Juifs contrôlaient tout, le gouvernement, les médias. Les gens en dehors de notre mouvement étaient aveugles à cela et nous partions en croisade pour leur montrer la vérité. »

Tout au long de cette période, le soutien d’un policier local a été déterminant. « Il m’a aidé à aller de l’avant. Il m’a emmené chez McDonald’s, que je boycottais, persuadé que la chaîne était sous le contrôle de Juifs. Mais il m’a aussi dit : le nazi, c’est toi. Et c’est toi qui vas devoir changer. » 

Son processus lui a révélé à quel point il était important de dissocier les personnes de leurs opinions extrémistes . « J’étais toujours “Peter le nazi”, jamais “Peter”, tout court. Dans une conversation, vous pouvez montrer que vous respectez quelqu’un tout en désapprouvant ses opinions », a-t-il confié. Peter Sundin est convaincu que c’est en s’adressant à l’individu-e que le processus de changement peut débuter.  « Je ne peux pas changer l’opinion de quelqu’un. Lui seul en est capable. En revanche, je peux lui poser les questions qui initieront une réflexion. »

Par Irene de Pous

 

Featured Story
On

sur le même thème

Patrick Magee 600x600

« Là où commence le deuil - Construire des ponts après la bombe de Brighton » : Un enteretien avec Patrick Magee

Le deuxième épisode de la série « Stories for Changemakers » s’inscrivant dans le programme Des outils pour les acteurs et actrices du changement s’est tenu le 25 août dernier, avec une interview de P...

Summer Academy 2021 screenshot square

Créer un réseau de personnes capables de résoudre les problèmes pour construire un avenir sûr et durable

L'Académie d'été sur le climat, la terre et la sécurité 2021 a réuni 29 participants de 20 pays. De l'Égypte et du Sénégal aux États-Unis et à la Thaïlande, les fenêtres de Zoom se sont ouvertes penda...

Salima Mahamoudou 21 July 2021 FDFA workshop CDES 2021

Refaire un monde en péril

Le Dialogue de Caux sur l'Environnement et la Sécurité (CDES) 2021 s'est déroulé en ligne du 20 au 30 juillet, pour la deuxième année consécutive, comprenant trois plénières ouvertes et sept ateliers....

CL 2021 Hope square

Un voyage de l'incertitude à la possibilité

La conférence Leadership créatif 2021 a emmené les participants dans un voyage de six jours « de l’incertitude à la possibilité ». Du 25 au 31 juillet, 150 participants en ligne vivant dans plus de 50...

FDFA Baobabcowherd-1 Noah Elhardt through WikiCommons square with logos

Une voie vers la paix et la prospérité en Afrique de l’Ouest et du centre

Dans le cadre du partenariat qui les lie, la Fondation Initiatives et Changement Suisse (I&C) et le Département fédéral suisse des affaires étrangères (Division Paix et droits de l’homme) ont organisé...

LPM report 2021 square

Des bâtisseurs et bâtisseuses de la paix en devenir

« Je suis très heureuse d'avoir participé au cours Devenir un-e artisan-e de paix. Nous avons appris les vraies couleurs de l'islam ! » écrit Nma Dahir, 18 ans, diplômée du lycée d'Erbil, capitale de ...

Choir Musical Stories

Histoires de Caux en musique

« Quelle magnifique présentation d'histoires et de musique », a commenté un participant du seul événement en personne du Caux Forum Online 2021 qui a eu lieu le 1 août 2021 dans le Hall principal du C...

ICBE 2021 square white background

Les entreprises durables ont besoin d'un objectif plus grand que le simple profit

« Les entreprises et les industries ont besoin d'un objectif allant au-delà du profit », a déclaré Sunil Mathur, le directeur général de Siemens Inde et Asie du Sud, avant de poursuivre : « Les object...

Stephanie Buri and Nick Foster Opening Ceremony Caux Forum 2021

Cérémonie d'ouverture du Caux Forum Online 2021: perspectives suisses sur la paix

Le 5 juillet, le Caux Forum Online 2021 s'est ouvert avec un panel intitulé "La paix : perspectives suisses hier, aujourd’hui et demain" qui célébrait le 75ème anniversaire de Caux en tant que centre ...

Dhanasree Jayaram CDES 2020

Prêter une plus grande attention aux liens entre environnement et sécurité

La sécurité alimentaire est une clé pour comprendre le lien complexe entre le climat et la sécurité, expliqua Dhanasree Jayaram, professeure assistante au département de géopolitique et de relations i...

Shrouk Gamal

« Une meilleure version de moi-même »

« La conférence m'a montré à quel point j'aime faire la connaissance de nouvelles personnes. Les participant-e-s à notre groupe de dialogue m'ont posé des questions qu'on ne m'avait jamais posées aup...

ZimbaWomen credit: ZimbaWomen

Construire une économie durable avec l'entrepreneuriat féminin

Peace N. Kuteesa, co-fondatrice de Zimba Women, est convaincue de l'importance de fournir aux femmes les outils et les ressources nécessaires pour participer à l’économie et développer leurs communaut...

Hani Abou Fadel

« Ce sont les histoires qui façonnent les êtres humains »

« Cette conférence extraordinaire m'a permis d'être plus ambitieux, plus honnête intellectuellement et plus coherent avec moi-même» dit Hani Abou Fadel du Liban après sa participation à la conférence ...

Harmen van Dijk

Comment poursuivre le développement personnel : « Il suffit de commencer quelque part ! »

Pourquoi un diplomate met-il sa carrière en péril et abandonne-t-il un poste prestigieux pour faire quelque chose de complètement différent ? Découvrez ce qui a poussé Harmen van Dijk à quitter le ser...

CDES 2020 IofC Bards meditation bowl square

Faire la différence face à la crise climatique, tout un art !

« Les artistes sont particulièrement bien placé-e-s pour faire face aux défis climatiques, pour réinventer le monde et créer une nouvelle narration, » déclare Sveinung Nygaard (Sven), compositeur et m...