« Croyez en ce que vous voulez croire, mais permettez aux autres une liberté absolue »

Interview avec Rajmohan Gandhi par Diego de León Sagot

02/05/2017
Rajmohan Gandhi

 

Dans le contexte actuel de situations extrêmes et d’intolérances de tous types auxquelles le monde doit faire face, nous avons récemment eu l’opportunité de parler avec le Professeur Rajmohan Gandhi, suite à une conférence publique qu’il a donnée à Londres. Nous lui avons demandé quelles étaient ses pensées sur la façon d’aborder le mieux possible ce contexte troublant, les éléments clés pour la promotion de la confiance et le rôle de Caux.

Écouter le Professeur Rajmohan Gandhi est une expérience unique. Pas seulement en raison de son héritage en tant que petit-fils de Mohandas Karamchand Gandhi’s, plus connu sous le nom de Mahatma Gandhi, ou en tant que son biographe le plus connu, fidèle et objectif, mais également en raison de sa propre conception du monde et de ses idées sur les défis du monde d’aujourd’hui.

Environ 350 personnes se sont rassemblées le mardi 20 avril à Londres lors d’un événement organisé par Initiatives et Changement, pour écouter le professeur âgé de 81 ans qui, en toute humilité et simplicité, a partagé ses points de vue sur les questions affectant le Royaume-Uni, l’Europe et le monde. 

S’écouter les uns les autres, reconnaître qu’aucun groupe n’est meilleur qu’un autre, ou réaliser que l’on doit lutter contre la haine en toutes circonstances, étaient trois des nombreuses recommandations faites durant son discours. Tout avait l’air simpliste et pourtant si plein de sens et tellement important dans le contexte de situations extrêmes dans lequel nous vivons aujourd’hui. À première vue, il est difficile de croire que l’écoute ou le dialogue constituent des mesures efficaces pour lutter contre l’extrémisme violent, la guerre, les déplacements forcés, la polarisation, l’exclusion, la discrimination, pour ne mentionner que quelques-uns des phénomènes actuels. Mais elles devraient être les premières mesures à prendre.

« Je ne pense pas qu’il y ait un interrupteur sur lequel on puisse appuyer, et nous espérons que ces problèmes seront vite résolus », a déclaré le Professeur Gandhi avec une bonne dose de réalisme lors de notre interview le lendemain de son intervention publique.

« C’est peu probable, a-t-il continué, mais je pense que nous devrions promouvoir une culture dans laquelle chacun est libre d’avoir ses propres opinions mais sans les imposer aux autres. Une culture de tolérance, de non-coercition, donnant à l’autre une totale liberté.  Si nous pouvons promouvoir cela, si nous pouvons mettre cela en pratique, cela serait une façon de lutter contre ces situations extrêmes dans le monde », a-t-il déclaré.

"Hatred kills us, it doesn't kill the enemy". Professor Rajmohan Gandhi. London 20 April 2017
Il défend également un monde sans haine. « La haine nous tue, elle ne tue pas l’ennemi », avait-il affirmé de manière convaincante la veille à un public très varié. Cependant, au cours de notre interview, il est allé au-delà de cet argument, expliquant qu’il y a une distinction nécessaire à faire entre la colère et la haine.

« Parfois la colère est vraiment nécessaire. Je ne pense pas qu’elle devrait être permanente, mais elle peut être nécessaire lorsque quelque chose de terrible se produit » a-t-il expliqué.

« Nous ne voulons pas adoucir le monde, nous ne voulons pas d’un monde confortable. Bien sûr nous souhaitons voir les gens moins en colère, mais nous voulons surtout que l’amertume disparaisse », a-t-il ajouté. « Un grand nombre de ceux qui se sont libérés de cette haine continuent à se battre pour leurs convictions, à se battre pour la justice et pour l’égalité » a-t-il dit.

« Lorsque nous voulons promouvoir la bonne volonté, la compassion, l’amour, le pardon, nous devrions nous souvenir que la justice est également très importante ». De nombreuses personnes, dans différentes parties du monde ou sur différentes questions, a-t-il continué, ont attendu très longtemps que justice soit faite. « Nous devons reconnaître cette réalité et nous devons avoir le courage, lorsque nécessaire, de dénoncer une injustice. Dénoncer une injustice est nécessaire pour en venir à bout, » a-t-il affirmé.

Lorsque nous lui avons demandé quel était l’élément essentiel pour la promotion de la confiance dans le monde, il a répondu de façon catégorique : « L’écoute est la première étape, la deuxième étape et la troisième étape. On ne peut jamais en faire trop lorsque nous écoutons les autres, leurs histoires et leurs problèmes, et établissons un lien avec ce que nous avons dans le cœur ».

« Si j’écoute le chagrin, la douleur et les aspirations du monde, c’est le début d’une certaine promotion de la confiance » a-t-il souligné.

« Caux signifie l’espoir »
En tant qu’ancien président d’Initiatives et Changement International (2009-2010) et engagé auprès de Caux depuis 1956, nous avons demandé au Professeur Gandhi ce que Caux signifie pour lui.

« Caux signifie l’espoir, l’espoir qu’au moins quelques mesures seront prises pour nous rapprocher d’une solution, d’un certain degré de guérison, d’un certain degré de réconciliation. Pas l’espoir que tout sera parfait mais l’espoir que nous allons vers la prochaine étape ».

« Caux signifie également le monde. En général, des individus de tous horizons s’y rassemblent », a-t-il déclaré. Chaque été depuis plus de sept décennies, des centaines de personnes de différents milieux et origines se rassemblent à Caux pour discuter, partager et réfléchir sur les questions d’actualité. L’année dernière, plus de 1 500 participants originaires de plus de 100 pays ont participé au Caux Forum.

« Quand je pense à Caux, je pense également à la façon dont tout a commencé grâce à des personnes et à des familles suisses ordinaires qui se sont rassemblées (en 1946) et qui, par leur sacrifice, ont créé ce magnifique endroit », se souvient le Professeur Gandhi.

« Il existe une tradition de franchise, les participants écoutent d’autres points de vue, tout le monde se sent à l’aise là-bas, personne ne se sent menacé, les gens peuvent s’exprimer sans embarras, sans peur. Caux joue un rôle très utile dans la création de cette atmosphère de non-coercition mais également d’amitié et d’attentes positives des uns et des autres », a-t-il expliqué. 

« Encore et encore, Caux me rappelle les décisions que j’ai prises. Cela a toujours été un moment de découverte de moi-même, de mes défauts. Mais, surtout, Caux me donne une perspective et un sens de renouveau », a-t-il conclu.

Le Caux Forum, anciennement appelé les Rencontres de Caux, offre un espace sûr et privilégié pour inspirer, former et mettre en réseau des individus, des groupes et des organisations du monde entier, afin qu’ils puissent s’engager de manière efficace et novatrice dans la promotion de la confiance, du leadership éthique, d’un mode de vie durable et de la sécurité humaine.

Cet été, le Caux Forum cherche à développer le potentiel humain, moteur du changement global, et tous les événements de cette année seront centrés sur la manière d’aborder les situations extrêmes de tous types.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

 

Featured Story
On
Event Categories
Caux Forum Trustbuilding

sur le même thème

Zero waste square for social media

Sofia Syodorenko: A zero waste lifestyle is a mindful lifestyle

How did Sofia Syodorenko become involved in the zero waste movement, and what does it mean to her? Now Chair of Foundations for Freedom, she is also a representative of the Zero Waste Alliance Ukraine...

Patrick Magee 600x600

« Là où commence le deuil - Construire des ponts après la bombe de Brighton » : Un enteretien avec Patrick Magee

Le deuxième épisode de la série « Stories for Changemakers » s’inscrivant dans le programme Des outils pour les acteurs et actrices du changement s’est tenu le 25 août dernier, avec une interview de P...

Summer Academy 2021 screenshot square

Créer un réseau de personnes capables de résoudre les problèmes pour construire un avenir sûr et durable

L'Académie d'été sur le climat, la terre et la sécurité 2021 a réuni 29 participants de 20 pays. De l'Égypte et du Sénégal aux États-Unis et à la Thaïlande, les fenêtres de Zoom se sont ouvertes penda...

Salima Mahamoudou 21 July 2021 FDFA workshop CDES 2021

Refaire un monde en péril

Le Dialogue de Caux sur l'Environnement et la Sécurité (CDES) 2021 s'est déroulé en ligne du 20 au 30 juillet, pour la deuxième année consécutive, comprenant trois plénières ouvertes et sept ateliers....

CL 2021 Hope square

Un voyage de l'incertitude à la possibilité

La conférence Leadership créatif 2021 a emmené les participants dans un voyage de six jours « de l’incertitude à la possibilité ». Du 25 au 31 juillet, 150 participants en ligne vivant dans plus de 50...

FDFA Baobabcowherd-1 Noah Elhardt through WikiCommons square with logos

Une voie vers la paix et la prospérité en Afrique de l’Ouest et du centre

Dans le cadre du partenariat qui les lie, la Fondation Initiatives et Changement Suisse (I&C) et le Département fédéral suisse des affaires étrangères (Division Paix et droits de l’homme) ont organisé...

LPM report 2021 square

Des bâtisseurs et bâtisseuses de la paix en devenir

« Je suis très heureuse d'avoir participé au cours Devenir un-e artisan-e de paix. Nous avons appris les vraies couleurs de l'islam ! » écrit Nma Dahir, 18 ans, diplômée du lycée d'Erbil, capitale de ...

Choir Musical Stories

Histoires de Caux en musique

« Quelle magnifique présentation d'histoires et de musique », a commenté un participant du seul événement en personne du Caux Forum Online 2021 qui a eu lieu le 1 août 2021 dans le Hall principal du C...

ICBE 2021 square white background

Les entreprises durables ont besoin d'un objectif plus grand que le simple profit

« Les entreprises et les industries ont besoin d'un objectif allant au-delà du profit », a déclaré Sunil Mathur, le directeur général de Siemens Inde et Asie du Sud, avant de poursuivre : « Les object...

Stephanie Buri and Nick Foster Opening Ceremony Caux Forum 2021

Cérémonie d'ouverture du Caux Forum Online 2021: perspectives suisses sur la paix

Le 5 juillet, le Caux Forum Online 2021 s'est ouvert avec un panel intitulé "La paix : perspectives suisses hier, aujourd’hui et demain" qui célébrait le 75ème anniversaire de Caux en tant que centre ...

Dhanasree Jayaram CDES 2020

Prêter une plus grande attention aux liens entre environnement et sécurité

La sécurité alimentaire est une clé pour comprendre le lien complexe entre le climat et la sécurité, expliqua Dhanasree Jayaram, professeure assistante au département de géopolitique et de relations i...

Shrouk Gamal

« Une meilleure version de moi-même »

« La conférence m'a montré à quel point j'aime faire la connaissance de nouvelles personnes. Les participant-e-s à notre groupe de dialogue m'ont posé des questions qu'on ne m'avait jamais posées aup...

ZimbaWomen credit: ZimbaWomen

Construire une économie durable avec l'entrepreneuriat féminin

Peace N. Kuteesa, co-fondatrice de Zimba Women, est convaincue de l'importance de fournir aux femmes les outils et les ressources nécessaires pour participer à l’économie et développer leurs communaut...

Hani Abou Fadel

« Ce sont les histoires qui façonnent les êtres humains »

« Cette conférence extraordinaire m'a permis d'être plus ambitieux, plus honnête intellectuellement et plus coherent avec moi-même» dit Hani Abou Fadel du Liban après sa participation à la conférence ...

Harmen van Dijk

Comment poursuivre le développement personnel : « Il suffit de commencer quelque part ! »

Pourquoi un diplomate met-il sa carrière en péril et abandonne-t-il un poste prestigieux pour faire quelque chose de complètement différent ? Découvrez ce qui a poussé Harmen van Dijk à quitter le ser...